Cyrano de Bergerac (Rostand)/Acte III

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
E. Fasquelle (p. 99-140).
◄  Acte II
Acte IV  ►


TROISIÈME ACTE


LE BAISER DE ROXANE


Une petite place dans l’ancien Marais. Vieilles maisons. Perspectives de ruelles. À droite, la maison de Roxane et le mur de son jardin qui débordent de larges feuillages. Au-dessus de la porte, fenêtre et balcon. Un banc devant le seuil.

Du lierre grimpe au mur, du jasmin enguirlande le balcon, frissonne et retombe.

Par le banc et les pierres en saillie du mur, on peut facilement grimper au balcon.

En face, une ancienne maison de même style, brique et pierre, avec une porte d’entrée. Le heurtoir de cette porte est emmailloté de linge comme un pouce malade.

Au lever du rideau, la duègne est assise sur le banc. La fenêtre est grande ouverte sur le balcon de Roxane.

Près de la duègne se tient debout Ragueneau, vêtu d’une sorte de livrée : il termine un récit, en s’essuyant les yeux.


Scène I

RAGUENEAU, LA DUEGNE, puis ROXANE, CYRANO et DEUX PAGES


Ragueneau.

… Et puis, elle est partie avec un mousquetaire !
Seul, ruiné, je me pends. J’avais quitté la terre.
Monsieur de Bergerac entre, et, me dépendant,
Me vient à sa cousine offrir comme intendant.


La duegne.

Mais comment expliquer cette ruine où vous êtes ?


Ragueneau.

Lise aimait les guerriers, et j’aimais les poètes !
Mars mangeait les gâteaux que laissait Apollon
— Alors, vous comprenez, cela ne fut pas long !


La duegne, se levant et appelant vers la fenêtre ouverte.

Roxane, êtes-vous prête ?… On nous attend !


La voix de roxane, par la fenêtre.

Roxane, êtes-vous prête ?… On nous attend !Je passe
Une mante !


La duegne, à Ragueneau, lui montrant la porte d’en face.

Une mante !C’est là qu’on nous attend, en face.
Chez Clomire. Elle tient bureau, dans son réduit.
On y lit un discours sur le Tendre, aujourd’hui.


Ragueneau.

Sur le Tendre ?


La duegne, minaudant.

Sur le Tendre ?Mais oui !…

(Criant vers la fenêtre.)

Sur le Tendre ?Mais oui !…Roxane, il faut descendre,
Ou nous allons manquer le discours sur le Tendre !


La voix de roxane.

Je viens !

(On entend un bruit d’instruments à cordes qui se rapproche.)


La voix de cyrano, chantant dans la coulisse.

Je viens !La ! la ! la ! la !

Je viens !La ! la ! la ! la !


La duègne, surprise.

Je viens !La ! la ! la ! la !On nous joue un morceau ?


Cyrano, suivi de deux pages porteurs de théorbes.

Je vous dis que la croche est triple, triple sot !


Premier page, ironique.

Vous savez donc, Monsieur, si les croches sont triples ?


Cyrano.

Je suis musicien, comme tous les disciples
De Gassendi !


Le page, jouant et chantant.

De Gassendi !La ! la !


Cyrano, lui arrachant le théorbe et continuant la phrase musicale.

De Gassendi !La ! la !Je peux continuer !…
La ! la ! la ! la !


Roxane, paraissant sur le balcon.

La ! la ! la ! la !C’est vous ?


Cyrano, chantant sur l’air qu’il continue.

La ! la ! la ! la !C’est vous ?Moi qui viens saluer
Vos lys, et présenter mes respects à vos ro.....ses !


Roxane.

Je descends !

(Elle quitte le balcon.)


La duègne, montrant les pages.

Je descends !Qu’est-ce donc que ces deux virtuoses ?


Cyrano.

C’est un pari que j’ai gagné sur d’Assoucy.
Nous discutions un point de grammaire. — Non ! — Si ! —
Quand soudain me montrant ces deux escogriffes
Habiles à gratter les cordes de leurs griffes,
Et dont il fait toujours son escorte, il me dit :
« Je te parie un jour de musique ! » Il perdit.
Jusqu’à ce que Phœbus recommence son orbe,
J’ai donc sur mes talons ces joueurs de théorbe,
De tout ce que je fais harmonieux témoins !…
Ce fut d’abord charmant, et ce l’est déjà moins.
(Aux musiciens.)
Hep !… Allez de ma part jouer une pavane

À Montfleury !…

(Les pages remontent pour sortir. — À la duègne.)

À Montfleury !…Je viens demander à Roxane
Ainsi que chaque soir…

(Aux pages qui sortent.)

Ainsi que chaque soir…Jouez longtemps, -et faux !

(À la duègne.)

…Si l’ami de son cœur est toujours sans défauts ?


Roxane, sortant de la maison.

Ah ! qu’il est beau, qu’il a d’esprit et que je l’aime !


Cyrano, souriant.

Christian a tant d’esprit ?…


Roxane.

Christian a tant d’esprit ?…Mon cher, plus que vous-même !


