Barnabé Rudge/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hachette (p. 76-87).
CHAPITRE IX.

Malgré les espérances que Gashford avait pu concevoir de ces préliminaires violents, qui avaient si bien l’air de prendre tournure en effet, les choses n’allèrent pas plus loin pour le moment. La troupe fut mandée de nouveau, elle fit encore une demi-douzaine de prisonniers, et la foule se dispersa derechef, après une courte échauffourée, sans qu’il y eût eu de sang répandu. Au milieu de leurs transports et de leur ivresse, ils n’avaient pourtant pas encore rompu tout frein, ni bravé ouvertement le gouvernement et les lois. Ils gardaient encore quelque chose de leur respect habituel pour l’autorité que la société avait commise au soin de sa conservation ; et, si des mesures opportunes eussent rétabli plus tôt la majesté du pouvoir, le secrétaire en aurait été pour ses peines ; il ne lui restait plus qu’à digérer ses désappointements.

À minuit, les rues étaient vides et tranquilles, et, sauf qu’il y avait dans deux quartiers de la ville un monceau de murs chancelants et un amas de décombres, à la place où le soleil s’était couché la veille sur un riche et magnifique édifice, tout avait son aspect ordinaire. Les catholiques bourgeois ou marchands, en assez grand nombre dans la Cité et ses faubourgs, n’avaient pas d’inquiétude pour leurs biens ou leurs propriétés ; peut-être même n’avaient-ils pas vu avec une grande indignation le tort qu’on leur avait déjà fait en pillant et détruisant leurs églises. Une foi sincère dans le gouvernement, dont la protection leur était acquise depuis bien des années, et une confiance en apparence bien fondée dans les bons sentiments et le jugement de la grande masse de leurs concitoyens, avec lesquels, malgré leur différence d’opinions religieuses, ils vivaient tous les jours sur le pied de l’intimité, de l’affection, de l’amitié, les rassuraient contre le renouvellement des excès commis la veille. Ils étaient convaincus qu’il ne fallait pas plus rendre les vrais protestants responsables de ces outrages, qu’il n’eût été juste d’attribuer aux catholiques le billot, la question, le gibet et le poteau qui avaient déshonoré le règne de Marie.

La pendule allait sonner une heure, et Gabriel Varden, avec sa dame et miss Miggs, étaient encore assis dans le petit salon à attendre. Le fait par lui-même n’était déjà pas ordinaire. Mais la mèche languissante des chandelles tristes et coulantes, le silence qui régnait parmi eux, et, par-dessus tout, les bonnets de nuit de madame et de sa gouvernante, montraient bien qu’il y avait longtemps qu’on était prêt à se mettre au lit, si l’on n’avait pas eu de fortes raisons d’attendre sur sa chaise bien après l’heure accoutumée.

À défaut d’autres preuves, on en aurait trouvé un témoignage suffisant dans la tenue de Mlle Miggs. Arrivée à cet état de sensibilité nerveuse et d’agitation du système qui résultent d’une veille prolongée, elle ne cessait de se frotter le nez et de se tortiller sur place, comme si sa chaise était rembourrée de noyaux de pêches qui lui rendissent à chaque instant un changement de position désirable : elle faisait de même à ses paupières des frictions fréquentes, sans oublier les petites toux, les petits gémissements, les tressaillements spasmodiques, les bâillements, les reniflements, mille autres démonstrations de même nature, qui avaient uni par tellement agacer et taquiner la patience du serrurier, qu’après l’avoir quelque temps regardée en silence, il éclata par cette apostrophe soudaine :

« Miggs, ma bonne fille, allez vous coucher ; allez vous coucher. J’aimerais mieux entendre, goutte à goutte, tomber pendant une heure la pluie de vingt-cinq gouttières, ou vingt-cinq souris grignoter une croûte derrière le lambris, que de vous voir comme ça. Allez vous coucher, Miggs : allez, vous m’obligerez.

