Rutebeuf - Œuvres complètes, 1839/De Frère Denise

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Texte établi par Achille Jubinal Chez Édouard Pannier (1pp. 260-272).


De Frère Denise,


ou ci encoumence


LI DIZ DE FREIRE DENIZE LE CORDELIER [1].


Mss. 7218, 7633.


Séparateur



Li abis ne fet pas l’ermite ;
S’uns hom en hermitage abite
Et il en a les dras vestus,
Je ne pris mie .ij. festus
Son abit ne sa véstéure,
S’il ne maine vie ausi pure

Comme son abit[2] nous démonstre ;
Mès maintes genz font bele monstre
Et merveilleux sanblant qu’il vaillent :
Il sanblent les arbres qui faillent
Qui furent trop bel au florir.
Bien devroient tels genz morir
A grant dolor[3] et à grant honte.
I. proverbe dist et raconte
Que tout n’est pas or c’om voist luire :
Por ce m’estuet ains que je muire
Fere .i. ditié[4] d’une aventure
De la plus bele créature
Que l’en puisse trover ne querre
De Paris jusqu’en Engleterre ;
Vous dirai comment il avint.
Granz gentiz homes plus de .x.
L’avoient à fame requise ;
Mès ne voloit en nule guise
Avoir ordre de mariage,
Ainz a fet de son pucelage
Veu à Dieu et à Nostre-Dame.
La pucele fu gentil fame ;
Chevaliers ot esté son père :
Mère avoit, mès n’ot suer ne frère.
Mult s’entr’amèrent, ce me sanble,
La pucele et la mère ensanble.
Frères Meneurs laianz[5] hantoient
Tuit cil qui par iluec passoient.

Or avint c’uns en i hanta
Qui la damoisele enchanta :
Si vous dirai en quel manière.
La pucele li fist proière
Que il sa mère requéist
Qu’en relégion la méist,
Et il li dist : « Ma douce amie,
Se mener voliiez la vie
Saint François, comme nous feson,
Vous ne porriiez par reson
Faillir que vous ne fussiez sainte. »
Et cele, qui fu jà atainte,
Et conquise, et mate, et vaincue,
Si tost comme ele ot entendue
La reson du Frère Meneur,
Si dist : « Se Diex me doinst honeur !
Si grant joie avoir ne porroie
De nule riens comme j’auroie
Si de vostre ordre pooie estre.
De bone eure me fist Diex nestre
Se g’i pooie estre rendue ! »
Quant li Frères ot entendue
La parole[6] à la damoisele,
Se li a dit : « Gentil pucele,
Se me doinst Diex s’amor avoir,
Se de voir pooie savoir
Qu’en nostre ordre entrer vousissiez,
Et que sanz fausser péussiez
Garder vostre virginité,
Sachiez en fine vérité

Qu’en nostre ordre bien vous metroie. »
Et la pucèle li otroie
Qu’el gardera son pucelage
Trestoz les jors de son éage.
Atant li Frères[7] la reçut ;
Par sa guile cele deçut
Qui à barat n’i entendi :
Desus s’âme li desfendi
Que riens son conseil ne déist,
Mès si céelement féist
Coper ses beles treces blondes
Que jà ne le séust li mondes,
Et féist rère estancéure,
Et préist tele vestéure
Comme à tel homme covendroit,
Et qu’en tel guise venist droit
En .i. leu dont il ert custodes.
Cil, qui estoit plus faus qu’Hérodes,
S’en part atant et li met terme ;
Et cele a ploré mainte lerme
Quant de li départir le voit.
Cil qui la glose li devoit
Fère entendre de la leçon
L’a mise en male soupeçon.
Male mort le praingne et ocie !
Cele tient toute à prophésie
Quanques cil li a sermoné.
Cele a son cuer à Dieu doné ;
Cil refet du sien autel don
Qui bien l’en rendra guerredon :

