Critique de la raison pure

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher


Critique de la raison pure
Traduction Jules Barni.

Édition G. Baillière, Paris, 1869


De nobis ipsis silemus : de re autem quæ agitur petimus ut homines eam non opinionem, sed opus esse cogitent, ac pro certo habeant non sectæ nos alicujus, aut placiti, sed utilitatis et amplitudinis humanæ fundamenta moliri. Deinde ut suis commodis æqui in commune consulant et ipsi in partem veniant. Præterea ut bene sperent, neque instaurationem nostram ut quiddam infiuitum et ultra mortale fingant, et animo concipiant, quum revera sit infiniti erroris finis et terminus legitimus[1].

Baco de Verulamio. Instauratio magna. Præfatio.


À son Excellence le Ministre d’État
BARON DE ZEDLITZ


Monseigneur,

Contribuer pour sa part à l’accroissement des sciences, c’est du même coup travailler dans l’intérêt de Votre Excellence, car ces deux choses sont étroitement unies, non seulement par le poste élevé du protecteur, mais encore par les sympathies de l’amateur et du connaisseur éclairé. Aussi ai-je recours au seul moyen qui soit en quelque sorte en mon pouvoir de témoigner à Votre Excellence toute ma gratitude pour la bienveillante confiance dont Elle m’honore en me jugeant capable de concourir à ce but.

Celui qui aime la vie spéculative n’a pas de plus grand désir que de trouver dans l’approbation d’un juge éclairé et compétent un puissant encouragement à des efforts qui sont loin d’être sans utilité, quoique cette utilité soit éloignée, et que, pour cette raison, elle soit tout à fait méconnue du vulgaire[2].

Tel est le juge auquel je dédie aujourd’hui cet ouvrage ; je le recommande à sa bienveillante attention[3], je place sous sa protection tous les autres intérêts de ma carrière littéraire, et suis avec le plus profond respect,

De Votre Excellence,
Le très-humble et très-obéissant serviteur
Immanuel Kant

Kœnigsberg, le 29 Mars 1781.

Sommaire


Théorie transcendantale des éléments


Première partie : Esthétique transcendantale Texte complet non-formaté


Deuxième partie : Logique transcendantale

Introduction : Idée d'une logique transcendantale Texte complet et formaté, à relire
Première division. Analytique transcendantale Relu et corrigé
Livre premier. Analytique des concepts Texte complet et formaté, à relire
Livre deuxième. Analytique des principes Texte complet et formaté, à relire
Deuxième division : Dialectique transcendantale


Méthodologie transcendantale Texte complet et formaté, à relire



Notes[modifier]

Rendus des notes (encore à établir) : en vert, les notes du traducteur relatives aux différences entre les deux éditions de la Critique ; en noir, les notes de Kant.

  1. Cette épigraphe ne figurait pas dans la première édition ; elle a été ajoutée dans la seconde.
  2. Cet alinéa fut supprimé dans la seconde édition.
  3. Kant rédigea ainsi dans sa seconde édition le commencement de cet alinéa : « Je recommande cette seconde édition de mon ouvrage à la bienveillante attention dont Votre Excellence a daigné honorer la première ainsi que les autres, etc… »