— C’est que vous n’avez rien qui vous chiffonne, monsieur, répondit Mlle Miggs ; aussi votre proposition ne m’étonne pas du tout. Mais madame n’est pas comme vous… et tant que vous ne serez pas tranquille, madame, ajouta-t-elle en se tournant vers la femme du serrurier, il me serait impossible d’aller maintenant me coucher l’esprit en paix, quand toutes les gouttières dont parlait monsieur me courraient dans le dos, avec leur eau glacée. »

Après cette déclaration, Mlle Miggs fit une foule d’efforts et de tours d’épaule pour se frotter une démangeaison fictive dans une place imaginaire, et eut la chair de poule de la tête aux pieds, voulant par là faire entendre que la cascade en question lui dégringolait tout du long, mais que le sentiment du devoir la retenait sous cette douche cruelle, comme elle endurcirait sa patience contre toutes les autres souffrances.

Mme Varden étant trop assoupie pour pouvoir parler, et Mlle Miggs ayant dit tout ce qu’elle avait à dire, le serrurier, lui, n’eut rien de mieux à faire que de soupirer et de prendre patience comme il pourrait.

Mais quelle patience d’ange n’aurait-il pas fallu pour rester tranquille en face d’un pareil basilic ? S’il regardait d’un autre côté pour ne pas la voir, c’était encore pis ; il sentait qu’elle se frottait la joue, se tordait l’oreille, clignait ses yeux, donnait à son nez toutes les formes les plus hétéroclites. Si elle était un moment délivrée de ces petits maux, c’est qu’elle avait le pied engourdi, ou des impatiences dans les bras, ou une crampe à la jambe, ou quelque autre maladie horrible qui mettait tout son être à la torture. Jouissait-elle enfin d’un moment de repos : alors, fermant les yeux, ouvrant la bouche, on la voyait droite et roide sur sa chaise ; puis elle penchait un peu la tête en avant, et s’arrêtait comme avec un ressort, crac. Puis encore la tête descendait un tantinet ; le ressort jouait : elle s’arrêtait, crac. Puis elle reprenait son assiette. L’instant d’après, la tête tombait, tombait, tombait insensiblement. Ah ! mon Dieu ! c’est fini, elle va perdre l’équilibre ; le pauvre serrurier sue sang et eau de peur qu’elle ne se fasse une bosse au front et peut-être ne se fracture le crâne : décidément il va la réveiller. Mais, non, pas du tout ; sans qu’on sache pourquoi ni comment, la voilà roide et droite comme un i, les yeux tout grands ouverts, avec une expression provoquante dans sa physionomie, car le sommeil ne lui a rien fait rabattre de son obstination, et elle a l’air de vous dire tout net : « Je puis vous donner ma parole d’honneur que je n’ai pas seulement fermé les yeux depuis la dernière fois que je vous ai regardé, »

À la fin des fins, quand l’horloge eut sonné deux heures, on entendit un bruit à la porte de la rue, comme si quelqu’un était tombé par accident contre le marteau. Aussitôt MlleMiggs, sautant sur ses pieds et frappant des mains, cria, par un singulier mélange du sacré et du profane : « Dieu tout-puissant, mame, c’est le coup de marteau de Simon.

— Qui est là ? cria Gabriel.

— Moi, » répondit la voix bien connue de M. Tappertit. Gabriel lui ouvrit la porte et le fit entrer.

