Contes du lit-clos/Soir d’Été

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Contes du Lit-Clos : Récits et légendes bretonnes
Georges Ondet, Éditeur (p. 204-206).
SOIR D’ÉTÉ




Lison, ma câline,
Quittons la colline,
Car le jour décline
Au rouge horizon,
Avant qu’il ne meure,
Profitons de l’heure :
À notre demeure
Viens-t’en, ma Lison !
Dans la paix immense
Du soir qui commence
Monte la romance
Des petits grillons,
Et la plaine rase
Que Phébus embrase
Savoure l’extase
Des derniers rayons !

Des voix enjôleuses
Sortent des yeuses :
Ce sont les berceuses
Des petits oiseaux.
Et, sa porte close,
La fermière Rose

Chante même chose
Entre deux berceaux !
C’est l’Heure très pure
Où dans la ramure,
Passe le murmure
Du grand vent calmé.
L’Heure langoureuse
L’Heure où l’amoureuse,
Se suspend, heureuse,
Au bras de l’Aimé ;

C’est l’heure touchante
Où tout nous enchante,
Où, la cloche chante
L’Angelus, au loin,
Et c’est l’heure grise
Où la douce brise
S’imprègne et se grise
De l’odeur du foin ;
C’est l’Heure où tout aime
Où, las du blasphème,
Le Méchant, lui-même,
Est un peu meilleur :
Le cœur se dépouille
De tout ce qui souille…
L’Âme s’agenouille
Devant le Seigneur !

Lison, ma petite,
Prions-Le bien vite
Pour qu’on ne se quitte
De l’Éternité,

Et qu’il nous convie
À fuir cette vie
À l’Heure ravie
D’un beau Soir d’Été…




(Extrait de « Chansons à Lison ». — Musique de Désiré Dihau G. Ondet, éditeur.)