Mozilla.svg

Cours d’agriculture (Rozier)/BELLE DE NUIT

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome secondp. 197-199).


BELLE DE NUIT, ou Merveille du Pérou. (Pl. 6) On a confondu pendant long-tems cette plante avec celle qui fournit le jalap des boutiques. C’est un vrai liseron que nous ferons connoître sous le nom de Jalap. (Voyez ce mot) M. Tournefort la place dans la troisième section de la seconde classe, qui comprend les herbes à fleur d’une seule pièce, dont la forme ressemble à celle d’un entonnoir, & dont le calice devient l’enveloppe du fruit, & il l’appelle jalapa flore purpureo. M. Linné la classe dans la pentandrie monogynie, & la nomme mirabilis jalapa.

Fleur, en forme d’entonnoir, à cinq découpures, échancrées & plissées. En B, elle est représentée ouverte, pour faire voir la disposition des parties sexuelles. Le tube est étroit, alongé, renflé par le haut, fixé sur un nectar rond. La fleur est composée de cinq étamines, & d’un pistil, représentés séparément en C. Le calice D est d’une seule pièce, & découpé en cinq lobes.

Fruit E : espèce de petite noix brune, ovale, à cinq côtes, dont la cavité F, représentée ouverte, contient la semence G.

Feuilles, ovales, terminées en pointe ; celles des tiges sont portées sur des pétioles ; & celles d’entre lesquelles les fleurs naissent, sont adhérentes aux tiges.

Racine A, grosse, noirâtre en dehors, blanches en dedans, charnue comme un navet, cassante, & longuement pivotante.

Port. La tige s’élève à la hauteur de deux pieds & plus ; elle est herbacée, ferme, noueuse, très-branchue ; les fleurs naissent au sommet, rassemblées en manière de tête, & les feuilles sont opposées. Les fleurs varient singuliérement dans leurs couleurs, & sur le même pied. Il n’est pas rare d’en voir de rouges, de blanches, de blanches fouettées de rouge ; de toutes jaunes, & des jaunes fouettées de rouge.

Lieu. Originaire d’Amérique, & cultivée dans les jardins où elle fleurit depuis le mois de Juin jusqu’aux gelées. La plante repousse de la racine pendant plusieurs années de suite, si la gelée ne pénètre pas jusqu’aux racines. J’en ai fait arracher de terre, de plus grosses que la cuisse.

Propriétés. Comme pendant long-tems le vrai jalap a été inconnu, on se servoit de la racine de belle de nuit, & l’expérience a prouvé qu’elle est un purgatif hydragogue, peut-être moins doux que celui du vrai jalap, mais qui peut être employé avantageusement & à petites doses pour l’homme & pour les animaux. La racine a un goût âcre & nauséabonde.

Usage. La dose de la racine, réduite en poudre est, pour l’animal, depuis deux drachmes jusqu’à demi-once ; & pour l’homme, de douze à quinze grains, associés avec d’autres purgatifs ; cependant il vaut mieux préférer le jalap qui nous vient de l’Amérique par la voie de Marseille & de Bordeaux.

Culture. Il est surprenant que cette plante, depuis si long-tems entre les mains des jardiniers ou des fleuristes, n’ait éprouvé d’autre variété que dans les couleurs de ses fleurs ; enfin, qu’à force de soins & d’engrais, on n’ait pas encore obtenu de fleurs plus grandes ou doubles. On peut la semer à demeure ou en pépinière, dès que l’on ne craint pas les gelées tardives, & elle reprend facilement à la transplantation. La tige principale jette beaucoup de rameaux, & ces rameaux poussent de manière qu’ils forment une tête large, arrondie, & chargée de fleurs ; de manière que chaque pied forme une belle masse dans les plates-bandes.

La belle de nuit paroît redouter la lumière du grand jour. Dès que le sommeil (voyez ce mot) commence à gagner les autres plantes, celle-ci s’éveille, s’épanouit, & elle étale la bigarrure & la vivacité de ses couleurs, toute la nuit, jusqu’à ce que le soleil, le lendemain, fasse briller ses rayons ; mais si pendant la journée, le ciel est couvert de nuages, la fleur reste épanouie. Cette plante, une fois mise en terre, demande peu de soins, quelques arrosemens de tems à autre, & à être sarclée. Dès que la semence est mûre, elle se détache du calice ; on peut attendre, pour la ramasser, que la terre en soit couverte. La graine est à l’abri de toutes les injures du tems.