M. Simon n’était pas à son avantage. Un homme de sa taille n’avait pas dû être à son aise dans la foule, et, comme il avait joué un rôle actif dans les parades et les bousculades de la veille, ses habits étaient littéralement tout aplatis des pieds à la tête. Quant à son chapeau, il avait subi tant de renfoncements, qu’il n’avait plus de forme du tout, et ses souliers éculés auraient plutôt passé pour des savates. Son habit flottait par morceaux autour de lui ; il avait perdu à la bataille ses boucles de culotte et d’escarpins ; il ne lui restait plus qu’une moitié de cravate, et le devant de sa chemise était déchiré en lambeaux. Cependant, malgré tous ces désavantages personnels, malgré sa faiblesse, son échauffement et sa fatigue, malgré la poussière et la crotte dont il était si bien barbouillé que, s’il avait été renfermé dans une boîte, il n’aurait pas été plus difficile de reconnaître de quelle étoffe était sa peau ; malgré tout cela, il s’avança fièrement dans le petit salon, se jeta sur une chaise, et faisant tout ce qu’il pouvait pour fourrer ses mains dans ses goussets, dont la poche retournée était étalée le long de ses cuisses et pendillait comme un gland de bonnet de coton, il se mit à considérer le ménage avec une dignité sombre.

« Simon, dit gravement le serrurier, comment se fait-il que vous reveniez au logis à des heures pareilles et dans l’état où vous êtes ? Donnez-moi votre parole que vous n’êtes pas allé avec les émeutiers, et je ne vous en demanderai pas davantage.

— Monsieur, répliqua M. Tappertit avec un air de mépris, je vous trouve bien hardi de me faire une question pareille.

— Vous venez de boire un coup, dit le serrurier.

— En principe général, monsieur, et dans le sens le plus injurieux du mot, répliqua l’élève à son bourgeois avec un grand calme, je vous considère comme un menteur. Mais dans cette dernière supposition, je dois dire que, sans le vouloir… sans le vouloir, monsieur, vous avez mis le nez dessus.

— Marthe, dit le serrurier se retournant vers sa femme, et secouant la tête tristement, pendant que sa figure ouverte dissimulait mal un sourire en présence de l’absurde personnage étendu devant lui, je suis sûr que l’on finira par reconnaître que le pauvre garçon ne se sera pas compromis avec les fous et les mauvais sujets dont nous avons tant parlé, et qui ont fait ce soir tant de mal. S’il a été à Warwick-Street ou à Duke-Street cette nuit…

— Il n’a été ni à l’un ni à l’autre, monsieur, » cria M. Tappertit d’une voix élevée qui finit tout à coup en une espèce de grognement sourd, répétant au serrurier, sur lequel il avait les yeux fixés : « Il n’a été ni à l’un ni à l’autre.

— J’en suis bien aise, de tout mon cœur, dit le serrurier d’un ton sérieux : car s’il y était allé, et qu’on pût l’en convaincre, voyez-vous, Marthe, votre grande Association serait devenue pour lui la charrette du bourreau qui mène les gens à la potence, et les laisse là les jambes en l’air. Aussi sûr que nous sommes de ce monde, vous et moi. »

Mme Warden était trop effrayée du changement qui s’était opéré dans les manières et l’extérieur de Simon ; elle était surtout trop épouvantée des récits qui lui avaient été faits ce soir-là sur le compte des émeutiers, pour hasarder aucune réponse, ni recourir à son système ordinaire de politique matrimoniale. Mlle Miggs se tordait les mains et pleurait.

« Il n’a pas été à Duke-Street, ni à Warwick-Street, Georges Varden, dit Simon d’un air farouche ; mais il a été à Westminster. Peut-être bien que là, monsieur, il aura donné des coups de pied à quelque membre de la chambre et des taloches à quelque lord… Ah ! cela vous étonne ! Eh bien ! je vais vous le répéter. Il a pu en faire saigner quelques-uns du nez et donner de bonnes taloches à quelque lord. Qui sait ? ajouta-t-il en portant la main à la poche de son gilet, ce cure-dent-là, et il tira un large cure-dent, qui fit pousser à la fois un cri à Miggs et à Mme Varden, c’était peut-être celui d’un évêque. Voyez-vous, Georges Varden ?

— Tenez, dit le serrurier vivement, j’aimerais mieux qu’il m’en eût coûté cinq cents guinées, et que cela ne fût pas arrivé. Idiot que vous êtes, savez-vous seulement le danger que vous courez ?

