Élie de Saint Gille/Élie de Saint Gille

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Anonyme
Texte établi par Gaston Raynaud (p. 1-90).

ELIE DE SAINT GILLE

Ichi commenche li vraie estoire de Julien(s) de Saint Gille, lequés fu pere Elye duquel Aiols issi, ensi con vous orés el lirre.

(f° 76)
Or faites pais, signor, que Dieus vous beneie,
Li glorieus del chiel, li fieus sainte Marie !
Plairoit il vous oir .iii. vers de baronie ?
Certes, chou est d’un conte qui fu nés a Saint Gille.
5Signor, il vesqui tant que la barbe ot florie ;
Ains ne fist en sa vie traison ne boisdie,
Ains ama mout forment le fieus sainte Marie
Et mont bien honora mostier et abeie,
Et si fist bons pons faire et grant ostelerie ;
10Juliens ot a non, mout [et] grant signorie.

.I. jor(s) estoit li quens en se sale perine,
U que il voit ses homes, si lor commenche a dire :
« Signor baron, » dist il, « li cors Dieu vous garisse !
Il a mout bien .c. ans mes armes portai primes,
15Ainc puis ne fis nul jor traison ne boisdie
Dont nus hon crestiens perdist onques la vie.
Sor sarrasine gent euc je tous jors envie :
Par de desous Biaulande en mi la praierie
En ochis je, signor, en .i. jor plus de quinse,
20Ja mais nen ert par moi, je quic, joste furnie
Ne nule enpointe faite ne lance sorbrandie.
Or refaiche autretel mes gentius fieus Elye :
Des or mais me convient reposer et bien vivre,
Bien boire et bien mangier, reposer a delivre.
25J‘ai encor ma mollier que je mout aim et prisse :
(b)Jou ai de lui .i. fil et une bele fille :
Amenés les moi [tost], ses verai mes enpires. »
Et il si firent lors, [la] en i corent quinse,
Les huis ont desfremés et les cambres ovrirent,
30Elye i ont trové et sa seror Olive :
Droit de devant lor pere les menerent et guient.

II[2]

Juliens se seoit ens el palais de marbre,
Tout entor lui sa gent et son barnage.
Il les a apelés comme preudon et sage :
35« Signor, » fait il, « li cors Dieu bien vos fache !
Bien a .c. ans premier portai mes armes,
Ne puis mais paine endurer de bataille.
De ma mollier que je mout pris en haste
Ai je .i. fil, Dameldé le me salve !
40Et une fille, Olive la bien faite ;

Or le me quiert Garin de Piereplate ;
Mais mout est jovenes por avoir mariage.
Veés mon fil qui est en cele sale :
Gent a le cors et lees les espaules ;
45Mout me mervel confais est ses corages,
S’il vaura estre, comme destriers en garde,
Moine reclus a Noel u a Pasques.
Or deust estre a Paris u a Chartes
Ou en Espaigne u au roi de Navaire,
50Et servist tant Loeys le fieus Charle
Que de son fief eust [grant] heritage.
J’en conquis tant, quant fui de son eage,
Dont j’ai encore .iiii. chastieus en garde
Et .iii. chités et fretés jusqu’à quatre ;
55Mais, par l’apostle que on requiert en l’arche.
Aler s’en peut et tenir son voiage. »
Elyes l’ot et tressailli le table,
Aler s’en vaut, quant li vieus le regarde :
« Tais toi, lechieres, li cors Dieu mal te fache !
60S’or t’en aloies ensi sans guienage,
Tost diroit on a Paris u a Chartres :
(c)Veés le fil Julien a la barbe,
Par maltalent l’a cachiet de sa marche.
Ains te donrai mon destrier et mes armes :
65S’avra[s] l’espee que je portai de Trapes,
Quant Aimers i fist le vaselage,
Qu’il en ochist Anseis de Cartage :
Çaindrai le toi par le resne de paile.
En mi ces prés sor la riviere large
70Une quintaine metrai sor .ii. estaces,
Et s’i avra .ii. escus de Navaire
Et .i. auberc dont tenant ert la maille,
Et s’i feras .i. cop par vaselage ;
Se tu le perces et tu l’auberc desmailles,
75Lonc le proeche le te ferai je auques ;
Et se je voi que tu ensi le faches

Qu’a honte tort n’a moi n’a mon lignage,
N’en porteras del mien qui .i. seul denier vaille,
Moi et ma fille demorons en mes marces :
80Quant je morai, siens ert mes iretages.

III

— Pere, » che dist Elye, « puis que vous le volés,
Or me faites les armes et le destrier mostrer,
Et faites le quintaine drechier en mi le pré,
Que, par cel saint apostle c’on quiert en Noiron pré,
85Quel que soit que je prenge, soit proeche u bonté,
Ja mais ne girai nuit dedens vostre ireté. »
Li baron en sospirent environ de tout lés,
Meisme la contesse en commence a plorer.
Ele est venue au conte, si commence a crier :
90« Merchi, » dist ele, « sire, por les sains que fist Dé !
Nous n’avons mais nul oir fors cesti qui est ber :
Car le laissiés el resne garir et converser ;
Car s’or nous sordoit guerre a nesun de no pers,
Qui nous feroit les jostes et les estors campés ?
95— Tais, fole ! » dist li quens, « trop peut on reposer :
Proeche et ardement doit on bien achater.
Par saint Piere de Rome, ja sera adoubés.
(d)S’il avoit or les armes, par la foi que doi Dé,
Mar seroit en ma tere ne veus ne trovés.
100Salatré, » dist li quens, « mes armes m’aportés. »
Et chil li respondi : « Volentiers et de grés. »
Et Elye s’en arme, li cortois et li ber.
Il a vestu l’auberc, si a l’iaume fremé ;
Li vieus li çaint l’espee a son senestre lés :
105Il a hauciet le paume, se li done .i. cop tel
Por .i. poi ne l’abat et nel fist enverser.
Et quant le voit li enfes, le sens quida derver ;
Il dist entre ses dens coiement a chelé :

« Dan vieus, mout estes faus et gangars et enflés !
110Se l’eust fait .i. autre, ja l’eust comperé ;
Mais vous estes mes peres, ne m’en doi airer. »
On li trait en la place .i. destrier sejorné,
Et Elies i monte, qui gentieus est et ber ;
Il geta a son col .i. fort escu bouclé
115Et a pris en son poing .i. fort espiel quarré ;
Et on fait la quintaine tost drechier ens el pré.

IV

Signor, franc chevalier, bien l’avés oi dire,
Quant bachelers s’adoube, jovene de barbe prime,
Por la joie de li li autre s’esbaudissent.
120Si firent il le jor, quant montés fu Elye,
Tel[s] .viic. en i ot, qui tout le beneissent ;
Mais onques lor proiere[s] point de bien ne li fissent.
Car ains que soit li vespres ne sonee complie,
Sera près de la mort et de perdre la vie.
125.Xx. chevalier s’atornent maintenant en la vile,
Por l’amor de l’enfant ont tout lor armes prisses,
Entr’aus juent et gabent et behordent et rient,
Fierent en le quintaine mout grant cop a delivre.
Juliens va avant, si lor commenche a dire :
130« Signor, estés en sus, li cors Dieu vous garisse !
Si laissiés mon enfant trestorner a delivre :
Anqui me mostera de ses chevaleries. »
Il se traient ariere, et li enfes s’aire
(f° 77)Et fiert en le quintaine mout grant cop a delivre,
135Les escus a perciés et les aubers des(c)lice(s),
Les estaces abat et toutes les debrisse.
Quant le voit Juliens, si commencha a rire ;
Il est passés avant, se li commenche a dire :
« Biaus fieus, mout serés preus, li cors Dé vous garisse !
140Des or(e) vous doins ma tere, si l’arés toute quite.

— Sire, » che dist li enfes, « vous parlés de folie :
Ge ne me remanroie por a perdre la vie. »

Mout fu Juliens liés por l’amor de son fil ;
Quant il voit le quintaine en mi le pré gesir,
145Il [l’]en a apelé, belement li a dit :
« Biaus fieus, mout serés preus, Dieus vous puist beneir !
Des or vous doins ma tere et trestout mon pais.
— Sire, » che dist li enfes, « por noient l’avés dit.
Vous m’avés conjuré et desfendu ausi
150Ja mais en vostre tere ne soie reverti,
Ne ja certes par moi ne serés escondit. »
Quant Juliens l’entent, a poi n’esrage vis :
« Por coi dont, maus lecieres, fel quiver de pu lin ?
Ançois ai .xx. chastiaus, la Dameldé merci,
155Et .xiiii. chités et fretés jusc’a dis,
De coi tu seras sires et feras ton plaisir.
— Sire, » che dist li enfes, « por noiant l’avés dit :
Je ne m’en remanroie por les membres tolir. »
Or escoutés, signor, con al congiet li dist :
160« Or va, que ja ne truisses ne terre ne pais
Que ne puisses conquerre vaillant .i. paresis !
Ja ne truisses tu home qui ja te soit amis !
Certes, ne feras tu, car li ceur le me dist. »
Li danseus en avale les degrés marberins,
165Et li vieus le regarde, se li jete .i. souspir,
En son ceur le commande a Dieu qui ne menti.
Il en a apelé Aymer et Thieri
Et Gerardot le rous et Tibaut et Sanghin :
« Alés après mon fil, signor, je vous en pri,
170(b)Et tant menés des autres, des barons del pais,
Que .xx. soiés ensamble de chevalier[s] de pris :
Qui faura l’un de vous, de Dieu soit il honis ! »

Des or s’en va Elye, li preus et li gentis,
Dameldieu reclama, qui onques ne menti :
175« Or me convient les maus et les paines soffrir ;
Mais, par cel saint apostle que quierent pelerin,
Mieus voil en autre tere tous jors estre caitis
Ja mais en la mon pere soie jor revertis. »
Toute jor chevalcha, que ne s’atarga nis
180Tant qu’il eust mangiet ne beut .i. petit.
Si con il chevalcoit, si regarde el chemin,
Si voit .i. messagier desous l’onbre d’un pin :
De .iii. lances navrés, malement fu baillis,
Sa cervele li saut par des(o)us les sorcis ;
185Et quant le voit Elies, cele part poignant vint,
Il l’en a apelé, belement li a dit :
« Amis, qui t’a che fait ? garde ne me mentir !
Orendroit maintenant en ert venjance pris. »
Quant l’entent li messages, si respont .i. petit :
190« Et toi qu’en caut, biaus frere, chevalier, biaus amis
Tele gent le m’ont fait, qu’esroient orains chi :
Ja t’aroit tous li pires craventé et ochis ;
Mais prent cel mien ceval, sor millor ne seis,
Et si t’en torne ariere, si pense del fuir.
195Par chi passeront ja .iiiim. Arabi :
Se de ceus peus estordre, Dieu aras a ami.
Dont je sui, tu le m’as demandé et enquis :
Je sui nés de Peitiers, fil le conte Amauri,
Julien de Saint Gille est mes germains cousin.
200Mes sire est a la court por son droit maintenir.
Je m’en alai en Franche droit au roi Loeys,
Lonc les puis de Monmartre, lés le cit de Paris ;
La se fist l’enperere coroner et servir.
En après cele joie .i. messagiers i vint,
205Qui li conta noveles et dist qu’en son pais
(c)Erent par forche entré paien et Sarrasin.

Quant l’entendi li rois, mout dolant en devint,
Ne daigna mander ost ne semonse ne fist ;
A che de gent qu’il ot entra en son pais.
210Nous passames le Maine et Auvergne et Berri,
Au costé de Bretaigne trovames Sarrasins.
A la premiere joste belement nos avint :
Plus de .c. en copames et les ciés et les vis ;
A l’autre asaut après en abatismes vint ;
215Et quant che vint au tierc, fuissiemes desconfit,
Quant secor nous revi(e)nt de Dieu de paradis,
Et si fort les menames que fuissent desconfit,
Quant a forche lor salent .iiiim. Arabi :
Cil encaucent les nos et atornerent si
220Jusc’a pont des(o)us Loire, lonc la Roce de Clin.
Senpre fust l’enperere et detenus et pris,
Quant Guillaumes d’Orenge .i. gent secor i fist,
Il et Bertran ses niés, li preus et li gentis,
Et Bernart de Brubant et Hernaut li floris.
225Cil maintienent le caple as boins brans acerins,
Puis furent li baron et retenu et pris.
L’enperere s’en torne, quant il fu desconfis :
Sarrasin l’encauchierent, qui l’orent envai(s),
Ens es rues d’Angiers nous firent ens flatir.
230Lors leva par la tere et li bruis et li cris,
Si se traient ariere paien et Sarrasin.
Tant me fist l’enperere et dona et promist
Que l’aloie nonchier Julien son ami,
A chou de gent qu’il a .i. secor li feist.
235Quant je parti de l’ost, paien m’orent coisi,
Si m’ont el cors navré, malement m’ont bailli :
Ja ne verai le vespre ne soleil acompli. »
Quant Elies l’entent, a poi n’esrage vis :
« Damoiseus, mar i fustes ! tu eres mes cosins.
240Par icel saint apostle que quierent pelerin,

Por l’amor de ton cors tel vengance en ert pris,
(d)Que au fer de ma lanche en convient morir .xx. »
Il est passés avant, entre ses bras le prist,
Prist une feulle d’erbe, a le bouce li mist ;
245Dieu(s) li fait aconnoistre et ses peciés jehir.
L’ame part del mesage, s’est alés a sa fin.
Et Elies monta el destrier arabi :
De che fera il ja et que fols et que bris,
Par son cors solement va contre Sarrasins.

VI[4]

250Des or s’en va Elies qui laisse le message.
Et Sarrasin esploitent, qui par iror cevaucent,
Et sont bien .iiiim. estre chou des angardes :
Macabrés les conduist et Jossés qui les garde.
L’amiraus fist venir Rodoé de Calabre
255Et le viel Aitropé qui rois fu de Barbastre,
Et si fu avoec aus et Gambons et Orables,
Et li vieus Josué, entre lui et Triacre,
Malpriant fu li dismes, que li cors Dieu mal fache :
« Signor, » dist l’amiral, « entendés mon corage ;
260Mout nos est Mahomet fierement guionage.
Ces François avons tous desconfis en lor marces :
Qui tel eskiec en maine bien doit estre sor garde :
C’est Guillame d’Orenge, qui faissoit les batailles,
Il et Bertran ses niés, li cortois et li sages,
265Et Bernart de Breubant et Hernaut a la barbe.
Or les trameterons tous sor mer le rivage,
La troverons nos homes qu’aus avront en lor garde ;
Car se Sarrasin sevent Franc se doivent combatre,
S’en seront plus hardi et tornant et aidable. »
270Et respondent paien : « Cis consaus est mout sages :

Ensi le feron nous au los de ce barnage. »
Or s’en tornent paien et cis qui les pris gardent,
Et li autre remaignent, qui ariere se targent,
Por recerchier le pui et le mont et l’angarde,
275Veoir se troveront nul home qui riens vaille,
Cheval ne palefroi ne boin destrier d’Arabe.
Il troverent Elie a l’issir d’un boscage ;
(fol. 78)Mais ainçois qu’il s’en partent lor fera tel damage
K’escus i avra frais et armes de cors traites.

VII[5]

280Or s’en tornent paien, li .v. en vont devant,
Et li autre remaignent, qui se vont atargant,
Qui mainent nos François tant orgellousement ;
As fus et as bastons les vont forment batant,
Et Guillaumes d’Orenge s’en va mout dementant :
285« Dameldé, » dist il, « pere, par ton digne commant,
Mar furent nostre cors, li preu et li vaillant :
Des or serons sor mer o sarrasine gent.
Dameldieu penst des armes par son commandement,
Car li cors sont torné a grant juisemant. »
290Premerains l’entendi .i. paiens Rodoant ;
Il haucha le baston, ja ferist maintenant,
Quant il a regardé par mi le desrubant,
Et voit venir Elie sor son ceval corant.
Quant le voit li paiens, cele part vint poignant,
295A sa vois qu’il ot clere s’escria hautement :
« Qui es tu, chevaliers, desor cel auferant ?
Cel destrier reconnois et tout cel garniment.
— Vasal, » che dist Elies, « en tient a vous noiant ?
— Oil, » dist li paiens, « je les avrai esrant.
300— Tais toi, » che dist Elies, « trop me vas maneçant !

Quant tu as si conquis trestous mes garnimens,
Mon auberc et mon elme et mon destrier corant,
Aras tu tel ensoigne, onques n’eus si grant.

VIII[6]

« Sarrasin, » dist Elies, « tu le m’as demandé,
305Comment jou ai a non et de quel lieu sui né :
Vois tu or cel plaiscié lonc cel bos en cel pré ?
Iqui est mes repaires et ichi fu je nés ;
Fieus sui a .i. provost qui a avoir assés :
Par sa fiere ricoisse m’a [il] hui adoubé.
310Or m’en vois deportant mon destrier esprover.
Onques Dieus ne fist home qui de mere soit nés,
S’il demande bataille, que n’en soie aprestés.
Or vous voi de vos armes garnis et conraés ;
(b)Ces prisons u presistes, que si mal demenés ?
315Sont che vilain de vile u borgois de chité ?
— Nenil, » dist Rodoan, « mais baron naturel :
C’est Guillaumes d’Orenge, li gentieus et li ber,
Et Bertram, ses neveus, li preus et li senés,
Et Bernart de Brubant et Hernaut li menbrés. »
320Quant l’entendi Elies, le sens quide derver :
A sa vois qu’il ot clere commencha a crier :
« Paien, mar les cargastes, par les sains que fist Dés ! »
Il hurte le destrier par andeus les costés,
Vait ferir Rodoan en son escu listé,
325Desor la bende d’or li a fraint et troé,
Le blanc auberc del dos desmailliet et fausé,
Enpoin le par vertu, si l’a mort craventé :
« Cuiver ! » che dist Elies, « Dieu doinst toi mal dehé !
Onques li miens lignages ne pot le tien amer. »

IX[7]

330Corsus de Tabarie voit Roboan a tere,
U il meurt et angoisse, ne demande confesse ;
Il reclaime diable[s], que il l’arme en portaisse[nt].
Il escria Elie .iiii. mos tout a certes :
« Cuiver, mar l’ochesistes, vous en perdrés la teste. »
335Quant Elies l’entent, ne le prisse une nesple,
Ains hurte le destrier, se li lasque le resne,
Vait ferir le paien sor le targe novele,
Desor la boucle a or li fraint et esquartele,
Le blanc hauberc del dos li desmaille et desere,
340Si que par mi le cors li mist l’anste novele,
Enpoin le par vertu, mort l’abat de la sele.

