Contes et Nouvelles/Texte entier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nikolaï GOGOL —CONTES ET NOUVELLES




CONTES ET NOUVELLES










émile colin — imprimerie de lagny









NIKOLAÏ GOGOL


―――――


CONTES


ET NOUVELLES


LA TERRIBLE VENGEANCE
LE NEZ
MÉMOIRE D’UN FOU
LA PLACE ENSORCELÉE


Traduits par HENRI CHIROL



―――――――


PARIS


ERNEST FLAMMMARION, ÉDITEUR
26,rue racine, près l’odéon


──


Tous droits réservés.









LA TERRIBLE VENGEANCE


I

Tout un coin de Kiev est plein de bruit et de tapage : l’essaoul[1] Gorobietz célèbre le mariage de son fils. Beaucoup de personnes ont été invitées par l’essaoul. Dans l’ancien temps, on aimait beaucoup bien manger, on aimait encore plus bien boire, et par-dessus tout bien s’amuser. Le zaporogue[2] Mikitka est venu, sur son cheval bai, en droite ligne, des plaisirs débauchés de Piéréchlaia-polé, où il a bu, durant sept jours et sept nuits, le vin rouge des gentilshommes du roi de Pologne. Danilo Bouroulebache, frère de l’essaoul, est arrivé également, du rivage au delà du Dniepr, où, entre deux montagnes, se trouve sa terre ; il est accompagné de sa jeune femme Katerina et de son fils âgé d’un an. Les invités ont admiré le visage blanc de la pania[3] Katerina, ses sourcils noirs comme du velours d’Allemagne, son vêtement de fête et sa robe en soie bleue, ses bottes à boucles d’argent ; mais ce qui les a le plus étonnés, c’est que son vieux père ne l’ait pas accompagnée. Voilà seulement un an qu’il vit à Zadniéprovi ; mais durant vingt-et-une années il disparut sans donner de nouvelles, et il revint chez sa fille, quand elle se maria et eut un fils. Il raconta, en vérité, beaucoup de choses extraordinaires. Comment ne pas raconter, quand on est resté longtemps en pays étranger ? Là, tout est différent : les gens ne sont pas les mêmes, et il n’y a pas d’églises chrétiennes… Mais il n’était pas venu.

On servit aux invités un bischof aux raisins secs et aux prunes, et, sur un grand plat, un gâteau.

Les musiciens en reçurent le dessous, cuit ensemble avec de l’argent, et, pendant ce temps se taisant, placèrent autour d’eux les cymbales, violons et tambourins. Cependant les jeunes filles, s’étant essuyées de leurs mouchoirs brodés, rompirent leurs rangs ; et les garçons, la main au côté, regardant fièrement autour d’eux, s’apprêtaient à aller à leur rencontre, — quand le vieil essaoul apporta deux icônes pour bénir les jeunes époux.

Ces icônes lui avaient été données par un saint ermite, le vieux Varfolomiéi. Elles n’avaient pas de riches manteaux, ni argent ni or n’y brillait, mais aucune puissance impure n’osait toucher à celui qui les possédait chez lui. Élevant les icônes en l’air, l’essaoul s’apprêtait à dire une courte prière… quand, tout à coup, les enfants qui jouaient par terre poussèrent des cris, avec terreur, et, derrière eux, le peuple se recula, tandis que tous, effrayés, montraient du doigt un Kosak, qui se tenait debout devant eux. Qui était-ce, personne ne le savait. Il avait dansé déjà à merveille la kozatchka[4] et réussi à faire rire la foule qui l’entourait ; mais quand l’essaoul saisit les icônes, soudain toute la figure du Kosak changea : le nez s’allongea et s’inclina de côté, les yeux qui étaient bruns devinrent verts et sursautèrent, le menton trembla et s’amincit en pointe comme une lance, de la bouche sortit une dent, derrière la tète se leva une bosse, et au lieu du Kosak, on vit — un vieillard.

— C’est lui, le voilà ! criait-on dans la foule, en se pressant l’un contre l’autre.

— Le sorcier apparaît de nouveau ! — criaient les mères, en saisissant leurs enfants par la main.

Majestueusement, l’essaoul s’avança vers lui et lui dit d’une voix de tonnerre, en approchant de lui les icônes : « Disparais, image de Satan ! il n’y a pas de place ici pour toi ! » Et, sifflant et claquant des dents comme un loup, le vieillard fantastique disparut.

