Rutebeuf - Œuvres complètes, 1839/De la damme qui fist les trois tours entour le moustier

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Texte établi par Achille Jubinal Chez Édouard Pannier (1pp. 295-301).


DE LA

Damme qui fist les trois tours entour le Moustier,


OU CI ENCOUMANCE


DE LA DAME QUI ALA .III. FOIS ENTOR LE MOUTIER. [1]
.


Mss. 7218, 7633, 7615.


Séparateur



Qui fame voudroit decevoir,
Je li faz bien apercevoir
Qu’avant decevroit l’anemi,
Le déable, à champ arami.
Cil qui fame viaut justicier,
Chascun jor la puet combrisier,
Et lendemain r’est tote saine
Por resouffrir autre tel paine ;
Mès quant fame a fol debonère,
Et ele a riens de lui afère,
Ele li dist tant de bellues,
De truffes et de fanfelues,
Qu’ele li fet à force entendre
Que le ciel sera demain cendre :
Issi gaaingne la querele.
Je l’ dis por une damoisele
Qui ert fame à .i. escuier,
Ne sai chartrain ou berruier.

La damoisele, c’est la voire,
Estoit amie à un provoire.
Mult l’amoit cil et ele lui,
Et si ne lessast por nului
Qu’ele ne féist son voloir,
Cui qu’en déust le cuer doloir.
Un jor, au partir de l’église,
Ot li prestres fet son servise :
Ses vestemenz lest à ploier,
Et si vet la dame proier
Que le soir en un boschet viengne :
Parler li veut d’une besoingne
[2] je cuit[3] que pou conquerroie
Se la besoingne vous nommoie.
La dame respondi au prestre :
« Sire, vez me ci toute preste,
C’or est-il poins et saison :
Ausi n’est pas[4] cil en maison. »

Or avoit en cele aventure,
Sans plus itant de mespresure,
Que les maisons n’estoient pas
L’une lez l’autre à quatre pas ;
Ains i avoit, dont mult lor poise,
Le tiers d’une liue franchoise.
Chascune ert en un espinois
Com ces maisons de Gastinois ;
Mès li bochez que je vous nome

Estoit à ce vaillant preudomme
Qu’à saint Ernoul doit la chandoile.
Le soir, qu’il ot jà mainte estoile
Parant el ciel, si com moi samble,
Li prestres de sa maison s’amble,
Et se vint el boschet séoir
Por ce c’on ne l’[5] puisse véoir.
Mès à la dame mésavint,
Que sire Ernous ses mariz vint
Toz moilliez[6] et toz engelez ;
Ne sai dont où il ert alez ;
Por ce remanoir là covint :
De son provoire li sovint.
Si se haste d’appareillier ;
Ne le vout pas faire veillier :
Por ce n’i ot .v.[7] mès ne .iiij.
Après mengier petit esbattre
Le lessa, bien le vos puis dire.
Sovent li a dit : « Biaus dou sire,
Alez gésir, si ferez bien.
Veillier griève sor toute rien
A homme quant il est lassez :
Vous avez chevauchié assez. »
D’aler gésir tant li reprouche
Por pou le morcel en la bouche
Ne fait celui aler gésir,
Tant a d’eschaper grant désir.
Li bons escuier i ala,

Qui sa damoisele apela,
Por ce que mult la prise et aime.
— « Sire, fet-elle, il me faut traime
A une toile que je fais,
Et si m’en faut encor grant fais
Dont je ne me soi garde prendre,
Et je n’en truis nès point à vendre ;
Par Dieu, si ne sai que j’en face. »
— « Au déable soit tel filace,
Fet li vallés[8], comme la vostre !
Foi que je doi saint Pol l’apostre,
Je voudroie qu’el fust en Saine[9]. »
Atant se couche, si se saine,
Et cele se part de la chambre.
Petit séjornèrent si membre
Tant qu’el vint là où cil l’atent :
Li uns les bras à l’autre tent.
Iluec furent à grant déduit,
Tant qu’il fu près de mienuit.