Quant Elies ot mort Rodoan de Calabre,
Corsaut de Tabarie jut envers en la place,
Li .iii. paien l’esgardent, qui dessendent l’angarde ;
345Or s’i sont eslaissiet li felon mescreable,
Et li ber se desfent, que Dieus ait en sa garde.
Li premiers qu’il encontre n’ot talent d’oir fable,
Ains l’abati a terre con une raine plate ;
Li doi tornent en fuie et Elies les cache.
350(c)Et Gaidonet l’encauche, qui de mort le manace,
Et vait ferir Elie sor le doree targe ;
Desor la boucle a or li a percie et quasse.
Mout fu boin li auberc, quant il n’en rompi maille,
Et li vasal sont preu quant il ne s’entrabatent.
355Elie passe avant, se li toli le hanste,

En mi le pré le jete, si a l’espee traite ;
Vait ferir le paien amont desor son elme,
Les pierres et les flors contre val en avale,
Tout le va porfendant enfressi qu’es espaules :
360Li ber estort son cop, mort l’abat en la place.
Il broche le destrier, si reva ferir l’autre,
Le teste en fit voler devant lui en la place ;
Li .v. paien l’i voient, qui montoient l’angarde :
« Or esgardés, signor, » che dist li rois Triacles,
365« Veés vous ce vasal qui le tertre en avale ?
Mout se fait orgellous et hardis par ses armes ;
Atendés .i. petit, g’irai a lui combatre,
Le destrier li taurai et trestoutes ses armes,
Si les departirons, si serons communable,
370Ja n’en avra li .i. un denier plus de l’autre. »
Dist Jossés d’Alixandre : « Grant folie pensastes :
Hui matin par son l’aube, quant nous nos desevrames,
Compaignie jurames ; faus est qui ne le garde :
Nous l’iromes tout .v. craventer et abatre.
375— Couardisse seroit, » che dist li rois Triacle,
« Se nous aliemes .v. por .i. tou seul abatre :
Ja mais n’en seroit dit proeche ne barnage,
Paien s’en gaberont et li .i. et li autre.
Mahomet me confonge ! n’ait ja qui denier vaille
380Qui de moi et de lui n’esgarde le bataille. »
Il hurte le destrier et le resne li lasque.

XI[9]

Il hurte le destrier et li lasque le resne,
Il escria Elie .iiii. mos tout a certes :
« Ies tu, va, crestiens de le malvaise geste,
385U se crois Mahomet qui le siecle governe ?

(d)— Naie, » che dist Elies, « mès en Dieu le grant mestre ;
Si sui nés de Saint Gille, de Provence le bele,
Fieus Julien au conte, a le chenue teste :
Avant hier m’adouba de ses armes noveles,
390Car il me fu bien dit et conté tout a certes
Paien et Sarrasin sont entré en ma terre.
Je les vieng sorveoir, se trové peuent estre,
Bien les quic estormir, ains que vienge li vespres.
— Par mon cief, » dist Triacle, « trop grant deus vous apress
395Ce destrier vous taurai, si le menrai en destre,
A grant honte en serés abatu de la sele,
Les jambes vers le ciel et le cief contre terre. »
Quant Elies l’entent, ne le prisse une mesple ;
Il hurte le destrier, se li lasque(s) le resne ;
400Vait ferir le paien desor son elme a perles,
Qu’il en a abatu et les flors et le cercle ;
Le blanc auberc del dos li desmaille et dessere,
Tout le va porfendant enfresi qu’en l’aissele :
Li ber estor son cop, si l’abat a la terre.

XII[10]

405Dist li rois Malatré : « Esgardés quel damage
D’un enfant de .xv. ans qui n’a gaire d’eage,
Tel vasal nous a mort et conquis par ses armes !
S’il m’atent .i. petit, g’irai a lui combatre :
Le destrier li taurai et trestoutes ses armes. »
410Il hurte le destrier et le resne li lasque,
Et Elies le sien, que il bien point en haste.
Gran cos s’en vont doner sor les vermelles targes,
Sor les bendes a or les peçoient et quassent,
Mout sont boin li auberc, quant il n’en rompent maille,
415Et li vasal sont preu, quant il ne s’entrabatent.
Li paiens trait l’espee qui bien luist et bien taille,
Et vait ferir Elie amont desor son elme,

Les pieres et les flors contre val en avale,
Le destrier consui par de derier l’espaule,
420.Ii. moitiés en a fait, li ber ciet en la plache :
« Par mon cief, » dist Elies, « or m’as tu fait damage !
(fol. 79)Mon destrier m’as ochis, qui m’estoit guienage ;
Mout est boine t’espee ; faus es se ne le gardes !
Se le tenoie as puins, por le chité de Blaives
425Ne le rendroie mie a mon frere carnable.
— Quiver, » dist li païens, « con mar le convoitastes !
Mout est boine m’espee, si est bien a moi salve ;
Ja n’en consievrai home qui en Dieu soit creable,
Je nen en cop le cief par desor les espaules.
430— Voire, » ce dist Elies, « mais j’en rai chi .i. autre
Que mes peres me çainst, Julien a le barbe,
Qui vous sera privee, se je puis, mout en haste. »
Il l’a saciet del feure, si l’a feru sor l’iaume,
Les pieres et les flors contre val en avale.
435Li brans est trestornés desor le destre espaule,
Le brac li a tranchiet, dont se quidoit combatre,
A tout la boine espee li cai en la plache.
Quant Elies le voit, si le prent et esgarde :
« Paien, » che dist Elies, « li cors Dieu mal te fache !
440Anqui poras veoir ques Dieus est plus verables,
Mahons u Apolin u Jesu qui tout salve ;
De meismes t’espee t’ira je honte faire. »
Il le drecha amont, si l’en feri sor l’iaume,
Tout le va porfendant enfressi qu’es espaules :
445Li ber estort son cop, mort l’abat en la place.
Venus est as prissons qui gisoient soz l’arbre :
Ses peust desloier, gente cose eust faite.

XIII[11]

Quant Jossiens voit mort Malatré son neveu,
Le cors en .ii. moitiés, ne peut muer ne plor :
450« Mahon et Apolin, mal dehet aiés vous !
S’or ne faites justiche del quiver dolerous,
Qui m’a mort devant moi le fil de ma seror,
Le fer de ceste lance vous metrai el cors tout. »
Il hurte le destrier des tranchans esperons,
455Et a baisié le lanche a tout le confanon,
Et vait ferir Elie sor son escu amont.
Desor le bende a or li peçoie et confont,
(b)Le blanc auberc del dos li desmaille et desront,
Nu a nu lés le cors le roit espiel li coust :
460« Par mon cief, » dist Elies, « tu es vasal mout prous.
Volentiers m’ocesisses, s’en eusses laissor ;
Mais Dieus m’aimme de ceur, qui me gara tous jours. »
Il a traite l’espee dont a or sont li poing,
Vait ferir le paien desor son elme amont,
465Les pieres et les flors contre val en deront,
Tout le va porfendant enfressi el menton ;
Li ber estort son caup, mort l’abat el sablon.
Dist li rois Salatrés : « Enchantere est cis glous.
— Voir, » dist li rois Priant, « fuions nous entandous,
470Autretel feroit ja et de moi et de vous. »

XIV[12]

Dist li rois Salatrés : « Dit m’avés vilain mot ;
Mahomet me confonge et maldie mon cors,
Se je part del François si savrai son confort. »

Jus de l’angarde avalent, lor escu a lor cos,
475Venu sont a Elie desoz l’onbre d’un lor,
Qui estoit as prisons, ce dessiroit il fort
Que fuissent desloiés, gari fuissent de mort ;
Quant cil li escrierent, qui estoient au dos :
« Cuivers, n’i touciés pas, que li François sont no. »
480Quant Elies l’entent, el destrier monte tost....
Sor le targe le fiert, sor l’escu de son col ;
Il li fraint et peçoie desor le boucle a or,
Le blanc auberc del dos li desmaile et desclot,
Nu a nu li conduit son espiel ens el cors.
485Dameldieu le gari : por .i. poi ne fu mors ;
Elye fiert si l’un, tout li tranche le cors.
Malpriant torne en fuie, quant il voit celui mort,
Et Elies l’encauche et randone mout fort ;
Par le mien ensiant, ja l’encauchera trop.

490Or m’escoutés, signor, que Dieus grant bien vous doinst,
Li glorieus del ciel, par son saintisme non :
Si vous dirai d’Elye, qui ceur ot de baron,
Con il sieut et encauche par ire le glouton ;
(c)Il le vint ataignant, se li dist par iror :
495« Sarrasin, c’or retorne, li cors Dieu mal te doinst !
Cis destriers que tu maines est isneus et cointos :
Volentiers l’en menaise, que li miens nen est pros.
— Vasal, » dist li paiens, « trop par es coragous !....
Que les roches sont hautes et li gué perillous ;
500Nus n’i peut trestorner ne destrier prendre cors.
Chi devant a .i. pré qui est biaus et herbous :
La poras trestorner et mostrer ta valor.

Se tu me peus abatre, que chie des arçons,
Remener en poras che boin destrier gascon :
505En ta vile en peus prendre .c. livres de mangons. »
Quant Elies l’entent, si grant joie n’ot hon,
Dameldé reclama et son saintisme non :
« Par le vostre amistié m’en otroiés le don ! »
.Ii. liewes le rencauche a force et a bandon,
510En mi .i. val l’ataint, se li dist par iror :
« Sarrasin, c’or retorne al convent con avon.
— Vasal, » dist li paiens, « trop par es coragous !
Mes neveus m’as hui mort, .v. u .iiii. en .i. jor,
Or me vas rencauchant : je te tieng por bricon.
515Se tu viens plus avant, tu feras grant folor,
Car tu troveras ja teus .xm. compaignon[s],
N’i a tel ne port hace en sa main u baston ;
S’il vous peuent ataindre, senpre te tueron. »
Quant Elies l’entent, ne le prise .i. bouton.

XVI[14]

520« Chevaliers, tu es fols, » dist li rois Malpriant ;
« Je avoie .i. eskiec de la terre des Frans
Que tu m’as hui tolu par ton fier hardement.
De joster me semons et menu et sovent,
Ne je n’i puis torner ne n’en ai aissement.
525Tu feras grant folie, se tu vas plus avant,
Car tu troveras ja teus .xm. combatans ;
Se il te peuent prendre, n’aras de mort garant. »
Tant parlerent ensamble c’a l’ost vinrent poingnant.
Quant le voient paien, si sallent de tous sens :
530(d)As armes acorurent plus de .m. et .vii. cens.
Dameldé penst hui mais d’Elye le vaillant !

XVII[15]

Quant ore voit Elies que Sarrasin s’airent
Et les os des paiens qui envers li se guient,
Dameldé reclama, le fieus sainte Marie,
535Qu’il garisse(nt) son cors d’afoler et d’ochire ;
Encor(e) voit Malpriant devant lui a delivre,
Souavet va le pas, n’a mès garde d’Elye.
Quant Elies le voit, a poi n’esrage d’ire :
Ses destriers fu mout boins, s’alaine a recuellie,
540Des esperons le hurte que li sans en defile.
Il le vint ataignant lés .i. gués en .i. ille,
Grant cop li a doné sor le targe florie,
Desor le boucle a or li desmaille et esmie.
Mout fu fors li haubers, quant maille n’en eslice ;
545Et la lanche fu roide, ens el gué le sovine.
Mout pesoit li auberc, ja noast li traitres,
Quant Sarrasin i vinrent, la pute gent haie ;
Fors del gué le retraient, sor .i. ceval le misent.
L’enfes prist le destrier que en son ceur dessire ;
550Isnelement i monte, que ne se targe mie,
Et pendi a son col le fort targe florie
Et prist entre ses poins .i. espiel qui brunie :
Li fers en fu a or, l’alemele acherine,
Puis hurte le destrier aval la praierie.

XVIII[16]

555Quant Malpriant esgarde son destrier auferant,
Et voit sus le vasal que il par haioit tant,
Mout fierement escrie : « Franc Sarrasin vaillant,
Se l’en laissiés aler, tout somes recreant.
Ne savés le damage ne le deul qu’est si grant,

560Que il nous a hui fait par son grant hardement.
Mort nous a Salatré et le preu Rodoan
Et Brandone et Triacle de le tere al gaiant,
Et encor .vii. des autres, de tous les mieus vaillant. »
Quant le voient paien, si saillent en tous sens,
565As armes en corurent plus de .m. et .viic.,
(fol. 80)Qui encauchent Elie par mi le desrubant ;
Mès li ber les voit bien, si esgarde et atent :
Il repaire as paiens et s’i joste sovent.
Il sist el boin destrier qui plus tost va corant
570Que ne fait arbalestre ne quarel qui destent :
Quant il vieut, s’est deriere, quant il vieut, s’est devant.

XIX[17]

Or escoutés, signor, que Dieus grant bien vous don,
Li glorieus del ciel par son saintisme non.
Chi vous lairons d’Elye, si dirons des prisons
575Qui gisoient soz l’arbre dolant et coreçous ;
De saïns et de cordes orent loiés les puins :
« Dameldeus, » dist Guillaumes, « par ton saintisme non,
Qu’avés fait del vasal qui tant est coragous,
Qu’encaucent li glouton par le pré angoisous ?
580Hé ! Dieus, con fust grant joie, se desloié fuisons !
Se l’alison secore a force et a bandon. »
A iceste parolle .i. vilain lor est sors
Et portoit se cuingnie dont ot ovré le jor.
Quant il voit les paiens detranchiés en l’erbous,
585En fuie vaut torner, car mout ot grant paour.
Et quant le voit Guillaumes, si l’a mis a raison :
« Amis, parolle a moi, bacheler, jovenes hon ;
Ja oras tel novele, s’en toi a point d’amor,
Dont tu avras au ceur et pitiet et dolor.

590Caitif somes de Franche et d’amis soffraitous.
Sarrasin nous ont pris, droit a hui .xv. jors.
Onques puis ne fu soir ne matin nes un sous,
Ne livraissent as cors grant paine et grant dolor :
As corgies noees nous batent cascun jor.
595Or nous vien(t) desloier, si feras que preudon,
Et prent tous ces destriés qui tout sont devant nous.
— Sire, » dist li vilains, « qu’en feroie ge dont ?
N’ei tant de tous avoirs dont les peusse .i. jor.
.Vii. enfans ai a paistre, par le foi que doi vous,
600Que je n’ai que je meche en la main al menor ;
Car tous jors ai ovré a .i. maistre orgellous
(b)Qui me taut me deserte et delai[e] tous jors.
A Dameldé m’en plaing, le verai glorious,
Qu’il me fache justice par la soi[e] douçour. »
605Et quant l’entent Guillaumes, au ceur l’en prist tenror,
Le vilain apela, se li dist par amor :
« Or pren tous ces bliaus, ces hermins pelichon[s],
Si les ven(s) a deniers et si soies preudom,
Et proie Dameldé, le verai glorious,
610C’ait merchi dou vassal ques a mort hui cest jor. »
Quant li vilains entent le consel del baron,
Il a trait son coutel, si les delie tous.

Quant Guillaumes d’Orenge se senti desloiés,
Por nule riens en terre ne se fesist si liés ;
615Il est passés avant, si saissi .i. espiel
Et jure Dameldé, le glorieus del ciel :
« Mieus vauroit estre mors, ocis et detranchiés,
Par mi le cors feru de .vii. tranchans espiés,
De .xxx. u de .xl. et devant et derier,

620Ja mais par Sarrasin fuisse pris ne loiés. »
Dist Bernart de Brubant, li kenus et li viés :
« Se je n’avoie d’armes mès c’un pel aguissié(s),
S’en abatrai je .c. devant el premier cief.
— Signor, » che dist Hernaus, « n’ai soing de manecier
625Secorons le preudome, le vaillant chevalier,
Qu’encachent li gloton par mi le pui plenier. »
Et respondi Bertram : « Or oi plait qui bien siet.
Courés vous adouber, nobile chevalier :
Alés prendre les armes de ces felons paiens
630Qui gisent a la tere ochis et detrenchiés. »
Et cil ont respondu : « De gré et volentiers. »
Il sont venu as mors, si les ont despoilliés,
Et vestent les aubers, s’ont les elmes laciés
Et çaingent les espees a lor flans senestriers,
635Et monterent es seles des boins corans destriers,
Et jetent a lor caus les escus de quartiers
Et prissent en lor poins les rois tranchans espiés ;
(c)Par mi .i. val s’en vont poingnant tous eslaisiet.

XXI[19]

Or chevalcent tout .iiii. ensamble li baron,
640C’est de la flor de Franche, des millors qui i sont.
Il encontrent paiens lés le costé d’un mont,
Qui encachent Elye a coi(n)te d’esperon ;
A .i. gué l’ont ataint, se li toillent le cour.
Ja l’eussent ochis li Sarrasin fellon,
645Quant Guillaumes d’Orenge tout .i. val lor est sours,
Il et Bertran ses niés, li vasal et li prous,
Et Bernart de Brubant et Hernaut l’airous,
En la presse se fierent ensement comme lous.
La veissiés bataille et mervellos estour,
650Voler sanc et cervelle comme pleue qui court.
Qui Bernart de Brubant esgardast en l’estour,

Con il croille la barbe et fronce le gernon !
Dist Jossés d’Alixandre : « Cis vieus est mervellous !
C’est Artus de Bretaigne u Gavain, ses nevos,
655U Pilate d’enfer u Mordrant l’airous,
Qui manguent les homes .v. u .iiii. en .i. jor.
Par le foi que vous doi, si fera il nous tous,
Car poignomes a l’ost, qu’il nous facent secor. »

XXII[20]

Ausi con li faucons fait les oiseus fuir,
660Fait Guillaumes d’Orenge paiens et Sarrasin[s].
Elyes sist el vair que Malpriant toli ;
S’il s’en vausist aler, ne doutast Sarrasin ;
Mais il ne vaut François ne fauser ne guerpir,
Ains retorne sovent avoec aus por ferir.
665Elye li gentius, qui Dieus puisse garrir,
Sor l’escu de son col vait ferir Salatrin
Et Truant de Baudas et le preu Menalis ;
.Vii. en a craventés devant lui el chemin.
Franc ne porent lor cos endurer ne sofrir,
670Que lor donent entr’aus paien et Sarrasin,
Ains s’en tornent en fuie tout .i. [feré] cemin
Desor l’aige del lac sor .i. sentier antis ;
La corurent François qui la sont defui.
(d)Mais paien les ont si souspris et envais,
675Il lor lancent fauçars et boins espiels forbis ;
Ja fuissent no François et retenu et pris,
Quant Elies esgarde tout .i. feré chemin
Et voit .xx. chevalier[s] qu’avalent .i. lairis
Qui querroient Elie, ses peres les tramist.
680Mais trop ont demoré et targié de venir :
Li messagiers les ot deslaiés el chemin,

Que il troverent mort, si l’ont en terre mis.
Et quant les voit Elies, mout joians en devint :
De la joie qu’il ot fait le ceval saillir ;
685Li destrier s’en repaire contreval le lairis ;
Onques [Dés] ne fist beste qui s’i peust tenir,
Cers ne dains ne aloe, faucons ne esmeril ;
Et revient Ataignant .i. felon Sarrasin :
Cil fu fieus l’amiral qui la guerre mainti(e)nt
690Et frere Rosamonde, c’ainc si bele ne vi.
Elyes laisse corre le destrier u il sist,
Vait ferir le paien devant en l’escu bis,
Le blanc auberc del dos desront et dessarti,
Trestout par mi le cors son boin espiel li mist,
695Enpoin le par vertu, mort l’abati sovin.
A tant evous poignant tout .i. sentier anti
Bertram le preu, le sage, le chevalier hardi :
Sor l’escu de son col va .i. paien ferir,
Que il li a perciet et l’auberc desarti,
700Le ceur qu’il ot el ventre li a en deus parti ;
Enpoin le par vertu, mort l’abati enqui.
Et Bernars le regarde, li vieus quenu flori :
Envieus fu del cop qu’il vit faire son fil,
Ja sera mout dolans se .i. paien n’ochist ;
705Sor les las de son elme va .i. paien ferir :
La teste en fait voler a tout l’elme bruni.
Guillaumes fiert le quart, Hernaut feri le quint,
Et li .xx. chevalier ne sont pas alenti :
Cascuns des .ii. barons ra .ii. paiens ochis.