Cyrano.

J’y consens.


Roxane.

J’y consens.Il ne peut exister à mon goût
Plus fin diseur de ces jolis rien qui sont tout.
Parfois il est distrait, ses Muses sont absentes ;
Puis, tout à coup, il dit des choses ravissantes !


Cyrano, incrédule.

Non ?


Roxane.

Non ?C’est trop fort ! Voilà comme les hommes sont :
Il n’aura pas d’esprit puisqu’il est beau garçon !


Cyrano.

Il sait parler du cœur d’une façon experte ?


Roxane.

Mais il n’en parle pas, Monsieur, il en disserte !


Cyrano.

Il écrit ?


Roxane.

Il écrit ?Mieux encor ! Ecoutez donc un peu

(Déclamant.)

« Plus tu me prends de cœur, plus j’en ai !… »

(Triomphante.)

« Plus tu me prends de cœur, plus j’en ai !… »Eh bien !


Cyrano.

« Plus tu me prends de cœur, plus j’en ai !… »Eh bien !Peuh !…


Roxane.

Et ceci : « Pour souffrir, puisqu’il m’en faut un autre,
Si vous gardez mon cœur, envoyez-moi le vôtre ! »


Cyrano.

Tantôt il en a trop et tantôt pas assez.
Qu’est-ce au juste qu’il veut, de cœur ?…


Roxane, frappant du pied.

Qu’est-ce au juste qu’il veut, de cœur ?…Vous m’agacez !
C’est la jalousie…


Cyrano, tressaillant.

C’est la jalousie…Hein !…


Roxane.

C’est la jalousie…Hein !……d’auteur qui vous dévore !
— Et ceci, n’est-il pas du dernier tendre encore ?
« Croyez que devers vous mon cœur ne fait qu’un cri,
Et que si les baisers s’envoyaient par écrit,
Madame, vous liriez ma lettre avec les lèvres !… »


Cyrano, souriant malgré lui de satisfaction.

Ha ! ha ! ces lignes-là sont… hé ! hé !

(Se reprenant et avec dédain.)

Ha ! ha ! ces lignes-là sont… hé ! hé !mais bien mièvres !


Roxane.

Et ceci…


Cyrano, ravi.

Et ceci…Vous savez donc ses lettres par cœur ?


Roxane.

Toutes !


Cyrano, frisant sa moustache.

Toutes !Il n’y a pas à dire : c’est flatteur !


Roxane.

C’est un maître !


Cyrano, modeste.

C’est un maître !Oh !… un maître !…


Roxane, péremptoire.

C’est un maître !Oh !… un maître !…Un maître !…


Cyrano, saluant.

C’est un maître !Oh !… un maître !Soit !… un maître !…


La duegne, qui était remontée, redescend vivement.

Monsieur de Guiche !

(À Cyrano, le poussant vers la maison.)

Monsieur de Guiche !Entrez !… car il vaut mieux, peut-être,
Qu’il ne vous trouve pas ici ; Cela pourrait
Le mettre sur la piste…


Roxane, à Cyrano.

Le mettre sur la piste…Oui, de mon cher secret !
Il m’aime, il est puissant, il ne faut pas qu’il sache !
Il peut dans mes amours donner un coup de hache !


Cyrano, entrant dans la maison.

Bien ! bien ! bien !

(De Guiche paraît.)

Scène II

ROXANE, DE GUICHE, LA DUEGNE à l’écart.


Roxane, à de Guiche, lui faisant une révérence.

Bien ! bien ! bien !Je sortais.


De guiche.

Bien ! bien ! bien !Je sortais.Je viens prendre congé.


Roxane.

Vous partez ?


De guiche.

Vous partez ?Pour la guerre.


Roxane.

Vous partez ?Pour la guerre.Ah !


De guiche.

Vous partez?Pour la guerre.Ah !Ce soir même.


Roxane.

Vous partez?Pour la guerre.Ah !Ce soir même.Ah !


De guiche.

Vous partez?Pour la guerre.Ah !Ce soir même.Ah !J’ai
Des ordres. On assiège Arras.


Roxane.

Des ordres. On assiège Arras.Ah !… on assiège ?…


De guiche.

Oui… Mon départ a l’air de vous laisser de neige.


Roxane, poliment.

Oh !…


De guiche.

Oh !…Moi, je suis navré. Vous reverrai-je ?… Quand ?
— Vous savez que je suis nommé mestre de camp ?


Roxane, indifférente.

Bravo.


De guiche.

Bravo.Du régiment des gardes.


Roxane, saisie.

Bravo.Du régiment des gardes.Ah ! des gardes ?


De guiche.

Où sert votre cousin, l’homme aux phrases vantardes.
Je saurai me venger de lui, là-bas.


Roxane, suffoquée.

Je saurai me venger de lui, là-bas.Comment !
Les gardes vont là-bas ?


De guiche, riant.

Les gardes vont là-bas ?Tiens ! c’est mon régiment !


Roxane, tombant assise sur le banc, — à part.

Christian !


De guiche.

Christian !Qu’avez-vous ?


Roxane, toute émue.

