Biographie nationale de Belgique/Tome 1/ANDRIEU DE DOUAI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  - Tome 1 Tome 2  ►



ANDRIEU DE DOUAI. Ce trouvère, qui vivait au xiiie siècle, était flamand et noble de naissance. Il paraît avoir résidé aux environs de Douai, sur la route d’Arras. Une gracieuse pastourelle de ce poëte a été publiée par Roquefort (1827). On y retrouve ce mélange de naïveté dans l’expression et de brutalité dans les mœurs qui caractérise le moyen âge. En voici les premières strophes :

L’autrier quant chevauchoie
Tout droit d’Arras vers Douai,
Une pastore trouvoie
Ainz plus belle n’acointai,
Gentement la saluai :
Bele, Dex vous doint hui joie
Sire, Dex le mi octroie,
Tout honore sans nul delai,
Cortois estes tant dirai. »

Je descendis en l’herboie
Lez li seoïr m’en alai :
Si, li di, ne versemoi,
Bele, votre ami serai,
Ne jamais ne faudrai
Robe auroie de drap de soie,
Freman d’or, hures, corroies,
Cuevrechies, trecors ai
Sollers pains grans vous donrai.

La naïveté est poussée trop loin dans les autres couplets pour que nous puissions les reproduire. Cette citation suffira du reste pour donner l’idée de la simplicité et de l’aisance de cette poésie, dont on remarquera la singulière parenté avec la fameuse ballade du comte de Champagne.

F. Hennebert.