XXIII[21]

710(fol. 81)Mout fu grant la bataille et li estor campés ;
Dieus, con i fiert Guillaumes, li marcis au cort nés !

Les .iiiim. escus ont si mal atornés
N’en fust ja nes uns seus estors ne escapés,
Quant i vint le grant force que conduist Macabrés.
715Cil ont si nos François ferus et ramenés,
Que des .xx. chevaliers n’en sont que .x. remés,
Les .x. autres ont pris, loiés et atrapés.
Nostre François sont trait a .i. regort de mer,
Il escrient Elie : « Chevalier naturés,
720Traiés vous envers nos, si serons plus doutés. »
Et il si feist senpre, bien s’en fu apensés,
Quant i vint .i. paiens quil semont de joster.
Et quant l’entent Elies, le sens quide derver :
Mieus vauroit estre mors que coars apelés.
725Il hurte le destrier par andeus les costés
Et a brandie l’anste de l’espiel noelé,
Vait ferir le paien sor son escu bouclé,
Desor la boucle a or li a fraint et quassé,
Enpoin le par vertu, si l’a mort craventé :
730« Outre, quiver, » dist il, « Dieus te puist mal doner !
Onques li miens lignages ne pot le tien amer. »

XXIV[22]

Elies vit ses homes et pris et retenus ;
Dieus ! con or se demente desous son elme agu :
« Baron, » che dist Elies, « con mar m’avés seu !
735Se ne vous puis vengier, ainc si dolant ne fui. »
Guillaume est en la presse et Bertram avoec lui,
Et Bernart de Brubant et Hernaut li kenu ;
Il escrient Elie a la fiere vertu :
« Ber, car te trai vers nous, si serons plus cremu,
740Ja mais n’en penras mort tant con en dura uns. »
Et il si feist senpre, bien s’en est percheus,

Quant i vint .i. paiens qui .vii. piés ot de [b]u :
« Par Mahomet, François, mout [t’]es hui maintenu,
Que par nul Sarrasin ne fus hui abatu.
745Va, si guerpi ta loi et ton Dieu mescreu,
(b)Si croi en Mahomet qui nous fait les vertus,
Qui fait issir del fust et le flor et le fruit.
— Va, glous, » che dist Elies, « tu es fols esperdus !
Mahons ne Apolin ne font joie ne bruit,
750Ne vaut .iiii. deniers fors l’argent qui est s(o)us,
Dont vous les avés tous aornés et vestus. »
Quant li paiens l’entent, ainc si dolant ne fu,
Onques puis n’i ot resne ne saciet ne tenu :
Gran cos s’en vont doner es conbles des escus,
755Toutes plaines lor lances se sont entrabatu.
Elye trait l’espee qui roi Salatré fu,
Vait ferir le paien desor son elme agu,
Enfressi qu’es espaules l’a trestout porfendu,
Puis l’a mort abatu en mi le pré herbu.
760Malpriant i sorvient, qui son ceval connut,
Il a traite l’espee, a Elie est venu,
Ja li caupast le cief senpre desor le bu,
Quant Gerart li escrie ausi près con il fu :
« Tais, paien, ne l’ochie, maleois soies tu !
765C’est li fieus Julien le hardi conneu :
Grant avoir en avras, s’en prison l’as tenu. »
Quant l’entent li paiens, ainc si joiant ne fu,
A plus de .m. paiens a il l’enfant rendu :
Se li loient les mains, que li sans en ciet jus.
770Guillaume est en la presse et Bertram avoec lui,
Elyes lor escrie ensi pris con il fu :
« Ber, laissiés le bataille puis que sui retenu ;
Mieus aim que je seus soie et pris et retenu,
Que vos autre fuissiés ne jugié ne pendu. »
775Quant Guillaumes l’entent, ainc si dolant ne fu,

A haute vois escrie : « Chevalier, qui es tu ?
Encor ne te connois, mout [t’]es hui maintenu.
— Certes, » che dist Elies, « ne me celerai plus.
Je sui fieus Julien, de Saint Gille le duc. »
780Quant Guillaumes l’entent, ainc si dolant ne fu,
A haute vois escrie : « Bertram, niés, que fais tu ?
(c)Ja est pris li vasaus qui tant a de vertu :
Se l’en laisons aler, mors sons et confondu. »
Il hurte le destrier des esperons agus,
785Et Bernart de Brubant et Hernaut li kenus
En le presse se fierent tout ensanble a .i. hu.
La veissiés bataille et estor maintenu,
Onques mais par .i. home ne fu si fier veu.
Mais ne lor vaut lor forche valissant .i. festu,
790C’Elyes li vasaus est pris et retenus.
Et Guillaumes s’en torne et Bertram avoec lui,
Et Bernart (et) de Brubant et Hernaut li chenus.
Sarrasin les encauchent a force et a vertu :
Ariere s’en retornent, n’en peuent baillier un.
795Et Guillaumes chevalce a la fiere vertu,
Enfressi a Saint Gille n’i ot resne tenu.
A la porte ont trové .i. quiver mescreu.
Prismes parla Guillaumes au cor nés de Leun :
« Amis, evre la porte, que Dameldé t’aihut !
800Au conte Julie[n] voil je mander salu. »

XXV[23]

Li portier fu mout fel, glous et desmesurés :
Il ovri le guicet, quant il les ot parler,
Et a coisi Guillaume, le cief ot desarmé(s),
Lors a parlé li glous, que Dieus puist mal doner :
805« Por auteus recouvrir ne por messe canter

Ne vous fu mie faite la bo(u)che sor le nés.
Bien me samblés espie de cel autre resné,
U vous estes Guillaumes, li marcis au cor nés.
Or vous alés hui mais en cel bourc ost[el]er
810Enfressi a demain que li jor parra cler,
C’au conte Julien venrés la sus parler. »
Quant Guillaumes l’entent, le sens quide derver ;
Il hurte le destrier, qu’il vaut laiens entrer.
Li portiers saut en piés, s’a .i. baston combré,
815Ferir en vaut Guillaume, le marcis au cor nés.
Quant li quens l’a veu, l’escu li a torné,
Et li glous i feri qui fu fel et irés,
(d).I. grant piet li fendi de l’escu noelé :
« Oncle, » che dist Bertram, « vous a il adessé ?
820— Nenil, » dist il, « biaus niés, la merchi Dameldé. »
Et Bertram passe avant a loi de bacheler ;
Le poin senestre li a el cief mellé,
Enpoin le bien de lui, el fossé l’a jeté ;
L’aigue fu grant et rade, aval l’en a mené.
825Quant li fieus au portier vit son pere tuer,
Enfressi el palais ne se vaut arester :
A sa vois qu’il ot clere s’est pris a escrier.

XXVI[24]

Es le fil al portier ens el palais venu,
A sa vois qu’il ot haute s’escrie par vertu :
830« Julien de Saint Gille, mout t’est mal avenu :
Mes peres t’a servi .xiiii. ans, voire plus,
C’onques ne li donas palefroi ne boin mul :
Mout malvais gueredon l’en as [tu] hui rendu,
C’a ta porte a trové .i. glouton mescreu,
835En l’aige l’a jeté desor le pont la jus. »

Quant Juliens l’entent, ainc si dolant ne fu,
Il jure Dameldé qui el ciel fait vertu
Ja n’istront de cel resne si esteront pendu.
A tant evous Guillaume au cor nés de Leun,
840Et Bernart de Breubant et Hernaut le kenu(s),
Et montent el palais tout a .i. bruit.
Premiers parla Guillaumes au cor nés li menbrus :
« Cil Dameldé de gloire, qui el ciel fait vertu,
Si garde Julien, ses amis et ses drus !
845Amis, je sui Guillaumes, ne me celerai plus,
Cist autre sont mi frere qui tant sont parcreu.
C’est Bertram et Hernaus et Bernart li kenus :
Fil somes Aymeri de Nerbone, au chenu.
A ta porte ai trové .i. glouton mescreu,
850Qui ne nous vaut ens metre, mout en sui irascu :
En l’aigue l’ai geté desor le pont la jus,
Certes, car d’une cosse m’ere mout irascus,
Qu’Elyes li vasaus est pris et retenus ;
(fol. 82)Mais selonc l’aventure nous est bien avenu. »
855Quant Julien l’entent, ainc si dolant ne fu.
La dame chiet pasmee, qui tenue ne fu,
Julien l’en redreche, li vieus et li kenu :
« Dame, » che dist li dus, « mal nous est avenu,
C’Elyes, nos chiers fieus, est pris et retenus ;
860Mais selonc l’aventure nous est bien avenu,
Quant cil sont escapé, qui tant ont de vertu.
Par ceus avrai Elie, ja si bien n’ert tenu. »
Il a dit a ses homes : « Car levés sus !
Che sont mi droit signor, a Dieu ren ge salu. »
865Guillaumes ai mandé a Rains u a Leun
Au riche roi Loeys, que secor li aiut,
Et cil li amena .xlm. escus.
Aymeri de Nerbone est au secor venus,
Tant en a asamblé .cm. sont et plus.

870Chi lairons de Guillaume au cor nés, le menbru,
Si diromes d’Elye a la fiere vertu,
Que Sarrasin en mainent, li quiver mescreu.
Dist Jossés d’Alixandre : « Mal nous est avenu,
Quant cil sont escapé qui tant ont de vertu.
875Or vauront repairier dusc’a .vii. jors au plus,
S’av(e)ront en lor compaigne plus de .xxm. escus ;
Nus ne dura vers aus, car trop ont de vertu.
Car issons de lor terre ains que soions veu. »
Et cil ont respondu : « Cis consaus ert creu. »
880Il vinrent a la rive u la navie fu.
Ens el font d’une barge getent Elie jus ;
Se li loient les mains, que li sans en ciet jus.

XXVII[25]

(b)Or s’en tornent paien, que li cors Dieu maldie,
Qui les .vi. chevaliers en mainent et Elye.
885Il se poignent en mer, si se boutent de rive
Et trespassent Baudas et le terre d’Ongrie,
A senestre laissierent Romaigne et Femenie,
Et a destre laissierent la chité de Rousie,
Et virent les palais et les herbergeries,
890Les tors vielles et droites qui vers le ciel baulient.
Macabré l’amiral ne s’aseura mie,
Devant lui fait venir no François a delivre,
Il a traite l’espee, qu’il les voloit ochire,
Quant i vint Josias qui d’Irlande estoit sire :
895« Por Mahon, amirals, ne les ochiés mie !
Ja ai ge fait por vous mainte chevalerie,
Tante lanche brisie, tante espee croissie.

Onques n’en euc del vostre [vaillant] une angevine.
Donés moi les François en la moie baillie,
900Je les ferai mener en Irlande ma vile,
Ferai lor aourer Mahomet et ses i(n)deles.....
A mollier li donrai Rosamonde ma fille,
La plus bele pucele de toute paienie ;
Et si nel voillent faire, livré sont a martire. »
905Macabré l’amiral ne s’aseura mie,
Devant lui fait venir Mahomet et ses ideles.
Covert fu d’un brun paile por le caut qui l’aigrie,
Derier fu apoiés d’un arbre de Surie,
Que de devant ne versse ne de derier(e) ne plie,
910Ensi encortiné comme feme [en] gesine.
Plus de .m. Sarrasin l’aourent et aclinent ;
Macabré l’amiral l’aouroit il meismes :
Il garde devant lui, si a coisit Elye,
Qui avoit en son dos une bronge trellie ;
915Il n’ot point en son cief de hiaume de Pavie,
Sarrasin li tolirent tantost con il le prissent.
Il est passés avant, les .ii. poins li delie
Et le prist par le main, a Mahomet le guie :
(c)« Or me di, crestiens, par le toi baptestire,
920Veis mès [en ta vie] si biau dieu ne si riche ?
Il me done trestout quanque voil et desire ;
Quant je voil, il me guie el resne de Surie
U en cel de Baudas u en cel d’Aumarie. »
Quant Elies l’entent, ne peut muer n’en rie :
925« Caitis rois orgellous, li cors Dé te maldie !
Por coi tiens tu a dieu une cose falie ?
Il nen a ame el cors ne parolle ne vie ;
Quil feroit .xv. cos d’un baston lés l’oie,
Il ne l’en feroit ja ne maltalent ne ire
930Ne n’en grongeroit ja ne plus que une bisse.
Car pleust ore a Dieu, le fieus sainte Marie,

Que l’eusse en Provenche ens el mostier Saint Gille !
Il avroit ja brisiet le nés et les orilles,
J’en osteroie l’or et les pieres plus riches,
935Sodoier[s] les donroie, ses en feroie riche[s],
Puis vous venroie seure o mout grant ost banie ;
Je ne vous laisseroie vaillant une angevine. »
Quant l’amiraus l’entent, a poi n’esrage d’ire,
Il vint a Mahomet, se li a pris a dire :
940« Gentieus dieus de boin aire, ne vous en poist il mie
Dou François orgellous qui si vous contralie ?
Tenés, la moie foi vous sera ja plevie,
J’en prendra la venganche, mès que je vienge a vile.
Paien, drechiés les forces, Mahomet vous maldie !
945Ja mora li François, n’ert consaus de sa vie. »
Quant l’entendi Elies, n’a talent qu’il en rie ;
Dameldé reclama, le fieus sainte Marie,
Qu’il garisse son cors d’afoler et d’ochire ;
Ançois que il soit vespres ne sonee complie
950Ara paor de mort, d’afoler et d’ochire.
Encor voit Malpriant devant lui a delivre,
Qui tenoit le destrier que il toli el l’ile.
Bien estoit enfrenés et la sele estoit mise,
Il le tient par le resne, .i. paien le delivre.
955(d)Quant Elies le voit, a poi n’esrage d’ire ;
Dameldé reclama, le fieus sainte Marie :
« Dameldieus, sire pere, con hui main estoi riches,
Quant je che boin destrier avoie en ma baillie !
Car le me rendés ore, dame sainte Marie.
960Certes, mieus voil morir a espee forbie
Que je ne l’aie anqui en la moie baillie. »
Par milieu de la nef a sa voie aquellie,
Il fiert si le paien, qui le tient lés l’oie,
Que la char li blecha et les os li debrisse ;
965Devant lui l’abat mort, en le nef le sovine.

Lors a pris le destrier que en son ceur desire,
Isnelement s’en torne, que [il] ne targe mie,
Il s’est ferus en l’aigue qui cort de grant ravine.
Li destriers fu mout boins, qui se noe a delivre ;
970Il est venus en terre en une praierie,
A sa vois qu’il ot clere hautement li escrie :
« Paien, or m’en vois je, li cors Dieu te maldie !
Et vous drechiés les forces en mi le praierie,
Si pendés li un l’autre, malvaise gent aie. »
975Quant l’amiraus l’entent, a poi n’esrage d’ire ;
Il vient a Mahomet, se li a pris a dire :
« Gentieus dieus deboinaires, entent que je voil dire
Dou François orgellous qui tant te contralie ;
Fai le moi arester la devant a tel rive.
980Se nel fais arester, n’as consel de ta vie :
Je t’arai ja brisiet le nés et les orilles. »
Quant che voit Macabrés c’adès s’en vait Elye,
Il vient a Mahomet, se li a pris a dire :
« Gentieus dieus deboinaire, or ai ma foi mentie,
985Car li François s’en va, je ne l’ataindrai mie. »
Il hauce le poing destre, si le fiert lés l’oie,
Qu’il l’a mout mal mené et trestout le debrise,
Devant lui l’abati, en la nef le sovine,
Que tuit li escarb[onc]le fors del cief li saillirent.
990Quant Sarrasin le voient, a poi n’esragent d’ire ;
(fol. 83)Vienent a Macabré, se li ont pris a dire :
« Caitis rois orgellous, por coi nous contralie[s],
Qui si bas nostre dieu et confons et justiche[s] ?
Se tu ne l’en fais droit, n’ert consaus de ta vie :
995Tu t’en veras contrais ains l’eure de complie. »
Quant l’amiraus l’entent, durement s’umelie ;
Il vient a Mahomet, .c. fois merchi li crie :
« Gentieus dieus deboinaire, ne vous en poist il mie :
Certes, que j’ere plains et de corous et d’ire.

1000Tenés, je vous frai droit a la vostre devise :
Je vous donrai .m. mars, mès que je vieng[e] a vile,
Dont je vous referai le nés et les orilles. »
Il a pris son gant destre, ens el puin li afice.

XXVIII[26]

« Signor, » dist l’amiraus, « malement sui bailliés !
1005Chou que ti(e)ng a mes poins ai geté a mes piés ;
J’eusse encor le Franc, se ne fust desloiés. »
Il en a apelé Baligant et Gontier :
« Vous serés .iiiixx. sor les corans destriers,
Si m’en irés de cha, nobile chevalier :
1010Se trovés le François, mors soit et detranciés ;
Il n’a port en ma terre u il soit herbergiés,
Qu’il ne soit senpre mors u tués u noiés. »
Et cil li respondirent : « De gré et volentiers »
Isnelement et tost s’en vont aparellier :
1015Il vestent les aubers, lacent elme[s] d’achier,
Et çaingent les espees et montent es destriers,
Et pendent a lor caus les escus de quartiers,
Et prendent en lor poins les rois trancans espiés :
Tout droit après Elie s’en sont tout eslaissié.

XXIX[27]

1020Signor, desous Sobrie sont paien arivé :
Et Elies s’en vait, qui lor est escapé.
Toute nuit chevalca par mi le gaut ramé.......
A iceste parolle a son vis tresto[r]né ;
Contre la lune garde, qui jetoit grant clarté,
1025Et vit les Sarrasins sor les destriers armés.