Christian !Qu’avez-vous ?Ce… départ… me désespère !
Quand on tient à quelqu’un, le savoir à la guerre !


De guiche, surpris et charmé.

Pour la première fois me dire un mot si doux,
Le jour de mon départ !


Roxane, changeant de ton et s’éventant.

Le jour de mon départ !Alors, — vous allez vous
Venger de mon cousin ?…


De guiche, souriant.

Venger de mon cousin ?…On est pour lui ?


Roxane.

Venger de mon cousin ?…On est pour lui ?Non, — contre !


De guiche.

Vous le voyez ?


Roxane.

Vous le voyez ?Très peu.


De guiche.

Vous le voyez ?Très peu.Partout on le rencontre
Avec un des cadets…

(Il cherche le nom.)

Avec un des cadets…ce Neu… villen… viller…


Roxane.

Un grand ?


De guiche.

Un grand ?Blond.


Roxane.

Un grand ?Blond.Roux.


De guiche.

Un grand ?Blond.Roux.Beau !


Roxane.

Un grand ?Blond.Roux.Beau !Peuh !


De guiche.

Un grand ?Blond.Roux.Beau !Peuh !Mais bête.


Roxane.

Un grand ?Blond.Roux.Beau !Peuh !Mais bête.Il en a l’air !

(Changeant de ton.)

…Votre vengeance envers Cyrano,-c’est peut-être
De l’exposer au feu, qu’il adore ?… Elle est piètre !
Je sais bien, moi, ce qui lui serait sanglant !


De guiche.

Je sais bien, moi, ce qui lui serait sanglant !C’est ?…


Roxane.

Mais si le régiment, en partant, le laissait

Avec ses chers cadets, pendant toute la guerre,
À Paris, bras croisés !… C’est la seule manière,
Un homme comme lui, de le faire enrager
Vous voulez le punir ? privez-le de danger.


De guiche.

Une femme ! une femme ! il n’y a qu’une femme
Pour inventer ce tour !


Roxane.

Pour inventer ce tour !Il se rongera l’âme,
Et ses amis les poings, de n’être pas au feu
Et vous serez vengé !


De guiche, se rapprochant.

Et vous serez vengé !Vous m’aimez donc un peu !
(Elle sourit.)
Je veux voir dans ce fait d’épouser ma rancune
Une preuve d’amour, Roxane !…


Roxane.

Une preuve d’amour, Roxane !…C’en est une.


De guiche, montrant plusieurs plis cachetés.

J’ai les ordres sur moi qui vont être transmis
À chaque compagnie, à l’instant même, hormis…

(Il en détache un.)

Celui-ci ! C’est celui des cadets.

(Il le met dans sa poche.)

Celui-ci ! C’est celui des cadets.Je le garde.
(Riant.)
Ah ! ah ! ah ! Cyrano !… Son humeur bataillarde !…
— Vous jouez donc des tours aux gens, vous ?…


Roxane, le regardant.

— Vous jouez donc des tours aux gens, vous ?…Quelquefois.


De guiche, tout près d’elle.

Vous m’affolez ! Ce soir — écoutez — oui, je dois
Être parti. Mais fuir quand je vous sens émue !…
Écoutez. Il y a, près d’ici dans la rue
D’Orléans, un couvent fondé par le syndic
Des capucins, le Père Athanase. Un laïc

N’y peut entrer. Mais les bons Pères, je m’en charge !…
Ils peuvent me cacher dans leur manche : elle est large.
— Ce sont les capucins qui servent Richelieu
Chez lui ; redoutant l’oncle, ils craignent le neveu.-
On me croira parti. Je viendrai sous le masque.
Laisse-moi retarder d’un jour, chère fantasque !


Roxane, vivement.

Mais si cela s’apprend, votre gloire…


De guiche.

Mais si cela s’apprend, votre gloire…Bah !


Roxane.

Mais si cela s’apprend, votre gloire…Bah !Mais
Le siège, Arras…


De guiche.

Le siège, Arras…Tant pis ! Permettez !


Roxane.

Le siège, Arras…Tant pis ! Permettez !Non !


De guiche.

Le siège, Arras…Tant pis ! Permettez !Non !Permets !


Roxane, tendrement.

Je dois vous le défendre !


De guiche.

Je dois vous le défendre !Ah !


Roxane.

Je dois vous le défendre !Ah !Partez !

(À part.)

Je dois vous le défendre !Ah !Partez !Christian reste.
(Haut.)
Je vous veux héroïque, — Antoine !


De guiche.

Je vous veux héroïque, -Antoine !Mot céleste !
Vous aimez donc celui ?…


Roxane.

Vous aimez donc celui ?…Pour lequel j’ai frémi.


De guiche, transporté de joie.

Je pars !

(Il lui baise la main.)

Je pars !Êtes-vous contente ?


Roxane.

Je pars !Êtes-vous contente ?Oui, mon ami !

(Il sort.)


La duègne, lui faisant dans le dos une révérence comique.

Oui mon ami !


Roxane, à la duègne.