Les bruits et les discours allaient, allaient, parmi le peuple, et grondaient comme la mer, pendant un orage.

— Quel est ce sorcier ? demandaient les jeunes gens et les personnes sans expérience.

— Un malheur arrivera ! disaient les vieillards, en secouant la tète. Et, partout, dans la vaste cour de l’essaoul, on se mit à se rassembler en groupes et à écouter des histoires sur le sorcier merveilleux. Mais presque tous parlaient différemment ; car, au fond, personne ne savait rien sur son compte.

On roula par la porte un tonneau d’hydromel et on apporta beaucoup de védros[5] de vin de Grèce. Tout redevint gai. Les musiciens reprirent leurs airs, — les jeunes filles, les femmes, toute l’ardente jeunesse kosake, en surtouts clairs, s’élança. Et les vieux de quatre-vingt-dix et de cent ans, s’enivrant, se mirent aussi à danser, ne pensant plus aux années écoulées. On festina jusqu’à la nuit avancée, et on festina tellement que, jusqu’alors, on n’avait jamais tant festiné. Les invités commencèrent à se séparer, mais bien peu rentrèrent chez eux ; beaucoup restèrent à coucher chez l’essaoul, dans sa vaste cour ; et un plus grand nombre encore s’endormirent sous les bancs, par terre, dans les écuries, alentour des étables : là où la tête d’un Kosak vacilla d’ivresse, là il s’endormit ; et on ronfla dans tout Kiev.


II


Une douce lumière éclaire toute la terre : car la lune s’est levée de derrière une montagne. Elle couvre la rive montagneuse du Dniepr comme d’une riche mousseline damassée, blanche comme de la neige ; et l’ombre se retire plus loin dans l’épaisseur des bois de pins.

Au milieu du Dniepr vogue une barque. Deux garçons sont assis sur le devant, leurs noirs bonnets kosaks sur le côté de la tête, et, sous les rames, comme d’un feu de briquet, l’eau jaillit en tous sens.

Pourquoi les Kosaks ne chantent-ils pas ? Pourquoi ne parlent-ils pas de l’arrivée en Ukraine des moines qui baptisent le peuple kosak à la manière catholique, ni du combat que la horde a livré durant deux jours près du lac Solenii ? Mais comment pourraient-ils chanter, ou causer de ces faits malheureux ? En effet, leur pan[6] Danilo réfléchit, et la manche de son surtout cramoisi pend hors de la barque et pompe l’eau ; leur pania Katerina berce doucement l’enfant et ne le quitte pas des yeux, tandis que l’eau couvre d’une poussière grise la robe de fête, qu’aucune toile ne protège.

Rien d’agréable comme de regarder, du milieu du Dniepr, vers les hautes montagnes, les larges prairies, les bois verdoyants ! Les montagnes ne sont pas des montagnes : elles n’ont pas de bases ; en bas comme en haut est un sommet aigu, et dessous comme dessus on voit le ciel élevé. Les bois, qui se trouvent sur les coteaux, ne sont pas des bois : ce sont des cheveux, couvrant la tête poilue d’un vieux sylvain. Au-dessous de cette tête, une barbe flotte dans l’eau, et sous la barbe et sur les cheveux, c’est le ciel élevé. Les prés ne sont pas des prés : c’est la verte ceinture, qui coupe par le milieu le ciel rond ; et dans la partie supérieure et dans l’inférieure se promène la lune[7].

Le pan Danilo ne regarde pas alentour de lui ; il regarde sa jeune épouse.

— Pourquoi, ma jeune femme, ma Katerina adorée, t’abandonnes-tu au chagrin ?

