Œuvres de Albert Glatigny/À Camille Pelletan

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres de Albert GlatignyAlphonse Lemerre, éditeur (p. 227-228).

À CAMILLE PELLETAN.


Je vous dédiais ce petit livre, mon ami, il y a déjà un an. Il devait prendre sa volée, en moineau franc, gouailleur et joyeux, vers les premiers jours d’octobre 1870. Le siège de Paris, les sinistres événements qui ont précédé et suivi la chute de la Commune, ont retardé son apparition. Ce n’est plus guère aujourd’hui qu’un volume rétrospectif qui servira peut-être à l’historien des mazarinades de la fin de l’empire. J’ai dû supprimer quelques pièces qui, lestes et gaies au moment de leur éclosion, auraient une lugubre portée aujourd’hui. Cependant, tel qu’il est, acceptez ce bouquin frivole, et croyez-moi votre bien sincère ami.

Albert Glatigny


Paris, 15 juin 1871.