Devant trestous les autres vint li rois Codroés ;
(b)A sa vois qu’il ot haute se prist a escrier :
« Par Mahomet, François, or avés mal alé.
Je vous renderai pris mon signor Macabré,
1030Et si fera de vous toutes ses volentés :
Il vous pendra a forques u noiera en mer. »
Et respondi Elies : « Dan glous, vous i mentés :
Venistes vous me quere por tel cose trover ?
Par selonc le merite le loier en avrés. »
1035Il hurte le destrier des esperons dorés :
Vait ferir sor l’escu le fort roi Codroé,
Desor la boucle d’or li a fraint et quassé,
Et le hauberc del dos desront et desclavé ;
Tant con anste li dure l’abati mort el pré.
1040A tant evous poignant Sarrasin et Escler,
Et trevent chelui mort, n’osent avant aler.
Cele nuit gut Elies dedens le gaut ramé,
Ne but ne ne manga : ne li fu apresté ;
Ses chevals ne gousta de feure ne de blé ;
1045Jusques al(e) matin[et] que li jor parut cler,
Qu’Elyes se leva, quant il vit le clarté.
Il est issus del bos, s’est entrés en .i. pré ;
Dameldé reclama et la soie bonté :
« Dameldieu, » fist il, « pere, qui me fesistes né,
1050Je ne mangai de pain bien a .iii. jors passé,
Puis a je tant maint cop recheu et doné :
Vous me donés hui home qui me doinst a disner. »
A iceste parolle a gardé en .i. pré,
Et vit .iiii. larons sous .i. arbre aresté[s] :
1055Si partoient avoir qu’il avoient enblé ;
Murgale de Turnie l’ont tolu et robé.
Cil orent .i. mangier mervelleus apresté
De .ii. paons rostis et d’un cisne enpevré,
Et .ii. gastieus tous blans de forment buleté,

1060Et .ii. boucieus tous plains de vin et de claré.
Quant Elies les voit, cele part est alés,
Sor le corant destrier est cele part tornés ;
(c)Et avoit en son dos .i. blanc auberc safré,
Et ot çainte l’espee qui fu roi Salatré ;
1065N’ot point ens en son cief de vert elme gesmé :
Sarrasin li tolirent, quant fu enprisonés.
Quant li laron le voient, mout en sont esfraé,
Espié quident estre, si sont en piés levé,
Por lor cors a desfendre sont mout bien apresté :
1070« Signer, » che dist Elies, « mie ne vous doutés ;
De moi n’avés vous garde, si me garisse Dés. »
Il a geté sor l’erbe son fort escu bendé,
Son boin destrier corant atacha a .i. pel,
Venus est as larons, si les a salués :
1075« Cil Dameldé de gloire qui en crois fu penés,
Cil vous gart, biaus signor, se vous en lui creés ;
Et se vous ne creés Jhesu de majesté,
Cil sires vous confonge qui en crois fu penés. »
Et li laron se taissent, que n’i ont mot soné.
1080Li maistre des larons s’en est en piés levés ;
Il a dit a Elie : « Vasal, vous que querrés,
Quant n’avés avoec vous sergant ne bacheler ?
— Sire, » che dist Elies, « je nel puis amender ;
Nés sui de douche Franche, de mout grant parenté :
1085Guillaumes est mes oncles, li marcis au cor nés,
Mes grans sire Aymeris de Nerbone sor mer,
Et sui fieus Julien de Saint Gille le ber.
Paien et Sarrasin m’orent enprissoné :
Par ma fiere proeche lor su je escapés.
1090Or ne mangai de pain, bien a tier jor passé(s) ;
Or voi chi le mangier garni et apresté :
Certes, g’en mangerai, qui qu’en doie pesser.
Ains ne demanda aige por ses mains a laver,
Au mangier s’est assis sans congiet demander.
1095Tant ne sorent li dui [ne] taillier ne haster

Con Elies manga, qu’il l’avoit dessiré.
Quant li maistres le voit, se li a escrié :
« Par icel saint apostle c’on quiert en Noiron pré,
(d)Por vuidier escuele ne por anap torner,
1100Millor[s] mains que les vostre[s] ne poi onques trover.
Chevalier, tu es fols, che sache[s] de verté,
Qui mangus no vitaille, si se nous en sés gré.
Mès pa le foi que doi mes compaignons porter,
N’avés mangiet morsel qui le col ait passé
1105Ne vous coust anquenuit .i. marc d’or cuit pessé.
— Sire, » che dist Elies, « merchi por l’amor Dé.
Encore est cis mangiers, s’il vous plaist, a conter ;
Certes je sui tous prest de mon escot livrer,
U je paierai tout, se vous le commandés. »
1110Et dist a l’autre mot li gentieus baceler :
« Con est ciers chi pais envers cel u fui nés !
L’autre jor fui en Franche a Paris la chité :
Por .c. saus de deniers en eusse autretel.
Or prendés de mon dos mon hermin engolé,
1115Qui bien cousta .c. mars, quant je fui adoubés,
Il n’a que .iiii. jors, par le foi que doi Dé,
Que me fist chevalier, mout l’oc en grant chierté,
Julien de Saint Gille, mes peres, li senés.
.C. saus valent les goles de deniers monaés ;
1120Et se me clamés quite, grant aumoisne ferés. »
Et dist li maistre leres : « De folie parlés.
Ne vous coutera gaires, se vous i loist parler :
Cel destrier coureor que voi la aresné,
Cel auberc de cel dos et cel branc del costé,
1125Cel hermin peliçon, cel bliaut engoulé ;
Tous nus piés et en langes, a ton col .i. grant pel,
Trestous seus en irés tout le chemin feré ;
Et se tu chou n’otroies volentiers et de gré,
Ja seras tant batu, jel te di par verté,
1130Dont li caup te vauront .i. destrier sejorné. »

Quant Elies l’entent, le sens quide derver ;
Maintenant respondi, car le ceur ot iré.

XXX[28]

(fol. 84)Elyes li vasal, qui tant fait a prissier,
Respondi as larons, qui Dieus doinst encombrier :
1135« Fil a putain, glouton, » dist Elies li fier,
« Quant je vous trovai ore chi illeuc a mangier,
Quidai que vous fuissiés sergant u chevalier,
Ou marcheant prodome et d’avoir enforcié,
Qui seussent prodome servir et aaisier.
1140Or voi que laron estes, leceor pautonier,
Si me volés tolir mon auferant destrier.
Se j’en eusse .i. autre, quite vous fust laissiés ;
Mais je sui fieus a conte, ne sai aler a piet,
Julien de Saint Gille, le nobile guerrier.
1145Seés vous or(e) tout coi, que ne s’en meve piet ;
Par le foi que je doi al glorieus del ciel,
Il n’i a cel de vous si hardi ne si fier,
S’il se dreçoit amont por mes resnes baillier,
Quant il partroit de moi, ja mès ne seroit liés :
1150Autre force i convient por mon cors justichier. »
Li mestres des larons s’en est mout coreciés.
Il tenoit en sa main .i. baston de pumier :
Ferir en vaut Elie par mi le crois del cief.
Li enfes fu mout sages, qui bien se sot gaitier :
1155Il haucha le poing destre qu’il ot gro et plenier.
Venus est au laron, .i. ruiste cop le fiert,
Le maistre os de la geule li a par mi brisiet,
Que mort l’a abatu devant lui a ses piés ;
(b)Puis a pris en son poing le baston de pumier,

1160Si fort en feri l’autre mort l’abat a ses piés.
Et li tiers torne en fuie, en mi le bos se fiert.
Galopin fu li mieudres, se li chei as piés ;
Douchement de boin ceur li a merchi proiet :
« Merchi, » dist il, « biaus sire, por Dieu ne m’ochiés,
1165Je vous servirai certes par mout grant amistiet. »

XXXI[29]

Galopin fu li mieudres, se li vient a genos :
« Merchi, » dist il, « biaus sire, je sui mout gentieus hon :
Je vous plevi ma foi orendroit a estrous
C’onques ne me fu bel li lai dire de vous.
1170Encore ai .i. tressor en cel bois la desous,
U il a tant avoir et argent et mangons
Et aubers et vers elmes et escus poins a flors,
Boines armes et beles et auferans coi(n)tous :
Se vous me laissiés vivre, che vous donra ge tout. »
1175Quant Elies l’entent, forment le tient a prous.

XXXII[30]

Quant ore entent Elye qu’il n’est pas Sarasin
Et qu’il croit bien en Dieu qui onques ne menti,
Il l’en a apelé, belement li a dit :
« Amis, con as tu non ? garde n’i ait menti. »
1180Et cil a respondu : « Biaus sire, Galopin,
Et si sui nés d’Ardane, fieus au conte Tieri ;
Berrars si fu mes freres, li preus et li gentis.
A l’ore que fui nés ceste paine m’avint :
.Iiii. fees i ot ; quant vint al departir,
1185Li une me voloit a son eus detenir ;

Mais les autres nel vaurent endurer ne soufrir
Et prierent a Dieu qui onques ne menti
Que ja mais ne creusse, tous jors fuisse petis,
Se n’eusse de lonc que .iii. piés et demi,
1190Et s’alaisse plus tost que cheval ne ronchin ;
Certes, et je si fac, por voir le vous plevi.
Lors fu morte ma mere et mon pere autressi :
Mi parent m’orent vil por chou qu’ere petis,
Si me vaurent noier en le mer, el grant fil.
1195(c)Cist laron m’acaterent, que trovés avés chi :
Tant m’ont de lor mestier ensengiet et apris
Soussiel nen a chastel, dongon ne roellis,
Ne sor pilers de marbre tant soit palais assis,
Que n’en traie l’avoir, tant parfont i soit mis.
1200Or devenrai vostre hom, si vous vaurai servir. »
Galopin passe avant, son homage li fist,
Et joint [ses] mains petites, as Elie les mist,
Et devint ses hons liges et fiauté li fist.
Il li avra mestier, che quic, ainc mout petit,
1205Que Elies esgarde tout .i. feré chemin,
Et voit venir Ector, .i. felon Sarrasin,
Et Gossé(s) d’Alixandre, Gautier l’amanevi ;
Et quant les voit Elies, s’en a geté .i. ris ;
De che fist il que faus, quant ne daigna fuir.
1210A estal s’aresta droit en mi le chemin ;
Et Hector laisse corre le destrier u il sist,
Et vait ferir Elie devant en l’escu bis ;
Le blanc auberc del dos desront et desarti,
Si que lés le costé le roit espiel li mist ;
1215Et li dui s’eslaisierent au chevalier gentil.
Je que vous cheleroie ? .iiii. plaies i prist,
De toute la menor [en] deust il morir,
Mais Jhesu le garda, qu’en sa garde le mist.
Ains k’eust trait(e) l’espee, i sorvint Galopin,

1220Et saissi .i. levier qu’il trova el chemin,
Et vait ferir Gontier rés a rés le sorcil :
La cervele en espant, mort l’abat el cemin,
Et il saissi l’espiel qui des poins li chei,
Et vait ferir Ector devant en l’escu bis
1225Si que par mi le cors son roit espiel li mist.
Et Jossés torne en fuie, navré l’a Galopin,
Ne portera mès armes, si con moi est avis ;
Et quant le voit Elies, cele part poignant vint,
Isnelement et tost s’en vint a Galopin.
1230Tost et delivrement sor .i. ceval sailli,
(d)Plus tost qu’il onques pot s’en vint a Galopin.
Il l’en a apelé, belement li a dit :
« Certes, sire compains, bien l’avés deservi.
— Sire, » che dist li leres, « por les sains Dé, merchi.
1235Voir, je n’i montai onques ne a ceval ne sis,
Ne ne sai chevalcier ne je ne l’ai apris,
Ançois querroie sempre, por voir le vous plevis.
Mais montés en chelui qui vous vient a plaisir,
Et je menrai ces autres tout che ferré chemin.
1240S’il ne voillent aler, par les sains que Dieus fist,
Jes avrai d’un baston afolés et conquis. »

XXXIII[31]

Quant Elies entent que li leres fu tés
Qu’il n’ot soing de ceval ne il n’i vaut monter,
So talent li lait faire, fache ses volentés.
1245En lor chemin s’en entrent, qu’il quident retorner.
Une bruine lieve, ques a mout destorbé.
E les vous a Sorbrie u furent escapé ;
Devant le maistre porte encontre Josué.
Quant li paiens les voit, ses reconnut assés,

1250Il met son caperon, ses lait outre passer ;
Devant aus en entra en la boine chité.
Quant il fu el palais, sel noncha Macabré,
L’amiral de Sorbrie, voiant tout son barné :
« Par Mahon, amiraus, malement as ovré :
1255Ne verés mais Hector que tant sol(i)és amer,
Ne Gontier, vostre dru, qui vous seut coroner. »
Quant l’amiraus l’entent, le sens quide derver :
Il desfuble se cape, d’une part l’a jeté,
Puis se prist a .ii. poins, si se hurte al piler
1260Por .i. poi que de lui ne fist les ieus voler :
« Tervagant, car pren m’arme, car je ai trop duré ! »
U qu’il voit Sarrasins, si les a apelés :
« Alés [en] tost as pors, si peçoiés les nés ;
Gardés que n’i remaigne sergant ne bacheler.
1265Qui penra les François, ses loiers en ert tés
Je li otroi ma terre par che gant d’or brousdé.
(fol. 85)— Sire, » dist li paiens, « mout grant tort en avés.
Por ques querrés plus loing, quant si près les avés ?
De[lés] ces maistres portes, desous cel pin ramé,
1270La vi ore les Frans qui mout sont esgaré :
Par le foi que vous doi, ne sevent u torner. »
Quant l’entent l’amiraus, grant joie en a mené ;
Il a dit a ses homes : « Or tost, ses amenés ;
Tel justiche en ferai con vous tuit loerés. »
1275Et cil ont respondu : « Si con vous le volés. »
Isnelement et tost se corent adouber,
Et vestent les aubers, s’ont les elmes fremés.
Et çaignent les espees as senestres costés,
Et monterent es seles des destriers sejornés,
1280Et getent a lor caus le[s] fors escus bouclés,
Et prendent en lor poins les fors espiés quarrés :
Jusc’a la maistre porte en sont poignant alé.

XXXIV[32]

Or m’escoutés, signor, que Dieus vous beneie.
Cele nuit jut Elies soz le tor de Sorbrie,
1285Avoec lui Galopins, sans plus de compaignie.
Il [l’]en a apelé, se li commenche a dire :
« Cha te trei, biaus compains, Galopin, » dist Elye.
« Veés ichi .i. castel de mout grant signorie,
Les ors et les abresces, les viviers et les vinges,
1290Les maissons as borgois et les gaingeries :
Sés tu qui [i]chou est, con a non ceste vile ?
— Sire, » dist Galopin, « c’est la tor de Sorbrie ;
Laiens est Macabré et ses fieus et se fille,
Rosamonde la bele, la plus gente mescine
1295Qui soit des Alixandre dusc’as pors de Surie. »
Quant Elies l’entent, a poi n’esrage d’ire :
« Trai m’as, biaus compains, Galopin, » dist Elye,
« Qui chi m’as amené par ta grant felonie.
Plus me het l’amiraus que nul home qui vive :
1300Je li ocis son fil Ataignant de Sorbrie.
Leres, e ! car en fui, car enblé m’as ma vie :
Mout est faus gentieus hom qui en laron se fie.
(b)— Sire, » che dist li leres, « por les sains Dé, nel dites.
Ne vous dementés si comme veve caitive :
1305Faites bel contenant, franc chevalier nobile.
Tant avés perdu sanc, le chiere avés palie.....
Nous nos vendromes chier, se Dieus nous donne vie. »
Il est passés avant, s’a une espee prisse,
Vers son signor se trait, vasaument li aie.
1310Bien i fiert Galopin, entre lui et Elye,
.X. en ont geté mors, ains que mal li feissent.
Paien orent grant forche, vasaument les requissent,

Desous Elie ont mort son destrier d’Orcanie,
Lui navrerent el cors et .vii. plaies li fissent ;
1315Or en a li ber .xi., n’est conrois de sa vie.....
Li doi baron s’en tornent, nes porent soffrir mie,
Ains passent d’un vivier les fossés et le rive,
Lés une barbacane, lés une roche antive,
La trovent .i. vergier qui fu tous fais d’olive
1320Et [de] mout riches arbres qui sont de mainte guisse.
Et li vergier fu jovenes et li an(s)te florie,
Et la nuit fu oscure, Dieus le vaut, nostre sire ;
Et Sarrasin s’en tornent, nes porent coissir mie :
Il en portent les mors et les navrés en guient,
1325Voient tout le barnage l’amiral de Sorbrie.
Quant le voit Rosamonde, se commencha a rire,
Et dist entre ses dens, que nus ne l’entent mie :
« De mort et de prison desfenge Dieus Elye ;
Si le conduie en Franche sain et sauf et delivre
1330A Julien son pere, qui le pleure et dessire. »

XXXV[33]

Galopin et Elyes s’en entrent el vergier ;
.Xi. plaies ot grans, qui mout l’ont angoissié :
Plus de .vii. fois se pasme sous l’onbre d’un pumier.
Galopin en apele, se li dist tout premier :
1335« Biaus compains, car t’en fui, Dieus garisse ton cief ;
Prent conroi de ta vie, car de moi ne me ciet :
Sarrasin m’ochiront ains demain l’esclairier.
Se tu ja passes mer a nul jor desousiel
(c)Et tu peus encontrer pelerin ne paumier
1340Qui en aut a Saint Gille por l’apostle proier,
Si me mande mon pere, Julien le guerrier,
Et ma dame ma mere qui a son ceur irié

Ja ne me veront mès a nul jor desosiel,
Car Sarrasin m’ont mort, ochis et detranchié.
1345— Sire, » che dist li leres, « non ferai, par mon cief :
Ja mès ne vous faurai a nul jor desossiel. »
Quant Elies l’entent, mout l’en prist grant pitié,
L’aige de ses biaus ieus lés la fache li chiet.

XXXVI[34]

Elyes li vassaus, qui seufre grant dolor,
1350Rapele Galopin douchement par amor :
« Galopins, biaus compains, por Dieu le creator,
C’or t’en fui, Galopin ; ore aproche li jor :
Sarrasin m’ochiront orendroit sans demor.
— Sire, » che dist li leres, « por Dieu que jou aour,
1355Je devi(e)ng vostre hon lige demain avra quart jor :
Par saint Denis de Franche, mieus voil morir o vos
Entre gent Sarrasine et souffrir grant dolor
Que repairier en Franche a joie et a baudor. »
Quant l’entendi Elies, forment l’en tient a pros.
1360Et Sarrasin s’en issent par son l’aube de jor ;
Bien en i ot .viixx. qui prissent lor adous,
Et vont querrant Elie li felon traitor ;
Mais nel troveront mi[e], se Dieu plaist le signor,
Qu’il l’ont laissiet ariere el vergier sous la tor.
1365Rosamonde s’estut sus el palais autor
Et vint a la fenestre por oir la douchour
Des oissellons menus qui chantoient al jor ;
L’euriel et la merle ot chanter sor l’aubor,
Le cri del rousingol, se li sovient d’amor :
1370« Vrais Dieus, » dist la pucele, « con tu es presious !
Tu fais croistre les arbres, porter foilles et flors,
Et le blé nous fais sourdre de la terre en amour,
Et en la sainte viergene presis anonsion,
Biaus sire, et sanc et char i presistes por nous.

1375(d)Aussi con chou est voirs, biaus sire glorious,
Desfendés le Franchois de mort et de prison.
Por la soie amistiet renoierai Mahon
Et guerpirai ma loi, que je voi que n’est prous. »
Et Sarrasin les quierent, qui vers Dieu n’ont amor :
1380Rosamonde les voit, tous les tient a bricon[s],
Fierement lor escrie : « Fil a putain, glouton,
U devés vous aler ? Mahomet vous confont.
Por .i. seul chevalier n’en vi tant en esrour. »
Galopins ot la noisse, le friente et le tabour,
1385Et l’esfroi des paiens, mout en ot grant paour :
Venus est a Elie, si l’enbrache desous,
Si l’a mis a son col, si l’en porte a estrous,
Que li chiés li traine contre val en l’erbous,
Et les jambes par tere, car Elies fu lons ;
1390Car Galopin li lere(s) estoit mout cours.
Rosamonde s’estut as fenestres amont,
Fierement li escrie : « Biaus amis valeton,
Tu as si peu de cors et as si grant valour,
C’un chevalier en portes o trestous ses adous !
1395Met le jus, biaus amis, si t’en fui a estrous,
Et se tu ne le fais, tu feras grant folor,
Que tu troveras ja teus .xm. compaignon[s],
S’il te peuent trover, voirement t’ochiront. »
Quant Galopins l’entent, mout en ot grant paour :
1400U il vausist u non, si mist jus son signor.

