Dans la rue (Bruant)/À la goutte d’Or

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aristide Bruant (Volume IIp. 187-193).


À LA GOUTTE-D’OR



\relative c'' {
  \clef treble
  \key a \major
  \tempo "Allegro"
  \time 2/4
\partial 4. cis8 cis b
  \bar "||" \mark \markup { \musicglyph #"scripts.segno" }
  a b cis d | cis b <cis, cis'> <d d'>
  << { e' cis d b }
  \\
  { e,4 e }
  >>
  <e a>8\fermata \bar "||"
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
  \autoBeamOff
  cis' cis b | a b cis d
cis4 cis | r8 cis cis b | a b cis d | cis4 (cis)
r8 cis e cis | b cis a b | cis4 r
r8 e cis b | cis4 r | r8 e cis b | a4 r
    \bar "|." \mark \markup { \musicglyph #"scripts.segno" }
}

\addlyrics {
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
En ce temps- là, dans chaqu’ fa -- mil -- le
On blan -- chis -- sait de mère en "fil - le ;"
Main -- te -- nant on blan -- chit en -- cor,
À la Goutt’ d’Or, À la Goutt’ d’Or.
}

\layout {
  \context {
    \Score
    \remove "Bar_number_engraver"
  }
}


En ce temps-là, dans chaqu’ famille
On blanchissait de mère en fille ;
Maintenant on blanchit encor,
            À la Goutt’-d’Or.

Elle était encor’ demoiselle
Grand’maman, la belle Isabelle,
Quand elle épousa l’grand Nestor,
            À la Goutt’-d’Or.


Et maman Pauline était sage
Le jour qu’ell’ se mit en ménage,
Avec papa le p’tit Victor,
            À la Goutt’-d’Or.

À c’tte époqu’-là tout’s les fillettes,
Les goss’lines, les gigolettes
S’ mariaient avec leur trésor,
            À la Goutt’-d’Or.

A’s s’contentaient, l’jour de leur noce,
D’un’ petit’ toilett’ pas féroce
Et d’un’ jeannette en similor,
            À la Goutt’-d’Or.

Leur fallait pas un mari pâle,
Mais un garçon d’lavoir… un mâle…
Bien râblé… même un peu butor,
            À la Goutt’-d’Or.


Aujourd’hui faut à ces d’moiselles
Des machins avec des dentelles
Et des vrais bijoux en vrai or,
            À la Goutt’-d’Or.


Leur faut des jeun’ homm’ en casquettes,
Des rouquins qu’ont des rouflaquettes,
Collé’s sur un’têt’ d’hareng saur,
            À la Goutt’-d’Or.

Et v’là pourquoi tout’s les fillettes,
Les goss’lines, les gigolettes
S’marient pus avec leur trésor,
            À la Goutt’-d’Or.