Rutebeuf - Oeuvres complètes, 1839/La Lections d’Ypocrisie et d’Umilitei

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Texte établi par Achille Jubinal Chez Édouard Pannier (2pp. 66-78).


La Lections d’Ypocrisie et d’Umilitei,


ou ci encoumence


LE DIT D’YPOCRISIE.


Mss. 7633, 7615.


Séparateur



Au temps que les cornoilles braient,
Qui por la froidure s’esmaient
Qui sor les cors lor vient errant,
Qu’eles vont ces noiz enterrant
Et s’en garnissent por l’iver,
Qu’en terre sont entré li ver
Qui s’en issirent por l’estei,
Si y ont par le chaut estei,
Et la froidure s’achemine,
En se tens et en ce termine
Où je béu à grant plentei
D’un vin que Dieux avoit plantei
La vigne et follei le vin,
Ce soir me jeta si sovin
Que m’endormi en esle pas ;
Mes esperiz ne dormi pas,

Ainsois chemina toute nuit.
Or escouteiz, ne vos anuit,
Si orroiz qu’il m’avint en songe
Qui puis ne fu mie mensonge.

Ce soir ne fui point esperiz,
Ainz chemina mes esperiz
Par mainz leu et par mainz pays.
En une grant citei layz
Me sanbla que je m’arestoie,
Car trop forment lasseiz estoie,
Et c’estoit grant pièce après nonne.
Uns preudons vint : si m’abandone
Son hosteil por moi habergier.
Qui ne cembloit mie bergier,
Ainz fu cortois et débonaires :
El païs n’a de teil gent guaires,
Et si vos di trestot sans guille
Qu’il n’estoit mie de la vile
Ne n’i avoit ancor estei
C’une partie de l’estei :
Cil m’enmena en sa maison ;
Et si vos di c’onques mais hom
Lasseiz ne fu si bien venuz :
Moult fui ameiz et chier tenuz,
Et honoreiz par le preudoume ;
Et il m’enquist : « Comment vous noume
La gent de vostre conissance ? »
— « Sire, sachiez bien, sans doutance,
Que hom m’apelle Rutebuef,
Qui est dis de rude et de buef. »
— « Rutebuef, biau très doulz amis,

Puisque Dieux saians vous a mis
Moult sui liez de vostre venue.
Mainte parole avons tenue
De vos, c’onques mais ne vous véismes,
Et de voz dis et de voz rimes
Que chacuns déust conjoïr ;
Mais li coars[1] ne’s daingne oïr
Pour ce que trop y a de voir.
Par ce poeiz aparsouvoir
Et par les rimes que vous dites
Qui plus doute Dieu qu’ypocrites ;
Car qui plus ypocrites doute
En redoutant vos dis escoute
Se n’est en secreit ou en chambre ;
Et par ce me souvient et membre
De ceulz qu’à Dieu vindrent de nuiz
Qui redoutoient les anuiz
De ceulz qui en croix mis l’avoient
Que félons et crueulz savoient ;
Et si r’a-il une autre gent
A cui il n’est ne biau ne gent
Qu’il les oent ; s’es oent-il.
Cil sunt boen qui sunt doble ostil ;
Celx resemble li besaguz[2] :
De .ij. pars trenche et est aguz ;
Et cil vuelent servir à riègle
Et ypocrisie et le siècle.
Si r’a de teilz cui il ne chaut

S’ypocrite ont ne froit ne chaut[3],
Ne c’il ont ne corroz ne ire ;
Cil vos escoutent bien à dire
La véritei trestoute plainne
Qu’il plaidoient de teste sainne. »

Ne seroit ci pas li redéimes[4]
Des paroles que nos déîmes
Conteiz à petit de séjour ;
Ainsinc envoîames le jour,
Tant qu’il fut tanz de table metre,
Car bien s’en savoit entremetre
Mes hostes de parleir à moi
Sans enquerre ne ce ne quoi.
Les mains lavâmes por soupeir[5] :
Mes bons hostes me fist sopeir,
Et me fist séoir à sa coste :
Hom puet bien faillir à teil hoste ;
Et delez moi s’assist sa mère,
Qui n’estoit vilaine n’amère[6].

Ne vos vuel faire longue fable :
Bien fûmes servi à la table.
Asseiz béûmes et manjâmes :
Après mangier les mains lavâmes ;
S’alâmes esbatre el prael.

J’enquis au preudome loiel[7]
Coument il estoit apeleiz,
Que cest nons ne me fust celeiz ;
Et il me dist : « J’ai non Cortois,
Mais ne me prisent .i. nantois
La gens de ceste région ;
Ainz sui en grant confusion,
Que chacuns d’eulz me monstre au doi,
Si que ne sai que faire doi.
Ma mère r’a non Cortoisie,
Qui bien est mais en cort teisie,
Et ma fame a non Bele-Chière,
Que sorvenant avoient chière,
Et li estrange et li privei
Quant il estoient arivei ;
Mais cist l’ocistrent au venir
Tantost qu’il la porent tenir.
Qui Bele-Chière vuet avoir,
Il l’achate de son avoir.
Il n’ainment joie ne déduit ;
Qui lor done, si les déduit,
Et les solace, et les déporte[8] ;
N’uns povres n’i pasce la porte
Qui ne puet doneir sanz prometre.
Qui n’a asseiz la main où metre
N’atende pas qu’il fasse choze
Dont biens li veingne à la parcloze,
Ainz s’en revoit en son païs,
Que dou venir fu folz naïz.

