Rutebeuf - Œuvres complètes, 1839/Du secrestain et de la famme au chevalier

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Texte établi par Achille Jubinal Chez Édouard Pannier (1pp. 302-329).

Du Secrestain

ET

DE LA FAMME AU CHEVALIER,


OU CI ENCOUMENCE


LI MIRACLES QUE NOSTRE-DAME FIST DOU SOUCRÉTAIN
ET D’UNE DAME [1].


Mss. 7218, 7633.


Séparateur



Ce soit en la bénéoite heure
Que Benéoiz[2], qui Dieu aeure,

Me fet fère bénéoite œvre ;
Por Benéoit un poi m’aœvre.
Benoiz soit qui escoutera
Ce que por Benéoit fera

Rustebues, que Diex bénéisse.
Diex doinst que s’uevre espénéisse
En tel manière que il face
Chose dont il ait gré et grace.
Cil qui bien fet bien doit avoir ;
Mès cil qui n’a sens ne savoir
Par qoi il puisse en bien ouvrer,
Si ne doit mie recouvrer
A avoir garison ne rente ;
L’en dit : De tel marchié tel vente.

Cist siècles n’est mès que marchiez,
Et vous qui au marchié marchiez,
S’au marchié estes mal chéant
Vous n’estes pas bon marchéant[3].
Li marchéanz, la marchéande,
Qui sagement ne marchéande,
Pert ses pas et quanqu’ele marche.
Puisque nous sons en bone marche,
Penssons de si marchéander
C’on ne nous puisse demander
Nule riens au jor du juise,
Quant Diex prendra de cels[4] justise
Qui auront issi barguingnié,
Qu’au marchié seront engingnié.

Or, gardez que ne vous engingne
Li maufès, qu’adès vous barguingne :
N’aiez envie sor nule âme :

C’est la chose qui destruit l’âme.
Envie samble hériçon :
De toutes pars sont li poiçon :
Envie point de toutes pars[5] ;
Pis vaut que guivre ne liépars.
Li cors où envie s’embat
Ne se solace ne esbat.
Toz jors est ses viaires pales,
Tos jors sont ses paroles males ;
Lors rist-il que son voisin[6] pleure,
Et lors li recort li deuls seure
Que ses voisins a bien assez ;
Jà n’ert de mesdire lassez.
Or poez-vous savoir la vie
Que cil maine qui a envie.

Envie fet home tuer
Et si fet bonne remuer ;
Envie fet rooingner terre,
Envie met ou siècle guerre,
Envie fet mari et fame
Haïr, envie destruit âme,
Envie met descorde[7] ès frères,
Envie fet haïr les mères,
Envie destruit gentillece,
Envie grève, envie blece,
Envie confont charité,
Envie ocist[8] humilité.

Et por l’envie d’un maufé[9],
Dont maintes genz sont eschaufé,
Vous vueil raconter de deus genz
Dont li miracles est molt genz.

Granment n’a mie que la fame
A un chevalier, gentiz dame,
Estoit en ce païs en vie.
Sanz orgueil ere et sanz envie,
Simple, cortoise, preus et sage.
N’estoit ireuse ne sauvage,
Mès sa bonté, sa loiauté
Passoit cortoisie et biauté.
Dieu amoit et sa douce mère ;
N’estoit pas aus pauvres amère[10].
Le soir, quant l’en doit herbregier
La povre gent, nès un bergier
Fesoit-èle si très biau lit
C’uns rois i géust à délit.
Plus avoit en li charité
(Ce vous di-je par vérité)
Qu’il n’a demi en cels du monde ;
N’est pas orendroit la seconde.
De tout ce me doi-je bien tère,
Avers le très biau luminère
Qu’ele monstroit au samedi.
Et bien sachiez, sus m’âme di,

Que matines voloit oïr :
Jà ne l’en véissiez fuir
Tant com avoit fet le servise ;
Ce ne vous sai-je en quel guise
Fesoit les festes Nostre-Dame ;
Ce ne porroit dire nule âme.
Se j’estoie bons escrivains,
Ainz seroie d’escrire vains
Que j’éusse escrit[11] la moitié
De l’amour et de l’amistié
Qu’à Dieu monstroit et jor et nuit.
Encor dout-je ne vous anuit
Ce que j’ai un petit conté
De son sens et de sa bonté.
Ses sires l’avoit forment chière
Et mult li fesoit bèle chière
De ce qu’en vérité savoit,
Que si grant preude fame avoit ;
Mult l’amoit, et mult li plesoit
Trestoz li biens qu’ele fesoit.