— Oui, monsieur, je le sais, et je m’en fais gloire. J’y étais, et tout le monde a pu m’y voir. J’étais en vue, j’étais dans les honneurs de la chose. J’en braverai les conséquences. »

Le serrurier, réellement troublé et agité, se promenait silencieusement de long en large, jetant de temps en temps un coup d’œil sur son apprenti ; enfin s’arrêtant devant lui :

« Croyez-moi, dit-il, allez vous coucher, ne fût-ce qu’une couple d’heures, pour vous réveiller de sens rassis et repentant. Montrez seulement du regret de ce que vous avez fait, et nous essayerons de vous sauver de là. Si je le réveille à cinq heures, dit Varden à sa femme vers laquelle il s’était tourné brusquement, il n’aura qu’à se lever et changer d’habits ; puis après cela il pourra gagner l’escalier de la Tour, et partir pour Gravesend par le chasse-marée, avant qu’on ait fait des recherches contre lui. De là il peut aisément gagner Canterbury, où votre cousin lui donnera de l’ouvrage jusqu’à ce que l’orage soit passé. Je ne suis pas bien sûr d’agir comme il faut en le sauvant du châtiment qu’il mérite ; mais il a demeuré chez nous douze ans au moins, petit garçon ou homme fait, et je serais désolé qu’il finît mal, pour un jour qu’il s’est mal conduit. Allez fermer la porte de devant, Miggs, et qu’on ne voie pas votre lumière dans la rue, quand vous monterez dans votre chambre. Allons ! vite, Simon, allons nous coucher !

— Et vous supposez, monsieur, répliqua M. Tappertit avec une difficulté et une lenteur d’élocution qui formaient un contraste parfait avec la rapidité et l’élan de son excellent maître… Et vous supposez que je suis assez bas et assez vil pour accepter votre proposition humiliante ? … Mécréant !

— Tout ce que vous voudrez, monsieur, mais allez vous coucher. Il n’y a pas une minute à perdre. Miggs, par ici la lumière.

— Oui ! oui ! allez, allez vous coucher tout de suite, » crièrent les deux femmes à la fois.

M. Tappertit se leva sur ses jambes, et, repoussant sa chaise pour montrer qu’il n’avait pas besoin de son assistance, il répondit en se promenant à son tour de long en large, mais sans pouvoir décider sa tête à se mettre d’accord dans ses mouvements avec son corps.

« Qu’est-ce que vous me parliez de Miggs, monsieur ? On pourrait bien la brûler vive, votre Miggs.

— Oh ! Simon, éjacula la demoiselle d’une voix défaillante ; Dieu de Dieu ! quel coup il vient de me donner !

— Toute la famille ici, on pourrait bien la brûler vive, monsieur, reprit M. Tappertit en la regardant avec un sourire d’ineffable dédain, excepté Mme Varden, pour laquelle je suis venu ici ce soir. Madame Varden, prenez ce morceau de papier. C’est une sauvegarde, madame, vous pourrez en avoir besoin. »

À ces mots, il tendit à la longueur du bras un sale chiffon de papier. Le serrurier le prit, l’ouvrit, et lut ce qui suit :

Tous les bons amis de notre Cause auront grand soin, j’espère, de respecter la propriété de tout fidèle protestant. Je sais pertinemment que le propriétaire de céans est un solide et respectable partisan de la Cause. Georges Gordon.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? dit le serrurier en changeant de visage.

— C’est quelque chose qui peut vous rendre service, mon jeune cadet, répliqua son apprenti, et vous ne serez pas fâché de le retrouver dans l’occasion. Serrez-moi ça soigneusement, et dans un endroit où vous puissiez mettre tout de suite la main dessus, en cas de besoin. Et n’oubliez pas d’écrire demain soir à la craie, sur votre porte, pour au moins huit jours : Pas de papisme ! voilà tout !