Oui mon ami !Taisons ce que je viens de faire
Cyrano m’en voudrait de lui voler sa guerre !

(Elle appelle vers la maison.)

Cousin !


Scène III

ROXANE, la Duègne, CYRANO.


Roxane.

Cousin !Nous allons chez Clomire.

(Elle désigne la porte d’en face.)

Cousin !Nous allons chez Clomire.Alcandre y doit
Parler, et Lysimon !


La duègne, mettant son petit doigt dans son oreille.

Parler, et Lysimon !Oui ! mais mon petit doigt
Dit qu’on va les manquer !


Cyrano, à Roxane.

Dit qu’on va les manquer !Ne manquez pas ces singes.

(Ils sont arrivé devant la porte de Clomire.)


La duègne, avec ravissement.

Oh ! voyez ! le heurtoir est entouré de linges !…

(Au heurtoir.)

On vous a bâillonné pour que votre métal
Ne troublât pas les beaux discours, — petit brutal !

(Elle le soulève avec des soins infinis et frappe doucement.)

Roxane, voyant qu’on ouvre.

Entrons !…

(Du seuil, à Cyrano.)

Entrons !…Si Christian vient, comme je présume,
Qu’il m’attende !


Cyrano, vivement comme elle va disparaître.

Qu’il m’attende !Ah !…

(Elle se retourne.)

Qu’il m’attende !Ah !…Sur quoi, selon votre coutume,
Comptez-vous aujourd’hui l’interroger ?


Roxane.

Comptez-vous aujourd’hui l’interroger ?Sur…


Cyrano, vivement.

Comptez-vous aujourd’hui l’interroger ?Sur…Sur ?


Roxane.

Mais vous serez muet, là-dessus !


Cyrano.

Mais vous serez muet, là-dessus !Comme un mur.


Roxane.

Sur rien !… Je vais lui dire : Allez ! Partez sans bride !
Improvisez. Parlez d’amour. Soyez splendide !


Cyrano, souriant.

Bon.


Roxane.

Bon.Chut !…


Cyrano.

Bon.Chut !…Chut !…


Roxane.

Bon.Chut !…Chut !…Pas un mot !…

(Elle rentre et referme la porte.)


Cyrano, la saluant, la porte une fois fermée.

Bon.Chut !…Chut !…Pas un mot !…En vous remerciant.
(La porte se rouvre et Roxane passe la tête.)


Roxane.

Il se préparerait !…


Cyrano.

Il se préparerait !…Diable, non !…


Tous les deux, ensemble.

Il se préparerait !…Diable, non !…Chut !…

(La porte se ferme.)


Cyrano, appelant.

Il se préparerait !…Diable, non !…Chut !…Christian !


Scène IV

CYRANO, CHRISTIAN.


Cyrano.

Je sais tout ce qu’il faut. Prépare ta mémoire.
Voici l’occasion de se couvrir de gloire.
Ne perdons pas de temps. Ne prends pas l’air grognon.
Vite, rentrons chez toi, je vais t’apprendre…


Christian.

Vite, rentrons chez toi, je vais t’apprendre…Non !


Cyrano.

Hein ?


Christian.

Hein ?Non ! J’attends Roxane ici.


Cyrano.

Hein ?Non ! J’attends Roxane ici.De quel vertige
Es-tu frappé ? Viens vite apprendre…


Christian.

Es-tu frappé ? Viens vite apprendre…Non, te dis-je !
Je suis las d’emprunter mes lettres, mes discours,
Et de jouer ce rôle, et de trembler toujours !…
C’était bon au début ! Mais je sens qu’elle m’aime !
Merci. Je n’ai plus peur. Je vais parler moi-même.


Cyrano.

Ouais !


Christian.

Ouais !Et qui te dit que je ne saurai pas ?…
Je ne suis pas si bête à la fin ! Tu verras !
Mais, mon cher, tes leçons m’ont été profitables.
Je saurai parler seul ! Et, de par tous les diables,

Je saurai bien toujours la prendre dans mes bras !…

(Apercevant Roxane, qui ressort de chez Clomire.)

— C’est elle ! Cyrano, non, ne me quitte pas !


Cyrano, le saluant.

Parlez tout seul, Monsieur.

(Il disparaît derrière le mur du jardin.)

Scène V

CHRISTIAN, ROXANE, quelques Précieux et Précieuses, et la Duègne, un instant.


Roxane, sortant de la maison de Clomire avec une compagnie qu’elle quitte : révérences et saluts.

Parlez tout seul, Monsieur.Barthénoïde ! — Alcandre ! —
Grémione !…


La duegne, désespérée.

Grémione !…On a manqué le discours sur le Tendre !

(Elle rentre chez Roxane.)


Roxane, saluant encore.

Urimédonte… Adieu !…

(Tous saluent Roxane, se resaluent entre eux, se séparent et s’éloignent par différentes rues. Roxane voit Christian.)

Urimédonte… Adieu !…C’est vous !…

(Elle va à lui.)

Urimédonte… Adieu !…C’est vous !…Le soir descend.
Attendez. Ils sont loin. L’air est doux. Nul passant.
Asseyons-nous. Parlez. J’écoute.