Mult par est contrère sa pensse
Au bon pensser où ele pensse ;
Mult est lor penssée contrère,
Car cele pensse à li retrère
Et oster de l’orgueil du monde,
Et cil, en qui pechié soronde,
Qui toz art du feu de luxure,
A mis sa penssée et sa cure
A la pucele acompaignier
Au baing où il se veut baignier,
Où il s’ardra, se Diex n’en pensse,
Que jà ne li fera deffense,
Ne ne li saura contredire
Chose que il li veuille dire.
A ce vait li Frères penssant,
Et ses compains en trespassant,
Qui s’esbahist qu’il ne parole,
Li a dite ceste parole :
« Où pensez-vous, frère Symon ? »
— « Je pens, fet-il, à .i. sermon,
Au meilleur que je pensaisse oncques. »
Et cil respont : « Or penssez donques ! »
Frère Symons ne puet desfensse
Metre en son cuer que il ne pensse
A la pucele qui demeure ;
Et cele désirre mult l’eure
Qu’ele soit çainte de la corde :
Sa leçon en son cuer recorde
Que li Frères li a donée.
Dedenz .iij. jors s’en est emblée
De la mère qui la porta,
Qui forment s’en desconforta.

Mult fu à malaise la mère,
Qu’el’ ne savoit où sa fille ère ;
Grant dolor en son cuer demaine
Trestoz les jors de la semaine,
En plorant regrete sa fille ;
Mès cele ne done une bille,
Ainz pensse de li esloingnier.
Ses biaus crins ot fet rooingnier :
Comme vallet fu estancie
Et fu de bons housiaus[8] chaucie,
Et de robe à homme vestue
Qui estoit par devant fendue :
Bien sambloit jone homme de chière[9] ;
Et vint en itèle manière
Là où cil li ot terme mis.
Li Frères, que li anemis
Contraint et semont et argue,
Ot grant joie de sa venue.
En l’ordre la fist recevoir :
Bien sot ses frères decevoir.
La robe de l’ordre li done
Et li fist fère grant corone[10] ;
Puis la fist au moustier venir.
Bel et bien se sot contenir
Et en cloistre et dedenz moustier,

Et ele sot tout son sautier,
Et fu bien de chanter aprise :
O les autres chante en l’église
Mult bel et mult cortoisement ;
Mult se contient honestement.
Or ot damoisele Denise
Quanqu’ele vout à sa devise.
Oncques son non ne li muèrent ;
Frère Denise l’apelèrent[11],
Frère Denise mult amèrent
Tuit li Frère qui léenz èrent ;
Mult plus l’amoit frères Symons.
Sovent se metoit ès limons,
Com cil qui n’en ert pas retrais,
Et il s’i amoit miex qu’ens trais :
Mult ot en lui bon limonier.
Vie menoit de pautonier[12],
Et ot lessié vie d’apostre.
A cele aprist sa patrenostre,
Qui volontiers la retenoit.
Parmi le païs la menoit ;
N’avoit d’autre compaignon cure :
Tant qu’il avint par aventure
Qu’il vindrent chiés .i. chevalier

Qui ot bons vins en son celier,
Qui volentiers lor en dona ;
Et la dame s’abandona
A regarder frère Denise :
Sa chière et son samblant avise ;
Aparcéue s’est la dame
Que frère Denise estoit fame.
Savoir veut se c’est voirs ou fable :
Quant l’en ot fet oster la table
La dame, qui bien fu aprise,
Prist par la main Frère Denise.
A son seignor prist à sorrire ;
En souriant li dist : « Biaus sire,
Alés-vous là defors esbatre,
Et fesons .ij. pars de nous .iiij. :
Frère Symon o vous menez,
Frère Denise est assenez
De ma confession oïr. »
Lor n’ont talent d’els esjoïr :
Li Cordelier dedens Pontoise[13]
Vousissent estre ; mult lor poise
Que la dame de ce parole ;
Ne leur plut pas ceste parole,
Quar paor ont d’apercevance.
Frère Symons vers li s’avance,
Puis li dist quant de li s’apresse :
« Dame, à moi vous ferez confesse,
Quar cil Frères n’a pas licence
De vous enjoindre pénitence. »
Et ele respondi : « Biaus sire,