En la vile ot une abeïe
Qui n’estoit pas mult esbahïe
De servir Dieu l’espéritable,
Et si estoit mult charitable
La gent qui estoit en cel leu.
Bien séust véoir cler de leu[12]
Qui i véist un mauvès cas :
Or, ont tout atorné à gas.

Chanoine réguler estoient ;
Lor riègle honestement gardoient.
Léenz avoit .i. soucrétain ;
Orendroit nul home ne tain
A si preudome comme il ière.
La glorieuse dame chière
Servoit de bon cuer et de fin
Si com il parut à la fin ;
Et si vous di qu’en .iij. parties
Estoient ses evres[13] parties :
Dormir, ou mengier, ou orer
Voloit ; ne savoit laborer.
Tos jors vous[14] fust devant l’autel.
Vous ne verrez jamès autel
Comme il estoit, ne si preudome.
N’en prisoit avoir une pome,
Ne n’avoit cure ne corage
De ce qui est chose volage,
C’on voit bien avenir sovent
Qu’avoirs s’envole avoec le vent ;
Por ce n’en avoit covoitise.
Quant la chandoile estoit esprise
Devant la Virge débonère,
De l’oster n’avoit-il que fère :
Tout ardoit, n’i remanoit point.
Je ne di pas s’il fust à point
Que plains li chandelabres fust
Ou li granz chandeliers de fust,
il en otast jusqu’à reson

Qui fesoit bien à la meson.

Par maintes foiz si avenoit
Que la bone dame venoit
A l’église por Dieu proier ;
Celui trovoit qui otroier
Doit Nostre-Dame son douz raine ;
Jamès n’aura si bon chanoine[15].
Ces genz molt saintement vivoient.
Li félon envieus qui voient
Cels qui vivent de bone vie
D’els desvoier orent envie ;
De lor enviaus envoièrent ;
Soventes foiz i avoièrent
Tant qu’il les firent desvoier
De lor voie, et avoier
A une péreilleuse voie.
Or, est mestiers que Diex les voie ;
Tost va (ce poez vous véoir)
Chose qui prent à déchéoir :
Tost fu lor pénitance frete
Qui n’estoit pas demie fete :
Anemis si les entama
Que li amis l’amie ama,
Et l’amie l’ami amot.
Li uns ne set de l’autre mot ;
De plus en plus les enchanta.
Quant cil chantoit Salve, sancta[16],
Li parens estoit oubliez,

Tant estoit fort desavoiez ;
Et quant il voloit grâces rendre,
.Vii. foiz li convenoit reprendre,
Ainz que la moitié dit éust.
Or est mestiers Diex les aïut.
Du tout en tout a geté fuer
L’abit saint Augustin de cuer ;
N’i a mès se folie non.
Fors tant que chanoines a non :
De l’ordre Augustin n’i a goute[17]
Fors que l’abit, ce n’est pas doute.

Or est vaincus, or est conclus
Nostre religieus reclus.
N’a plus fol en la région
Que cil de la relégion ;
Et la dame relegieuse
R’est d’amer si fort curieuse
Qu’ele n’a d’autre chose cure.
Or est la dame mult obscure,
Quar li obscurs l’a obscurcie
De s’obscurté et endurcie :
De male cure l’a curie ;
Ci a mult obscure curie
Qui n’est pas entre char et cuir,
Ainz est dedenz le cuer obscuir
Qui estoit clers et curiex
De servir Dieu le gloriex.
Curer la puisse li curières
Qui des obscurs est escurières ;

Quar si forment est tormentée,
Si vaincue et si enchantée
Quant ele est assise au mengier
Il li covient avant changier
Color .v. fois ou .vi.,
Por son cuer qui est si penssis,
Que li premiers mès soit mengiez.
Or est ses afères changiez.
Voirement dit-on, ce me samble :
Diex done blef, déable l’anble,
Et li déable ont bien enblé
Ce que Diex amoit miex que blé.
Or face Diex novele amie
Qu’il sanble ceste ne l’ soit mie.
Tost est alé, prenez-y garde,
Ce que nostre Sires ne garde[18].

