Aux juifs de tous pays

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Aux juifs de tous pays


Citoyens juifs ! Dans mon premier "appel aux juifs", publié par le journal français "Le Libertaire", j’ai demandé aux juifs en général, c’est à dire aussi bien aux bourgeois qu’aux socialistes, et même aux anarchistes tels que Yanovsky, qui ont tous parlé de moi comme d’un pogromeur de Juifs et traité d’antisémite le mouvement de libération des paysans et ouvrier ukrainiens que j’ai guidé, de m’indiquer les faits exacts, au lieu de bavarder dans le vide là-dessus : où et quand dans le mouvement précité, avons nous commis de tels actes ?

Je m’attendais à ce que les juifs en général répondent à mon "Appel" de la manière qui convient pour des gens qui désirent révéler la vérité au monde civilisé sur les gredins, responsables des massacres de juifs en Ukraine, on bien encore qu’ils s’efforcent de fonder leurs honteux racontars à mon sujet sur le mouvement makhnoviste sur des faits quelques peu véridiques, puis qu’ils m’en fassent part et les diffusent auprès de l’opinion publique.

Jusqu’ici, je n’ai eu connaissance d’aucun fait de ce genre avancé par les Juifs. Tout ce qui a paru jusau’à présent dans la presse de tout bord, y compris dans certains organes anarchistes juifs, n’a été que le fruit du mensonge le plus éhonté de la vulgarité de certains aventuriers politiques et de leurs stipendiés, tant à mon propos qu’à celui du mouvement insurrectionnel que j’ai guidé. D’ailleurs dans ce mouvement, des unités combattantes révolutionnaires composées de travailleurs juifs ont joué un rôle de premier plan. La lâcheté de ces calomniateurs ne me touche pas, car je l’ai toujours méprisée en tant que telle. Les citoyens juifs peuvent s’en convaincre en constant que j’ai pas dis un seul mot à propos de la pasquinade d’un certain Joseph Kessel, Makhno et sa Juive, roman rédigé à partir de fausses informations sur moi et le mouvement qui m’est lié organisationellement et théoriquement. L’intrigue de cette pasquinade est extraite du texte d’un obséquieux laquais des bolcheviks, un certain colonel Guèraddimenko, jugé d’ailleurs, il y a peu de temps, par les tribunaux tchèques pour espionnage au profit d’une organisation bolchévique.

Ce petit roman s’est également inspiré des articles d’un journal bourgeois, un certain Arbatov, lequel n’a pas craint de m’imputer toutes sortes de violences contre une troupe d’"artistes liliputiens" ! Affaire, bien entendu inventée de toutes pièces.

Dans son roman révoltant de mensonges, le jeune écrivain Kessel s’ingénie à me dépeindre d’une manière si odieuse qu’il lui aurait fallu, au moins que dans les passages où il s’inspire des écrits de Guérasimenko et Arbatov, citer ses sources. Dans la mesure où le mensonge joue un rôle principal dans ce roman et que ses sources sont inconsitantes, ma seule réponse ne pouvait être que le silence.

C’est de manière tout à fait différente que je considère les calomnie qui proviennent d’associations juives, lesquelles veulent donner l’impression à leurs coreligionnaires quelles étudient avec soin les actions indigne et craintes d’injustices accomplies contre la population juive en Ukraine et dont ces associations veulent dénoncer les auteurs.

Il y a peu de temps, l’une des associations, qui a d’ailleurs son siège social dans le royaume bolchevik, à édité un ouvrage illustré de photographies sur les atrocités commises contre la population juive en Ukraine et en Biélo-Russie, cela à partir de matériaux recueillis par le camarade Ostrovsky, ce qui signifie en clair : de source bolchévique. Dans ce document "historique", nulle part il n’est fait mention de pogrom anti-juifs accomplis par la si vantée "Première armée de cavalerie rouge", lorsque venant du Caucase, elle traversa l’Ukraine en mai 1920. En revanche, ce document mentionne un certain nombre de pogroms et publie en rapport des photos d’insurgés makhnovistes, sans que l’on sache ce qu’il viennent y faire, d’une part, et qui, d’autre part, ne représentent même pas des makhnovistes, comme, par exemple celle qui montre des "makhnovistes en déplacement", précédés d’un drapeau noir orné d’une tête de mort ; c’est une photo qui n’a rien à voir avec les pogroms et qui, surtout, ne représente aucunement des makhnovistes.Une falsification encore plus importante, tant contre moi que contre les makhnovistes, apparait dans les photographies représentant les rues de la ville d’Alexandrovsk, prétendument dévastées après un pogrom commis par les makhnovistes, en été 1919. Ce grossier mensonge est impardonnable pur l’association juive responsable de la publication, car il est de notoriété publique en Ukraine qu’à cette époque, l’armée insurrectionnelle makhnoviste se trouvait loin de cette région : elle c’était repliée en Ukraine occidentale. En fait, Alexandrovsk a été sous le contrôle des bolcheviks, de février à juin 1919, puis des dénikiens jusqu’à l’automne.

Par ces documents, la société juive d’obédience bolchévique commet une grande bassesse à mon égard et envers le mouvement makhnoviste : m’ayant pu trouver de documents pour nous accuser - au profit de ses commanditaires - de pogroms anti-juifs, elle a reconnu à la falsification directes de pièces qui n’on aucun rapport ni avec moi ni avec le mouvement insurrectionnel. Son procéder mensonger est encore plus flagrant lorsqu’elle reproduit une photo - "Makhno, un "paisible" citoyen" -, alors qu’en fait il s’agit d’une personne qui m’est complètement inconnue.

C’est pour toutes ces raisons que j’ai considéré de mon devoir de l’adresser à l’opinion de la communauté juive internationale afin d’attirer son attention sur la lâcheté et le mensonge de certaines association juives, tenues en sous-main par les bolcheviks, m’accusant personnellement, ainsi que le mouvement insurrectionnel que j’ai guidé, de pogrom anti-juifs. L’opinion juive internationale se doit de vérifier attentivement la teneur de ces affirmations infâmes, car présenter de telles absurdités n’est pas la meilleure méthode pour établir, aux yeux de tous, la vérité sur ce qu’a subit la population juive en Ukraine, sans tenir compte déjà que ces mensonges ne servent qu’à déformer totalement l’histoire.


Nestor Makhno