Christian, s’assied près d’elle, sur le banc. Un silence.

Asseyons-nous. Parlez. J’écoute.Je vous aime.


Roxane, fermant les yeux.

Oui, parlez-moi d’amour.


Christian.

Oui, parlez-moi d’amour.Je t’aime.


Roxane.

Oui, parlez-moi d’amour.Je t’aime.C’est le thème.
Brodez, brodez.


Christian.

Brodez, brodez.Je vous…


Roxane.

Brodez, brodez.Je vous…Brodez !


Christian.

Brodez, brodez.Je vous…Brodez !Je t’aime tant.


Roxane.

Sans doute. Et puis ?


Christian.

Sans doute. Et puis ?Et puis… je serai si content
Si vous m’aimiez ! — Dis-moi, Roxane, que tu m’aimes !


Roxane, avec une moue.

Vous m’offrez du brouet quand j’espérais des crèmes !
Dites un peu comment vous m’aimez ?…


Christian.

Dites un peu comment vous m’aimez ?…Mais… beaucoup.


Roxane.

Oh !… Délabyrinthez vos sentiments !


Christian, qui s’est rapproché et dévore des yeux la nuque blonde.

Oh !… Délabyrinthez vos sentiments !Ton cou !
Je voudrais l’embrasser !…


Roxane.

Je voudrais l’embrasser !…Christian !


Christian.

Je voudrais l’embrasser !…Christian !Je t’aime !


Roxane, voulant se lever.

Je voudrais l’embrasser !…Christian !Je t’aime !Encore !


Christian, vivement, la retenant.

Non, je ne t’aime pas !


Roxane, se rasseyant.

Non, je ne t’aime pas !C’est heureux.


Christian.

Non, je ne t’aime pas !C’est heureux.Je t’adore !


Roxane, se levant et s’éloignant.

Oh !


Christian.

Oh !Oui… je deviens sot !


Roxane.

Oh !Oui… je deviens sot !Et cela me déplaît !
Comme il me déplairait que vous devinssiez laid.


Christian.

Mais…


Roxane.

Mais…Allez rassembler votre éloquence en fuite !


Christian.

Je…


Roxane.

Je…Vous m’aimez, je sais. Adieu.

(Elle va vers la maison.)


Christian.

Je…Vous m’aimez, je sais. Adieu.Pas tout de suite !
Je vous dirai…


Roxane, poussant la porte pour rentrer.

Je vous dirai…Que vous m’adorez… oui, je sais.
Non ! non ! Allez-vous-en !


Christian.

Non ! non ! Allez-vous-en !Mais je…

(Elle lui ferme la porte au nez.)


Cyrano, qui depuis un moment est rentré sans être vu.

Non ! non ! Allez-vous-en !Mais je…C’est un succès.


Scène VI

CHRISTIAN, CYRANO, les Pages, un instant.


Christian.

Au secours !


Cyrano.

Au secours !Non, monsieur.


Christian.

Au secours !Non, monsieur.Je meurs si je ne rentre
En grâce, à l’instant même…


Cyrano.

En grâce, à l’instant même…Et comment puis-je, diantre !
Vous faire à l’instant même, apprendre ?…


Christian, lui saisissant le bras.

Vous faire à l’instant même, apprendre ?…Oh ! là, tiens, vois !

(La fenêtre du balcon s’est éclairée.)

Cyrano, ému.

Sa fenêtre !


Christan, criant.

Sa fenêtre !Je vais mourir !


Cyrano.

Sa fenêtre !Je vais mourir !Baissez la voix !


Christian, tout bas.

Mourir !…


Cyrano.

Mourir !…La nuit est noire…


Christian.

Mourir !…La nuit est noire…Eh bien ?


Cyrano.

Mourir !…La nuit est noire…Eh bien ?C’est réparable !
Vous ne méritez pas… Mets-toi là, misérable !
Là, devant le balcon ! Je me mettrai dessous…
Et je te soufflerai tes mots.


Christian.

Et je te soufflerai tes mots.Mais…


Cyrano.

Et je te soufflerai tes mots.Mais…Taisez-vous !


Les pages, reparaissant au fond, à Cyrano.

Hep


Cyrano.

HepChut !…

(Il leur fait signe de parler bas.)


Premier page, à mi-voix.

HepChut !…Nous venons de donner la sérénade
À Montfleury !…


Cyrano, bas, vite.

À Montfleury !…Allez vous mettre en embuscade
L’un à ce coin de rue, et l’autre à celui-ci ;
Et si quelque passant gênant vient par ici,
Jouez un air !


Deuxieme page.

Jouez un air !Quel air, monsieur le gassendiste ?


Cyrano.

Joyeux pour une femme, et pour un homme, triste !

(Les pages disparaissent, un à chaque coin de rue. — À Christian.)

Appelle-la !


Christian.

Appelle-la !Roxane !


Cyrano, ramassant des cailloux qu’il jette dans les vitres.

Appelle-la !Roxane !Attends ! Quelques cailloux.