— Je ne m’abandonne pas au chagrin, mon pan Danilo ! Les merveilleux récits sur le sorcier m’ont troublée. On dit qu’il est né si effrayamment… et qu’aucun des enfants ne voulait jouer avec lui. Écoute, pan Danilo, comme on en dit des choses terrifiantes : il lui semble toujours que tout le monde se moque de lui ; s’il rencontre, par un soir sombre, un homme quelconque, il paraît qu’aussitôt il ouvre la bouche et montre les dents ; et le lendemain, on trouve cet homme mort. Quand j’ai entendu tous ces récits, cela m’a étonnée et effrayée, répondit Katerina, en prenant son mouchoir et en essuyant le visage de son enfant dormant dans ses bras. Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/27 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/28 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/29 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/30 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/31 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/32 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/33 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/34 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/35 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/36 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/37 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/38 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/39 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/40 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/41 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/42 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/43 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/44 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/45 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/46 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/47 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/48 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/49 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/50 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/51 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/52 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/53 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/54 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/55 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/56 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/57 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/58 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/59 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/60 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/61 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/62 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/63 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/64 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/65 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/66 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/67 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/68 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/69 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/70 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/71 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/72 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/73 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/74 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/75 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/76 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/77 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/78 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/79 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/80 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/81 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/82 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/83 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/84 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/85 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/86 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/87 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/88 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/89 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/90 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/91 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/92 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/93 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/94 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/95 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/96 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/97 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/98 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/99 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/100 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/101 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/102 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/103 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/104 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/105 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/106 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/107 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/108 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/109 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/110 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/111 enterré sous la terre, s’allonger, tordre ses os dans d’horribles souffrances et ébranler effroyablement le sol… »



L’aveugle acheva ainsi sa chanson et se remit à faire résonner les cordes de sa bandoura. Il raconta ensuite des histoires amusantes sur Khoma et Ierema, sur Stkliara Stokosa… mais les vieillards et les jeunes gens ne pouvaient reprendre leurs sens, et restaient immobiles, la tête baissée, réfléchissant à la terrible aventure qui se passa dans le vieux temps.






LE NEZ









LE NEZ


Il se passa le 25 mars, à Saint-Pétersbourg, un fait extraordinairement bizarre.

Sur la perspective Vosnecenski demeure le coiffeur Ivan Iakovlevitch, dont le nom de famille a disparu de l’enseigne, où l’on ne distingue plus rien, sauf la peinture d’un monsieur à la joue couverte de savon, et l’inscription : « On fait aussi les saignées ». Le coiffeur Ivan Iakovlevitch se réveilla donc d’assez bonne heure, et sentit une odeur de pain chaud. S’étant soulevé légèrement sur son lit, il vit que sa femme, dame d’aspect respectable et adorant le café, retirait du poêle quelques pains cuits.

— Aujourd’hui, Prascovia Ossipovna, je ne prendrai pas de café, dit Ivan Iakovlevitch, je préfère à la place manger un pain avec un oignon. Pour dire la vérité, Ivan aurait bien voulu goûter de l’un et de l’autre, mais il savait la chose complètement impossible, car Prascovia Ossipovna n’admettait pas de tels caprices.

— Mange du pain, imbécile, pensa la femme en elle-même ; il me restera davantage de café… Et elle jeta un pain sur la table.

Ivan Iakovlevitch passa, par convenance, un frac sur sa chemise, et, s’étant installé devant la table, prit du sel, prépara deux têtes d’oignons, saisit un couteau, et, avec une mine significative, se mit à couper le pain. Il le coupa en deux moitiés, regarda le milieu, et à son étonnement, distingua quelque chose de blanchâtre. Ivan IakovlevKch gratta soigneusement avec son couteau, et tâta du doigt. « C’est ferme ! se dit-il en lui-même ; qu’est-ce que c’est que cela ? » Il fourra ses doigts et retira — un nez !

Ivan Iakovlevitch laissa tomber ses bras ; puis LE NEZ

il commença à se frotter les yeux et retâta du doigt ; c’était bien un nez, un véritable nez, et encore, luisembla-t-il, un nez ayant une tournure connue. La frayeur se peignit sur le visage d’Ivan ; mais cette frayeur n’était rien auprès de l’indignation qui saisit son épouse. — Où as-tu coupé ce nez, animal? se mit-elle à crier avec colère. Fripon ! ivrogne ! Je te dénonce- rai moi-même à la police! Quel brigand ! Voilà déjà trois messieurs qui m’ont dit que lorsque tu rases, tu tires tellement sur les nez que tu les arraches presque ! Mais Ivan Iakovlevitch n’était plus ni mort ni vivant car il venait de reconnaître que ce nez n’était autre que celui de l’assesseur de collège Kovalev, qu’il rasait le mercredi et le dimanche. - Tais-toi, Prascovia Ossipovna, dit-il, je vais l’envelopper dans un linge et le mettre dans un coin, pour qu’il y reste quelques jours; ensuite, je l’emporterai. - Et je n’y consens pas! Que je permette de placer un nez coupé dans la chambre ! Biscuit roussi ! II ne sait que repasser son rasoir, et n’est pas capable de terminer sa tâche vite et entièrement ! Coureur, chenapan ! Crois-tu que je vais pour toi m’attirer des histoires avec la police ? Ah ! tu es un propre-à-rien, une bûche stupide ! Regardez-le ! Voyez ! Emporte cela où tu veux ! Que je n’en entende plus jamais parler. »

Ivan Iakovlevitch était complètement abasourdi. Il réfléchissait, réfléchissait, — et ne savait à quoi réfléchir.