XXXVII[35]

(fol. 86)Rosamonde la bele s’estut a la fenestre,
Vestu(e) ot .i. bliau d’un paile de Biterne,

Afublé .i. mantel, a mervelles fu bele.
Tous les degrés avale, si est venue a tere
1405Et desfreme .i. guicet d’une fauce posterne,
Par u el(e) sieut issir et [les] s[oi]es pucheles,
Quant vient el mois de mai, por colir la florete.
Venue est a Elye qui se pasme sor tere,
Son cief li a lor mis par desous son brac destre,
1410Puis l’en a apelé la cortoisse puchele :
« Qui es tu, chevalier ? che li a dit la bele.
« Aimes tu Mahomet qui cest siecle governe ?
— Naie, » che dist Elies, « ne tous ciaus qui le servent,
Ains fui nés de Saint Gille de Provence la bele.
1415Fieus Julien le conte a le kenue teste :
Avant hier m’adouba, che vous di, damoisele.
Illeuques me fu dit et conté tout achertes
Paien et Sarrasin essilloient la tere.
Je les ving soz requere, sor moi torna la perte :
1420.Xi. plaies ai grans, qui durement m’apressent ;
Je n’en quic escaper que la vie ne perge.
— Amis, bien vous connois, » dist la franche puchele.
« Ces nostre gent se plaignent au matin et au vespre :
De nos millors amis nous avés fait grant perte.
1425— Dame, laissieme ester, perdus sui sans confesse,
Certes, et mout me het li rois de ceste terre :
Hier li ochis son fil Ataignant d’Oliferne ;
S’il me pooit tenir, por tout l’or d’Engleterre
Ne seroie esparngiés ne me tolist la teste.
1430— Or ne vous esmaiés, » dist la franche puchele :
« L’amiraus est mes peres, bien en quic le pès faire.
Li enfes fu mes freres, li chevalier honestes.
Or soiés aseur ja n’en avrés moleste ;
Certes je vous aim plus que nule riens en tere.
1435Venés ent avoec moi, » dist la franche pucele,
« En tel lieu vous metrai ains petitet de terme

(b)Que vous serés tous sains ains que viegne li vespres.
— E ! Dieus, » che dist Elies, « comment pora chou estre ?
Che ne poroit nus faire fors Dameldé chelestre ! »
1440Galopins et Elies vont après la puchele :
En une cambre en entrent, que fu toute sos tere,
Mout fu bien pointuree a oiseus et a bestes.
En .i. lit le coucha, dont d’or est l’espondele,
D’un covertoir l’acevre por le caut qui l’apresse.
1445Rosamonde s’en torne et son ecrin deferme :
A ses mains qu’el ot blances en a traite[s] .ii. herbes
Que Dieus ot sou ses piés, le glorieus chelestre,
Quant en crois le leverent la pute gent averse.
En .i. anap de madre les souda la puchele.
1450Onques Dieus ne fist home, se le col en traverse,
Que ne soit ausi sains con li pisson en eve ;
Ele en dona Elie, au chevalier honeste.
Li ber en a beu por l’amor la puchele :
Tous fu sains et garis, Galopin en apele :
1455« Chaiens est paradis et la gloire chelestre ;
Je n’en quic mais issir, se tous jors i puis estre.
— Sire, » dist Galopins, « por la vierge puchele,
Mout par devés amer Rosamonde la bele. »

XXXVIII[36]

Rosamonde la bele ama mout le vasal.
1460Teus .ix. herbes li done, qu’ele li destenpra ;
Puis qu’il en ot beu et le col trespassa,
Tout fu sains et garris, a mangier demanda :
Li gentieus hon en ot plus que il ne rova.
Li bains fu aprestés u Elies entra :
1465.I. tel baing li dona quens ne dus tel n’enn a,

Puis li vest .i. hermin qui jusc’aval li (a)bat,
Heusses ot cordouanes, esperon[s] a esmal :
Rosamonde la bele par les flans l’enbracha,
Sor .i. lit l’a asis geteis a cristal ;
1470.Xl. fois li baisse et le vis et la char.
Cil li guenchi la bouche, que el n’i adesa :
« Galopin, » dist Elies, « vois quel feme chi a ?
(c)U roialme de Franche si gente nen avra.
Car pleust ore a Dieu qui le mont estora
1475Je eusse chaiens et Gautier et Gerart
Et Guimer l’amoreus et le conte Aimart
Et Hugon de Paris et son compaing Guichart
Et Guillaume d’Orenge et son frere Bernart
Et Julien mon pere, le chevalier loial,
1480Et fussent adoubé d’armes et de cheval,
Et fussiemes la sus en el palais hautal :
Anqui le comperoiet li paien desloial. »

XXXIX[37]

Elyes li vasaus a le fiere poissanche
Fu .xv. jors tout plains laiens en .i. canbre,
1485Que paien ne le sorent ne il n’i ot doutanche.....
« Gentieus nus a baron, vois con sui bele et gente :
.Vi. rois mout orgellous me quierent et demandent,
Clamador d’Abilant et .i. rois de Brehaigne
Et Hector et Turfier et Morin d’Abilande,
1490Lubiens de Baudas a la barbe ferande :
Ichil en est li maistres, que il a plus poisance.
Entre lui et mon frere en ont fait convenance
A bataille fremee par le fust de lor lances.
S’il l’ochist et afole, tous jors serai dolante.

1495Ains me prenge tés maus que il me face estendre,
Que me parte li ceurs et li cors et li menbre,
Que Lubiens li vieus a la barbe ferande
Mon gent cors avenant ait ja nuit en sa canbre ! »

Elyes li vasal fist forment a prissier :
1500Dedens le canbre fu mout tresbien aaisiés,
Que paien ne l’i sorent, li quiver renoié.
Rosamonde le sert de gré et volentiers,
Et s’amor li pressente, la bele au cors legier.
Macabrés l’amiraus fu assis al mengier,
1505Mais ançois qu’il en lieve ert dolans et iriés :
Lubien de Baudas, li chenus et li vieus,
Fu entrés en sa tere a tout .xxm. paiens ;
Il fait gaster les vinges et tos les blés soier ;
(d)Il a pris .i. message, al roi l’a envoiet,
1510Que il li doinst sa fille a per et a moillier
Et trestoute sa terre ensi con il le quiert,
U son fil li envoit, Caifas le proisiet,
U Jossé d’Alixandre u Malpriant le fier ;
Li qués d’eus qui en isse, mout ert mal engingiés :
1515Bien peut estre seurs de le teste a tranchier.

XLI[39]

Macabrés l’amiraus fu assis al disner,
Mais ançois qu’il en liet ert dolans et irés,
Lubien de Baudas, li viés kenus barbés,
A tout .xxm. paiens est en sa tere entrés.
1520A tant es le message sor le palais monté(s),
A sa vois qu’il ot clere commencha a crier :
« Macabrés de Sorbrie, fai ta gent escouter.

Sés que mande mes sire, Lubiens li barbés ?
Que li doignes ta fille, Rosamonde al vis cler,
1525Et trestoute ta terre ensi con ele apert,
U ton fil li envoies, Caifas u José :
Li quel d’eus qui en isse, mal li ert encontré,
Bien peut estre seur de le teste a coper. »

XLII[40]

Macabré l’amiraus se lieve en son estage,
1530Il respont belement et si dist al mesage :
« Amis, cil vostre rois me mande grant outrage :
Chi sera o mes fieus o tel home en la place
Qui li contredira le treu par ses armes. »

XLIII[41]

Li messages s’en torne, le parolle ot bien dite.
1535Macabrés l’amiraus ne s’aseura mie,
Son fil en apela, Caifas de Sorbrie :
« Tu feras cheste joste que por toi ai enprisse.
— Sire,  » dist Caifas, « peciés le vous fait dire :
Bien a passé .iii. jors que la fievre m’est prisse.
1540Ne seroie en cheval por a perdre la vie.
Je ne puis chevalcier, la vigor m’est faillie ;
Mès donés li ma seur que il vieut et desire
Et trestoute la terre ensi con il l’a quisse.
U peut ele mieus faire ? trop est manans et riche.
1545(fol. 87)Et s’ele le deviee, la garche soit honie !
Mahomet me confonge, qui tout a en baillie,
S’en avés ja par moi ne secor ne aie.

XLIV[42]

— Biaus fieus, » dist l’amiraus, « mout m’as mal engignié.
Por toi pris je la joste encontre Lubien :
1550Que ne le vieus tu faire ? mout t’en es avilliés.
Ne m’en caut ; ta seror li donra a mollier
Et trestoute la terre ensi con il le quiert.
Après ferai .i. plet, qu’en avrai .i. quartier,
Dont je vivrai a aisse sans autre parçonnier,
1555Car li hom qui tout pert doit estre coureciés ;
Ne je ne m’os combatre, que poi ai chevaliers.
— Sire, » dist Caifas, « non feras, par mon cief :
Mieus aim ge estre povres, deshiretés sans fiés,
Que je m’aille combatre encontre Lubien :
1560A l’espee tranchant me coperoit le cief. »

XLV[43]

Quant Macabrés entent de son fil le corage,
Que ne vaut chevalchier ne ne se vaut combatre
N’encontre Lubien n’ot cure de bataille,
L’amiraus se porpense, que fu cortois et sage,
1565Cil qui tranche son nés, il vergonge sa fache :
Por che qu’il est ses fieus, si n’en vaut faire fable
Josien en apele : « Biaus amis, pren tes armes,
Tu feras cheste joste por moi, ceste bataille.
— Sire, » dist Josiens, « volentiers i alaisse ;
1570Mais jou ai tel ensoigne que n’en doi avoir blame :
Quant sui le François, après qui m’envoiastes,
Moi feri ens el cors, or[e] saine la plaie ;
Mahomet me confonge, qui tout a en sa garde,
Se ja avés secor de moi ne avantage. »
1575Quant l’amiraus l’entent, a poi que il n’esrage.

XLVI[44]

Quant l’amiraus entent le raisson de Jossé,
Qu’il ne s’i combatra ne il n’i osse aler
Ne faire le bataille vers le Turc desfaé,
Malpriant apela : « Biaus amis, cha venés ;
1580Drus estes Rosamonde, nos le savons assés,
(b)Por la soie amistiet est vostre escus troués :
Vous en ferés bataille volentiers et de gré ;
Or porterés se manche en bataille campel.
Par itel convenant vous alés adouber
1585Et faites le bataille et che roi me matés,
Que ja mais li treus ne me soit demandés :
Je vous donrai ma fille Rosamonde al vis cler
Et trestoute la terre ensi con ele apert.
— Sire, » dist li paiens, « par Mahon, tort avés :
1590Par tans avrés le los al vilain rasoté
Que il hice son chien la u il n’ose aler,
Ains se tient a son huis et lait avant aler :
Il n’en chaut quel part tourt, puis c’a son huis fermé.
Si con vous estes sire de la terre clamés
1595Et rois et poestis, et les honors tenés,
Si rechevés les joustes et les estors campés,
Et soufrés les grans plaies et les cos endurés.
Mahomet me confonge qui tout a a saver
Se je monte en cheval por mes armes porter. »
1600Quant l’entent l’amiraus, le sens quide derver,
A sa vois qu’il ot clere commencha a crier :
« Fieus a putain, glouton, mout vous voi esgaré.
Autretel me feistes a l’issue des nés,
Quant laissastes Elye le François escaper.
1605Tervagant ! se l’eusse, bien me fust encontré :

Cil feist la bataille vers l’amiral el pré. »
Mais [il] est en la cambre, qui bien les oi cler.
L’amiraus en apele son canberlenc privé :
« Alés moi de sa cambre Rosamonde amener :
1610Orendroit li donrai, ja nen ert trestorné. »
Dient li lecheor : « Mout avés bien parlé ;
Chou est li mieudres plais que i puissons trover. »
Dusc’as huis de la cambre en est venus Josés,
Il est passés avant, si a l’anel crollé.
1615Rosamonde l’oi, s’a le duc apelé :
« Jentieus fieus a baron, ja serés afolé.
(c)Je quic qu’espié estes, cha dedens encussé :
Mes peres vous vieut faire tous les membres coper.
— Hé ! las, » che dist Elies, « que ne sui adoubés !
1620C’or nen ai en mon dos mon blanc auberc safré
Et laciet le vert elme, l’espee a mon costé,
Et li vairès d’Espaigne me fust chi aprestés !
Con vous me veriés ja de ruistes cos doner,
Et mon fier vaselage fierement esprover ! »
1625Et respont la pucele : « De folie parlés :
Par Dieu, de le bataille n’i avra mot soné,
Que paien ont grant force, tost seriés maté.
Et .i. hom vers .xxm. conment porait durer ?
— Ne sai, » che dist Elies ; « quel consel me donrés ? »
1630Et respont la pucele : « Consel avrés assés :
A enfant vous tenrai, se plus me demandés.
Vasal, en chele cambre laiens vous en entrés
Par cel guicet la jus que vous des ieus veés ;
La troverés .iii. lis de cristal tresjetés :
1635Li pavemens en est tous a fin or ovrés,
Les colombes d’ivoire, qui tienent les pilers,
Ains ne furent veues plus rices en chités.
.Iii. chevalier en coste i peuent bien aler
Tout lor lances levees, sor les destriers armés.
1640Trespassés les abarge[s] et gardins et fossés,
La verés vous les huis et le palais torner,

Et les vieutres detraire, (et) les ors encainer,
Et les pisons noians et le ciel estelé,
Et toute riens en tere comme l’arce Noé
1645Ai ge fait en ma canbre a fin or pointurer.
S’i a une richece dont vous ne vous gardés,
.Iiiic., chevaliers as manteus engoulés,
Et sont home ton pere, ne le quier plus cheler,
Julien de Saint Gille, qui tant fait a loer ;
1650Bien quide l’amiraus que soient mort geté ;
Mais je fac les François en ma cambre garder,
Les h[a]ubers et les elmes, les escus fors et lés,
(d)Et cascun tient s’amie par l’ermin engoulé,
Qui est fille de conte, de duc u d’ami[r]el,
1655Et si que la plus [vieille] n’a pas .xxx. ans passé :
Quant il vieut, si le baisse douchement et soef,
Qui vous aideront bien, se mestier en avés.
— Dame, » che dist Elies, « .vc. merchis et grés.
— Aval par devers destre, quant vous i enterés,
1660Troverés le chiterne a fin or pointuré,
Et le mien lit demaine mout bien connisterés.
— Ne sai, » che dist Elies, « boin consel me donés. »
Et respont la puchele : « Encor(e) vous dirai el.
Trespassés tous les autres, devant vos ieus gardés :
1665Par art de ningromance sont li limon fondé ;
Aussi siet avenant con s’il fust compassé.
S’i a .i. vermeil paille galasien ovré :
Del plus fin or d’Arabe i a .c. mars saudés,
Si [i] a .m. clokete[s] qui pendent d’or fin cler ;
1670Touchiés i de vo doit .i. petitet assés :
Amis, en tant de terme con .i. hons peut aler,
Mais qu’il soit auques lons .xxx. piés mesurés,
Vous sonera li lis menuement soef ;
Ne harpe ne viele ne ro(u)te ne jougler
1675Ne nus oiseus qui soit, tant sache de chanter,
Plus volontiers n’orois, je vous di par verté. »
Elye entre en la cambre, .iii. tans i a trové

Que la puchele n’ait de bouce devissé.
Galopin le petit ont defors oublié.
1680Rosamonde la bele li va l’uis defermer :
Signor, tout premerains i entra Josué,
Li quiver d’Alixandre, qui tout confonge Dé.
Qui Galopin avoit et cachiet et navré :
U qu’il voit le baron sel reconnut assés.
1685« Cuiver, » dist la puchele, « c’avés vous enpensé,
Qui entrés en ma cambre sans congiet demander ?
Près va je ne te fac tous les menbres coper,
U ferir u bien batre u loier a .i. pel.
(fol. 88)— Dame », dist li paiens, « mout grant tort en avés :
1690Vostre peres vous mande c’alés a lui parler. »
Et respont la pucele : « Je ne li puis veer. »
Ançois qu’ele vausist de la canbre torner
S’est faite la puchele gentement atorner :
En son dos a vestu .i. hermin engoulé,
1695D’une lasnete d’or ot estrai[n]s les costés,
Unes cauches mout riches, solers bien pointurés ;
Un mantel covoitous ot a son col jeté :
Uns rices amiraus li ot fait presenter,
.Iii. ans mist on a faire ains que fust parovrés ;
1700Et fu d’un cabetenc tout environ ourlés.
Richement ot la bele son gent cors acesmé ;
De plus bele pucele n’oi nus hon parler.
Les ances ot bassetes et estrois les costés
Et la bouche bien faite et les dens ot igués
1705Et sont fait par compas, con s’il fuissent planté ;
Li alaine de li par flaire tant soef
Que nes .i. encensiers de mostier enbrasé.
Onques Dieus ne fist home qui de mere soit nés.
Se il tresbien le garde, que n’en soit trespensés.
1710Faucons ne nus ostoir ne oiseus d’outre mer
Ne porte si biaus ieus ne de si grant clarté

Con porte la pucele qui tant a de biauté
Or s’en va la pucele a son pere parler.

XLVII[45]

Signor, quant la puchele en entra en la sale,
1715Rois Macabrés le prent, li vieus, entre sa brace,
Delés lui l’a assis et si l’acole et baise :
« Fille,  » dist l’amiraus, « mout estes couveitable.
Por vostre cors me croist mout dolereus damage :
Lubien de Baudas a le chenue barbe
1720Est issus de sa terre, s’est entrés en mes marces,
De ton cors le vaillant li ai fait otriage ;
Mès il me ju[er]ra ançois que de moi parte
Coronee serés ains le feste de Paske.
— Sire, » dist la pucele, « ains me prenge li rage,
1725(b)U male fondre, sire, m’eust ançois [toute] arse
(Que) Lubien de Baudas a le chenue barbe
Mon gent cors avenant ait ja nuit en sa garde.
Ne grate le sien dos ne que sente se barbe. »

XLVIII[46]

Rosamonde la bele, qui preus fu et nobile,
1730En apela son pere, se li a pris a dire :
« Biaus pere, donés moi, » dist la franche mescine,
« .I. vallet voil avoir touset de barbe prime,
Je ne quier que il ait que l’espee forbie,
Qui por amor de(l) moi fache chevalerie :
1735N’ai cure de viellart qui le pel ait froncie ;
Peres, il a le loi a le pume porie,
Qui par defors est verde et par dedens vermine

Ne poroie soufri la soie char flai[t]rie :
Mieus m’en fuiroie (f) voir, comme une autre caitive,
1740Ens en .i. autre tere a deul et a martire,
Que Lubien li fel a le barbe florie
Mon gent cors avenant eust en sa baillie.

XLIX[47]

En la moie foi, sire, » dist la bele al vis f[i]er,
« Caifas li miens freres, qui tant fait a prisier
1745Ne Jossé d’Alixandre ne Malpriant le fier
Encore n’ont il gaires Lubien essaiet,
Ne son grant vaselage prové ne acointié.
Par mon cors seulement vous i quidiés paier ;
Mais par icel Mahon qui tout a a baillier,
1750Iceste grant paor ne vous vaut .i. denier ;
Envers .i. autre afaire vous en quic commenchier.
Je manderai en Franche les barons chevaliers,
De[s] plus haus pers de France, qui servent por denier ;
Certes je vous ferai tous ces murs trebucier
1755Et toutes ces parois cheoir devant vos piés.
Ven[r]és avant, biaus pere, si me charrés as piés,
Et si me proierois et manaide et pitié.
Je quic avoir ains vespre .i. itel chevalier
Qui ert de paienie u [ert] de crestiens,
1760Qui fera la bataille encontre Lubien.

