Chansons posthumes de Pierre-Jean de Béranger/Au galop !

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

◄  Bondy
Mon jardin  ►


AU GALOP


Air : Commissaire.


                Aimons vite,
                Pensons vite ;
                Tout invite
            À vivre vite.
                Aimons vite,
                Pensons vite.
                Au galop,
            Monde falot !


Au galop, toujours, toujours,
Du fouet le Temps nous presse,
Sans respect pour la sagesse,
Sans pitié pour les amours.
À cheval sur nos chimères,
Courant jusqu’au débotté,
Faisons, pauvres éphémères,
D’un jour une éternité.

                Aimons vite,
                Pensons vite ;
                Tout invite
            À vivre vite.
                Aimons vite,
                Pensons vite.
                Au galop,
            Monde falot

Patriarches, à loisir
Vous aviez le temps de vivre,
Le temps de soigner un livre,
Un calcul, même un plaisir.
Vous offriez aux plus fières
Deux siècles de vœux constants,
Et donniez les étrivières
À des marmots de cent ans.

                Aimons vite,
                Pensons vite ;
                Tout invite
            À vivre vite.
                Aimons vite,
                Pensons vite.
                Au galop,
            Monde falot

Dieu nous a rogné le temps,
Lui qui taille en pleine étoffe.
Gare qu’une catastrophe
N’abrège encor nos instants !
En boutons cueillons les roses,
Verts encor les fruits nouveaux ;
Surtout ne faisons de pauses
Que pour changer de chevaux.

                Aimons vite,
                Pensons vite ;
                Tout invite
            À vivre vite.
                Aimons vite,
                Pensons vite.
                Au galop,
            Monde falot

Destin, de milliards en tas
Fais-moi faire la trouvaille.
Destin me répond : Travaille !
Soit ; je vais mettre habit bas.
Pourtant un point m’importune :
Promets-tu de me donner
Six mois pour faire fortune,
Un an pour me ruiner ?

                Aimons vite,
                Pensons vite ;
                Tout invite
            À vivre vite.
                Aimons vite,
                Pensons vite.
                Au galop,
            Monde falot

Votre amour me ferait dieu :
M’aimez-vous, Mademoiselle
Soupirez un mois, dit-elle.
Un mois ! c’est la mort. Adieu !

Viens, me crie une friponne
Qui du temps sait mieux user ;
Chaque baiser qu’on se donne
Peut être un dernier baiser.

                Aimons vite,
                Pensons vite ;
                Tout invite
            À vivre vite.
                Aimons vite,
                Pensons vite.
                Au galop,
            Monde falot

La gloire à son hameçon
Voudrait m’arrêter en route ;
Mais trop réfléchir me coûte,
Je m’en tiens à la chanson.
Quel bien veut-on que me fasse
L’honneur promis à mes os
D’un marbre où mon nom s’efface
Sous le pied de tous les sots ?

                Aimons vite,
                Pensons vite ;
                Tout invite
            À vivre vite.
                Aimons vite,
                Pensons vite.
                Au galop,
            Monde falot

Au galop donc, mes amis,
Éphémères d’un vieux globe !
Au néant s’il se dérobe,
C’est qu’à courir il s’est mis.
Notre vie ainsi lancée
Ira, cent fois dans un jour,
De l’amour à la pensée,
De la pensée à l’amour.

                Aimons vite,
                Pensons vite ;
                Tout invite
            À vivre vite.
                Aimons vite,
                Pensons vite.
                Au galop,
            Monde falot