« En ceste vile a une cort :
Nul leu teil droiture ne court[9]
Com ele court à la court ci[10],
Car tuit li droit sont acourci,
Et droiture adès i acourte :
Se petite ière, or est plus courte,
Et toz jors mais acourtira ;
Ce sache cil qu’à court ira,
Et teiz sa droiture i achate
Qui n’en porte chaton ne chate ;
Si l’a chièrement achaté
De son cors et de son cheté[11],
Et avoit droit quant il là vint ;
Mais au venir li mésavint,
Car sa droiture ert en son coffre :
Si fu pilliez en roi di coffre[12].
Sachiez de la court de laienz
Que il n’i a clerc ne lai enz,
Se vos voleiz ne plus ne mains,
Qu’avant ne vos regart au mains
Se vos aveiz vos averoiz[13] ;
Se vos n’aveiz vos i feroiz
Autant com l’oe seur la glace,
Fors tant que vos aureiz espace

De vos moqueir et escharnir.
De ce vos vuel-je bien garnir,
Car la terre est de teil menière
Que touz povres fait laide chière.
Mains ruungent et vuident borces.
Et faillent quant elz sont rebources,
Ne ne vuelent nelui entendre
C’il n’i puéent runger et prendre,
Car de reungier[14] mains est dite
La citeiz qui n’est pas petite ;
Teiz i va riches et rians
Qui s’en vient povres mendianz.
Laiens vendent, je vos afi,
Le patrimoinne au Crucefi
A boens deniers, sés[15] et contans.
Si lor est à pou dou contanz
Et dé la perde que cil ait
Qui puis en a et honte et lait,
Qui l’achate ainz qu’il soit délivres ;
Rutebuez dit que cil est yvres,
Quant il achate chat en sac ;
S’avient puis que hon dit : eschac
De folie, matei en l’angle,
Que hon n’a cure de sa jangle.

« Avarisce est de la cort dame
A cui il sunt de cors et d’arme,

Et ele en doit par droit dame estre,
Qu’il sunt estrait[16] de son ancestre,
Et ele est dou mieulz de la vile[17] ;
Ne cuidiez pas que ce soit guile,
Car ele en est née et estraite,
Et Covoitise la seurfaite,
Qui est sa couzine germainne ;
Par ces .ij. se conduit et mainne
Toute la cours entièrement.
Cel compeire trop chièrement
Sainte Églize par mainte fois,
Et si em empire la foiz ;
Car teiz i va boens crestiens
Qui s’en vient fauz farisiens. »

Quant il m’ot asseiz racontei
De ces genx qui sunt sanz bontei,
Je demandai qui est li sires,
Ce c’est roiauteiz ou empires ;
Et il me respont sanz desroi :
« N’i a empéreor ne roi,
Ne seigneur, qu’il est trespasseiz ;
Mais atendans i a asseiz
Qui béent à la seignorie :
Vaine-Gloire, et Hipocrisie,
Et Avarisce et Covoitize
Cuident bien avoir la justise,
Car la terre remaint san oir ;
Si la cuide chacuns avoir.

« D’autre part est Humiliteiz,
Et Bone-Foiz et Chariteiz,
Et Loiauteiz, cil sont à destre,
Qui déussent estre li mestre ;
Et cil les vuelent maîtroier
Qui ne ce vuelent otroier
A faire seigneur se n’est d’eux,
Si seroit damages et deulz ;
Cil s’asemblent asseiz souvent
Et en chapitre et en couvant ;
Asseiz dient, mais il font pou
Ni à saint Père ne à saint Pou :
C’est ce auques de lor afère,
Mais orendroit n’en ont que faire. »

Je vox savoir de lor couvainne
Et enquerre la maître vainne
De lor afaire et de lor estre,
Li queiz d’eulz porroit sires estre ;
Et vi qu’à ceste vestéure
N’auroie pain n’endosséure[18].
Viii. aunes d’un camelin pris,
Brunet et groz, d’un povre pris,
Dont pas ne fui à grant escot ;
S’en fis faire cote et sorcot
Et une houce grant et large
Forrée d’une noire sarge[19].
Li sorcoz fu à noire panne :
Lors ou-ge bien trovei la manne,

Car bien sou faire le marmite,
Si que je resembloie hermite
Celui qui m’esgardoit de fors,
Mais autre cuer avoit ou cors.

