Cé qu’è lainô

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Collectif
Cé qu’è lainô
Chansons de l’Escalade (p. 20-24).

CHANSONS DE L’ESCALADE


1

Cé qu’è lainô, le Maitre dé bataille,
Que se moqué et se ri dé canaille,
A bin fai vi, pè on desande nai,
Qu’il étivé Patron dé Genevoi.

2

I son vegnu le doze de dessanbro,
Pè onna nai asse naire que d’ancro ;
Y étivé l’an mil si san et dou,
Qu’i veniron parla ou pou troi tou.

3

Pè onna nai qu’étive la pe naire,
I veniron ; y n’étai pas pè bairè:
Y étivé pè pilli nou maison,
Et no tüa sans aucuna raison.

4

Petis et grans, ossis an sevegnance :
Pè on matin d’onna bella demanze,
Et pè on zeur qu’y fassive bin frai,
Sans le bon Di, nos étivon to prai !

5

On vo dera qu’étai cela canaille.
Lou Savoyar contre noutra mouraille
Trai eitiellé on dressia et plianta,
Et par iqué dou san y son monta.

6

Etian antra, veniron u courdegarda,
Yo i firon onna ruda montada.
Is avion tenaillé et marté
Qu’étivon fai avoi du boun acié,

7

Pè arraci lou cliou et lé saraille,
To lou verreu et tota la féraille
Qu’on rancontré an dé pari andrai,
Et qu’on bouté pè n’eitre pas surprai.

8

On citablio is avivon forcia ;
Et d’on petar qu’is avivon teria,
I coudavon deiza eitre à sevau :
I n’étivon pas assé monta yo.

9

Sen Altessé dessu Pincha étive.
Yon d’antre leu s’ancoru pè li dire
Que le petar avai fai son aifour,
Qu’on alavé fare antra to le grou.

10

Is avivon delé lanterne seurde
Contrefassion celé grousse greneuille.
Y étivé pè alla et vegni,
Pè que zamai nion lou pu décrevi.

11

Picô vegnai avoi grande ardiesse.
Pè fare vi qu’il avai de l’adresse,
I volivé la pourta petarda :
Y et iqué yo i fu bin attrapa.

12

I volivé fare de tala sourta
Qu’are volu tote eifondra la pourta,
Et l’are mé pè brelode et bocon ;
Poi sare alla to drai dessu le pon.

13

Lou pon-levi, i lous arion bassia,
Arion outa to ce qu’are anpassia,
Pè fare antre l’escadron de Savoi.
Vo lou verri bin tou an désarroi.

14

Car on seudar qu’aperçu to sozice,
To bellaman bouta bas la coulice,
Poi va cria qu’y se fallai arma,
U atraman no sarion to tüa.

15

I fu hassia queman delé harbette,
Poi anfela queman dés alüette
I fu créva queman on fier crapio,
Et poi saplia queman dés atrio.

16

Drai u cliossi, on va sena 1’alarma ;
En méme tan, on crie : « E armé ! é armé ! »
De to andrai on vi dé zan sourti,
Que desivon : « Y fau vaincre u mouri. »

17

Is alaron vitaman su la Treille ;
Yon d’antre leu s’avança pé adresse :
Et fi alla queri lé mantelet
Pè s’an servi queman de parapet.

18

I roulavon d’onna tala fouria !
Et pè bouneur is étivon rouillia ;
I fassivon ancora mai de brui
Qu’on bovairon ato cin san chouari.

19

Pè cé moyan on prai le courdegarda,
Yo l’ennemi fassive bouna garda ;
Le falliu bin quitta é Genevoi,
U désonneur de tota la Savoi.

20

Lou Savoyar vito priron la fouita,
Quant i viron ranversa la marmita
Yo is avion bouta couaire à dina
Pé to celeu qu’is avion ameina.

21

Is alaron vito à la Tartasse
Yo l’ennemi criave de gran raze :
"Vivé Espagne ! Arri ! Vive Savoi !
Y è orandrai qu’on tin lou Genevoi ! "

22

Lou Genevoi, qu’aviron gran corazo,
Firon bin vi qu’is étivon dé bravo,
De se batré contre dé zan arma
Dai le manton quanqué à leur cholar.