— C’est, ma foi, une pièce authentique, dit le serrurier après examen ; je reconnais l’écriture. Il y a quelque danger là-dessous. Quel diable y a-t-il donc en jeu ?

— Un diable de feu, repartit Simon, un diable de flamme et de colère. Tâchez de vous garer de son chemin, ou vous y resterez, mon cher. Vous ne direz pas qu’on ne vous a pas averti ; c’est à vous maintenant à vous tenir sur vos gardes. Adieu ! »

Mais ici les deux femmes se jetèrent au-devant de lui, surtout Mlle Miggs, qui lui tomba sur le corps avec tant de ferveur qu’elle le colla contre la muraille, en le conjurant l’une et l’autre, dans les termes les plus émouvants, de ne pas sortir avant d’avoir repris son bon sens ; d’entendre enfin raison, de réfléchir à ce qu’il allait faire ; de prendre un peu de repos, après quoi il serait toujours à même de faire ce qu’il voudrait.

« Quand je vous dis que je suis décidé ! la patrie sanglante m’appelle, et j’y vais. Miggs, si vous ne vous ôtez pas de mon chemin, vous allez vous faire pincer. »

Mlle Miggs, toujours accrochée au rebelle, poussa un cri douloureux, un seul cri ; mais était-ce dans les transports de son émotion, était-ce parce que son ennemi venait d’exécuter sa menace ? c’est encore un mystère.

« Allez-vous me lâcher ? dit Simon, faisant des efforts désespérés pour se dégager de la chaste, mais étouffante étreinte de l’araignée qui l’enveloppait dans ses bras. Laissez-moi m’en aller. Je vous ai assuré un sort dans notre constitution nouvelle de la Société, un joli petit sort… là ! êtes-vous contente ?

— O Simon ! cria Mlle Miggs, ô Simon béni ! ô mame ! si vous saviez où en sont mes sentiments en ce moment d’épreuve ! »

Ma foi ! ses sentiments avaient bien l’air d’être d’une nature assez turbulente. Elle avait perdu son bonnet à la bataille, elle était à genoux sur le carreau, révélant sans pudeur aux assistants la plus étrange collection de papillotes bleues et de papillotes jaunes, de tours de cheveux suspects, d’aiguillettes, de lacets de corset, de cordons, on ne peut vraiment pas dire de quoi. Elle était pantelante, elle crispait ses mains ; on ne lui voyait que le blanc des yeux ; elle pleurait comme une Madeleine : enfin, elle montrait tous les symptômes les plus aigus d’une grande souffrance morale.

« Je laisse ici, dit Simon se tournant vers le bourgeois, sans faire seulement attention à l’affliction virginale de

Mlle Miggs, je laisse au premier une caisse d’effets : vous en ferez ce que vous voudrez. Moi, je n’en ai pas besoin. Je ne reviendrai plus ici. Vous n’avez, monsieur, qu’à chercher un ouvrier : je ne suis plus l’ouvrier que de ma patrie ; désormais voilà dans quelle partie je travaille.

— Dans deux heures d’ici vous ferez tout ce que vous voudrez ; mais, pour le moment, allez vous coucher, reprit le serrurier en se plantant devant le passage de la porte. Vous m’entendez ? allez vous coucher.

— Oui, je vous entends, et je me moque de vous, Varden, répondit Simon Tappertit. J’ai été ce soir à la campagne, arranger une expédition qui fera tressaillir de crainte votre âme de serrurier, poseur de sonnettes. C’est une affaire qui demande toute mon énergie : laissez-moi passer.

— Si vous faites seulement mine d’approcher de la porte, je vous flanque par terre : ainsi vous ferez bien d’aller vous coucher. »

Simon, sans rien répondre, se releva aussi droit qu’il put, et piqua une tête dans le beau milieu de la poitrine de son vieux patron, sur quoi les voilà tous les deux dans la boutique, accrochés l’un à l’autre, les mains et les pieds si bien entortillés, qu’on aurait cru voir en peloton une demi-douzaine de combattants pour le moins ; je crois même que Miggs et Mme Varden en comptaient douze, au milieu de leurs cris perçants.