Scène VII

ROXANE, CHRISTIAN, CYRANO, d’abord caché sous le balcon.


Roxane, entrouvrant sa fenêtre.

Qui donc m’appelle ?


Christian.

Qui donc m’appelle ?Moi.


Roxane.

Qui donc m’appelle ?Moi.Qui, moi ?


Christian.

Qui donc m’appelle ?Moi.Qui, moi ?Christian.


Roxane, avec dédain.

Qui donc m’appelle ?Moi.Qui, moi ?Christian.C’est vous ?


Christian.

Je voudrais vous parler.


Cyrano, sous le balcon, à Christian.

Je voudrais vous parler.Bien. Bien. Presque à voix basse.


Roxane.

Non ! Vous parlez trop mal. Allez-vous-en !


Christian.

Non ! Vous parlez trop mal. Allez-vous-en !De grâce !…


Roxane.

Non ! Vous ne m’aimez plus !


Christian, à qui Cyrano souffle ses mots.

Non ! Vous ne m’aimez plus !M’accuser, — justes dieux ! —
De n’aimer plus… quand… j’aime plus !


Roxane, qui allait refermer sa fenêtre, s’arrêtant.

De n’aimer plus… quand… j’aime plus !Tiens, mais c’est mieux !


Christian, même jeu.

L’amour grandit bercé dans mon âme inquiète…
Que ce… cruel marmot prit pour… barcelonnette !


Roxane, s’avançant sur le balcon.

C’est mieux ! — Mais, puisqu’il est cruel, vous fûtes sot
De ne pas, cet amour, l’étouffer au berceau !


Christian, même jeu.

Aussi l’ai-je tenté, mais tentative nulle
Ce… nouveau-né, Madame, est un petit… Hercule.


Roxane.

C’est mieux !


Christian, même jeu.

C’est mieux !De sorte qu’il… strangula comme rien…
Les deux serpents… Orgueil et… Doute.


Roxane, s’accoudant au balcon.

Les deux serpents… Orgueil et… Doute.Ah ! c’est très bien.
— Mais pourquoi parlez-vous de façon peu hâtive ?
Auriez-vous donc la goutte à l’imaginative ?


Cyrano, tirant Christian sous le balcon et se glissant à sa place.

Chut ! Cela devient trop difficile !…


Roxane.

Chut ! Cela devient trop difficile !…Aujourd’hui…
Vos mots sont hésitants. Pourquoi ?


Cyrano, parlant à mi-voix, comme Christian.

Vos mots sont hésitants. Pourquoi ?C’est qu’il fait nuit,
Dans cette ombre, à tâtons, ils cherchent votre oreille.


Roxane.

Les miens n’éprouvent pas difficulté pareille.


Cyrano.

Ils trouvent tout de suite ? oh ! cela va de soi,
Puisque c’est dans mon cœur, eux, que je les reçois ;
Or, moi, j’ai le cœur grand, vous, l’oreille petite.
D’ailleurs vos mots à vous descendent : ils vont plus vite,
Les miens montent, Madame : il leur faut plus de temps !


Roxane.

Mais ils montent bien mieux depuis quelques instants.


Cyrano.

De cette gymnastique, ils ont pris l’habitude !


Roxane.

Je vous parle en effet d’une vraie altitude !


Cyrano.

Certes, et vous me tueriez si de cette hauteur
Vous me laissiez tomber un mot dur sur le cœur !


Roxane, avec un mouvement.

Je descends !


Cyrano, vivement.

Je descends !Non !


Roxane, lui montrant le banc qui est sous le balcon.

Je descends !Non !Grimpez sur le banc, alors, vite !


Cyrano, reculant avec effroi dans la nuit.

Non !


Roxane.

Non !Comment… non ?


Cyrano, que l’émotion gagne de plus en plus.

Non !Comment… non ?Laissez un peu que l’on profite…
De cette occasion qui s’offre… de pouvoir
Se parler doucement, sans se voir.


Roxane.

Se parler doucement, sans se voir.Sans se voir ?


Cyrano.

Mais oui, c’est adorable. On se devine à peine.
Vous voyez la noirceur d’un long manteau qui traîne,
J’aperçois la blancheur d’une robe d’été :
Moi je ne suis qu’une ombre, et vous qu’une clarté !
Vous ignorez pour moi ce que sont ces minutes !
Si quelquefois je fus éloquent…


Roxane.

Si quelquefois je fus éloquent…Vous le fûtes !


Cyrano.

Mon langage jamais jusqu’ici n’est sorti
De mon vrai cœur…


Roxane.

De mon vrai cœur…Pourquoi ?


Cyrano.

De mon vrai cœur…Pourquoi ?Parce que… jusqu’ici
Je parlais à travers…


Roxane.

Je parlais à travers…Quoi ?


Cyrano.

Je parlais à travers…Quoi ?…le vertige où tremble
Quiconque est sous vos yeux !… Mais ce soir, il me semble…
Que je vais vous parler pour la première fois !


Roxane.

C’est vrai que vous avez une toute autre voix.


Cyrano, se rapprochant avec fièvre.