23

On antandai ce vipère Alexandre
Que desivé : "Y ne vo fau ran crandre.
Las ! mous anfan, dépassi de monta !
En paradi ze vo fai to alla."

24

Sen Altessé, an granda dilijance,
Onna pousta manda u rai de France :
Que Zeneva il avive surprai,
Que cela nai il y farai son liai.

25

« Vantre sin gris ! » se di le rai de France,
"Que Zeneva se saye lassia prandre !
Las ! mon couzin s’y è troi azarda ;
I ne porra pas guéro la garda."

26

An mémo tan, onna lettra arrive,
Que le couda fare créva de rire,
Que desivé : "Lou Savoyer son prai,
Lou Genevoi lou pandon orandrai."

27

Mai vaissia bin dés atré épenosse :
Quant i viron leu trai eitialla rotte
I ne povion désandre ne monta ;
Y et iqué yo i furon donta.

28

On leu dena d’abour la reveria :
Dé Genevoi i santiron l’épia,
Que freinavé d’onna bella façon.
I savion bin joui de l’espadon.

29

On Savoyar, uprè de la Mounia,
Y fu tüa d’on gran cou de marmita
Qu’onna fenna li accouilla dessu ;
I tomba mour, frai et rai eitandu.

30

Treize on an prai qu’étivon to an via ;
I desivon : « De no ossi pedia ! »
To an coudan qu’an payan leu rançon
I s’an irion saquion dan leu maison.

31

Mai le Conseil an granda dilijance
Fi leu procè, prononça leu sentance :
Qu’i sarion to pandu et eitranglia
Dessu l’Oyé, celi bio béluar.

32

Vaissia vegni Messieur de la Justice,
Et le cheuti que quemança de dire :
« La Bravada, va cria Tabazan ! »
« Ouai, sans failli, Monsieur, z’i vai de gran. »

33

"Te ne sa pas : y a bin de la besogne :
I son treizé qu’aron de la vergogne.
Y lou fau to pandré et eitranglia ;
Dépasse-té, que ze m’an voi alla."

34

Y fau bouta de l’oudre à la potance,
Et poi, avai dé courde an suffisance,
Pè lou gliéta et lou bin garotta,
Qu’i ne poission ne veri ne torna."

35

Vaqua parqué tota cela canaille
Recheutaron bin tou noutre mouraille.
En recheutan, i se rontion le cou,
Pè se garda du borro le licou.

36

On accouilla de la paille anfaraye
Dian lou fossé, qu’è bintou allemaye.
On gaitivé avoi on gran plaisi
Que la frayeur lous avai to saisi.

37

En attandan, i demandavon grasse,
Et priavon Noutra Dama de Grasse ;
I fassivon le segno de la croai,
Pè se faré passa la frai dé dai.

38

I desivon : "De no ossi pédia !
No vo priain de no sauva la via ! "
Y étivé Sonas et Chaffardon
Que ne puron zin avai de pardon.

39

Y avai voui zeur que dedian cela vella,
On présidan de Chamberi la bella,
Fassai sanblian de rafraichi l’union,
Y vin trama voutra gran trehison.

40

Vos aria to forcia, fenne et fellie ;
Poi aria prai leu pe belle dépoille ;
Et poi aprè, vo les aria tüa ;
Lou Menistro, vo lous aria brula.

41

Lou Menistro qu’étivon lou pe jouanne,
Vo lous aria to ansaina ansanblio ;
Dedian Roma vo lous aria meina
Pè lou montra à sa Satanita,

42

È cardinau et à la cardinaille,
Ès évèqué et à la cafardaille,
Que lous arion écorcia to vi ;
Su lou sarbon i lous arion ruti.

43

Pè lou Seigneur, vos aria fai la feita ;
Vo leu aria à to copa la teita ;
Et poi, saria antra dan leu maison,
Et de leu bin aria prai à foison.