Varden n’aurait pas eu de mal à terrasser son ancien apprenti et à le réduire, pieds et poings liés. Mais il lui répugnait de le malmener dans cet état d’ivresse sans défense : il se contentait donc de parer, quand il pouvait, ses coups, les acceptant pour bons quand il ne pouvait pas les parer, restant toujours entre Simon et la porte, et attendant qu’il se rencontrât quelque occasion favorable de le forcer à faire retraite dans l’escalier et de l’enfermer sous clef dans sa chambre. Mais le brave homme avait trop compté sur la faiblesse de son adversaire ; il n’aurait pas dû oublier que souvent tel ivrogne, qui n’a plus la force de se soutenir, n’en court pas moins comme un lapin. Simon Tappertit, prenant le temps à propos, fît traîtreusement semblant de tomber en arrière, et, pendant que l’autre se baissait pour le ramasser, il fut, en un clin d’œil, sur ses jambes, passa devant lui brusquement, ouvrit la porte, dont il connaissait bien le truc, et se précipita dans la rue comme un chien enragé. Le serrurier s’arrêta un moment, dans l’excès de sa stupéfaction, puis lui donna la chasse.

On ne pouvait pas mieux choisir le moment pour courir ; à cette heure silencieuse les rues étaient désertes, l’air frais ; la figure qu’il poursuivait se voyait clairement à distance, fuyant comme un trait, avec une ombre longue et gigantesque sur ses talons. Mais le pauvre serrurier était un peu poussif pour espérer de vaincre à la course un jeune homme comme Simon, que la graisse n’empêchait pas de courir : ah ! autrefois, à la bonne heure, il l’aurait rattrapé en un rien de temps. Aussi commençait-il à être bien distancé, et, au moment où les premiers rayons du soleil levant vinrent éblouir Gabriel Varden, au tournant d’une rue, il ne fut pas fâché d’abandonner la partie et de s’asseoir sur une marche pour reprendre haleine. Pendant ce temps-là, Simon, sans s’arrêter une fois, fuyait toujours avec la même rapidité dans la direction de la Botte, où il savait bien qu’il allait retrouver des camarades. Cette respectable auberge, déjà avantageusement connue pour avoir attiré sur elle l’œil de la police, avait même organisé pour la circonstance une surveillance amicale, et placé des vedettes pour attendre le retour du petit capitaine.

« Fais comme tu voudras, Simon, fais comme tu voudras, dit le serrurier, aussitôt qu’il put recouvrer l’usage de la parole. J’ai fait ce que j’ai pu pour te sauver, mon pauvre garçon ; mais je vois bien que c’est inutile, et que tu te mets toi-même la corde au col. »

En même temps il branla la tête d’un air triste et découragé, revint sur ses pas, se dépêcha de rentrer chez lui, où il trouva Mme Varden et la fidèle Miggs qui attendaient avec impatience son retour.

Or, Mme Varden, et par conséquent aussi Mlle Miggs, étaient troublées par de secrets reproches qu’elles s’adressaient en elles-mêmes. Voilà ce que c’est que d’avoir aidé et soutenu, de toutes ses forces, le commencement d’un désordre dont personne à présent ne pouvait plus prévoir la fin ! Voilà ce que c’est que d’avoir indirectement amené la scène dont elles venaient d’être témoins ! À présent, c’était au serrurier à triompher et à faire des reproches. Cette dernière pensée surtout était si cruelle à Mme Varden, qu’elle en avait l’oreille basse, et que, pendant que son mari était à la poursuite de leur ouvrier échappé, elle cachait sous sa chaise la petite maison en brique rouge avec son toit jaune, de peur que sa vue ne fournit quelque occasion nouvelle de revenir sur ce sujet pénible ; et c’est pour cela qu’elle la cachait tant qu’elle pouvait sous ses jupes.