— Le diable sait comment cela s’est fait ! dit-il enfin, portant la main derrière l’oreille. Suis-je rentré ivre hier, ou non ? Cela, je ne puis le dire avec certitude. Mais, selon toutes les apparences, voilà une affaire qui me semble extraordinaire, car le pain, — c’est quelque chose qui se cuit, tandis qu’un nez, jamais de la vie ! Je n’y comprends rien !

Ivan Iakovlevitch se tut. L’idée que les agents de police allaient découvrir ce nez chez lui et l’en rendre responsable, le plongea dans une prostration complète. Il lui semblait déjà voir le collet rouge, élégamment brodé d’argent, l’épée… et il trembla de tout son corps. Enfin, il mit la main sur sa culotte et ses bottes, revêtit ses frusques, LE NEZ 119 et, au milieu des lourdes admonitions de Prasco- via Ossipovna, entortilla le nez dans un linge, et sortit dans la rue. Il avait le dessein de déposer ce nez n’importe où, près d’une borne, sous une porte, ou de le laisser tomber quelque part, à l’improviste, et de tourner dans une autre rue. Mais, par malheur, il lui tomba sur le dos quelqu’un de connaissance, qui se mit aussitôt à le questionner: « Où vas-tu? » ou « Qui vas-tu raser de si bonne heure? » De telle sorte qu’Ivan Iakovlevitch ne put trouver d’abord une seule minute. Deux fois, ensuite, il réussit à laisser tomber le nez ; mais un agent lui fît signe de loin de sa hallebarde et lui cria : « Ramasse, tu as laissé glisser quelque chose! ». Et Ivan Iakovlevitch fut obligé de ramasser le nez et de le serrer dans sa poche. Le désespoir le sai- sit, d’autant plus que la foule augmentait sans cesse dans la rue, à mesure que s’ouvraient les magasins et les boutiques. Il se décida à gagner le pontlsaakiev; peut-être, là, trouverait-il moyen de jeter le nez dans la Neva?... Mais j’ai fait la faute de ne vous avoir rien dit Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/121 LE NEZ 121 poissons, et, tout doucement, jeta le linge avec le nez. Il lui sembla qu’on lui enlevait d’un coup dix poudes (1) de dessus le corps. Et même, il sourit. Au lieu d’aller ensuite raser des barbes de fonctionnaires, il entra dans un établissement ayant sur l’enseigne : « Aliments et thé », et de- manda un verre de punch. 11 aperçut soudain, au bout du pont, le commissaire de police du quar- tier, homme à la tournure distinguée, aux favoris rouges, portant le chapeau à trois cornes et l’épée. Ivan lakovlevitch fut glacé d’effroi. Cependant, le commissaire lui fit signe de la main et lui dit : « Approche donc ici, mon cher! » Ivan lakovlevitch, connaissant les convenances, enleva de loin sa casquette, et, s’étant approché promptement, dit: - Je souhaite le bonjour à votre noblesse ! - Non, non, frère, il n’y a pas de noblesse ! - Dis-moi, qu’as-tu fait là-bas, sur le pont? — Ma foi, monsieur, j’allais raser des clients, et je regardais seulement si la rivière coule vite.

(i) Mesure de poids valant l6 kilogrammes et demi. Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/123 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/124 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/125 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/126 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/127 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/128 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/129 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/130 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/131 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/132 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/133 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/134 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/135 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/136 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/137 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/138 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/139 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/140 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/141 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/142 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/143 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/144 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/145 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/146 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/147 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/148 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/149 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/150 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/151 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/152 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/153 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/154 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/155 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/156 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/157 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/158 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/159 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/160 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/161 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/162 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/163 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/164 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/165 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/166 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/167 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/168 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/169 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/170 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/171 on réfléchit à tout cela, sûrement, il y a là quelque chose. On a beau dire, de semblables faits se produisent dans le monde ; — rarement, mais il s’en produit.