Ypocrisie me resut,
Qui trop durement se désut,
Car ces secreiz et ces afaires,
Por ce que je fui ces notaires,
Sou touz et quanqu’ele pensoit.
Sor ce que vos orroiz ensoit
Ele vout faire son voloir,
Cui qu’en doie li cuers doloir ;
Il ne lor chaut, mais qu’il lor plaise,
Qui qu’en ait poinne ne mésaise.
Vins et viandes vuet avoir,
S’om les puet troveir por avoir
Juqu’à refoule Marion,
Et non d’ameir religion,
Et de toutes vertuz ameir.
S’a en li tant fiel et ameir
Qu’il n’est n’uns hom qui li mesface
Qui jamais puist avoir sa grace.
C’est li glasons qui ne puet fondre :
Chacun jor la vodroit confondre
Ce chacun jor pooit revivre.
Ours ne lyons, serpent ne vuyvre
N’ont tant de cruautei encemble
Com ele seule, ce me cemble.
Ce vous saveiz raison entendre,
C’est li charbons[20] desoz la cendre,

Qui est plus chauz que cil qui flame.
Après si vuet que hons ne fame
Ne soit oïz ne entenduz,
Ce il ne c’est à li renduz,
Puis qu’il est armeiz de ces armes,
Et il puet l’air[21] ploreir .ij. larmes,
Ou faire cemblant dou ploreir.
Il n’i a fors de l’aoreir :
Guerroier puet Dieu et le monde,
Que n’uns n’est teiz qui li responde.

Teil aventage ont ypocrite,
Quant il ont la parole dites
Que il vuelent estre créu,
Et ce c’onques ne fu véu
Vellent-il tesmoignier à voir.
Qui porroit teil éur avoir
Con de lui loeir et prisier,
Il s’en feroit[22] boen desguisier
Et vestir robe senz coleur,
Où il n’a froit, n’autre doleur,
Large robe, solers forreiz ;
Et quant il est bien afeutreiz,
Si doute autant froit comme chaut,
Ne de povre home ne li chaut,
Qu’il cuide avoir Dieu baudement
Ou cors tenir tot chaudement.

Tant a Ypocrisie ovrei

Que grant partie a recovrei
En cele terre dont je vin ;
Grant descretistre, grant devin
Sont à la cour de sa maignie.
Bien est la choze desreignie,
Qu’ele avoit à élection
La greigneur congrégation,
Et di por voir, non pas devine,
Se la choze alast par crutine[23],
Qu’ele en portast la seignerie
Ne n’estoit pas espoérie.

Mais Dieux regarda au damage
Qui venist à l’umain linage
S’Ypocrisie à ce venist
Et se[24] si grant choze tenist.
Que vous iroie aloignant
Ne mes paroles porloignant ?
Li uns ne pot l’autre soffrir ;
Si se pristrent à entr’offrir[25]
L’uns à l’autre Cortois mon oste.
Chacuns le vuet, n’uns ne s’en oste :
Lors si fu Cortoiz esléuz,
Et je fui de joie esméuz.
Si m’esvoillai inele pas,
Et si oi tost passeiz les pas
Et les mons de Mongieu sanz nois,
Ce ne vos mes-je pas en noi

Qu’il n’i éust mult de paroles
Ainz que Cortois fust apostoles.


Explicit d’Ypocrisie.

  1. Ms. 7633. Var. Musars.
  2. Ce nom s’est conservé jusqu’à nous : la besaiguë est un instrument dont se servent les charpentiers.
  3. Ce vers manque au Ms. 7633.
  4. Redéime, dixième du dixième.
  5. Ce vers manque au Ms. 7633. Le Ms. 7615 y ajoute le suivant pour compléter la rime.
  6. Ce vers et celui qui précède ne se trouvent qu’au Ms. 7615.
  7. Loiel, loyal.
  8. Ms. 7615. Var. Conforte.
  9. Ms. 7615. Var. Nelui por droiture n’i cort.
  10. Ms. 7615. Var. A cest ci.
  11. Le Ms. 7615 seul contient ce vers et le suivant.
  12. Ce vers manque au Ms. 7615.
  13. Ceci rappelle ces vers de notre auteur dans la pièce intitulée De la Vie dou monde :
    .....Si voille empêtrer : da,
    Et si non voille dare, enda la voie, enda !
  14. Il y a ici en note, de la main de Fauchet, sur la marge du Ms. 7615 : Roma rodans manù. Tout ceci en effet est une allusion à la cour de Rome, et s’accorde très-bien avec une multitude d’autres passages de Rutebeuf.
  15. Sés, secs.
  16. Ms. 7615. Var. Atret.
  17. Ce vers et le suivant ne se trouvent pas dans le Ms. 7615.
  18. Ms. 7615. Var. Pooir déseure.
  19. Ms. 7615. Var. Chape.
  20. Ms. 7615. Var. Glaçons.
  21. Ms. 7615. Var. L’en.
  22. Ms. 7615. Var. Devroit.
  23. Ms. 7615. Var. Trudine.
  24. Ms. 7615. Var. Que.
  25. Ms. 7615. Var. Ençoffrir.