100%.png

Élégies (Marceline Desbordes-Valmore)/Élégie (« Je m’ignorais encor »)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
ÉlégiesCharpentier (p. 77).
◄  Élégie
Élégie  ►


ÉLÉGIE


Je m’ignorais encor, je n’avais pas aimé.
L’amour ! si ce n’est toi, qui pouvait me l’apprendre !
À quinze ans, j’entrevis un enfant désarmé ;
Il me parut alors plus folâtre que tendre :
D’un trait sans force il effleura mon cœur ;
Il fut léger comme un riant mensonge ;
Il offrait le plaisir, sans parler de bonheur ;
Il s’envola : Je ne perdis qu’un songe.

Je l’ai vu dans tes yeux, cet invincible amour,
Dont le premier regard trouble, saisit, enflamme ;
Qui commande à nos sens, qui s’attache à notre âme,
Et qui l’asservit sans retour.
Cette félicité suprême,
Cet entier oubli de soi-même,
Ce besoin d’aimer pour aimer,
Et que le mot amour semble à peine exprimer :
Ton cœur seul le renferme, et le mien le devine ;
Je sens à tes transports, à ma félicité,
Qu’il veut dire à la fois bonheur, éternité,
Et que sa puissance est divine !