Dist la dame dolente lasse :
« Ceste dolor toute autre passe.
Lasse ! que porrai devenir ?
Comment me porrai contenir
En tel manière qu’il parçoive
Que la seue amor me deçoive ?
Dirai-je lui ? nenil, sanz doute.
Or ai-je dit que fole gloute,
Que fame ne doit pas proier ;
Or me puet s’amor asproier
Que par moi n’en saura mès riens.
Or sui aussi com li mesriens
Qui porrist desouz la goutière :

Or amerai en tel manière. »
Ainsinc la dame se demaine :
Or vous vueil remener[19] au moine.

Li bons moines aime la dame
Qui acroist sor sa lasse d’âme ;
Mès la dame n’en set noiant.
Mult va entor li tornoiant
Quant ele est au moustier venue ;
Et s’il séust la convenue
Que la dame l’amast si fort,
Confortez fust de grant confort.
Il n’est en chemin ne en voie
Que li déables ne le voie :
Tout adès le tient par l’oreille ;
D’eures en autres li conseille :
« Va, fols chanoines, por qoi tardes[20]
Que ceste dame ne regardes ?
Va, à li cor, et si la proie ! »
Tant le semont et tant le proie
Que li chanoines à li vient ;
Par force venir li covient.

Quant la dame le voit venir
De rire ne se puet tenir ;
Ses cuers li semont bien à dire :
« Embrachiez-moi, biau très douz sire ; »
Mès nature la tient serrée.
Nule des denz n’a desserrée

Fors que por rire. Quant ris ot,
Les dens resserre et ne dist mot.
Li preudom la prent par la main :
— « Dame, vous venez[21] chascun main
Mult matinet à ceste église :
Est-ce por oïr le servise ?
Ne puis plus ma dolor couvrir,
Ainz me covient ma bouche ouvrir ;
Les denz me covient desserrer.
Vous me fètes sovent serrer
Le cuer el ventre sanz demor :
Dame, je vous aim par amor ! »

Dist la dame : « Vous estes nice.
Plus a en vous assez de vice
Que ne cuidoie qu’il éust.
Se sainte charité m’éust,
Mult savez bien servir de guile.
Estes-vous por ce en la vile,
Por la bone gent engingnier ?
Ha ! com savez bien barguingnier
Voiz du papelart, du béguin !
Dès or ne pris .i. angevin
Son bien fet ne sa pénitance ;
Si m’aït Diex et sa puissance,
Je cuidai qu’il fust un hermites,
Et il est uns faus ypocrites.
Ahi ! ahi ! quel norriçon !
Il est de piau de hériçon
Envelopez desouz la robe,

Et defors sert la gent de lobe,
Et s’a la trahison ou cors,
Et fet biau sanblant par defors. »

— « Dame, dame, ne vos anuit !
Avant soufferai jor et nuit
Dès or mès mon mal et ma paine
Que vous die chose grevaine.
Tère m’estuet, je me terai ;
Lessier l’estuet, je le lerai.
Vous aproier, n’en puis plus fère. »
— « Biaus sire chiers, ne me puis tère
Tant vous aim, nus ne l porroit dire.
Or, n’i a plus, biaus très dous sire,
Mès que le meillor regardez
Et du descouvrir vous gardez ;
Quar se la chose est descouverte
L’en nous tendra à gent cuiverte,
Sachiez et si n’en doutez pas.
Alons-nous-en plus que le pas
A tout quanques porrons avoir.
Prenons denier et autre avoir,
Si que nous vivons à honor
Là où nous serons à séjor ;
Quar la gent qui va desgarnie
En estrange leu est honie. »

Dist li chanoines : « Douce amie,
Sachiez ce ne refus-je mie ;
Quar c’est li mieudres que g’i voie.
Or nous meterons à la voie
Anquenuit ; de nuiz mouverons

Atout quanques nous porterons. »
Or est la chose porparlée
Et de la muete et de l’alée.
La dame vint en son osté :
Contre la nuit en a osté
Robes, deniers et de joiaus
Les plus riches et les plus biaus :
S’ele en péust porter la cendre
Ele l’alast volontiers prendre ;
Quar la gent qui ainsi labeure
Tient à perdu ce qui demeure.
Li chanoines est d’autre part
Qui au trésor fait grant essart ;
Le trésor très anoiantist
Ainsi bien com s’il le nantist.
Tout prent, tout robe, tout pelice ;
N’i a laissié croiz ne chalice.
I. troussiau fet, troussiau mès trousse ;
Le troussiau prent, au col le trousse :
Or, a-il le troussiau troussé,
Mès s’on le trueve à estrous sé
Qu’il sera pris et retenuz.
Il est à la dame venuz,
Qui l’atendoit iluec acou.
Chascuns met le troussel au cou :
Or sanble qu’il vont au marchié.
Tant ont alé, tant ont marchié,
Qu’esloingnié ot li fols naïs
Xv. granz liues de son païs.