A cestui vueil mes pechiez dire
Et de confession parler. »
Lors l’a fet en sa chambre aler,
Et puis clot l’uis et bien le ferme ;
Avoec li dant Denise enferme,
Puis li a dit : « Ma douce amie,
Qui vous conseilla tel folie
D’entrer en tel relégion ?
Si me doinst Diex confession
Quant l’âme du cors partira,
Que jà pis ne vous en sera
Se vous la vérité me dites.
Si m’aït li Sains-Espérites,
Bien vous poez fier en moi. »
Et cele, qui ot grant esmoi[14],
Au miex que pot de ce s’escuse ;
Mès la dame la fist concluse
Par les resons qu’el li sot rendre,
Si que plus ne se pot desfendre.
A genillons merci li crie,
Jointes mains ü requiert et prie
Qu’ele ne li face fère honte,
Et puis de chief en chief li conte
Que il l’a trest de chiés sa mère,
Et se[15] li conta qui ele ère,
Si que riens ne li a celé.
La dame a le Frère apelé,
Puis li dist devant son seignor
Si grant honte c’onques greignor

Ne fu mès à nul homme dite :
« Faus papelars[16], faus ypocrite,
Fausse vie menez et orde.
Qui vous pendroit à vostre corde
Qui est en tant de lieus noée,
Il auroit fet bone jornée.
Tels genz font bien le siècle pestre
Qui par dehors samblent bons estre
Et par dedens sont tuit porri !
La norrice qui vous norri
Fist mult mauvèse norreture,
Qui si très belle créature
Avez à si grant honte mise !
I. tel ordre, par saint[17] Denise !
N’est mie biaus, ne bons, ne genz.
Vous desfendez aus bones[18] genz
Et les dansses et les caroles[19],
Vièles, tabors et citoles[20],
Et déduis[21] de ménesterez :
Or, me dites, sire haus rez[22],
Mena saint Françoys tele vie ?
Bien avez honte déservie
Comme faus trahitre prové,
Et vous avez mult bien trové
Qui vous rendra vostre déserte ! »

Lors a une grant huche ouverte
Por metre le frère dedenz ;
Et frère Symons tout adenz
Lez la dame se crucefie ;
Et li chevaliers s’umélie,
Qui de franchise ot le cuer tendre,
Quant celi vit en crois estendre,
Si le liève par la main destre :
« Frère, fet-il, volez-vous estre
De cest afère tot délivres ?
Porchaciés-nous jusqu’à .c. livres[23]
A marier la damoisele. »
Quant li Frères ot la novele,
Oncques n’ot tel joie en sa vie.
Lors a sa fiance plevie
Au chevalier des deniers rendre ;
Bien les rendra sanz gage vendre :
Auques set où il seront pris.
Atant s’en part, congié a pris.
La dame, par sa grant franchise,
Retint damoisele Denise,
C’onques de riens ne l’esfroia,
Mès mult durement li proia
Qu’ele fust trestoute séure
Que jà de nule créature
Ne sera son secré séu,
Ne qu’ele ait à homme géu,
Ainçois sera bien mariée[24] ;
Choisisse en toute la contrée[25]

Celui que miex avoir voudroit,
Ne mès qu’il fust[26] de son endroit.
Tant fist la dame envers Denise
Qu’ele l’a en bon penssé mise :
Ne l’a servi mie de lobes.
Une de ses plus beles robes
Devant son lit li aporta :
A son pooir la conforta
Com cele qui ne se faint mie.
El li a dit : « Ma douce amie,
Ceste vestirez-vous demain. »
Ele-méisme de sa main
La vest ainçois qu’ele couchast :
Ne soufri pas qu’autre i touchast,
Quar privéement voloit fère
Et cortoisement son afère,
Que sage dame et cortoise ère.
Privéement manda la mère
Denise par .i. sien message.
Mult ot grant joie en son corage
Quant ele ot sa fille véue,
Qu’ele cuidoit avoir perdue ;
Mès la dame li fist acroire
Et par droite vérité croire
Qu’ele ert aux Filles-Dieu rendue,
Et qu’à une autre l’ot tolue
Qui .i. soir léenz l’amena,
Que por pou ne s’en forsena.
Que vous iroie-je contant
Ne leur paroles devisant ?

