Chanterai por mon corage

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guiot de Dijon Chanterai por mon corage

 

 
Chanterai por mon corage
Que je vueil reconforter,
Car avec mon grant damage
Ne quier morir ne foler,
Quant de la terre sauvage
Ne voi mes nul retorner
Ou cil est qui rassoage
Mes maus quant g’en oi parler.

Dieus, quant crïeront outree,
Sire aidiés au pelerin
Por qui sui espoventee,
Car felon sont Sarrazin.

Souffrerai en tel estage
Tant quel voie rapasser.
Il est en pelerinage,
Molt atent son retorner.
Car outre de mon lignage
Ne quier achoison trover
D’autrui face mariage :
Molt est fous qu’en veut parler.

Dieus, quant crïeront outree,
Sire aidiés au pelerin
Por qui sui espoventee,
Car felon sont Sarrazin.

De ce sui au cuer dolente
Que cil n’est en cest païs
En qui j’ai mise m’entente.
Or n’en ai ne jeu ne ris,
S’il est biaus et je sui gente.
Sire, por quoi le feïs ?
Quant l’uns a l’autre atalente,
Por quoi nos as departis?

Dieus, quant crïeront outree,
Sire aidiés au pelerin
Por qui sui espoventee,
Car felon sont Sarrazin.

De ce sui en bone entente
Que je son homage pris ;
Quant l’aleine douce vente
Qui vient du tres douz païs
Ou cil est qui m’atalente,
Volentiers i tor mon vis
Dieus m’est vis que je le sente
Par desoz mon mantel gris.

Dieus, quant crïeront outree,
Sire aidiés au pelerin
Por qui sui espoventee,
Car felon sont Sarrazin.

De ce sui mout deceüe
Quant ne fui au convoier.
Sa chemise qu’ot vestue
M’envoia por embracier.
La nuit, quant s’amor m’argüe,
La met avec moi couchier,
Molt estroit a ma chair nue,
Por mes malz assoagier.

Dieus, quant crïeront outree,
Sire aidiés au pelerin
Por qui sui espoventee,
Car felon sont Sarrazin.