En la vile ont .i. ostel pris.
Encor n’ont de noient mespris,

Ne fet pechié, ne autre chose
Dont Diex ne sa mère les chose,
Ainz sont ausi com suer et frère :
La douce Dame lor soit mère !
Venir me covient au couvent,
Où il n’avoit pas[22] ce couvent.
Li couvenz dort, ne se remue ;
Li couvenz la desconvenue
Ne set pas : savoir li covient,
Quar uns convers[23] au couvent vient
Et dist : « Seignor, sus vous levez !
S’anuit mès lever vous devez,
Qu’il est biaus jors et clers et granz. »
Chascuns est de lever engranz.
Quant il ont le convers oï
Durement furent esbahi
Qu’il n’orent oï soner cloche
Ne champenelle, ne reloge[24].
Or dient bien tuit à délivre
Que ce soir avoit esté yvre
Lor soucretains, tant ot béu
Que li vins l’avoit décéu ;
Mès je cuit qu’autre chose i a,
Foi que doi ave Maria.
Ils[25] sont à l’église venu,
Petit et grant, jone et chanu ;
Le soucretain ont apelé

Qui le trésor ot trapelé.
Cil ne respont ne que muiz :
Por qoi ? qu’il s’en estoit fuiz.

Quant il furent entré el cuer
Chascuns vousist biens estre fuer,
Car trestuit si grant paor orent ;
Li uns des autres riens ne sorent,
Que la char lor frémist et tranble.
L’abés parole à toz ensanble :
« Seignor, dist-il, nous sons lobez[26],
Li soucretains nous a robez.
Frère, dist-il au trésorier,
Lessastes-vous le trésor ier
Bien fermé ? quar, i prenez garde ! »
Et li trésoriers i regarde.
Onques ne trova au trésor
Ne chalice, ne croiz, ne or.
Au couvent dist et à l’abé :
« Seignor, dist-il, nous sons lobé :
N’avons ne calice, ne croiz,
Ne trésor qui vaille .ij. nois. »
Dist li abés : « Ne vous en chaille.
Va s’en-il ! oïl bien s’en aille.
S’il est de droit, encor saurons
Là où il est ; si le r’aurons. »

Papelars fet bien ce qu’il doit,
Qui si forment papelardoit.
De l’engin sèvent et de l’art

Li ypocrite papelart :
De la loenge du pueple ardent ;
Por ce papelart papelardent.
Ne vaut rien papelarderie,
Puis que la papelarde rie.
Jamès ne papelardirai ;
Ainçois des papelars dirai.
Por chose que papelars die,
Ne croirai mès papelardie.

La renommée, qui tost cort,
Est venue droit à la cort
Au chevalier qui sa fame ot
Desrobé, ne il n’en set mot,
Qu’il n’avoit pas leenz géu.
Quant il a son ostel véu
Si robé et si desgarni :
« Ha, Diex ! com m’avez escharni,
Dist li chevaliers, biaus dous sire !
Or ne cuidai qu’en nul empire
Éust tel fame com la moie.
De grant noient m’esjoïssoie :
Or voi-je bien, et croi et cuit
N’est pas tout or quanqu’il reluit. »

Or set-il et sevent li moine
Li soucretains sa fame enmaine.
Après s’en vont à grant aléure ;
Ne chevauchent pas l’ambléure,
Mès tant com chevaus puéent corre,
Qu’il cuident lor proie rescorre.
Ce jor les mena bien fortune :

Voie n’es destorna nis une,
Ainz ont la droite voie alée
Là où cil firent lor alée.
Tant ont le jor esperoné,
Qu’avant que l’en éust soné
Nonne, vindrent au leu, je cuit,
Qui plus lor griève et plus lor cuit.
Ès rues foraines se metent,
Et du demander s’entremetent
Se l’en auroit tel gent véue
Qui ont tel vis et tel véue :
Toute devisent la façon.
— « Por Dieu ! savoir le nous face-on
S’il demeurent en ceste vile,
Qui molt nous ont servi de guile ! »
Li chevaliers lor redecuesvre
De chief en chief le fet de l’uevre.

