Chronique de Guillaume de Nangis/Année 1298

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Règne de Philippe IV le Bel (1285-1314)

◄   1297 1298 1299   ►



[1298]


Le privilège de confesser, donné aux frères Prêcheurs et Mineurs, fut annulé par le pape. Boniface, qui décréta que ceux qui se seraient confessés à un frère de l’un des deux ordres, se confesseraient de nouveau au prêtre de leur paroisse. Simon, évêque de Chartres, étant mort, Jean de Gallende, sous-doyen de l’église de Chartres, lui succéda. Albert duc d’Autriche tua dans un combat Adolphe roi des Romains, et fut ensuite après sa mort, fait roi des Romains. L’armée du pape Boniface ayant détruit le château de Colonna et ensuite Sagarolle, les Colonne se réfugièrent à Préneste. Assiégés de nouveau, la détresse où ils se trouvaient leur ouvrit l’esprit, en sorte qu’aux ides d’octobre ils se rendirent à Rieti, auprès du pape, et implorèrent humblement sa miséricorde plutôt que sa justice. Ils en furent reçus avec bienveillance et miséricorde, mais ne furent plus jamais rétablis dans leur ancien état. Louis, évêque de Toulouse, étant mort, Pamiers devint indépendant de Toulouse, et reçut un évêque particulier.

Feu saint Louis, glorieux roi de France, qui, l’année précédente avait été mis au rang des saints, fut, le lendemain de la fête de saint Barthélémy apôtre, vingt-huit ans après qu’il s’était endormi dans le Seigneur, sous les murs de Carthage, dans le royaume de Tunis, levé de terre avec de grands transports de joie, par Philippe roi de France, et les grands et prélats de tout le royaume, rassemblés à Saint-Denis en France. Les miracles opérés auparavant avaient prouvé quels mérites avait auprès de Dieu le glorieux confesseur du Seigneur, le saint roi Louis. Mais ce miracle fut bien plus particulièrement démontré dans les diverses parties du monde, après que son corps eut été levé de terre ; car il augmenta tellement en vertu pour les guérisons, que personne ne lui demandait avec foi et confiance la santé ou son aide, qu’il ne vît aussitôt l’accomplissement de ses desirs. Le fils de Jean Nuñès, illustre baron d’Espagne, qui peu de temps auparavant était venu en France demander du secours pour Alphonse et Fernand, entouré à son retour par ses ennemis, fut blessé et pris dans un combat, et renfermé dans une prison jusqu’à ce qu’il eût juré sur sa foi de ne plus désormais apporter de secours à Alphonse et à Fernand, ni adhérer davantage à leur parti. Philippe, fils unique de Robert comte d’Artois, mourut, et fut enseveli dans la maison des frères Prêcheurs à Paris. Il laissa deux fils et deux filles, qu’il avait eus de sa femme Blanche, fille de Jean, duc de Bretagne. Une de ses filles fut mariée dans la suite à Louis, comte d’Evreux, frère du roi de France, et l’autre à Gaston, fils de Raimond Bernard, comte de Foix. A la fête de saint André apôtre, il y eut à Rieti, ville d’Italie, où résidaient alors le pape et la cour de Rome, un si grand et si terrible tremblement de terre, que les murs et les maisons menaçant ruine, tous s’enfuirent hors de la ville dans les champs. Vers la fin de janvier, une comète apparut pendant plusieurs jours au crépuscule de la nuit. Robert, comte d’Artois, prit pour troisième femme la fille de Jean de Hainaut.