44

Vos avia dai pè devan sen Altesse
Que vo n’aria pedia ne tandresse,
Que vo volia tüa gran et peti,
Nos eitranglia et fare to mori.

45

On vo barra dé courdé apreiaye,
Que saron bin tordüe et bin felaye ;
U bin petou, salada de Gascon :
La courde u cou pè dezo le manton.

46

Tabazan vin an gran manifissance,
Et i leu fi à to la reverance ;
I tenivé le sapé à la man :
« Que venia-vo faré icè, galants ? »

47

"No vegnivon pè fare santa messa
A San Pirou, le pe yo de la vella,
A San Zarvai et poi à San Zarman ;
Ouai, san failli, monsu le Tabazan."

48

"Passa devan, ze vo la derai bella,
Quan vo sari u sonzon de l’eitiella !
U bin petou, y sara lou corbai.
Vade-vo pas cui vos attandon lai ? "

49

An vaiquia za onna terriblia tropa !
Lou vaide-vo lai qui son assanblia ora ?
En vo mezan, i santeron : "Cro, cro !
Vo chouanti bin lé ravé u barbo."

50

I desivon : "Santa Vierze Maria,
Qu’y vo plaisé de no avai pedia ! « 
Tabazan di : » La paciance me per,
Moda dansi onna allemande an l’er ! "

51

Que dera-t-ai, voutron Duc de Savoye ?
I meudera le béluar de l’Oye ;
Ze craye bin qu’i mourra de regret
De vo vi to pandu à on gibet.

52

Vos devria bin avai de la vergogne
De me vegni bailli tan de besogne,
Car ze m’an vai vo deiveti to nu,
Et vo faré à to montra le cu."

53

Y an avai yon qu’avai la barba rossa,
Que fi quasi rire tota la tropa ;
I desivé qu’i ne volive pas
Pè on valet, eitre tan yo monta.

54

Mai Tabazan, que perdive paciance,
Cheuta dessu, et poi aprè l’eitranglie :
"Mourta la béque, et mourta le venin !
Te ne faré zamai ne ma ne bin ! "

55

On leu trova dé beliet dan leu fatte,
Qu’is avion prai, afin qui lou sarmasse,
Mai le sarmo n’étive pas preu for
Pé lou povai garanti de la mor.

56

Is avion vu cori dé livre bliansse,
Dé petité asse bin que dé grande,
Que ne fassion que torna et veri:
Firon manqua le cœur à Dalbigni.

57

I priron bin onna tala épovanta
Que la Joanesse avoi tota la banda,
Vattevillé, poi aprè Dandelo,
Fouyivon to queman fon lou levro.

58

Sen Altessé asse bin s’anfouyive
Et coudavé qu’aprè lui on corrive,
Don il était queman désespéra,
Ne sassan plié de quin couté alla.

59

I desivé : "La poura matenaye !
Ma noblessé sara désonoraye
D’eitre passa pè la man dé cortio,
Ancora pi, pé cela du borrio.

60

Que dera-t-ai, celi gran rai de France,
Lou Hollandai et le prince d’Orange !
Que deront-ai ancora luos Angloi !
I se riron du gran Duc de Savoi !

61

Ze sai surprai d’onna granda tristesse
D’avai perdu la flieur de ma noblesse.
Le cœur me fau, vegni me secori,
Aporta-mé on pou de rossoli.

62

M’enfrémerai to solet dan ma sambra:
La vergogné n’an sara pas se granda;
Ze frémerai la pourta du sâté,
Qu’on ne verra zin de zeur à travé.

63

Iqué dedian, ze farai pénitance :
De tranta zeur ne mézerai pedance,
Segno qu’y sai dé ravé u barbo,
Trémé de tiu avoi dés escargo."

64

Soissante-cha teite is on lassia
Que le borrio a copa et transsia,
Pè lé bouta su dou u trai tiévron,
Pè lé montra à celeu que veudron.

65

On vo dera que tota la preitraille,
Prè de Tonon, u covan de Ripaille,
Y firon lai leu conspiracion,
Mai le bon Di ronpi leu trahison.