La renommée, qui tost vole,
A tant portée la parole
Qu’ele est à lor voisins venue
En une mult foraine rue ;
Quar la gent qui à ce s’atorne
En destorné lieu se destorne.
Els encusa une Béguine :
Sa langue ot non Male-voisine.
Or ont Béguin chié ou[27] fautre :
Béguin encusent li uns l’autre ;
Béguins font volontiers domage :
Que c’est li drois de béguinage,

Mès que los en puissent avoir ;
Béguin ne quièrent autre avoir.

Cil s’en revont à la justise.
Li chevaliers lor redevise
Si com ces genz ont meserré,
Et tout l’erre qu’il ont erré,
Et l’avoir qu’aporté en orent ;
Devisèrent au miex qu’il sorent[28].
Por ce c’on les trova ou voir,
Si covint tout par estovoir
Que cil fussent lié et pris
Qui si durement ont mespris.
Pris furent et mis en prison
Por tel fet et tel mesprison ;
Et cil s’en vont lor garant querre
Qui ne sont pas loing de lor terre.

Or furent pris cil et loié
Que li maufès ot desvoié.
Par maintes foiz m’a l’en conté
C’on doit réprover sa bonté.
Li preudom sa bonté reprueve :
La glorieuse dame rueve
Que de cel péril les délivre,
Qu’il cuident avoir esté yvre.
Dist li preudom : « Virge pucele,
Qui de Dieu fus mère et ancele,
Qu’en toi éus la déité,
Qu’il prist en toi humanité,

Se ta portéure ne fust
Qui fu mise en la crois de fust[29],
En enfer fussons sanz retor :
Ci éust péreilleuse tor.
Dame, qui par ton douz salu
Nous a geté de la palu[30]
D’enfer qui est vil et obscure,
Virge pucele, nete et pure,
Dame servie et réclamée,
Par qui toute fame est amée,
Si com la rose ist de l’espine,
Issis, glorieuse roïne,
De juerie qui est poingnanz,
Et tu es souez et oingnanz ;
Dame, je vous ai tant servi,
Se ce pert que j’ai deservi,
Ci aura trop grant cruauté.
Virge plaine de léauté,
Par ta pitié de ci nous oste !
Ci a mal ostel et mal oste. »

Dist la dame : « Virge honorée,
Que j’ai tantes foiz aorée
Et servie si volentiers,
Secor-nous, c’or en est mestiers !
Virge pucele, Virge dame,
Qui es saluz de cors et d’âme,
Secor ton serf, secor ta serve
Où ci a péreilleuse verve.

Pors de salu, voie de mer
Que toz li siècles doit amer,
Quar regarde ceste forfète
Qui de t’aïde a grant soufrete.
Dame, cui la grâce est donée
D’estre des angles coronée
Et d’aidier toute créature,
De ceste grant prison obscure
Nous gète par la volanté
Qu’anemis nous a enchanté ;
Et se par toi ne sons délivre,
A grant dolor nous covient vivre. »

Bien a oïe la complainte
La mère Dieu de la gent sainte,
Si comme il i a bien paru :
En la chartre à els s’aparu.
De la grant clarté souveraine
Fu si toute la chartre plaine
Que la gent qui furent humain
Ne porent movoir pié ne main.
Cele clartez qui si resclère
Avoec tout ce si souef flère.
Devant els vint la glorieuse
Qu’à nul besoing n’est oublieuse :
Les maufez tint enchaenez
Qui ces gens ont si mal menez ;
Tant d’amor lor commande à fère
Comme il lor ont fet de contrère.
Cil ne l’osèrent refuser ;
Ne ne s’en porent escuser.