Oui, tout autre, car dans la nuit qui me protège
J’ose être enfin moi-même, et j’ose…

(Il s’arrête et, avec égarement.)

J’ose être enfin moi-même, et j’ose…Où en étais-je ?
Je ne sais… tout ceci, — pardonnez mon émoi, —
C’est si délicieux… c’est si nouveau pour moi !


Roxane.

Si nouveau ?


Cyrano, bouleversé, et essayant toujours de ratraper ses mots.

Si nouveau ?Si nouveau… mais oui… d’être sincère :
La peur d’être raillé, toujours au cœur me serre…


Roxane.

Raillé de quoi ?


Cyrano.

Raillé de quoi ?Mais de… d’un élan !… Oui, mon cœur
Toujours, de mon esprit s’habille, par pudeur :
Je pars pour décrocher l’étoile, et je m’arrête
Par peur du ridicule, à cueillir la fleurette !


Roxane.

La fleurette a du bon.


Cyrano.

La fleurette a du bon.Ce soir, dédaignons-la !


Roxane.

Vous ne m’aviez jamais parlé comme cela !


Cyrano.

Ah ! si, loin des carquois, des torches et des flèches,
On se sauvait un peu vers des choses… plus fraîches !
Au lieu de boire goutte à goutte, en un mignon
Dé à coudre d’or fin, l’eau fade du Lignon,
Si l’on tentait de voir comment l’âme s’abreuve
En buvant largement à même le grand fleuve !


Roxane.

Mais l’esprit ?…


Cyrano.

Mais l’esprit ?…J’en ai fait pour vous faire rester
D’abord, mais maintenant ce serait insulter
Cette nuit, ces parfums, cette heure, la Nature,
Que de parler comme un billet doux de Voiture !
— Laissons, d’un seul regard de ses astres, le ciel
Nous désarmer de tout notre artificiel :
Je crains tant que parmi notre alchimie exquise
Le vrai du sentiment ne se volatilise,
Que l’âme ne se vide à ces passe-temps vains,
Et que le fin du fin ne soit la fin des fins !


Roxane.

Mais l’esprit ?…


Cyrano.

Mais l’esprit ?…Je le hais, dans l’amour ! C’est un crime
Lorsqu’on aime de trop prolonger cette escrime !
Le moment vient d’ailleurs inévitablement,
— Et je plains ceux pour qui ne vient pas ce moment ! —
Où nous sentons qu’en nous une amour noble existe
Que chaque joli mot que nous disons rend triste !


Roxane.

Eh bien ! si ce moment est venu pour nous deux,
Quels mots me direz-vous ?


Cyrano.

Quels mots me direz-vous ?Tous ceux, tous ceux, tous ceux
Qui me viendront, je vais vous les jeter, en touffe,
Sans les mettre en bouquets : je vous aime, j’étouffe,
Je t’aime, je suis fou, je n’en peux plus, c’est trop ;
Ton nom est dans mon cœur comme dans un grelot,
Et comme tout le temps, Roxane, je frissonne,
Tout le temps, le grelot s’agite, et le nom sonne !
De toi, je me souviens de tout, j’ai tout aimé :
Je sais que l’an dernier, un jour, le douze mai,
Pour sortir le matin tu changeas de coiffure !
J’ai tellement pris pour clarté ta chevelure
Que, comme lorsqu’on a trop fixé le soleil,
On voit sur toute chose ensuite un rond vermeil,
Sur tout, quand j’ai quitté les feux dont tu m’inondes,
Mon regard ébloui pose des taches blondes !


Roxane, d’une voix troublée.

Oui, c’est bien de l’amour…


Cyrano.

Oui, c’est bien de l’amour…Certes, ce sentiment
Qui m’envahit, terrible et jaloux, c’est vraiment
De l’amour, il en a toute la fureur triste !
De l’amour, — et pourtant il n’est pas égoïste !
Ah ! que pour ton bonheur je donnerais le mien,
Quand même tu devrais n’en savoir jamais rien,
S’il ne pouvait, parfois, que de loin, j’entendisse
Rire un peu le bonheur né de mon sacrifice !
— Chaque regard de toi suscite une vertu
Nouvelle, une vaillance en moi ! Commences-tu
À comprendre, à présent ? voyons, te rends-tu compte ?
Sens-tu mon âme, un peu, dans cette ombre, qui monte ?…
Oh ! mais vraiment, ce soir, c’est trop beau, c’est trop doux !
Je vous dis tout cela, vous m’écoutez, moi, vous !
C’est trop ! Dans mon espoir même le moins modeste,
Je n’ai jamais espéré tant ! Il ne me reste

Qu’à mourir maintenant ! C’est à cause des mots
Que je dis qu’elle tremble entre les bleus rameaux !
Car vous tremblez, comme une feuille entre les feuilles !
Car tu trembles ! car j’ai senti, que tu le veuilles
Ou non, le tremblement adoré de ta main
Descendre tout le long des branches du jasmin !

(Il baise éperdument l’extrémité d’une branche pendante.)


Roxane.

Oui, je tremble, et je pleure, et je t’aime, et suis tienne !
Et tu m’as enivrée !