MÉMOIRE D’UN FOU








MÉMOIRES D’UN FOU


3 octobre.


Une aventure extraordinaire est arrivée aujourd’hui. Je me suis levé le matin assez tard, et quand Mavra m’a apporté mes bottes nettoyées, je lui ai demandé quelle heure il était. Ayant appris que dix heures étaient sonnées depuis déjà longtemps, je me dépêchai de m’habiller. Je l’avoue, je n’avais pas envie d’aller au ministère, sachant à l’avance quelle vilaine mine ferait notre chef de section. Déjà depuis longtemps il me dit : « Qu’est-ce donc, frère, que toutes ces billevesées que tu as dans la tête ? Tu t’agites parfois comme un possédé ; tu embrouilles, d’autres fois, à tel point une affaire que Satan lui-même ne s’y retrouverait CONTES ET NOUVELLES *

trouverait pas ; au titre tu mets une petite lettre, et tu ne mets ni date ni numéro d’ordre. » Maudit héron ! il est sûrement jaloux de ce que je m’assieds dans le cabinet du directeur et que je taille les plumes pour Son Excellence. En un mot, je n’aurais pas été au ministère, si je n’avais pas eu l’espérance d’y rendre visite au caissier et, s’il y avait moyen, de demander à ce juif une petite avance, si petite fût-elle, sur mes appointements. En voilà encore un être ! qu’il donne quelque chose à l’avance sur l’argent du mois, — Seigneur, mon Dieu ! plus vite arrivera le jugement dernier[8]. Demande, éclate même, sois dans le besoin, — il ne donnera rien, le vieux démon ! Et à son logis, sa propre cuisinière lui donne des gifles ; cela est connu de tout le monde, Je ne vois pas l’avantage de servir dans un ministère ; on n’y a aucune ressource. Tandis que dans les régences de gouvernement, les administrations civiles et les chambres des finances, c’est une toute autre affaire ; vois, celui-ci est serré dans un coin et y met du noir sur du blanc ; son frac est malpropre ; sa tête est MÉMOIRES D’UN FOU 177

si laide que tu en as envie de cracher[9]; regarde pourtant quels émoluments il touche! Ne va pas lui porter une tasse en porcelaine dorée. «Cela, dirait-il, est un présent dp docteur. » Mais donnelui une paire de trotteurs, ou un drochki[10], ou une fourrure de castor de trois cents roubles. À première vue il est très doux, il vous dit très délicatement : « Ayez l’obligeance de me donner un canif pour tailler une plume », et pourtant il nettoie si bien le solliciteur, que celui-ci ne garde que sa chemise. À la vérité, le service, chez nous, est distingué ; il y règne partout une telle propreté que la régence du gouvernement n’en aura jamais une pareille ; les tables sont en acajou, et les chefs ne tutoient pas... Oui, je l’avoue, si ce n’avait été cette distinction du service, j aurais quitté le ministère depuis longtemps.

Je revêtis un vieux manteau, et pris un parapluie, car il tombait une pluie battante. Il n’y avait personne dans les rues ; seules, quelques vieilles femmes, se protégeant du revers de leur 178 CONTES ET NOUVELLES

robe; aussi, des marchands russes sous leurs parapluies, et des courriers, frappèrent mes yeux. En fait de gens comme il faut, je rencontrai seulement un collègue tchinovnik[11]; je l’aperçus à un carrefour. Quand je lé vis, je me dis aussitôt: «Ehl non, pigeonneau, tu ne vas pas au ministère; tu te presses derrière celle-là, qui court devant toi, et tu regardes ses petits pieds.» Quel animal, que ce collègue tchinovnik! Par Dieu, il ne le cède à aucun officier ; que seulement passe une femme en chapeau, sans faute il Paccroche. Comme je pensais à cela, je vis une voiture s’arrêter devant un magasin, près duquel je me trouvais. Je la reconnus aussitôt: c’était la voiture de notre directeur. «Mais qu’a-t-il besoin dans un magasin ? pensai-je ; sûrement, c’est sa fille. » Je me serrai le long du mur. Un laquais ouvrit la portière, et elle s’envola de la voiture, comme un oiseau. Lorsqu’elle regarda à droite et à gauche, quand elle brilla des sourcils et des yeux... Seigneur mon Dieu, j’étais perdu, complètement perdu! Pourquoi l'ai-je rencontrée un tel jour de MÉMOIRES D’UN FOU 179