Chascuns de ces deux anemis
A l’un de cels sor son col mis :
D’iluec s’en tornèrent grant oirre ;
Lor petit pas sanble tonoirre.
Isnel et tost[31] vindrent à porte
Atout ce que chascuns enporte ;
Li uns met celui en sa couche
Et li autres la dame couche,
Lez son seignor si doucement
Que cil qui dormoit durement
Ne s’esveilla, ne ne dist mot,
Ne ne sot quant il sa fame ot.
Et l’avoir ont si ordené
Qu’il ont aus moines or doné
Et argent que cil avoit[32] pris
Qui si durement ot mespris.
Li chevaliers r’ot son avoir
C’onques ne pot apercevoir
C’on i éust onques touchié.
Ès-vous l’afère si couchié
C’or n’i pert ne que cops en eve.
Dès que Diex fist Adan ne Eve
Ne fu afères si deffez
Ne effaciez si grant meffez.

Cil, qui savoit de la nuit l’eure,
Vest sa robe et se liève seure
Et va ses matines soner.
Qui oïst moines tençoner

Si fis : « Ha, ha ! hé, hé ! sus, sus ! »
Dist li abés : « Vois de lasus,
Biaus douz Père, ce que puet estre,
Ce soit de par le roi célestre ! »
Tuit se lièvent isnel le pas ;
Apris l’ont : ne lor griève pas.
Si s’en sont venu à l’église
Por commencier le Dieu servise.
Quant le soucretain ont véu
Durement furent esméu.

Dist li abés : « Biaus douz amis,
Qui vous a ci iluec tramis ?
Alez en autre leu entendre,
Qu’il n’a mès ou trésor que prendre. »
Dist li soucretains : « Biaus dous sire,
Qu’est or ce que vous volez dire ?
Prenez-vous garde que vous dites ?
— « Je cuidai vous fussiez hermite,
Dist li abés, Dans glouz léchierres,
Et vous estes .i. mauvès lerres
Qui nous avez emblé le nostre ! »
— « Foi que je doi sains Pol l’apostre,
Dist li soucretains, sire chiers,
De parler estes trop légiers :
Se je vous ai fet vilonie,
Ne sui-je en vostre baillie ?
Si me poez en prison metre.
Ne vous devez pas entremetre
De dire chose se n’est voire,
Ne ne me devez pas mescroire.
Alez véoir à vostre perte :

Se vous la trovez descouverte
Et j’ai vers vous de rien mespris,
Je lo bien que je sois pris. »
Au trésor aler les rouva ;
Chascuns i va : ainz n’i trova
C’on i éust mesfet noiant.
« Fantosme nous va fauvoïant[33],
Dist li abés. Seignor, sanz faille,
N’avoit ier ci vaillant maaille[34],
Et or n’i pert ne que devant. »
Ez-vos esbahi le couvant.
La dame, qui aler voloit
Au moustier si com el soloit,
Geta en son dos sa chemise
Et puis si a sa robe prise.
Atant li chevaliers s’esveille,
Quar mult li vînt à grant merveille
Quant il senti lez lui la dame :
« Qui est ceci ? — C’est vostre fame.
— Ma fame ne fustes-vous oncques. »
Li chevaliers se saine adoncques,
Saut sus, s’a un tortiz[35] pris,
Au lit s’en vient d’iror espris ;
Plus de cent croiz a fet sor lui.
« Ne cuidai qu’il éust nului,
Dist li chevaliers, avoec moi,
Et orendroit gésir i voi

La rien que je doi plus haïr.
Or me doi-je bien esbahir,
Que ore aurai non sire Ernous ;
Ce seurenon ai-je par vous. »
Dist la dame : « Bien porriez
Miex dire se vous voliiez.
Alez véoir à vostre chose ;
Péchié fet qui de néant chose. »

Tant l’amena, çà va, là va :
Li chevaliers véoirs i va ;
Ne treueve qu’il ait rien perdu.
Ez-le-vous si fort esperdu
C’on le péust penre à la main.
« S’il ne me convenist demain
A mon jor aler, sachiez, dame,
Ne vous mescréisse par m’âme ;
Quar j’ai quanque perdu avoie :
C’est fantosme qui me desvoie. »
Au point du jor tantost se liève,
Au couvent vient et ne li griève,
« Seignor, dist-il, ma fame tain :
R’avez-vous vostre soucrétain ? »
— « Oïl, oïl, dient li moine ;
C’est fantosme qui nous demaine. »
— « Biau, seignor, dist-il au couvent,
Nous avons à enqui convent
Que nous irons à nostre jor
Et nous somes ci à séjor. »

Por ce chascuns s’appareilla,
Montent, chevauchent viennent là,

Et truevent les deus anemis
Qui ès sanblances se sont mis
De cels qu’ils en orent getié
Quant Nostre-Dame en ot pitié.
Ez-vous la gent toute esbahie
Et du siècle et de l’abéie,
C’onques mès si fort ne le furent,
Por ce c’onques ne s’aperçurent
D’avoir perdu or ne argent ;
Et si r’orent arrier la gent
Qu’il avoient devant perdue.
Por ce en fu gent esperdue[36].
Conseus lor done qu’il alaissent
A l’évesque et li demandaissent
Quel chose il loeroit à fère
D’un tel cas et d’un tel afère.