Du premier somme cil s’esveille,
Mès mult li vient à grant merveille
Quant il ne sent lez lui sa fame.
— « Chamberière, où est vostre[10] dame ? »
— « Ele est là fors, en cele vile,
Chiés sa comère, où ele file. »
Quant cil oï que là fors ière,
Voirs est qu’il fist mult laide chière.

Son sercot vest, si se leva,
Sa damoisele querre va.
Chiés sa comère la demande,
Ne trueve qui raison l’en rande,
Qu’ele n’i avoit esté mie.
Ez-vous celui en frénésie !

Par delez cels qu’el boschet furent
Ala et vint (cil ne se murent),
Et quant il fu outre passez :
« Sire, fet-ele, or est assez ;
Or covient-il que je m’en aille :
Vous orrez jà noise et bataille. »
Fait li prestres : « Ice me tue
Que vous serez jà trop batue :
Onques de moi ne vous soviengne. »
— « Dant prestres, de vous vous coviengne, »
Dist la damoisele en riant.
Que vous iroie controuvant[11] ?
Chascuns s’en vint à son repère.
Cil qui se jut ne se pot tère :
« Dame orde, viex pute[12] provée,
Vous soiez or la mal trovée !
Dist li escuiers. Dont venez ?
Bien pert que pour fol me tenez. »
Cele se tut et cil s’esfroie :
« Voiz por le sanc et por le foie,
Por la froissure, por la teste,
Ele vient d’avec[13] nostre prestre ! »

Issi dit voir, et si ne l’ sot ;
Cele se tut, si ne dist mot.
Quant cil ot qu’el ne se desfent,
Par un petit d’iror ne fent
Qu’il cuide bien en aventure
Avoir dit la vérité pure.
Mautalenz l’arguë et atise :
Sa fame a par les trèces prise ;
Por le trenchier son coutel tret :
— « Sire, fet-el, por Dieu atret,
Or covient-il que je vous die
(Or orrez jà trop grant voisdie) ;
J’amasse miex estre en la fosse.
Voirs est que je sui de vous grosse :
Si m’enseigna l’en à aler
Entor le moustier sans parler
Iij. tors, dire trois patrenostres[14]
En l’onor Dieu et ses apostres ;
Une fosse au talon féisse
Et par trois jorz i revenisse.
S’au tiers jorz ouvert le trovoie,
C’estoit .i. filz qu’avoir devoie,
Et s’il estoit clos, c’estoit fille.
Or ne revaut tout une bille,
Dist la dame, quanques j’ai fet ;
Mès, par saint Jaque, il ert refet
Se vous tuer m’en deviiez. »
Alant s’est cil desavoiez
De la voie où avoiez ière ;
Si parla en autre manière :

« Dame, dist-il, je que savoie
Du voiage ne de la voie ?
Se je séusse ceste chose
Dont je à tort vous blasme et chose,
Je sui cil qui mot n’en déisse,
Se je anuit de cest soir isse ! »
Atant se turent ; si font pès,
Que cil n’en doit parler jamès ;
De chose que sa fame face,
N’en orra noise ne manace.
Rustebuef dist en cest fablel[15] :
Quant fame a fol, s’a son avel[16].


Explicit de la Dame qui fist les .iij. tors entor le moustier.

  1. Cette pièce a été imprimée par Barbazan. (Voyez l’édition de ses Fabliaux donnée par Méon, t. III, page 30.)
  2. Ms. 7633. Var. Dont.
  3. Ms. 7615. Var. Croi.
  4. Ms. 7633. Var. Sire n’est mi.
  5. Ms. 7633. Var. Que n’uns ne le.
  6. Ms. 7615. Var, Touz emplus.
  7. Ms. 7633. Var. .iij. mès ne quatre.
  8. Mss. 7633, 7615. Var. Di li escuiers.
  9. Ms. 7633. Var. Seinne.
  10. Ms. 7633. Var. Ta.
  11. Ms. 7615. Var. Contant.
  12. Ms. 7633. Var. Putains.
  13. Ms. 7633. Var. D’enchiez.
  14. Ms. 7633. Var. Pater notres.
  15. Ms. 7633. Var. Flabel.
  16. Voyez, page 75 de mon recueil intitulé Jongleurs et Trouvères, deux satires analogues contre les femmes.