66

Il a fai vi qu’avoi on pou de paille
I povivé ranvarsa la canaille
Que vegnivé profana son Sain Non,
Et se moqua de la religion.

67

Pè sous anfan il a de la tandresse,
A bin volu se bouta à la brèche
Et ranversa lous ennemi mordan
Que vegnivon fare lous arrogan.

68

Dedian sa man il y tin la victoire,
A lui solet en démure la gloire.
A to zamai son Sain Non sai begni !
Amen, amen, ainsi, ainsi soit-y !


1. Celui qui est là-haut, le maître des batailles, qui se moque et se rit des canailles, a bien fait voir par un samedi soir qu’il était le patron des Genevois.

2. Ils sont venus le douze de décembre par une nuit aussi noire que de l’encre ; c’était l’an mil six cent-deux qu’ils vinrent parler un peu trop tôt.

3. Ils vinrent par une nuit qui était la plus noire, et ce n’était pas pour boire ; c’était pour piller nos maisons et nous tuer sans aucune raison.

4. Petits et grands, ayez en souvenance, par un matin d’un beau dimanche et par un jour qu’il faisait bien froid, sans le bon Dieu nous étions tous pris.

5. On vous dira ce que c’était que cette canaille. Les Savoyards ont dressé et planté trois échelles contre notre muraille, et par là sont montés deux cents.

6. Etant entrés, ils vinrent au corps-de-garde où ils donnèrent un rude assaut ; ils avaient des tenailles et des marteaux qui étaient faits de bon acier,

7. Pour arracher les clous et les serrures, tous les verrous et toute la ferrure qu’on rencontre en de tels endroits et qu’on met pour n’être pas surpris.

8. Pour avoir forcé une écurie et avoir tiré un petard, ils croyaient déjà être à-cheval ; mais ils n’étaient pas montés assez haut.

9. Son Altesse était sur Pinchat. Un d’entre eux courut lui dire que le petard avait joué, qu’on allait faire entrer tout le gros de l’armée.

10. Ils avaient des lanternes sourdes, ils contrefaisaient ces grosses grenouilles ; c’était pour aller et venir sans que jamais personne pût les reconnaître. 11. Picot venait avec grande hardiesse pour faire voir qu’il avait de l’adresse ; il voulait petarder la porte. C’est là qu’il fut bien attrapé.

12. Il voulait faire de telle sorte qu’il eût voulu tout effondrer la porte, et l’aurait mise par éclats et par morceaux, puis il serait allé tout droit sur le pont.

13. Ils auraient baissé les ponts levis ; ils auraient été tout ce qui les eût empêchés pour faire entrer l’escadron de Savoie. Vous les verrez bientôt en désarroi.

14. Car un soldat qui aperçut tout cela tout bellément fit tomber la herse, puis va crier qu’il se fallait armer ou qu’autrement nous serions tous tués.

15. Il fut hâché comme des herbettes, puis enfilé comme des alouettes ; il fut crevé comme un gros crapaud et puis chaplé comme des âtriaux.

16. Droit au clocher on va sonner l’alarme ; en même temps on crie : aux armes ! aux armes ! De partout on vit sortir des gens qui disaient : Il faut vaincre ou mourir.

17. Ils allèrent vite sur la Treille ; un d’entre eux s’avisa d’un moyen ingénieux : il fit quérir des mantelets pour s’en servir comme de parapets.

18. Ils roulaient avec une telle furie (et par bonheur ils étaient rouillés) qu’ils faisaient encore plus de bruit qu’un bovairon avec cinq cents charrues.

19. Par ce moyen en prit le corps-de-garde où l’ennemi faisait bonne garde ; il le fallut abandonner aux Genevois au déshonneur de toute la Savoie.

20. Les Savoyards prirent aussitôt la fuite quand ils virent renversée la marmite dans laquelle ils avaient mis cuire à dîner pour tous ceux qu’ils avaient amenés.

