Correspondance 1812-1876, 4/1862/DXV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


DXV

À M. ARMAND BARBÈS, À LA HAYE


Nohant, 3 mai 1862.


Mon ami bien cher,

Je suis, depuis longtemps déjà, sans nouvelles de vous. Pouvez-vous m’en faire donner, si le travail d’écrire vous fatigue encore ? Dois-je espérer que vous êtes mieux, comme votre dernière lettre me l’annonçait ?

Moi, je veux vous annoncer le prochain mariage de mon fils avec la fille de mon vieux et cher ami Calamatta. C’est une charmante enfant et un esprit généreux. Cette union est un vœu de mon cœur enfin accompli.

Vous partagerez ma joie, vous qui ne vivez que pour vos amis sans songer à vous-même. Mais, s’il est possible, parlez-moi un peu de vous, sinon pensez à moi et souhaitez du bonheur à mon cher fils. Le ciel, qui vous aime, y aura égard !

GEORGE SAND.