100%.png

Œuvres complètes de Béranger/La Jeune Muse

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir La Jeune Muse.


LA JEUNE MUSE


réponse


À DES COUPLETS QUI M’ONT ÉTÉ ADRESSÉS PAR MADEMOISELLE ***
ÂGÉE DE DOUZE ANS


Air : Où s’en vont ces gais bergers ? (Air noté )


        Pour les vers, quoi ! vous quittez
            Les plaisirs de votre âge !
        Ma Muse, que vous flattez,
            Aux amours rend hommage.
        Ce sont aussi des enfants
            À la voix séduisante ;
Mais, hélas ! vous n’avez que douze ans,
            Et moi j’en ai quarante !

        Pourquoi parler de lauriers ?
            De pleurs on les arrose.
        Ce n’est point aux chansonniers
            Que la gloire en impose.
        La fleur, orgueil du printemps,
            Est le prix qui nous tente.
Mais, hélas ! vous n’avez que douze ans,
            Et moi j’en ai quarante !


        Jeune oiseau, prenez l’essor ;
            Égayez le bocage.
        Par des chants plus doux encor
            Brillez dans un autre âge.
        De les inspirer je sens
            Combien l’espoir m’enchante.
Mais, hélas ! vous n’avez que douze ans,
            Et moi j’en ai quarante !

        De me couronner de fleurs,
            Oui, vous perdrez l’envie ;
        Sous des dehors plus flatteurs
            Vous verrez le génie.
        Puissiez-vous pour mon encens
            Être alors indulgente !
Mais à peine vous aurez vingt ans
            Que j’en aurai cinquante.



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


LA JEUNE MUSE.

Air : Où s’en vont ces gais bergers.
No 204.


Les partitions musicales sont temporairement désactivées.

Haut