Mais justement le serrurier avait songé à cet article eu route, et il ne fut pas plutôt rentré, qu’il le chercha des yeux dans la chambre, et, ne le trouvant pas, demanda tout de suite où il était.

Mme Varden n’avait pas d’autre ressource que de livrer sa tirelire, ce qu’elle fit avec bien des larmes et des protestations que si elle avait su ça…

« Oui, oui, dit Varden, c’est trop juste. Je le sais bien. Ce n’est pas pour vous en faire reproche, ma chère. Mais rappelez-vous une autre fois que, de toutes les mauvaises choses, il n’y en a pas de pires que les bonnes, quand on en fait un mauvais usage. Une méchante femme, tenez ! c’est bien méchant. Eh bien ! quand la religion fait fausse route, c’est la même chose ; mais n’en parlons plus, ma chère. »

Là-dessus, il laissa tomber la maisonnette de brique rouge sur le carreau, mit le talon dessus, et l’écrasa en mille morceaux. Les gros sols, les petits sols, les pièces de six pence, et les autres contributions volontaires roulèrent dans tous les coins de la chambre, sans que personne songeât à les toucher pour les ramasser.

« Voilà quelque chose, dit le serrurier, de bien facile à faire ; plût à Dieu que les autres œuvres de la même Société ne présentassent pas plus de difficultés !

— Par bonheur encore, Varden, lui dit sa femme en s’essuyant les yeux avec son mouchoir, qu’en cas de nouveaux troubles… j’espère bien qu’il n’y en aura pas, je le souhaite de tout mon cœur…

— Et moi aussi, ma chère.

— Dans ce cas-là, du moins, nous avons le papier que ce pauvre jeune homme égaré nous a apporté.

— Ah ! tiens ! c’est vrai ! dit le serrurier se retournant vivement. Où est-il donc, ce papier ? »

Mme Varden resta toute tremblante de peur, en lui voyant prendre dans ses mains la sauvegarde, la déchirer en mille morceaux et les jeter dans l’âtre.

« Vous ne voulez pas vous en servir ? dit-elle.

— M’en servir ! cria le serrurier. Oh ! que non ! Ils peuvent venir, s’ils veulent, nous écraser sous notre toit renversé, brûler notre maison, notre cher logis : je ne veux pas plus de la protection de leur chef que je ne veux inscrire leur hurlement d’antipapisme sur ma porte, quand ils devraient me fusiller. M’en servir ! Qu’ils viennent, je les en défie. Le premier qui descend le pas de ma porte pour ça ne le remontera pas si vite. Que les autres fassent ce qu’ils voudront, mais ce n’est pas moi qui irai mendier leur pardon ; non, non, quand on me donnerait autant d’or pesant que j’ai de fer dans ma boutique. Allez vous coucher, Marthe. Moi, je vais descendre les volets et me mettre au travail.

— Si matin ? lui dit sa femme.

— Oui, répondit gaiement le serrurier, si matin. Ils peuvent venir quand ils voudront, ils ne me trouveront pas à me cacher et à fouiner, comme si nous avions peur de prendre notre part de la lumière du jour, pour la leur laisser tout entière. Ainsi, bon sommeil, ma chère, et de bons rêves que je vous souhaite. »

En même temps il donna un baiser cordial à sa femme, en lui recommandant de ne pas perdre de temps, sans quoi il serait l’heure de se lever avant qu’elle fût seulement couchée. Mme Varden monta l’escalier, d’une humeur douce et aimable, suivie de Miggs, qui n’était pas non plus si revêche ; mais, malgré ça, elle ne pouvait s’empêcher, tout le long du chemin, d’avoir des quintes de toux sèche, des reniflements et des hélas ! en levant les mains au ciel, comme pour dire, dans son profond étonnement : « C’est égal, la conduite de notre maître est bien hardie. »