(c)En la moie foi, sire, » dist la bele al vis cler,
« Or me dites, biaus peres, par Mahomet no dé,
Se je vous pooie ore .i. tel home trover,

Qui feist la bataille vers l’amiral el pré,
1765Li feriés vous [bien] de son cors seurté,
Que il n’i eust garde au venir ne a l’aler
Ne qu’il ne fust malmis, ochis ne afolés ?
— Fille, » dist l’amiraus, « de folie parlés.
S’il m’avoit d’un espiel par mi le cors navré(s),
1770N’i avroit il ja garde n’al venir n’a l’aler. »
Et respont Rosamonde : « Premier le me jurés.
— Voire, » dist Macabrés, « .c. fois, se vous volés »
Il a fait Mahomet el palais aporter
Desor .i. vermeil paile galasien ovré(s) :
1775Le[s] pieres presieusses getoient grant clarté.
La jura l’amiraus quanqu’ele ot devissé ;
Paien et Sarrasin, et li boin et li mel.....
Rosamonde le voit, grant joie en a mené :
Arier(e) vint en la canbre, Elie a apelé.

1780Rosamonde la bele s’en entra en la cambre,
A haute vois escrie : « Sire Elye de Franche,
Des or parlés en haut que il n’i ait covranche :
Vous ferés la bataille au fer de vostre lanche.
Gentius fieus a baron, con puis estre dolante !
1785Lubien de Baudas a la barbe ferrande
Est issus de sa terre, s’est venus en no lande,
Au riche roi mon pere me requiert et demande,
Portera m’ent li fel a Baudas en sa cambre,
Se je ne puis trover home qui me desfenge.
1790Gentieus fieus a baron, voi con sui bele et gente :
Mout ferés bel serviche, s’a Dieu rendés .i. ame.
— Dame, » che dist Elies, « ne sui pas a aprendre.
Salemon si prist feme, dont sovent me ramenbre.

.Iiii. jors se fist morte en son palais meesme,
1795Que onques ne crola [ne] puing ne pié ne membre ;
Puis en fist .i. vasaus toute sa consienche.
(d)Par le foi que vous doi, foie cose est de feme :
Certes con plus le garde donques le pert on senpre.

LII[50]

— Sire, » dist la puchele, « n’ai soing de ranproner ;
1800Gari vous ai des plaies, savoir m’en devés gré.
Feré vous la bataille, dites, u le lairés ?
Se vous vers Lubien me volés contrester,
Ja ançois ne verés Pentecouste passer,
Que vous quic de Sorbrie faire roi coroné.
1805— Dame, » che dist Elies, « car me laissiés ester.
Che n’est mie marchiet por l’argent deviser :
Je ne prendrai jor [feme] se ne croit en mon Dé ;
Mais, por l’amor des plaies dont vous gari m’avés,
Se vous cheval et armes me voliés doner,
1810Je m’en istroie fors por mon cors deporter
Encontre l’amiral dont je vous oi parler.
Quant partira de moi, se il osse joster,
Ja ne s’en gabera, se Dieus me vieut salver.

LIII[51]

Par mon cief, damoisele, » dist Elies de Franche,
1815« Chanpion avés boin por droit porter sa lanche.
N’a paien en Espaigne de si riche poissanche,
Se il vous a dit cose qui vous tort a pessanche,
Et jel puis encontré par le fer de ma lanche,
Quant il partra de moi, ja nen avra beubanche.

1820— Sire, » dist la pucele, « mout me faites joiante.
Et je guerpi Mahon por la vostre creanche :
Por la vostre amisté m’en irai jou en Franche.
Mais, quant che venra senpre que vous venrés ensamble,
Gardés vous de cheoir, qui qu’en sele remaigne.
1825Li glous a .i. destrier, il n’a si boin en Franche,
C’est Prinsaus l’Aragon qui fu nés d’Oriande :
Quant il vient en la presse, que la bataille est grande,
Lors saut de .iiii. piés et brait et fiert des jambes. »
Galopin saut en piés, quant oi la loanche,
1830Et vient a son signor sans nule demoranche ;
Maintenant li a dit li leres sans doutanche :
« Gentieus fieus a baron, de coi avés doutanche ?
(fol. 89)Faites querre les armes, beles et avenantes,
Dites la damoisele qu’ele vous baut sa lanche ;
1835Ançois la mienuit que li premiers cos cante,
Vous rendrai le destrier, qui qui en ait pessanche.
Orendroit le vois quere sans nule demorance,
Nel lairai por paien que li cors Dieu cravente,
Que je nel vous amaing, soiés ent a fianche. »
1840Et respondi Elies : « Jhesu t’en doinst poissanche ! »
Lors parla la puchele a Elie de Franche.

LIV[52]

« Par mon ciet, sire Elie, » ce dist la damoisele,
« Li destriers est si boins, il n’a millor en terre.
Des grans bontés de lui vous dirai tout acertes :
1845Il n’est home en cest siecle, si le prent par le resne,
Se il le prent au frain et il monte en la sele,
S’il n’en est mout hardis, que il nen jete a tere ;
Et bien reset joster et droit porter la teste. »
Galopins saut en piés, quant oi la novele,

1850Et afuble une cape : n’ot que .iii. piés sor terre ;
Prist .c. saus de denier, entor lui les areste ;
Viseus fu mout li leres de sa besoigne faire.
Et d’ileuckes s’en torne, que il plus n’i areste :
Fors de la cambre vait a l’uis de la posterne,
1855Trés par desous la tor, illeuques trove .i. eve :
Maintenant entra ens, n’a paor que il perde ;
Il a passé a no, d’autre part vint a tere,
Lors passa .i. vergier et trestoute[s] les estres,
Dusc’au tref l’amiral ne fine ne ne cesse :
1860Cha defors l’a trové, par defors les herberges.
A tant es le laron por conter ses noveles :
U qu’il voit Lubien, gentement l’en apele :
« Icil grant Mahomet qui le siecle governe,
Cil saut l’enpereor et tous ceus qui le servent ! »
1865Et Lubiens respont, que il ne s’i areste :
« Amis, et cil saut toi ! Dont es et de quel terre ? »
Galopins li respont, qui estoit mout fors leres :
« Sire, d’outre mer sui, del val desous Luiserne.
(b)Marcheans ere riches encore ersoir al vespre :
1870Une barge menoie, ains hon ne vit tant bele,
Tant i avoit argent et de l’or de Palerne,
Manteus et siglaton et paile de Biterne ;
.Xx. destriers i avoit et .xx. mules mout beles,
Celes vous envoioit li sires de no terre ;
1875Car il vous aime mout et si le fait acertes.
Macabrés me taut tout et mes nés et mes barges,
Et mes homes a mors et moi geté en l’aigue.
A vous vieng, sire rois, que droiture me faites. »
Quant l’entendi li rois, por .i. poi qu’il ne derve ;
1880Il se drecha sor piés, mist se main sor sa teste :
« Mar le pensa li glous, par ceste barbe bele !
Vostre avoir raverois et vo barges refaites,
Et del sien .xv. tans ains, que fine la guerre,

Se jou ai la mescine, tes avoirs torne a perte ;
1885Et se n’ai la pucele, dont commenche la guerre :
Ja mais ne finerai, si l’avra cha fors traite.

— Sire, » che dist li leres, « de l’avoir ne me chiet,
Car j’en avrai assés, je sai bien gaignier ;
Mès des destriers me poisse, c’avoie forment cier,
1890Que .i. en i avoit, qui mout fist a proisier,
.I. vairet mout tresjent, .i. hermin montenier.
Il a maigre la teste et l’oil apert et fier,
Petites orilletes, si a le crin deugié,
Les jambes longes, si ot coupé le piet,
1895En nul pais qui soit n’en a nul plus legier.
Mieudres destrier ne fu onques por gerroier :
Quant estoit en bataille et en ester plenier
Et il trovoit a terre abatut chevalier,
Tant le foloit des piés que tout ert debrisiés ;
1900De baston ne d’espee ne covenoit touchier.
— Tai, glous, » dist l’amiraus, « lai ester ton pladier :
J’ai encor(e) tel c[e]ens que mieus fait a prisier ;
Je nel donroie pas pour .m. livres d’or mier.
S’avoies asamblé des tiens .xv. millier[s]
1905(c)Et trestous ciaus de Franche, quanqu’en a u resnier,
Ne querroie tous ciaus por ichestui cangier ;
Orendroit le veras, ja trestorné nen [i]ert.
— Sire, » che dist li leres, « por coi le verai gié ?
Je ne sai riens de che ne ne connois destriers.
1910Puis que jel voi troter, a mout isnel le tieng.
Mieus ameroi .i. peu, s’il vous plaist, a mangier ;
Tant ai esté en l’aigue tout le cors ai molliet. »
Et respont l’amiraus : « Par mon cief, vilain [i]és.

— Sire, » che dist li leres, « or ne vous courechiés :
1915Puis que vous le volés, jel verai volentiers. »
L’amiraus se corouche, s’a bouté l’eskekier :
Mieus venist l’amiral c’a son giu entendie[st].
Tart estoit Galopin que l’eust aprochié.
Les aises au cheval vous do je dire bien :
1920Il ert en .i. travail bien saielé d’achier,
Le menor des estaches ne menast .i. somier.
Il ne remuist mie por le keue a tranchier,
A .iii. kaines d’or fu par le col loiés.
.Iiii. paires de buies ot li chevaus es piés ;
1925Par dedens sont feutrees por le poil que ne ciet.
De[l] feure et de l’avaine ot de si al poitrier
Et boit a une nef entaillie d’or mier ;
L’aige li cort devant a canel aaisiet.
.Xxx. gardes i a, qui gardent le destrier,
1930Et quant li .xv. dorment, les .xv. esteut vellier.
Il n’en i a .i. seul tant orgelleus et fier,
S’il le treve dormant, ja meche autre loier,
Ja n’i metra escange fors que les ieus del cief ;
Forjurer li fait tost le terre et le renier,
1935Et lui et son lignage(s) fors del pais cachier.
.Iiii. chiereres i ardent, qui mout font a prissier.
L’amiraus le descevre, s’ot le costé delgié,
La teste fu bauchande et tout li .iiii. piet.
Il a dit au laron : « Ere li tien si chier ?
1940— Nenil, » che dist li leres, « ja celer nel vous quier :
(d)Ne vi mais nul si bel ne si bien estachié. »
Et dist entre ses dens que nus ne l’entendié :
« Male garde en ferois ains le jor esclairier :
Je le vous enblerai, se jel puis esploitier,
1945Anuit en ceste nuit, ja si bien n’ert gaitiés.
Sire Elie de Franche, se cestui aviiés,
U roialme de France vanter vous en poriés

C’ains hom de vo lignage ne fu sor tel destrier.
Mais mout est en fort lieu, ne sai comment che [i]ert ;
1950Or en penst Dameldé qui tout a a jugier !
Par l’ame de mon pere, autant aim cel destrier
Con s’il fust la defors a .i. arbre atachiet. »

LVI[54]

Des puis que Galopin ot veu le cheval,
Nen ot bien ne repos, ne aillor ne pensa.
1955Sarrasin s’estormissent, venu sont as ostaus.
Il demand[er]ent l’aigue, al mengier vont sear.
Après s’en vont dormir, que ne pensent nul mal,
Que del petit laron ne s’en donent regart.
Galopins ne s’oblie, venus est au travail,
1960Il s’apuie a le trelle, si garde le cheval,
Dameldé reclama le pere esperital :
« El ventre del pisson garistes saint Jonas,
Les .iii. enfans garistes, que il ne furent ars.
Sainte Marie dame, donés me che cheval,
1965Que ne me puist blechier ne ne me fache mal. »
Tant entent au proier Galopin li vasal
(fol. 90)De l’aleine de lui [s’]esfree li cheval ;
Il saut de .iiii. piés, si abat le traval :
Les gaites le coisirent, si saillent cele part
1970Et saisirent lor lances et gaverlos et dars,
Et kierent par le canbre .viixx. bien par esmal.
Galopin fu en l’onbre, qui petit les douta,
Tant vont près del laron que cascun le frota.
S’il ot adont paor, je ne m’en mervel ja.
1975Quant il ne trevent riens, s’asient as escas
Et dist li uns a l’autre : « C’a senti chis chevals ?

— Par mon cief, » dist li maistres, « sejornés est et cras
De mout petite cose li chevaus s’esfrea. »
Galopins ot une herbe des puis de Garnimas,
1980Que Basin ot tolu, quant Garin encanta,
Quant li fain de la loge si fort les engresa :
Signor, che fu la nuit que Karles i ala.
Mist se main a sa bourse, l’erbe fors en geta,
Tant le frota li leres que li odeurs en saut ;
1985Par entre .ii. les [g]railles l’a lanciet el travail :
Les gardes s’endormirent, lors fu seus li cevals :
« Par mon cief, » dist li leres, « conquis estes et mas :
Tout soit fel l’amiraus, se ne vous pent et art. »
Puis a fait ses engiens, si desfait le travail,
1990Il le(s) prist par les grailles, si le trait d’une part.
Hé ! Dieus, che fu mervelle, quant il le remua ;
Tant par a fait li leres que il vint al cheval,
Les costés li planoie, que mener l’en quida ;
Li chevals nel connut, as dens si le combra,
1995Puis le fiert contre terre et en haut le leva,
Grans .xv. piés pleniers le jeta contreval,
Si le fiert a .i. pel, por poi que nel creva.
Li leres fu blechiés, .iiii. fois se pasma,
Lors a juré Jhesu ja mais nel baillera,
2000Soef entre ses dens Elie reclama :
« Hé ! Elyes de Franche, perdut as le cheval. »
Li leres se dolut del grant cop que il a.
(b)Lors a rejuré Dieu que point ne le laira
Pour Elie de Franche, qui le don en dona.
2005Au pooir que il ot avala contreval ;
Il trova .i. baston, le gros en enpuigna,
Par les costés c’ot gros .xxx. cos li dona,
Tout le fait estre cois et l’orgeul en abat,
N’onques puis ne se mut ne les piés ne crola.
2010Galopins li escrie : « Ne vous movés vous ja !

Folie feriés, se Dieus ait en moi part. »
Lors a pris une sele qui pendoit d’autre part,
Se li mist sor le dos, belement le çaingla,
Le frain li mist el cief, les caines abat,
2015Par son estrier senestre Galopins i monta ;
Il ne sot chevalcier, de chou fist c’on musart :
Li chevals passe avant et il ciet a .i. fais,
Por .i. peu ne se brisse les costés et les bras.
Lors rejure Jhesu ja mais n’i montera,
2020Ne ne set chevalcier, ja mais ne l’aprendra.
S’il eust une corde, as arçons se loiast.
Or l’amaine après lui soavet tout le pas :
Assés s’en vait plus tost que li chevaus ne fait.

LVII[55]

Vai s’ent li petit leres, s’en maine le destrier.
2025Li chevaus nel connut, en grant vieuté le tient,
Petit le voit, ne l’a gaires proisiet,
Il joint les .ii. orelles, si regete des piés,
Hauche devant le destre et Galopin refiert,
Cheir l’a fait a tere, mais ne l’a pas bleciet.
2030Galopins fu legiers, si resailli en piés,
Neporquant si l’ataint par desous le braier.
Par le mien ensiant, se bien le consuiest,
Ja mais li petis leres n’enblast le boin destrier ;
Prist un baston d’un[e] ausne, si repaire au corsier,
2035Par les costés c’ot gros .xl. cop l’en fiert,
Tout le fait coi ester, ne se meut li destriers,
Se li tranble li cors con feulle de lorier.
« Certes, » dist Galopins, « justiche a boin destrier.
(c)Ne vous movés, ja folie feriés ;
2040Si m’ait Dieus de gloire, bien tost le comperiés. »

Puis a pris une corde, el col li a lachiet,
En sus de lui le maine, que durement le crient.
Jusc’au tref l’amiral ne se vaut atargier ;
Il le trove dormant en son pavellon cier,
2045Delés lui pent s’espee al poing d’or entaillié.
Quant Galopins le voit, s’en fu joiant et lié,
....................
....................
Puis a passé les aigues et les viviers ;
2050Enfressi en la cambre peinturee a or mier,
Ou Elies se dort. Ains qu’il fust esvelliés,
Li fu près li chevaus que tant a covoitié ;
Et quant le voit Elies, joians en fu et lié,
Andeus ses mains en a tendues vers le ciel :
2055« Hai ! pere de gloire, tu soies grasiés ! »

LVIII[56]

Al matin par son l’aube, quant li jor lor esclaire,
Jusc’al tref Lubien en vienent les noveles ;
.I. Sarrasins li conte, destruite soit sa geste !
« Par Mahon, amiral, or est trop grant la perte.
2060En Prinsaut l’Aragon ne meterés mès sele :
On le vous a enblé et vo gardes desfaites ;
Ch’a fait li petis leres qui hier vint devant vespre.
Leres ert et espie, bien sot conter la beffe.
Par l’ame Tervagant, boine le nous a faite ;
2065Plus de .c. mars d’argent en vaut hui vostre perte.

Amirals orgellous, a demain ert li termes
Que tu te dois combatre, s’avoir veus la pucele. »
Quant l’entent l’amiraus, por poi que il ne derve

LIX[57]

« Signor, » dist l’amiraus, « mout m’est mal avenu :
2070Mon destrier qui m’aidoit ai par pecié perdu ;
Mais aportés mes armes, ains que soit parcheu. »
Et il si firent senpres, ne s’atargierent plus :
Son auberc li vestirent .iiii. roi mescreu,
Puis li çaingent l’espee, Murgale de Sor fu,
2075(d)Le destrier li amainent Beraut de Valodru ;
Lubien i monta, prist le lance et l’escu,
Devant le maistre porte de Sorbrie est venu,
A haute vois escrie : « Biaus amis, que fais tu ?
Car me ren la bataille que tant ai atendu,
2080U je te ferai p(r)endre en ton castel la sus. »

Lubien de Baudas descendi a la tiere ;
Il atent la bataille ; Dieus ! il avra si pesme.
Du bacheler Elie or vous dirons noveles.
Rosamonde l’adoube en sa cambre sous tere ;
2085Puis li vest .i. auberc dont a or est la maille,
Par deseure .i. bliaut qui li pent jusc’a tere.
Qui ferist le hauberc a .i. espiel a tere
Ne l’enpirast il ja le monte d’une nesple.
A tant es Galopin, qui fu preus et honestes :
2090U que il voit Elie, cortoisement l’apele,
Et tenoit en son poing l’espee toute traite

« Sire, chaingiés cesti, quens ne rois n’ot plus bele ;
Par itel covenant le çaingiés a senestre,
Que Dieus vous doinst barnage et proeche et poeste
2095Et foi contre tous homes et estenance en tere,
Et vous meche en talent que prengiés la pucele
Qui si vous a gari en le canbre sous tere.
— Par foi, » dist Rosamonde, « tel proeche avés faite
Dont vous serés mout riches, ains que viegne li vespre. »
2100Rosamonde li çaint a son flanc le senestre,
Par desor la ventaille li a lachiet .i. elme,
A .xxx. las d’or fin li lache la pucele ;
Et ot hanste de fraine et ot fer de Castele,
A .iii. claus de fin or .i. pengon i ventele ;
2105Voit Prinsaut l’Aragon qui fiert del piet a terre :
De .xv. piés pleniers ne pot consentir beste.
Et quant le voit Elies, tous li ceurs li sautele,
De la joie qu’il ot est sallis en la sele.
Quant li destrier le sent, se li saut plaine perche,
2110Mais cil le conduist bien, qui le tient par le resne,
(fol. 91)Onques nel sorporta vaillant une chenele :
« Par mon cief, » dist Elies, « chevalier doi je estre.
— Voire, » dist Galopins, « onques n’en poi tant faire :
Encore n’a il gaires qu’il me motra la tere. »

LXI[59]

2115Lubien de Baudas fu a la porte armés ;
A haute vois escrie : « Car t’en is, Macabrés,
Ou m’envoies ton fil, Caifas u Jossé,
U Malpriant qu’est tiers, el ne voil demander. »
Quant l’amiraus l’entent, le sens quide derver :
2120Il en a apelé ses canbrelens privés
Qui sont de sa maisnie et de son parenté :
« Alés tost a ma fille, que n’i ait aresté :
.I. chevalier devoit en l’angarde amener,

Ne sai de paienie u de crestienté ;
2125Et s’ele chou ne fait con vous ai devissé,
Lubien la donrai, le viel kenu barbé. »
Et respondent paien : « Mout avés bien parlé
Chou est li mieudres plès que i puissiés trover.
Jusc’a l’uis de la canbre en sont trestout alé
2130Et s’ont passé avant et s’ont l’anel crollé.
Rosamonde l’oi, s’a tost l’uis desfermé :
« Dame, » che dist Elies, « en la car vous tra(i)és ;
Veés [i]cel cheval qui mout est esgarés :
Si m’ait Dieus del ciel, jel criem mout d’afoler.
2135— Vasal, » dist la pucele, « alés a vostre Dé ;
Dieus garisse ton cors de mort et d’afoler. »
Il a laskiet le resne, lait le ceval aler,
Le gonfanon de soie lait al vent venteler,
Et li destriers li saut .xxx. piés messurés,
2140Que le fu et le flanbe fait del marbre voler.
Quant le voient paien, tout en sont esgaré,
Meismes l’amiraus en a .i. ris jeté :
« Mahon, je rai ma terre, bien t’ai servi a gré ;
C’est Elies de Franche li gentieus et li ber :
2145Chil fera la bataille, ja nen ert trestorné.

