Derniers vers (Rimbaud)/Ô saisons, ô chateaux

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Arthur Rimbaud Derniers vers

Derniers vers (Rimbaud)/Ô saisons, ô chateaux



Aussi appelé Bonheur

Ô saisons, ô châteaux,
Quelle âme est sans défauts ?

Ô saisons, ô châteaux,

J’ai fait la magique étude
Du Bonheur, que nul n’élude.

Ô vive lui, chaque fois
Que chante son coq gaulois.

Mais ! je n’aurai plus d’envie,
Il s’est chargé de ma vie.

Ce Charme ! il prit âme et corps,
Et dispersa tous efforts.

Que comprendre à ma parole ?
Il fait qu’elle fuie et vole !

Ô saisons, ô châteaux !

Et, si le malheur m’entraîne,
Sa disgrâce m’est certaine.

Il faut que son dédain, las !
Me livre au plus prompt trépas !

− Ô Saisons, ô Châteaux !