Architecture rurale, second cahier, 1791/Autres signes généraux pour reconnoître où l’on peut prendre de la terre propre au pisé

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Autres signes généraux pour reconnoître où l’on peut prendre de la terre propre au pisé.

On trouve de la bonne terre pour le piſé au bas de toutes les pentes des pièces de fonds qu’on cultive, parce que les pluies y entraînent chaque année la graiſſe de la terre ou la bonne terre, qui eſt la plus déliée & la plus diviſée.

On en trouve très-ſouvent ſur les rives ou bords des rivières, parce qu’elles ſont ordinairement dans les lieux les plus bas d’un pays.

On en trouve ſur-tout au pied des côteaux des vignes & de tous terreins productifs qui ont beaucoup de pente.

Il ne faut pas croire que les territoires maigres ou ſablonneux ne produiſent pas de bonne terre pour le piſé ; cette crainte ſeroit outrée, car le ſable ne donnera jamais de récolte avec ſa crudité, s’il n’eſt un peu terreux. Eh bien, c’eſt cette partie terreuſe, également bonne à la végétation comme à la confection du piſé, qui eſt entraînée annuellement par les eaux pluviales dans les lieux bas : d’où je conclus que tout propriétaire qui manquera de bonne terre dans l’emplacement où il voudra faire construire en piſé, peut faire fouiller au pied des vignes, terres montueuſes, au bas des chemins élevés, dans des vallons, ſur les bords des rivières, & il trouvera aſſurément la bonne qualité de terre dont il aura beſoin.

Indépendamment de ce moyen, chaque poſſeſſeur aura la reſſource de faire faire des excavations dans ſon ſol pour éviter, autant qu’il le pourra, les frais de voiture pour tranſporter la bonne terre des lieux que je viens d’indiquer ; il eſt bien rare que ces fouilles ne procurent pas ce que l’on cherche, puiſque tout le monde ſait qu’en creuſant des fondations, une cave, ſur-tout un puits, on rencontre quantité de couches de terres de natures différentes.

Sans contredit, il vaut mieux prendre la terre chez ſoi que de la faire voiturer, dût-on faire creuſer profondément un ou pluſieurs grands troux chez ſoi ; dans l’un & l’autre cas, il y a manière de ſe retourner, c’eſt ce que le chapitre ſuivant va apprendre.