LXII[60]

— En la moie foi, sire, » dist la bele al cler vis,
(b)« Sor Mahon me jurastes, vous et vostre arabi,
Que il n’i aroit garde n’a l’aler n’al venir.
— Non avra il, ma fille, por voir le vous plevis. »
2150Il ovrirent la porte, si le laissent issir ;
Macabré de Sorbrie, et Jossés et Malpris
En montent el palais, regardent le meschin.
Rosamonde la bele va veir son ami ;

En son dos a vestu .i. pelichon hermin
2155Et en son puing senestre tenoit .i. esmeril.
Ele le vait paissant d’un[e] ele de pertris,
Et evre son mantel, si qu’Elies le vit :
De la joie qu’il ot fait le cheval saillir.
Li destrier s’en repaire contreval le lairis,
2160Onques Dieus ne fist beste qui s’i puist tenir,
Cers ne dains ne aloe, faucon ne esmeril.
Caifas le regarde, a son pere l’a dit :
« Cuidiés vous, sire rois, que bataille feist ?
Ja s’en fuira li glous quant venra al ferir.
2165Rosamonde vous a vergondé et honni ;
.Iiii. jors l’a tenue, s’en a fait ses delis,
Remesse en est enchainte, por voir le vous plevi.
Mahomet vous confonge, qui tout a a tenir,
S’en .i. feu nen est arsse anuit u le matin. »
2170Quant l’entent la puchele, si ot le ceur mari ;
U qu’ele voit son frere, fierement li a dit :
« Par mon cief, dan traitres, vous i avés menti :
Onques ne fu je pute ne on nel me requist.
Mais je le fuisse certes, si il tresbien vausist,
2175Qu’il est boins chevaliers, coragous et hardis ;
Et vous estes couars et malvais et faillis :
Ceste jouste qu’il fait deussiés maintenir.
Se Sarrasin me croient et mon pere autressi
En une cambre basse vous meterons tout vif. »
2180Ele lait le parler, par les temples le prist,
Des cheveus a sachiet quanque la bele en ti(e)nt.
Caifas s’en retorne, ens es dens le feri,
(c)Que la levre li tranche, le sanc en fait saillir.
Hé ! Dieus, mar le toucha, de pute ore le fist,
2185Car ançois qu’il soit vespre, l’en convenra morir ;
Car Galopins l’esgarde, qui n’a pas mescoisi,
Quel nonchera Elie, le chevalier gentil.

LXIII[61]

Or fu li ber Elye ens el pré contreval
Apoiés sor sa lance, bien resanble vasal.
2190Li Sarrasins le voit, vers lui en vait les saus :
« Cuiver, » dist Lubien, «  u preis mon cheval ?
Qui le te mist as mains onques jor ne t’ama ;
Che fist li petis leres qui ersoir le m’enbla.
Tervagant ! que nel soc ! il fust pendus a hart.
2195Or laisse cele jouste, si me rens mon cheval,
Si en vien avoec moi a la chit de Baudas,
Si seras de mes vins serjans et boutellas ;
.Iiiim. Sarrasins en ton fief en tenras.
J’ai une bele fille que tu espouseras,
2200S’a non Esclabonie, sossiel plus bele n’a,
Ne mais que Rosamonde, ne sai s’ele le vaut.
— Sarrasin, » dist Elies, « je n’ai soing de vo gas ;
Tu ne sés qui je sui, aparmain le sevras :
Sodoiers sui de Franche, dont cis rois m’amena,
2205Et fui pris desous Arle en l’estor communal.
.I. miens compains petis me dona ce ceval ;
Rosamonde la bele hui matin m’adouba,
Si me çaint ceste espee a mon lés de decha.
Se je te puis ochire, je sui rois de Baudas ;
2210De s’amor sui tous fis, certes n’i faillerai. »
Quant l’entent li paiens, par poi qu’il n’esraga :
« Es tu dont crestiens, c’a moi es venu cha ?
Je t’en jur Mahomet, qui cest siecle estora,
Je ne mengerai mès tant con tu vis seras. »
2215Et respondi Elies : « Iche ne sera ja.
Certes bien poroit estre, voire parolle i a. »

LXIV[62]

Quant ot li Sarrasins que il est crestiens,
Onques puis n’i ot resne ne tenu ne laissiet
(d)Il laisent par vertu randoner les destriers ;
2220Et Prinsaut l’Aragon lai[t] aler les .ii. piés.
Elyes faut a lui de la lanche qu’il tient :
.I. poi li mist trop haut desor l’elme vergié.
Et li paiens le fiert, ne l’a pas esparngiet,
Grant cop li a doné en l’escu de quartier,
2225Desor la bende a or li a fraint et brisié,
Le blanc auberc del dos desront et desmaillié ;
Par mi le flanc senestre li conduist son espiel,
Enpoin le par vertu, si l’abat del destrier.
Signor, n’est mie mors, mès il est mout bleciés.
2230Et Elies saut sus, qui le cors ot legier,
Si est saillis mout tost sor le corant destrier,
Il a prisse sa lance et l’escu de quartier,
Vait ferir le paien si grand cop esforchié
Que sa lanche pechoie, si l’abat del destrier.
2235Quant li paien le voient, mout en sont esmaié ;
Premerains a parlé Tornebrans et Turfier
Et Gontable d’Orlie et Garlans l’envoisié
Et autres [trois] avoec, qui firent a proissier.
Cis .vii. furent tout roi, les corones es ciés,
2240Et dist li un a l’autre : « Mal somes engingié :
Mors somes et vencu, si perdons Lubien :
Par Mahomet, signor, alomes li aidier. »
Et cil ont respondu : « De gré et volontiers. »
Il vestent les aubers, s’ont les elmes lachiés,
2245Et çaingent les espees a lor flans senestriers
Et monterent es seles des boins corans destriers

Et prisent en lor poins les rois tranchans espiés,
Par mi .i. val s’acoillent corant tous eslaissiés
Dieus en garisse Elie, qui en crois fu drechiés :
2250N’i a cel nel manache de la teste a trenchier.

LXV[63]

Lubien de Baudas se senti a la tere,
Voit Prinsaut l’Aragon qui traine ses resnes :
De .xv. piés pleniers ne pot consentir beste.
Il le pleure et regrete con chevalier honeste :
2255(fol. 92)« Hé ! chevals ravineus, por coi me meus tu guerre ?
Je t’ai soef nori et le crupe coverte,
Et doné a mangier et de[l] fain et de l’erbe :
Or me veus chi [sus] corre por chou que sui a tere !
Ja ne soit mès nus hom qui mès se fit en beste,
2260Se tant non con il l’a et il le tient acertes.
Chevalier, mout es preus, par le loi de ma tere :
Car me ren mon cheval dont je chai, caele,
Por amor Rosamonde, qui t’esgarde as fenestres.
— Sarrasin, » dist Elies, « maldite soit ta geste.
2265Va, si pren ton cheval por amor la pucele :
N’i avras hui mès garde si seras en la sele. »
Il meismes li rent par anbedeus les resnes.
Lubien [i] monta, qu’es archons ne s’areste,
Des plaies qu’il ot grans ne li ramenbre gaires :
2270Or poés vous bien croire diables le governe.
Le main mist a l’espee, fors del feure l’a traite,
Et va ferir Elie par [de] desor son elme,
Qu’il en a abatu et les flors et les perles.
Li brans est trestornés par de devers senestre,
2275Il li trancha les guices et les quirs jusqu’en tere ;
Sel conseust en char, sa fin en eust faite :

« Par mon cief, » dist Elies, « vostre espee m’apresse ;
Mon escu m’a tranciet, s’en est moie la perte.
Par le mien ensiant, j’en rai chi une bele ;
2280Je quic qu’ele fu vostre, sire amirals de Perse.
Galopins le me çaint, mes compains li honeste :
De meisme vo cosse vous doi je honte faire. »
Il l’en drecha amont, si l’en feri sor l’elme
Qu’il en a abatu et les flors et les perles,
2285Tout le va porfendant enfressi en la sele.
Li ber estort son cop, mort l’abat a le terre.
Rosamonde le voit, qu’estoit a la fenestre :
U qu’ele voit son frere, fierement l’en apele :
« Or venés cha veoir, malvais couars superbes !
2290Si verrés les grans cos que li François set faire.
(b)Car pleust or(e) Mahon, qui cest siecle governe,
Que vous fussiés la fors avoec lui sor cel[e] herbe,
Et seust le grant honte que pour lui m’avés faite :
A l’espee tranchant perderiés ja la teste. »

LXVI[64]

2295Quant Elies ot mort Lubien de Baudas,
Prist le cheval as resnes, que mener l’en quida,
Quant li .vii. Sarrasin li essordent d’un val.
Et quant les voit Elies, mervelles l’en pessa ;
Jhesu le nostre pere douchement reclama :
2300« Se tés sont tout cil .vii. con estoit li viellars,
Par le mien ensiant, n’en quic estordre ja ;
A quel cief que il tort, tout le premier ferai. »
Le premier qu’il encontre onques ne s’en loa,
Si le fiert de l’espee que par mi le copa.
2305A l’autre jouste (en) après autres .ii. en abat.

Et Jonacles s’en fuit, a esperon s’en va,
Et li rois Malvergiés .iiii. mos s’escria :
« Par Mahomet, signor, cis hon est Satenas !
Il fu fieus Luchibus de la roche Baudas,
2310Qui conquist en Espaigne Feraon et Judas
Et le viel Salatré et Costantin Macars.
Si fera il nous tous, ja piés n’en estordra ;
Mais guerpissons les loges et entrons es canas. »
Et il si fissent senpre, li glouton desloial ;
2315Il guerpirent les loges dont .iiiim. i a,
En la [mer] sont venu, s’en entrent es canas.
Elyes les encauche, qui seoit sor Prinsaut ;
Il se feri en l’aigue jusc’al col del cheval,
Puis a traite l’espee, lor ancre lor trencha :
2320Li vens se fiert es voiles, qui les Turs esfondra.
Or noent Sarrasin et a deul et a mal,
Que de .iiiim. [homes] un seus n’en escapa.
Li faucon Lubien fu devant l’estendart,
Il connut le destrier, forment le regarda ;
2325.Vii. fois s’est esvolés, que aler s’en quida,
Quant li giet le retienent dont a or sont les las.
(c)Quant Elies le voit, grant joie en demena,
Deslie le faucon, sor son puing le porta ;
Sel donra Rosamonde qui hui [main] l’adouba.

LXVII[65]

2330Or s’en va li valès qui bien set mener guerre,
S’en mainne les destriers anbedeus par les resnes.
Venus est a Sorbrie, si dessent en la presse :
Encontre sont venu la pute gent aversse.
Le faucon Lubien tent a le damoisele,
2335Il le trova enbronche et encline sor terre ;

Il li a demandé : « Qui vous fist che, dansele ?
Qui si vous a baillie mes amis ne veut estre. »
A tant es Galopin qui l’en dist la novele :
« Elyes, biaus dous sire, mout devés dolans estre :
2340Por vous l’a Caifas a tel honte detraite,
Et batue et ferue et le bouche desfaite.
Se tu ne l’en fais drois, ja ne tienges tu terre.
— Amis, et che ne fache ne place au roi celestre. »

LXVIII[66]

Or s’en torna Elies qu’a Saint Gille fu nés ;
2345Et tenoit son branc nu qui fu ensangle[n]tés.
L’arrabi a hurté des esperons dorés,
Tout droit en mi sa voie a Caifas trové :
.I. grant cop li dona, mout l’a bien asené,
Que les flors et les pieres fist de l’elme voler ;
2350La coife de l’auberc ne li pot contrester,
Enfressi el menton li fist le branc couler.
Elye estort son cop et li glous est versés,
Et li cors estendi, l’ame en porte[nt] malfé.
Amont a la fenestre ert li rois acoutés ;
2355Macabré de Sorbrie a ses gens apelés :
« Signor, » che dist li rois, « la ne porons durer
Ichou est Begibus qui nous a enchantés.
Car li corons tout sus, Sarrasin et Escler :
Trestous mes maltalens vous ert ja pardonés. »
2360Lors s’en ceurent as armes Sarrasin et Escler ;
Bien furent .xxxm. quant il furent armés,
Par mi le mestre porte s’en vont abandoner.
(d)Por l’amor Caifas qui jut en mi le pré
Sont issu de Sorbrie li quiver parjuré,
2365Et encauchent Elie qu’a Saint Gille fu nés.

Li vasaus tint le branc qui a or fu letrés,
De pitiet a plouré, s’est forment gaimentés :
« Hé ! pere Julien, ja mais ne me verrés !
Ahi ! oncle Guillaume, je vous commanc a Dé ! »
2370Quant Galopins le vit, li preus et li senés,
Rosamonde la bele a congiet demandé ;
De la tor avala les marberins degrés,
En la bataille entra coureçous et irés,
En sa main le baston u tant a richetés,
2375Que les fees ovrerent en .i. ille de mer.
Lors peussiés veoir tant ruiste cop doner,
Tant brac, tan puing, [tant pié], tante teste voler
Et tant cheval cheoir, trebuchier et verser.
Bien i feri Elies del branc forbi letré,
2380Et Galopins aussi del grant baston quarré.
Hé ! Dieus, con grant damage ! ne poront afiner,
Car li nostre sont poi et Sarrasin plenté.
Karles Marteus le dist .i. jor en reprover,
Selonc que dist la letre : « La forche paist le pré. »
2385Quant Rosamonde les prist a regarder,
A genollons se mist la pucele al vis cler
Et a jointes ses mains, Dieu prist a apeler :
« Glorieus sire pere, qui te laissas pener
Et fesistes la lune et le solail lever,
2390Et les estoiles, les poissons en la mer,
Gardés ces crestiiens d’ochire et d’afoler.
Baptisier me ferai et en sains fons lever
Et trestoute ma loi ferai crestiener,
Puis penrai le baron, se me vieut espouser. »
2395Estes vous Galopin, le preu et le sené ;
La u il voit Elie, sel prent a apeler :
« Compains, » dist Galopin, « nes porons endurer.
Veés vous la les os ? pensons del cheminer.
(fol. 93)Car faites une cose que m’orés devisser,

2400Que hurtés l’arabi des esperons dorés.
En cel vergier laiens nous irons reposser ;
Je desfendrai mout bien le pont et le fossé :
La dedens vous metrai, qui qu’en doie pesser.
— Compains, » che dist Elies, « si con vos commandés. »
2405Lors hurte le destrier des esperons dorés,
Et la gentil puchele vint le pont avaler,
Et destach(i)e (de) caines dont i ot a plenté.
Et Elyes i entre, qu’a Saint Gille fu nés,
Et Galopin ausi, ne s’i vaut arester,
2410Si a remis la bare et le pont sus levé.
Quant furent la dedens, s’ont grant joie mené.
Elyes dessendi del destrier sejorné,
Rosamonde la bele le corut acoler,
.Iiii. fois li baissa la bouche et le vis cler.
2415En une croute a vaute ont le destrier mené,
Del feure et de l’avaine li donent a plenté,
Puis vienent el planciet, en le tor sont monté,
Si ont veu les os qui sont acheminé.
Macabré de Sorbrie a se gent apelé :
2420« Signor, » che dist li rois, « la ne porons durer.
Tout che me fait ma fille que s’i m’a encanté. »
As armes sont coru Sarrasin et Escler,
Bien furent .xxxm. quant il furent monté,
Asallent de la tor les pans et les pilers ;
2425Elye se desfent, qu’a Saint Gille fu nés.
Grans pieres et grans fus laissent aval aler,
Bien en font .iiiic. reculer el fossé.
Hé vous poignant Corsaut, .i. felon parjuré ;
Rois fu de Tabarie, si ot mout richeté,
2430Et ot en sa compaigne .xxm. Turs armé[s].
Il asaillent la tor, s’ont grant noise mené,
Et pikent et machonent comme gent forsené.
Quant Galopins les voit, s’a Elie apelé :

« Compains, » dist li vasaus, « ne la porons durer. »
2435(b)Elye et Galopins sont forment esfreé :
« Signor, » dist Rosamonde, « por coi vous desmentés ?
Ceste tor est trop riche u nous somes entré ;
Li quarrel en sont fort, a chiment compassé,
Chaiens a assés armes et destriers sejorné[s],
2440Et fors elmes agus et boins brans acherés,
.Iiiic. chevalier[s] en peut on adouber.
Chi dedens avons char et puiment et claré
Et boin pain de forment et flor(s) avons assés.
Jusc’a .vii. ans tous plains i poons sejorner,
2445Que ja n’i entera Sarrasin ne Escler. »
Elye de Saint Gille a grant joie mené ;
U qu’il voit Galopin si l’en cort acoler,
En l’orelle li dist coiement a chelé :
« Galopins, biaus compains, bien nous est encontré
2450Chaiens est paradis, je nel quier mais celer. »
Estes vous .i. vasal qui est d’outre la mer ;
Godefroi ot a non, ensi l’oi nomer ;
Cil ot nori Elie petit en son ostel......
Vienent de la montaigne, al port sont arivé.
2455Quant Galopins le voit, s’a Elie apelé :
« Vois tu la .i. vasal qui revient d’outre mer ?
Car alons a la porte savoir et demander
De quel pais il sont et u doivent aler. »
Et Elies respont : « Si con vous commandés. »
2460As brestekes des murs est Elie acostés ;
Les barons en apele, si les a salués :
« Signor, » che dist Elies, « de quel terre estes nés ?
Dont venés ? u irés ? quel part devés torner ? »
Et Godefroi respont : « A Valence fui nés,
2465Senescau Julien, le franc duc honoré,
Et venons del sepulcre u fumes por ourer :
Contreval paienie ai .vii. ans converssé ;

Or irai en ma terre, se Dieu l’a destiné. »
Quant Elies l’entent, s’a grant joie mené.
2470A la vois qu’il ot clere commencha a crier :
(c)« Godefroi, » dist Elies, « fai ta gent escouter :
Tu iras a Saint Gille a mon pere parler.
De par Dieu et de moi mout bien le salués,
Et me secore chi, si fera mout que ber.
2475Cha sus en ceste tor m’ont paien enseré ;
Il sont bien .xxxm. fervestu et armé. »
Quant Godefrois l’entent, s’a de pitiet ploré,
Les maroniers apele belement et soef :
« Signor, » dist Godefrois, « .i. petit m’entendés :
2480Se vous a seche terre me poés amener,
Tant vous donrai avoir con vous penre en volés,
Et riche[s] coupes d’or et boins bacins dorés :
Ne serés ja mais povres se le savés garder. »
Quant cil l’ont entendu, se li ont creanté :
2485Lor cinglent et governent au ciel esperitel ;
Tant ont lor rices barges coru et ceminé,
Qu’il vinrent a Brandis, au port sont arivé,
Et montent es chevals qui furent sejorné.
Lors trespassent les teres et les anples renés
2490Et vienent a Saint Gille tout le chemin feré.
Par mi le mestre porte sont en la vile entré,
Et vienent el palais qui fu a or listé.
La trevent Julien qui dessent des degrés,
Aimeri de Nerbone et sen riche barné,
2495Et Hernaut le vaillant et Bernart l’aduré,
Et Garin d’Anseune et le franc Aimer,
Bevon de Commarchis et Bertran le sené,
L’archevesque de Rains, et le grant richeté,
Qui tienent parlement de la crestienté :
2500Elye voillent querre, nel sevent u trover.
Estes vous Godefroi qui les a salués.