21. Ils allèrent vite à la Tartasse où l’ennemi criait avec grand fracas : Vive Espagne ! arri, vive Savoie ! C’est main tenant qu’on tient les Genevois.

22. Les Genevois qui avaient bon courage, firent bien voir qu’ils étaient des braves, en se battant contre des gens armés depuis le menton jusqu’à leurs souliers.

23. On entendait ce père Alexandre qui disait : Il ne vous faut rien craindre. Ah ! mes enfans, dépêchez-vous de monter, je vous fais tous aller en paradis.

24. Son Altesse en grande diligence envoie un courrier au roi de France, lui annonçant qu’il avait surpris Genève, que cette nuit il y ferait son lit.

25. Ventre saint-gris, se dit le roi de France, quel malheur que Genève se soit laissé prendre. Ah ! mon cousin s’est trop hasardé ; il ne pourra guère la garder.

26. En même temps une lettre arrive qui pensa le faire crever de rire. Elle disait : Les Savoyards sont pris. Les Genevois les pendent maintenant. 27. Mais en voici bien d’autres ! quand ils virent leurs trois échelles rompues. Ils ne pouvaient ni descendre ni monter. C’est là qu’ils furent domptés.

28. On leur donna d’abord la revirade ; ils sentirent l’épée des Genevois qui résonnait d’une belle façon ; ils savaient bien jouer de l’’espadon.

29. Un Savoyard, près de la Monnaie, fut tué d’un grand coup de marmite qu’une femme lança sur lui ; il tomba sur le coup mort et roide étendu.

30. On prit treize qui étaient tout en vie. Ils disaient : Ayez pitié de nous ! tout en croyant qu’en payant leur rançon ils s’en retournaient chacun dans leur maison.

31. Mais le Conseil avec grande diligence fit leur procès, prononça leur sentence : « qu’ils seraient tous pendus et étranglés sur l’Oie, ce beau boulevard. »

32. Voici venir Messieurs de la justice et le sautier qui commence par dire : La Bravade, va appeler Tabazan. — Oui, sans manquer, Monsieur, j’y vais de grand cœur.

33. Tu ne sais pas, il ya bien de la besogne ; ils sont treize qui auront de la vergogne ; il les faut tous pendre et étrangler. Dépèche donc, je veux m’en aller.

34. Il faut mettre de l’huile à la potence, et puis avoir des cordes en suflisance, puis les lier et les bien garrotter, de manière qu’ils ne puissent ni virer ni tourner.

35. Va donc, parce que toute cette canaille ressautera bientôt notre muraille ; en ressautant ils se rompaient le cou pour éviter le licou du bourreau.

36. On jeta dans le fossé de la paille allumée, qui s’enflamma bientôt ; on voyait avec grand plaisir que la frayeur les avait tous saisis.

37. En attendant ils demandaient grâce, et priaient Notre-Dame de grâce ; ils faisaient le signe de la croix pour se faire passer le froid de doigts.

38. Ils disaient : Ayez pitié de nous, nous vous prions de nous sauver la vie ; c’étaient Sonas et Chaffardon qui ne purent avoir leur pardon.

39. Il yavait huit jours, qu’un président de Chambéry la belle, faisant semblant de rafraichir l’union, vint dans cette ville tramer votre grande trahison.

40. Vous auriez violé et femmes et filles, puis vous auriez pris leurs plus belles nippes et puis après vous les auriez tuées ; les ministres, vous les auriez brûlés.

41. Les ministres qui étaient les plus jeunes, vous les auriez enchaînés tous ensemble, vous les auriez menés à Rome pour les montrer à sa Sainteté,

42. Aux cardinaux et à la cardinaille, aux évêques et à la cafardaille qui les auraient écorchés tous vifs, et les auraient rôtis sur le charbon. 43. Pour les Seigneurs vous auriez fait la fête, vous leur auriez coupé la tête à tous, et puis vous seriez entrés dans leurs maisons et auriez pris à foison de leur bien.

44. Vous aviez promis devant son Altesse que vous n’auriez merci ni compassion, que vous vouliez tuer grands et petits, nous étrangler, et nous faire tous mourir.