Du rioter seroit néenz ;
Mès tant fu Denise léenz
Que li denier furent rendu.
Après n’ot guères atendu
Qu’el’ fu à son gré assenée :
A .i. chevalier fu donée
Qui l’avoit autrefoiz requise.
Or ot non madame Denise,
Et fu à mult plus grant honor
Qu’en abit de Frère Menor.


Explicit de Frère Denise.

  1. Legrand d’Aussy (voyez tome III, page 380, édition Renouard) a fait de cette pièce une très-courte analyse, et Méon en a imprimé le texte dans le recueil de barbazan, tome III, page 76. L’aventure qui fait le sujet de ce fabliau a été traitée bien souvent. D’après le Journal de Paris, sous Henri III, elle serait plus vraie qu’elle n’en a l’air, « En 1577, lit-on dans cet ouvrage, fut prise et découverte, dans le couvent des Cordeliers de Paris, une garce fort belle desguisée et habillée en homme, qui se fesoit appeler Antoine. Elle servoit, entre les autres, Frère Jacques Berson… et par dévotion avoit servy bien dix ans les beaux frères sans avoir jamais été intéressée en son honneur. » L’auteur ajoute qu’elle fut mise en prison et condamnée au fouet.

    Dans l’Apologie pour Hérodote il y a aussi une jeune fille de 15 ans, réduite à demander l’aumôme, qu’un Cordelier emmenait avec lui et dont il faisait son compagnon. Enfin, dans les Contes de la reine de Navarre, nouvelle 31, dans Les cent nouvelles de la cour de Bourgogne, dans les Contes de La Fontaine (les Cordeliers de Catalogne), dans les Annales galantes de Mme de Villedieu, la pièce de Rutebeuf se retrouve avec diverses modifications.

  2. Ms. 7633. Var. Ces habiz.
  3. Ms. 7633, Var. Vilainnement.
  4. Ms. 7633. Var. Flabel.
  5. Ms. 7218. Var. Iluec.
  6. Ms. 7218. Var. Reson.
  7. Ms. 7633. Var. Et cil maintenant.
  8. Ou hueses, heuses. Ce mot, qu’on trouve aussi écrit huezes, heuses, hoses, houcettes au diminutif, aujourd’hui houseaux, signifie, comme on sait : des guêtres, des bottines ; d’où on a fait encore le verbe huéser, huésier, mettre ses houses, ou ses houseaux. (Voyez le Commentaire de M. Éloi Johanneau qui suit mon édition des XXIII manières de Vilain (Paris, Silvestre et Techener, 1834).
  9. Ms. 7633. Var. Pointe devant, pointe derrière.
  10. Il la fit tonsurer.
  11. Le Ms. 7633 ajoute après ce vers la variante suivante, qui n’est pas reproduite par Méon :
    Que vos iroie-ge dizant ?
    Frère Symon fist vers li tant
    Qu’il fist de li touz ces aviaux,
    Et li aprist ces geux noviaux
    Si que n’uns ne s’en aparsut.
    Par sa contenance desut
    Touz ces frères frère Denize ;
    Cortois fu et de grant servize, etc.
  12. Pautonier, homme de mauvaises mœurs.
  13. Les Cordeliers avaient à Pontoise un fort beau couvent.
  14. Ms. 7218. Var. Esfroi.
  15. Ms. 7633. Var. Puis.
  16. Papelars, faux dévot.
  17. Ms. 7218. Var. Sœur.
  18. Ms. 7633. Var. Jones.
  19. Voyez page 105, note 1.
  20. Citoles, instruments à cordes dont le son était fort doux.
  21. Ms. 7633. Var. Et toz déduis.
  22. Haus rez, haut rasé ; par allusion à sa tonsure.
  23. Ms. 7633. Var. Porchaciés tost .iiij. .c. livres.
  24. Ms. 7633. Var. Ainz sera mult bien mariée.
  25. Ms. 7218. Var. Choisisse au miex de sa contrée.
  26. Ms. 7633. Var. Soit.