Godefrois les salue comme [uns] hons apensés :
« Cil Dameldé de gloire qui en crois fu penés
Saut Julien le conte et son rice barné,
2505Aymeri de Nerbone et tout son parenté,
De par son fil Elie, le gentil et le ber !
(d)Par moi vous mande tous, foi que vous lui devés,
Dedens Sorbrie esrant que vous le secorés.
Par dedens une tor l’a assis Macabrés :
2510N’i a que Rosamonde, sa fille o le vis cler,
Et Galopin aussi, qu’en Ardane fu nés. »
Quant Juliens l’entent, s’a de pitiet ploré,
A tere chiet pasmés, ne pot sor piés ester.
Beves de Comarchis, li gentieus et li ber,
2515Aymeris de Nerbone est cele part alés :
« Biaus sire, » dist li quens, « .i. petit m’entendés :
Or fera ge mes homes maintenant asambler ;
Si mandrai Loeys a Paris la chité
Et Rainewart ausi qui porte le tinel ;
2520L’archevesques i ert, cil de Rains la chité,
Et seront .xxxm. de la crestienté.
Dessi jusc’al sepulcre ne quier mès arester,
De la ferai mes grailles et mes tabors soner,
Et si diront encore Sarrasin et Escler
2525C’Aymeris est venus por paiens esfraer.
— Pere, » che dist Guillaumes, « grant a mois ne ferés. »
Trestous ses messagiers a li quens apelés ;
Il fait ses letres faire, s’a ses homes mandés,
De toute Franche a fait son barnage asanbler.
2530Illeuques fu Bernars et Hernaut l’aduré,
Bueves de Commarchis et Bertram li senés
Et Garin d’Anseune, (et) li caitis Aimers,
L’archevesque de Rains, quanque pot asambler.
Rois Loeys repaire de Paris la chité,
2535Et ot en sa compaigne Rainewart au tinel,

Ains si [tres]grans barnage ne fu mès asamblés,
Qui por le boin Elie vauront le mer passer.
Godefroi les conduist, u pais ot esté,
Il sot mout bien les marces, et le latin parler.
2540Lors vienent a Brandis, les os font sejorner,
Des dromons et des barges i vienent a plenté :
La dedens se sont mis nostre franc bacheler,
(fol. 94)Et singlent et governent et pensent de l’esrer ;
Et voient de Sorbrie les murs et les pilers,
2545Les brestekes, les tors et les palais listés.
Godefrois li sachans a grant joie mené ;
Julien en apele, qu’a Saint Gille fu nés :
« Sire, » dist Godefrois, « mout t’est bien encontré :
Vois tu or cele tor a cel plonc crestelé ?
2550Laiens laissai ton fil a mout grant poverté,
Galopin l’Ardenois, et la dame al vis cler. »
Quant Juliens l’entent, s’a de pitié ploré ;
Il sont venu al port, des vaseus sont torné,
Puis montent es destriers dont i ot a plenté.
2555Si drechent les ense[n]ges, si pensent de l’esrer.
Quant Galopins les voit, c’as murs fu acostés,
La u il voit Elie, si l’en a apelé :
« Hai ! sire compains, bien nous est encontré(s) :
Veés ichi les ensenges de la crestienté,
2560L’oriflambe le roi de Paris la chité,
Aymeri de Nerbone, le viel quenu barbé,
Julien de Saint Gille au dragon enpené.
Amis, fai une cosse que te voil deviser,
Que vous vestés l’auberc et l’iaume fremés,
2565Et si çaingiés l’espee au senestre costé :
Montés en Marchegai, le destrier abrivé,
Et g’irai la defors a Loeys parler. »
Rosamonde la bele va congiet demander,
Et ele li dona volentiers et de gré.
2570Par le fausse posterne issi de la chité,
Il lait ester le pas, si se prent au troter,

Tant que il vient en l’ost ne vaut onques finer.
Il salue le roi si con oir porés :
« Cil Dameldé de gloire, qui fist crestienté(s),
2575Saut le roi Loeys et son riche barné,
Aymeri de Nerbone, qui li siet au costé,
Julien de Saint Gille et Bernart l’aduré !
— Amis, » che dist li rois, « Dieus te puisse saver !
(b)Comment as tu a non, et de quel tere es nés ?
2580— Sire, » dist Galopins, « en Ardane fui nés,
Et si fui fil Tieri, le franc duc honoré.
Par moi vous mande Elies salus et amistés. »
Quant li baron l’entendent, s’ont grant joie mené :
Enqui illeuc s’adoubent con ja oir porés.
2585Il vestent les aubers, s’ont les elme[s] fremés,
Et pendent a lor caus les fors escus bouclés ;
Ens en lor poins ont pris les fors espiels quarrés
Et montent es destriers corans et abrivés ;
De .iiii. pars ont leus assise la chité,
2590Mout par i ot drechiés de tentes et de trés.
La fu grans li asaus de la crestienté(s) ;
Li paien se desfende[nt] qui as murs sont montés.
[Et] (quant) Galopins d’Ardane a Guillaume apelé(s),
Julien de Saint Gille, (et) le caitif Aimer :
2595El vergier Rosamonde s’en sont cil .iiii. entré.
Rosamonde les voit, si lait le pont aler,
Et cil entrent dedens, qui grant joie ont mené.
Elye vit son pere, si le cort acoler,
Plus de .xx. fois li baisse et le bouche et le nés :
2600« Signor, » dist Galopins, « bien vous est encontré.
Or seromes nous .v. fervestu et armé.
Quant vous verois l’asaut de la crestienté,
Et g’irai a la porte por paiens destorber :
L’enpereor de Franche voil les huis defermer. »
2605Quant Julien l’entent, s’a grant joie mené.
Rosamonde la bele avale les degrés
Et vint a s’aumoniere, s’en a trait une clef,

Au tressor est venue, s’a les huis desfermés :
La prendent les escus et les aubers safrés
2610Et montent es destriers corans et abrivés.
Aymeris de Nerbone asailli la chité,
L’archevesque de Rains et tous ses parentés ;
D’autre part fu li rois a (tout) .m. home[s] armés.
Grant noise demenerent Sarrasin et Escler
2615(c)Et desfendent forment les murs et les fossés.
Estes vous Galopin qui s’est abandonés ;
Guillaumes li marchis, cil li fu al costé :
Jusc’a .xxx. paiens i ont mort et tués,
Puis desferment le bare, s’ont le pont avalé.
2620Galopins commencha hautement a crier :
« Saint Denise de Franche ! tuit serés ostelé. »
François et Borgengon sont la dedens entré,
Flamenc et Beruier, dont i ot a plenté :
Espees toutes nues sont ens acheminé ;
2625Mout par fu grant la noisse de la crestienté.
La peussiés veoir tant riche cop doné,
Tant brac, tant puing, tant pié, tante teste coper,
Tant Sarrasin morir, trebuchier et verser.
Es vous poignant Bernart de Brubant la chité,
2630Et a brandie l’anste del roit espiel quarré,
Desor l’escu a or vait ferir Macabré,
L’escu li a perchié et le hauberc faussé ;
Tant con anste li dure l’a del destrier hurté,
Il n’est pas encor mors, mès il est craventé.
2635Par le brac l’a saissi, si l’a amont levé ;
U qu’il voit Galopin, si l’en a apelé :
« Petis hon, » dist Bernars, « cest prison me gardés. »
Et cil li respondi : « Si con vous commandés.
En la chartre parfonde le m’esteut avaler :
2640Bos, culevres i a, sachiés, a grant plenté,
Qui li mangeront senpre les flans et les costés. »

Lors a drechiet amont le grant baston quarré,
Par mi outre le teste a feru Macabré :
Le teste li pechoie, li oilg en sont volé,
2645Et li cors estendi, l’ame en portent malfé.
Estes vous Loeys qu’est arier retorné,
Si fist pupler le vile de la crestienté.
Es vous venu(s) Bernart de Brubant la chité ;
U qu’il voit Galopin, si l’en a apelé :
2650« Petis hon, » dist Bernars, « mon prison me rendés. »
(d)Galopin respondi : « Si con vous commandés. »
Par les jambes le prent, si l’a amont levé.
« Amis, » che dist Bernart, « tu le m’as conraé :
Il n’ert pas ore iteus, quant le t’oi commandé.
2655— Sire, » dist Galopins, « il ne voloit aler :
Por chou qu’erre petis si me ti(e)nt en vieuté. »
Et quant Bernars l’entent, s’a grant joie mené.
Lors montent el palais li demainne et li per,
Et font tantost les fons beneir et sacrer.
2660Rosamonde i menerent, la bele o le vis cler,
Tout maintenant le fissent beneir et sacrer.
Dieus, con riche pressent i ot le jor doné !
Aymeris de Nerbone i courut au lever,
Julien de Saint Gille et Loeys li ber,
2665Guillaumes li marcis et li franc .xii. per.
Quant Elies les voit, s’est cele part alés ;
Isnelement et tost est courus au lever.
Hé ! Dieus, con grant damages, pere de majesté !
Por chou le perdra il, ne le pot espouser.
2670El palais en monterent les marberins degrés ;
Elies vit le roi, sel prist a apeler :
« Signor, » che dist Elies, « m’amie m’espousés,
Rosamonde la bele qui tant jor m’a gardé
En cest palais de marbre des membres a coper.
2675— Vasal, » dist l’archevesque, « de folie parlés ;

Che ne poroit soffrir sainte crestientés.
Voiant nos ieus trestous l’as aidiet a lever
Et es saintismes fons beneir et sacrer. »
Quant Elies l’entent, s’a de pitiet ploré,
2680Rosamonde autressi, ne pot sor piés ester,
Ains chei en la tere et se prist a pasmer ;
Et Guillaumes d’Orenge l’en corut relever :
« Bele, » che dist li rois, « envers moi entendés.
Veés vous el palais trestous les .xii. pers ?
2685Certes mout richement vous vaurai marier :
Tel home vous donrai con volés deviser.
(f°. 95)— Signor, » dist la puchele, « tou che laissiés ester ;
Puis c’ai perdu Elie que tant jor ai amé,
Por l’amor del baron Galopin me donés. »
2690Quant li baron entendent, cele part sont alé.
Aymeri de Nerbone i fu as fois doner :
Sor les saintes reliques font Galopin jurer
Qu’il penra la puchele a mollier et a per.
Et Galopins respont : « Si con vous commandés.
2695Ja mais en douche Franche ne me verés entrer,
Ains conquerrai de cha sainte crestienté
Et ferrai les asmoines et les messes canter. »
Elye de Saint Gille a de pitié ploré.
L’enperere meismes est cele part alés :
2700« Vasal, » dist l’enperere, « envers moi entendés :
En Franche no pais ensamble o nous venrés ;
Mout richement, amis, vous vaurai marier :
Ma seur vous donra je, Avisse o le vis cler,
Et vous donrai assés castieus et fermetés,
2705Orliens et tout Behorges qu’est dame des chités,
Et me riche oriflanble devant moi porterés. »
Quant Elies l’entent, s’a de ceur sospiré :
« Sire, » che dist Elies, « .vc. merchis de Dé. »

Enqui donent les fois, et li a creanté
2710Que il avra sa seur al gent cors honoré ;
Et trestout li baron ont grant joie mené,
Et Julien ses peres, li vieus kenus barbés.
(b)Lors tienent parlement de le crestienté ;
Galopin prist la dame a mollier et a per,
2715.Iii. jors durent les noches dedens cele chité.
L’enperere de Franche ne vaut plus demorer
Ne li autre baron dont i ot a plenté ;
Ains iront au sepulcre por lor ames saver.
Rosamonde la dame les prist a esgarder :
2720Pour chou que il devoient en sus de lui aler,
Tenrement a ploré et del ceur souspiré ;
A chelui les commande qui en crois fu penés.
Galopins les conduist, qu’en Ardane fu nés.
Quant che vint au partir, grant deul ont demené,
2725Meismes Galopins au gent cors honoré
Por son signor Elye que il ot tant amé.
A tant s’en sont parti et pensent de l’esrer,
Et Galopin revint a sa feme al vis cler.
Et no baron chevauchent que Jhesu puist saver ;
2730Il trespassent les teres et les anples resnés,
Les pais avironent, qui sont et grant [et] lés,
Mout trevent le pais plain de grant poverté.
Godefroi les conduist, c’ot el pais esté.
Tant ont par lor jornees esploitiet et esré,
2735Passent prés et boscages et grans desrubans lés,
Qu’il sont tout al sepucre venu et arivé ;
Et quant il furent la, si l’ont tout aor(n)é.
Quant ont fait lor offrande, si sont tout retorné,
Tout droit vers douche Franche se sont acheminé ;
2740Tant ont et nuit et jor chevalciet et esré,
C’a Paris sont venu, la mirable chité.
Encontre sont venu li viel et li barbé
Et dames et pucheles, serjant et bacheler.
Cel jor font mout grant joie del riche coroné.

2745.Viii. jors tient li rois cort et son rice barné,
Mout fu grande la feste el palais princhipel.
Li boins rois Loeys, qui tant fait a loer,
(c)A fait venir sa seur, Avise o le vis cler ;
Elye le dona a mollier et a per,
2750Et il l’a recheue volentiers et de gré.
Se les noches sont grans, ne l’esteut demander :
Maint riche vasel d’or i fu le jor doné,
Menestrel s’en loerent, quant vint al dessevrer.
Ensi dona li roi sa seror al vis cler
2755A Elye le preu, fil Julien le ber,
Qui fu dus de Saint Gille, si con oi avés :
D’Elye vint Ayous, si con avant orés.
Ichi faut li romans de Julien le ber
Et d’Elye son fil qui tant pot endurer ;
2760Cil engenra Ayoul qui tant fist a loer,
Si con vous m’orés dire, sel volés escouter.

Explichit li romans d’Elye.

  1. — 1 Miniature avec la rubrique placée en tête du poème. — 9 pont — 17 tout
  2. — 177 tout — 212 nos lor — 217 que]et
  3. — 257 ciacre
  4. — 280 le .v.
  5. — 306 plancie
  6. — 333 tous
  7. — 358 en deserre cf. v. 434
  8.   — 418 en deserre cf. v. 434 — 420 ciel] cief — 446 sor
  9. — 468 Et d. l. r salatres
  10. — 471 salatres — 475 desor — 480 et 498 Il y a une lacune probable après ces vers.
  11. — 511 as conuent
  12. — 526 combatant
  13.  
  14. — 575 sor — 601 tout
  15.  
  16. — 672 antis sentir cf. v. 696 — 706 valer — 709 ra]re
  17. — 718 francoit
  18. — 761 sest a elie — 767 entens — 785 li floris — 791 auoec bertram lui — 800 vail
  19. — 805 reconurir — 816 lesca
  20. — 840 li k. — 841 bruis — 851 lauons gete — 871 dirons — 882 Miniature avec cette rubrique : C’est chi ensi con sarrasin ont pris Elye et l’ont mis en une nef.
  21. — 894 de lande — 898 cf. v. 937 — 901 Lacune évidente. — 925 te] de — 933 orelles — 981 orilles] narines cf. v. 1002 — 982 malpriant cf. v. 965
  22. — 1022 Lacune — 1026 trestout — 1052 hon — 1132 Miniature avec cette rubrique : Ch’ est chi ensi que Elyes ochist les larons et con Galopin li pria merchi.
  23. — 1172 point
  24. — 1188 tout — 1226 naura la
  25. — 1251 en entre — 1275 si con vous loeres repétition de 1274
  26. — 1284 sor — 1296 resrage — 1306 Lacune — 1307 nous]ne — 1315 cf. v. 1216 lacune après ce vers.
  27.   — 1384 et le fr. le t. — 1394 trestout — 1400 Miniature avec cette rubrique : Ch’est chi ensi con Galopin en porta sonsignor navré es vergier et co la puchele le vit.
  28. — 1408 Venus — 1413 tout — 1419 sor — 1429 esparengies — 1451 p. sor tere — 1452 au].i. — 1456 tout
  29. — 1471 que il
  30. — 1485 Lacune — 1494 tout
  31.   — 1523 mes peres
  32. — 1532 f. .i. t.
  33. — 1534 dire — 1545 deues
  34. — 1549 Por coi
  35. — 1562 ne voist
  36. — 1593 p. court     — 1697 maltel — 1703 estroit — 1711 de biauté
  37. — 1715 ses bras — 1717 conuenable
  38. — 1754 tout — 1756 chees as — 1757 proieroie
  39. — 1777 mal. Après ce vers il a une lacune.
  40. — 1794 meisme
  41. — 1810 fors]fros
  42. — 1848 ne set — 1864 tous ceus] tout cil
  43. — 1905 trestout — 1906 tout — 1908 veroie ge — 1927 nes — 1935 son] ses — 1952 Miniature avec cette rubrique : Ch’ est chi ensi con Galopin enbla le boin destrier.
  44. — 1983 fort — 2022 soaues
  45. — 2032 leust consui — 2043 tref]tres — 2047-8 : On lit dans le ms. deux vers presque identiques aux vers 2054-5 :

    Andeus ses mains en tendi vers le ciel :
    « Hai ! pere de gloire, tu soies grasiés ! »

    Ces vers font évidemment double emploi, et le sens demande deux autres vers développant ce qui précède.

  46. — 2083 Or vous dirons noueles du bacheler elies
  47.   — 2126 la] li
  48. — 2182 le refiert
  49.  
  50. — 2223 esparengiet — 2231 Ce vers est contredit par le v. 2252.
  51. — 2273 pieres cf. v. 400 — 2284 pieres cf. v. 400 — 2290 Francois] paiens — 2294 sespee
  52. — 2297 essorbent — 2313 el arnas cf. v. 2316
  53. — 2344 torne — 2377 cf. v. 2627 — 2410 Fierement la b. — 2453 Lacune — 2487 braidis — 2507 moi] foi, lui] mi     — 2614 noise] joie cf. v. 2625 — 2627 caper — 2654 Il nest — 2690 Miniature avec cette rubrique : Ch’est chi ensi con Galopin espousse Ros~amonde l’amie Elye.