Tuit ont pié en estrier mis
Et se sont à la voie remis ;
Mès n’orent pas alé granment,
Se li Escripture ne ment,
Que de l’évesque oient parler.
Cèle part prennent à aler ;
Viennent là : li uns li raconte
La chose, et li évesques monte,
Qu’il veut savoir ce que puet estre ;
Mult se saine de la main destre.
Tant ont chevauchié que là vienent
Et li déable qui se tienent
En lieu de cels que il avoient

Délivré, quant il venir voient
Le prélat molt grant paor orent,
Por ce que en vérité sorent
Que li prélas mult preudom iere :
Chascuns en inclina la chière.

Li prélas entre en la prison :
Si resgarde chascuns prison,
Et quant il les a regardez
Si lor a dit : « Or vous gardez
Que vous me dites de ce voir :
Est-ce por la gent decevoir
Que pris en prison vous tenez ?
Or me dites dont vous venez. »
Cil, qui n’osèrent au preudomme
Mentir, li ont dite la some
De lor afère et de lor voie.
Dist li uns : « Guerroié avoie
Une dame et un soucretain,
Par qoi pris en prison me tain ;
Quar honte lor cuidoie fére.
Onques ne les poi à moi trère,
Ne atorner à mon servise ;
Si m’en sui mis en mainte guise
Par qoi sor els pooir éusse,
Et que decevoir les péusse.
Mult cuidai bien avoir gabé
Chevalier, couvent et abé
Quant jusques ci les fis venir,
Quar lors les cuidai bien tenir.
Onques n’es poi à ce mener,
Tant fort m’en séusse pener

Que péchier les péusse fère.
Or ai perdu tout mon afère ;
Si m’en r’irai là dont je vain,
Quar j’ai bien laboré[37] en vain.
Or aint li chevaliers sa dame,
C’onques ne vi si preude fame ;
Cil tiegnent lor chanoine chier,
C’onques ne l’ poi fère péchier. »

Quant ces genz la parole oïrent,
Molt durement s’en esjoïrent.
Li chevaliers a molt grant joie ;
Tart li est que sa fame voie.
Si l’embracera doucement ;
Quar or set-il bien voirement
Qu’il a preude fame sanz doute.
La gent de l’abéie toute
Refet grant joie d’autre part ;
D’iluec cele gent se départ.
Molt fu bien la paine séue
Que ces gens avoient éue :
Se l’ sot mesires Benéoiz,
Qui de Dieu soit tos benéoiz,
A Rustebuef le raconta,
Et Rustebuef en un conte a
Mise la chose et la rima.
Or dist-il que s’en la rime a
Chose où il ait se bien non,
me vous regardez à son non :
Rudes est, et rudement œuvre ;

Li rudes hom fet la rude œuvre ;
Se rudes est, rude est bués,
Rudes est s’a non Rudebués[38] :
Rustebués œvre rudement,
Savez[39] en sa rudèce ment.
Or prions au définement
Jhésu-Crist, le roi bonement,
Qu’il nous doint joie pardurable
Et paradis l’espéritable.
Dites Amen trestuit ensanble :
Ci faut li diz, si com moi sanble.


Explicit du Secrestain et de la Famme au Chevalier.

