Le Mespris de la vie et consolation contre la mort/« Vous quiconque allechez des voluptez charnelles »

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Le Mespris de la vie et consolation contre la mort
Le Mespris de la vie et consolation contre la mortNicolas de Moinge (p. 25).

SONNET PREMIER.


Vous quiconque allechez des voluptez charnelles
Que vous humez, gloutons, en ce cors terrien,
Ne pouvez sans horreur dissoudre le lien
Qui detient en prison vos ames criminelles :

Ainçois tremblants de peur quant les pointes mortelles
Taschent vous renvoyer au sejour ancien
Dont vous estes issus, ne faittes cas du bien
Que la divinité à promis aus fidelles :

Venez à gorge ouverte en l’eau de mes discours
Puiser contre la mort un asseuré secours
Remettant en Dieu seul vostre unique esperance.

Icy vous treuverez que le plus seur moyen
Pour estre fait du Ciel eternel Citoyen
C’est de vivre en Justice, & mourir en constance.