Correspondance 1812-1876, 4/1863/DXXVI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


DXXVI

À M. ***


Nohant, 26 février 1863.


Le christianisme est une vérité abstraite. Pour être une vérité concrète, une vérité vraie, il lui faudrait avoir tenu compte des notions que vous avez et que je n’ai pas besoin de vous indiquer. Le christianisme n’est pas mensonge, il est vérité incomplète. Arme de progrès jadis, il est devenu outil de destruction. C’est un tombeau où l’humanité enferme le peu qui lui reste de conscience et de lumière. Ceci n’est pas la faute du pauvre docteur supplicié : c’est la faute de ceux qui ont déifié sa mémoire. Vous direz mieux que moi ce que vous savez avoir à dire, et ce que je crois savoir que vous direz. Vos pages sont très belles, élevées et profondes, elles sont d’un esprit supérieur, à la fois poétique et logicien. Que Dieu vous aide pour aller au fond des choses sans vous égarer dans le grand abîme où l’on ne pénètre plus que sur les ailes de l’hypothèse !

Il faut là beaucoup de science du langage, et toutes les sciences de détail doivent concourir à former la science des sciences.

Moi qui ne sais rien, j’attends, et pourtant je permets à ma conscience de juger ce qui se produit. C’est très hardi, à coup sûr ; mais tout esprit, si incomplet qu’il soit, a besoin de s’affirmer.

La plus belle des hypothèses, celle qui aurait le droit de marquer une nouvelle étape religieuse dans les conquêtes de l’avenir, serait celle qui ferait concorder les besoins de l’intelligence et ceux du cœur avec les résultats de l’expérience. Déjà de nobles travaux marchent dans ce sens et je crois être sûre que vos questions amèneront une réponse de vous-même à vous-même qui éclairera encore cette route nouvellement ouverte.

GEORGE SAND.