pluie ! Prétends donc maintenant que les femmes n’ont pas un grand amour des chiffons. Elle ne ta’a pas reconnu, et j’ai fait exprès moi-même de m’envelopper le plus possible car j’avais sur moi un manteau très sale, et, de plus, d’ancienne forme. On porte maintenant les manteaux avec dp longs collets, et les miens étaient courts, croisés l’un sur l’autre ; et puis, le drap n’était pas tout à fait intact.

Sa petite chienne n’ayant pas eu le temps de passer parla porte du magasin, était restée dans la rue. Je connais cette petite chienne, on l’appelle Miedji. Une minute n’était pas écoulée, que j’entendis soudain une petite voix ténue : « Bonjour, Miedji ! » En voilà une bonne ! Quia dit cela ? Je regardai et aperçus deux dames abritées sous un parapluie, l’une vieille, l’autre jeune ; mais elles étaient passées outre ; et près de moi retentit de nouveau ; « C’est une erreur, Miedji!» Que diable! je vis que Miedji se flairait avec une petite chienne, qui suivait les dames. « Hé ! » me dis-je in moi-même, « non, sûrement, je ne suis pas ivre ! Cela, je crois, m’ arrive rarement.» «Non, Fidèle, tu penses cela à tort », conti- Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/181 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/182 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/183 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/184 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/185 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/186 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/187 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/188 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/189 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/190 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/191 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/192 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/193 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/194 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/195 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/196 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/197 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/198 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/199 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/200 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/201 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/202 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/203 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/204 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/205 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/206 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/207 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/208 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/209 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/210 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/211 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/212 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/213 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/214 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/215 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/216 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/217 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/218 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/219 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/220 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/221 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/222 presse sur ta poitrine ton pauvre orphelin ! Il n’y a plus de place pour lui sur la terre ! on le chasse ! — Mère, aie pitié de ton enfant malade !… Mais, a propos, savez-vous qu’une loupe a poussé sur le nez même du dey d’Alger ?







LA PLACE ENSORCELÉE









LA PLACE ENSORCELÉE


Histoire véritable, racontée par le Sacristain
de l’église de …ski.


Ma foi, cela commence à m’ennuyer de raconter. Qu’en pensez-vous ? C’est véritablement assommant : raconte, et raconte encore, et pas moyen de rester tranquille. Enfin, soit, je vais vous raconter quelque chose, mais soyez certains que c’est bien pour la dernière fois. Donc, vous avez discuté sur ce sujet : que l’homme peut venir à bout, comme on dit, de l’esprit impur. Cela, assurément, est vrai ; et si on y réfléchit tant soit peu, on en trouve dans le monde plus d’un exemple. Pourtant, il vaut mieux ne pas le dire, car, quand Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/227 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/228 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/229 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/230 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/231 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/232 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/233 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/234 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/235 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/236 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/237 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/238 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/239 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/240 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/241 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/242 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/243 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/244 criait-il, comme cela ! parfait ! ; et il se mettait à placer des croix.

Quant à la place ensorcelée, où l’on ne pouvait danser, il l’entoura d’une haie et nous ordonna d’y jeter toutes les ordures, herbes et saletés, qu’on ôtait du bachtane.

Et voilà comme la force impure mystifie l’homme ! Je connais très bien cette terre : plus tard, des Kosaks voisins la louèrent à mon père, près du bachtane. C’est une terre excellente, et toujours y pousse une récolte abondante, presque miraculeuse. À l’endroit ensorcelé seul, jamais rien de bon n’a poussé. On l’ensemence comme il faut ; mais ce qu’il en sort est impossible à expliquer : le melon d’eau — n’est pas un melon d’eau ; la citrouille — n’est pas une citrouille ; le concombre — n’est pas un concombre ; le diable seul sait ce que c’est.



FIN





TABLE DES MATIÈRES


 115



émile colin — imprimerie de lagny.




Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/248 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/249 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/250 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/251 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/252

MAUPASSANT (GUY DE).
MENDÉS (CATULLE)....
• *
MARTEL (T.) ■ La Main aux Dames. i
La Parpaillotte.
MARY (JULES) Un coup de Revolver.
— Ua Mariage de confiance.
— Le Boucher de Meudon.
L'Héritage.
Histoire d'une Fille de Fermai
Le Roman Rou^e.
Monstres parisiens. (Nouv. sëne.)
Pour lire au Bain.
Le Cruel Berceau.
Pour lire au Couvent.
Pierre le Véridique, roman.
Jeunes Filles.
Jupe Courte.
Jsoline.
L'Art d'Aimer.
L'Enfant amoureux.
Caprice des Dames.
La Chair.


La Grâce.
Myrrha*Maria.
L'Esprit et le Cœur des Bêtes.
Quand j'étais Petite (Mémoires
d'une Entant.)
L'Kcluse des Cadavres.
— L'Enfant du Fossé.
— Les Aventurières.
MOLÊNES (E. DE) Pâlotte.
MQNSELET (CHARLES) Les Ruines de Paris.
MONTER (E.) Jean des Galères.
MONTAGNE (ÉD.) La Bohème camelotte.
MONTIFAUO (M. DE). .... . Hêluïse et A bëlard.
MOULIN (M.) ET LEMUNNIER (P.). Aventures de Mathurius.
MOULIN (M.) Nella. •
— Le Curé Comballuzier.
MULLEM (L) Contes d'Amérique.
MURGER (HfcNRi) Le Roman du Capucin.
NAPOLEON I Allocutions et Proclamation* ni-
li ta ires.
MÉROUVEL (CH.)
METENIER OSCAR)
MEUNIER (V.)..
MICHELET (M™)
MIED f A6H0NNE
NERVAL fGÉhARD DE)..
NOIR (LOUIS)..
Les Filles du Feu.
Le Fauteuil fatal. (Trad. du russe.)
L'Auberge maudite.

Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/254

SOULIÉ (FRÉDÉRIC) Le Lion amoureux.
SPOLL (E.-A.) Le Secret des Villiers.
STAPLEAUX (L) Le Château de la Rage.
STERNE Voyage sentimental.
SWIFT Voyages de Gulliver,
TALMEYR (MAURICE) Le Grisou.
THEUR1ET (ANDRÉ) Le Mariage de Gérard.
— Lucile Désenclos. — Uue Ondine.
— Contes tendres.
TOLSTOÏ (COMTE LÉON). . . Le Roman du Mariage.
— La Sonate à Kreutzer,
i— , Maître et Serviteur.
TOUDOUZE (G.) Les Cauchemars.
TOURGUENtFF (I.) Devant la Guillotine.
— Récits d’un Chasseur.
Premier Amour.
UZANNE (OCTAVE) La Bohème du cœur.
VALLERY-RADOT Journal d’un Volontaire d’un an,
(Ouvrage couronné.)
VAST-R1C0UARD La Sirène.
— Madame Lavernou.
— Le Chef de Gare.
VAUTIER (CL) Femme et Prêtre.
VEBER (PIERRE) L’Innocente du Logis.
VIAL3N (P.) L’Homme au Chien muet.
VIGNON (CLAUDE) Vertige.
VILLIERS DE L’ISLE-ADAM. Le Secret de l’Échafaud.
VOLTAIRE Zaïiig. — Candide. — Micromégas.
XANROF Juju.
Yl/ELING RAMBAUD Sur le tard.
ZACCONE (PIERRE) Seuls!
ZOLA (EMILE) Thérèse Raquin.
— Jacques Damour.
— Jean Gourdon.
Sidoine et Médéric.
Nantas.
A
— La Fête à Coqueville.
— Madeleine Fera t.
(Envoi franco contre mandat ou timbres-poste français.)

BMILB COLIN — IMPRIMERIE 1>K I AGNY

Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/257 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/261 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/262 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/263 Page:Gogol Chirol - Contes et nouvelles.djvu/267


  1. Capitaine de Kosaks.
  2. Peuple kosak.
  3. Femme de seigneur, en polonais.
  4. Danse nationale des Kosaks.
  5. Mesure valant 12 litres.
  6. Mot polonais voulant dire : Seigneur.
  7. N. Gogol veut parler ici du reflet des montagnes dans le Dniepr.
  8. Les Russes disent: le terrible jugement.
  9. Cracher est un signe de mépris, très usité en Russie.
  10. Sorte de voiture.
  11. Employé d’administration.