45. On vous donnera des cordes apprêtées qui seront bien tordues et bien filées ; ou bien plutôt une salade de Gascon, la corde au cou par—dessous le menton.

46. Tabazan vint en grand costume, il leur fit à tous la reverence; il tenait son chapeau à la main:Que veniez vous faire ici, galants ?

47. — Nous venions pour faire chanter la messe à Saint Pierre, le plus haut de la ville, à Saint-Gervais, et puis à Saint-Germain ; oui, sans faute, monsieur le Tabazan.

48. — Passez devant, je vous la dirai belle, quand vous serez tout au haut de l’échelle; ou bien plutôt ce seront les corbeaux. Ne voyez-vous pas qu’ils vous attendent là ?

49. En voilà déjà une terrible troupe. Les voyez—vous là qui sont maintenant assemblés. En vous mangeant ils chanteront cro, cro, vous sentez bien les raves au barbet.

50. Ils disaient:Sainte vierge Marie, qu’il vous plaise d’avoir pitié de nous; Tabazan dit : la patience me manque venez danser une allemande en l’air.

51. Que dira-t-il votre duc de Savoie ? Il maudira le boulevard de l’Oie ; je crois bien qu’il mourra de regret de vous voir tous pendus à un gibet.

52. Vous devriez bien avoir honte de venir me donner tant de besogne, car je m’en vais vous déshabiller tout nus, et vous faire à tous montrer le cul.

53. Il y en avait un qui avait la barbe rousse, qui fit quasi rire toute la troupe ; il disait qu’il ne voulait pas être monté si haut par un valet.

54. Mais Tabazan, qui perdait patience, sauta dessus, et puis après l’étrangle : morte la bête et mort le venin, tu ne feras jamais ni mal ni bien.

55. On trouva dans leurs poches des billets qu’ils avaient pris en guise de charme ; mais le charme n’était pas assez fort pour pouvoir les garantir de la mort.

56. Ils avaient vu courir des lièvres blancs ; de petits aussi bien que de grands, qui ne faisaient que tourner et virer, firent manquer le cœur à d’Albigny.

57. Ils prirent bien une telle épouvante que La Jeunesse avec toute la bande, de Vatteville, puis après, Dandelot, fuyaient tous comme des levrauts.

58. Son Altesse aussi s’enfuyait ; il croyait qu’on courait après lui ; ce dont il était comme désesperé ne sachant plus de quel côté aller. 59. Il disait:La triste matinée ! ma noblesse sera dèshonorée d’être passée par la main des courtauds et pis encore, par celle du bourreau.

60. Que dira-t—il ce grand roi de France, les Hollandais et le prince d’Orange ; que diront-ils encore les Anglais ! Ils se riront du grand duc de Savoie.

61. Je suis surpris d’une grande tristesse d’avoir perdu la fleur de ma noblesse ; le cœur me manque, venez me secourir ; apportez—moi un peu de rossoli.

62. Je m’enfermerai tout seul dans ma chambre ; la honte n’en sera pas si grande ; je fermerai la porte du château de façon qu’on ne voie point de jour à travers.

63. Là—dedans je ferai pénitence ; de trente jours je ne mangerai pitance, sinon des raves au barbet mêlées de choux avec des escargots.

64. Ils ont laissé soixante-sept têtes que le bourreau a coupées et tranchées, pour les mettre sur deux ou trois chevrons, pour les montrer à ceux qui voudront.

65. On vous dira que toute la prétraille au couvent de Ripaille, prés de Thonon, firent la leur conspiration ; mais le bon Dieu rompit leur trahison.

66. Il a fait voir qu’avec un peu de paille il pouvait renverser la canaille, qui venait profaner son saint nom et se moquer de la religion.

67. Pour ses enfants il a de la tendresse; il a bien voulu se mettre à la brèche et renverser les ennemis acharnés qui venaient faire les arrogants.

68. Dans sa main il tient la victoire, à lui seul en demeure la gloire. Son saint nom soi béni à tout jamais ! Amen, Amen. Ainsi soit-il !