  1. Cette pièce a été imprimée par Méon à la page 119 de son 4e volume de Fabliaux. Elle n’avait point été donnée par Barbazan ; mais Legrand d’Aussy (t. IV, page 83, édit. Renouard) en avait tracé dans une note l’analyse assez fidèle à la suite du joli conte de La Sacristine, qui n’est pas sans analogie avec celui de Rutebeuf.
  2. Méon a imprimé ce mot par une petite lettre, beneoit, comme s’il s’agissait du verbe bénir. C’est une erreur ; bénéoit est ici un nom propre : Rutebeuf, vers la fin de la pièce, dit qu’il tient cette histoire de messire Bénéoiz, et qu’il n’a fait, lui, que la mettre en rimes. Mais quel était ce messire Bénéoiz ? C’est ce que nous ignorons faute d’une désignation plus spéciale de la part de Rutebeuf que celle de :
    … Messire Bénéoiz
    Qui de Diex soit tous bénéois.
  3. Ms. 7633. Var. Meschéant.
  4. Ms. 7633. Var. Toz.
  5. Ce vers et le suivant manquent au Ms. 7633.
  6. Ms. 7633. Var. Quant ses voisins
  7. Ms. 7633. Var. Haine.
  8. Ms. 7633. Var. Et si destruit.
  9. Le Ms. 7633 ajoute ici ces deux vers :
    Ne sai que plus briement vous die.
    Tuit li mal vienent par envie.
  10. Le Ms. 7633 ajoute ici les deux vers qui suivent :
    Ne marrastre au desconceilliez :
    N’estoit pas ses huis verruilliez.
  11. Ms. 7633. Var. Dit.
  12. Ms. 7633. Var. Cleir de l’eul.
  13. Ms. 7633. Var. Huevres.
  14. Ms. 7633. Var. Vos.
  15. Ms. 7633. Var. Chenoingne.
  16. Ce sont les premiers mots d’un hymne à la Vierge : Salve, sancta parens, etc.
  17. Ce vers et le suivant manquent au Ms. 7633.
  18. Ms. 7633. Var. Regarde.
  19. Ms. 7633. Var. Revuel meneir.
  20. Le Ms. 7633 ne contient pas ce vers et le suivant.
  21. Ms. 7633. Var. Aleiz.
  22. Ms. 7633. Var. Passei.
  23. Ms. 7633. Var. Renduz.
  24. Ms. 7633, Var. Champanelle. — Champenelle, campanelle, petite cloche ; reloge, horloge. Les espagnols appellent encore aujourd’hui cet rejet relox.
  25. Ms. 7633. Var. Tuit.
  26. Ms. 7633. Var. Gabei.
  27. Ms. 7633. Var. El.
  28. Ms. 7633. Var. Porent.
  29. Fust, bois ; fustum ; d’où futaie.
  30. Palu, marais ; palus ; d’où les palus-méotides.
  31. Ms. 7633. Var. Inelement.
  32. Ms. 7633. Var. Orent.
  33. Ce vers et les trois qui le suivent manquent au Ms. 7633.
  34. Maaille, petite monnaie qui valait la moitié d’un denier. Il y a un dit assez spirituel qui porte ce nom, et que j’ai imprimé à la page 101 de mon recueil intitulé Jongleurs et Trouvères (Paris, Merklein, 1835).
  35. Tortis, flambeau, torche.
  36. Ms. 7633. Var. Eis-vos la gens toute esperdue
  37. Ms. 7633. Var. Travillié.
  38. Cette pièce contient plusieurs passages qui sont singulièrement peu harmonieux : d’abord celui auquel je mets cette note, et qui n’offre que de détestables jeux de mots, lesquels n’ont de poésie que la rime ; et ensuite deux vers d’une remarquable cacophonie, et que le lecteur aura sans doute remarqués plus haut ; les voici :
    Anemis si les entama
    Que li amis l’amie ama,
    Et l’amie l’ami amot.
    Du reste, une chose remarquable dans cette pièce, c’est le rôle qu’y joue la sainte Vierge. Par suite du culte spécial qu’on avait eu pour la mère de Dieu au 12e siècle, et qui régnait encore quoique moins vif au 13e, tout ce qui pouvait faire éclater la puissance de Marie était admis sans exception et regardé comme un éloge. Nos bons aïeux mirent d’ailleurs quelquefois dans la bouche des saints et des saintes des discours quelque peu étranges. On lit dans le mystère intitulé Les miracles de sainte Geneviève, qui se trouve dans mes deux volumes de Mystères inédits, ces paroles adressées par la sainte à une nonne :
    ٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠Vierge sainte
    Non vous estes, mais vierge fainte ;
    Non pas vierge, mais ribaude
    Qui fustes en avril sy baude,
    Le tiers jour, entre chien et lou,
    Qu’au jardin Gauthier Chantelou
    Vous souffristes que son berchier
    Vous defflourast sous un peschier.
  39. Ms. 7633. Var. Sovent.