100%.png

Œuvres complètes de Béranger/Les Adieux à la Gloire

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Les Adieux à la Gloire.


LES ADIEUX À LA GLOIRE


DÉCEMBRE 1820


Air : Je commence à m’apercevoir, etc. (d’Alexis) (Air noté )


        Chantons le vin et la beauté :
                Tout le reste est folie.
                Voyez comme on oublie
        Les hymnes de la liberté.
                        Un peuple brave
                        Retombe esclave :
Fils d’Épicure, ouvrez-moi votre cave.
        La France, qui souffre en repos,
        Ne veut plus que mal à propos
J’ose en trompette ériger mes pipeaux.
                Adieu donc, pauvre Gloire !
                Déshéritons l’histoire.
Venez, Amours, et versez-nous à boire.

        Quoi ! d’indignes enfants de Mars [1]
                Briguaient une livrée,
                Quand ma muse éplorée

        Recrutait pour leurs étendards !
                        Ah ! s’il m’arrive
                        Beauté naïve,
Sous ses baisers ma voix sera captive ;
        Ou flattons si bien, que pour moi
        On exhume aussi quelque emploi.
Oui, noir ou blanc, soyons le fou du roi.
                Adieu donc, pauvre Gloire !
                Déshéritons l’histoire.
Venez, Amours, et versez-nous à boire.

        Des excès de nos ennemis
                Chaque juge est complice,
                Et la main de Justice
        De soufflets accable Thémis :
                        Plus de satire !
                        N’osant médire,
J’orne de fleurs et ma coupe et ma lyre.
        J’ai trop bravé nos tribunaux ;
        Dans leurs dédales infernaux
J’entends Cerbère et ne vois point Minos.
                Adieu donc, pauvre Gloire !
                Déshéritons l’histoire.
Venez, Amours, et versez-nous à boire.

        Des tyrans par nous soudoyés
                La faiblesse est connue :
                Gulliver éternue,
        Et tous les nains sont foudroyés.
                        Mais quelle image !
                        Non, plus d’orage ;
De nos plaisirs redoutons le naufrage.

        Opprimés, gémissez plus bas.
        Que nous fait, dans un gai repas,
Que l’univers souffre ou ne souffre pas ?
                Adieu donc, pauvre Gloire !
                Déshéritons l’histoire.
Venez, Amours, et versez-nous à boire.

        Du sommeil de la liberté
                Les rêves sont pénibles :
                Devenons insensibles
        Pour conserver notre gaîté.
                        Quand tout succombe,
                        Faible colombe,
Ma muse aussi sur des roses retombe.
        Lasse d’imiter l’aigle altier,
        Elle reprend son doux métier :
Bacchus m’appelle, et je rentre au quartier.
                Adieu donc, pauvre Gloire !
                Déshéritons l’histoire.
Venez, Amours, et versez-nous à boire.



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


LES ADIEUX À LA GLOIRE.

Air : Je commence à m’apercevoir, etc. (d’Alexis).
No 158.


Les partitions musicales sont temporairement désactivées.

Haut

  1. Plusieurs généraux de l’ancienne armée sollicitaient et obtenaient des emplois dans la maison du roi.