Émile Nelligan et son œuvre/Les Pieds sur les Chenets/Frisson d’hiver

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



FRISSON D’HIVER




Les becs de gaz sont presque clos :
Chauffe mon cœur dont les sanglots
S’épanchent dans ton cœur par flots,
               Gretchen !

Comme il te dit de mornes choses,
Ce clavecin de mes névroses,
Rythmant le deuil hâtif des roses,
               Gretchen !

Prends-moi le front, prends-moi les mains,
Toi, mon trésor de rêves maints
Sur les juvéniles chemins,
               Gretchen !


Quand le givre qui s’éternise
Hivernalement s’harmonise
Aux vieilles glaces de Venise,
               Gretchen !

Et que nos deux gros chats persans
Montrent des yeux reconnaissants
Près de l’âtre aux feux bruissants,
               Gretchen !

Et qu’au frisson de la veillée,
S’élance en tendresse affolée
Vers toi mon âme inconsolée,
               Gretchen !

Chauffe mon cœur, dont les sanglots
S’épanchent dans ton cœur par flots.
Les becs de gaz sont presque clos…
               Gretchen !