Cyrano.

Et tu m’as enivrée !Alors, que la mort vienne !
Cette ivresse, c’est moi, moi, qui l’ai su causer !
Je ne demande plus qu’une chose…


Christian, sous le balcon.

Je ne demande plus qu’une chose…Un baiser !


Roxane, se rejetant en arrière.

Hein ?


Cyrano.

Hein ?Oh !


Roxane.

Hein ?Oh !Vous demandez ?


Cyrano.

Hein ?Oh !Vous demandez ?Oui… je…

(À Christian bas.)

Hein ?Oh !Vous demandez ?Oui… je…Tu vas trop vite.


Christian.

Puisqu’elle est si troublée, il faut que j’en profite !


Cyrano, à Roxane.

Oui, je… j’ai demandé, c’est vrai… mais justes cieux !
Je comprends que je fus bien trop audacieux.


Roxane, un peu déçue.

Vous n’insistez pas plus que cela ?


Cyrano.

Vous n’insistez pas plus que cela ?Si ! j’insiste…
Sans insister !… Oui, oui ! votre pudeur s’attriste !
Eh bien ! mais, ce baiser… ne me l’accordez pas !


Christian, à Cyrano, le tirant par son manteau.

Pourquoi ?


Cyrano.

Pourquoi ?Tais-toi, Christian !


Roxane, se penchant.

Pourquoi ?Tais-toi, Christian !Que dites-vous tout bas ?


Cyrano.

Mais d’être allé trop loin, moi-même je me gronde ;
Je me disais : tais-toi, Christian !…

(Les théorbes se mettent à jouer.)

Je me disais : tais-toi, Christian !…Une seconde !…
On vient !

(Roxane referme la fenêtre. Cyrano écoute les théorbes, dont un joue un air folâtre et l’autre un air lugubre.)

On vient !Air triste ? Air gai ?… Quel est donc leur dessein ?
Est-ce un homme ? une femme ? — Ah ! c’est un capucin !

(Entre un capucin qui va de maison en maison, une lanterne à la main, regardant les portes.)

Scène VIII

CYRANO, CHRISTIAN, un Capucin.


Cyrano, au capucin.

Quel est ce jeu renouvelé de Diogène ?


Le capucin.

Je cherche la maison de madame…


Christian.

Je cherche la maison de madame…Il nous gêne !


Le capucin.

Magdeleine Robin…


Christian.

Magdeleine Robin…Que veut-il ?


Cyrano, lui montrant une rue montante.

Magdeleine Robin…Que veut-il ?Par ici !
Tout droit, toujours tout droit…


Le capucin.

Tout droit, toujours tout droit…Je vais pour vous
Dire mon chapelet jusqu’au grain majuscule.

(Il sort.)


Cyrano.

Bonne chance ! Mes vœux suivent votre cuculle !

(Il redescend vers Christian.)

Scène IX

CYRANO, CHRISTIAN.


Christian.

Obtiens-moi ce baiser !…


Cyrano.

Obtiens-moi ce baiser !…Non !


Christian.

Obtiens-moi ce baiser !…Non !Tôt ou tard…


Cyrano.

Obtiens-moi ce baiser !…Non !Tôt ou tard…C’est vrai !
Il viendra, ce moment de vertige enivré
Où vos bouches iront l’une vers l’autre, à cause
De ta moustache blonde et de sa lèvre rose !

(À lui-même.)

J’aime mieux que ce soit à cause de…

(Bruit de volet qui se rouvrent, Christian se cache sous le balcon.)

Scène X

CYRANO, CHRISTIAN, ROXANE.


Roxane, s’avançant sur le balcon.

J’aime mieux que ce soit à cause de…C’est vous ?
Nous parlions de… de… d’un…


Cyrano.

Nous parlions de… de… d’un…Baiser. Le mot est doux !
Je ne vois pas pourquoi votre lèvre ne l’ose ;
S’il la brûle déjà, que sera-ce la chose ?

Ne vous en faites pas un épouvantement
N’avez-vous pas tantôt, presque insensiblement,
Quitté le badinage et glissé sans alarmes
Du sourire au soupir, et du soupir aux larmes !
Glissez encore un peu d’insensible façon :
Des larmes au baiser il n’y a qu’un frisson !


Roxane.

Taisez-vous !


Cyrano.

Taisez-vous !Un baiser, mais à tout prendre, qu’est-ce ?
Un serment fait d’un peu plus près, une promesse
Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,
Un point rose qu’on met sur l’i du verbe aimer ;
C’est un secret qui prend la bouche pour oreille,
Un instant d’infini qui fait un bruit d’abeille,
Une communion ayant un goût de fleur,
Une façon d’un peu se respirer le cœur,
Et d’un peu se goûter, au bord des lèvres, l’âme !


Roxane.

Taisez-vous !


Cyrano.

Taisez-vous !Un baiser, c’est si noble, Madame,
Que la reine de France, au plus heureux des lords,
En a laissé prendre un, la reine même !


Roxane.

En a laissé prendre un, la reine même !Alors !


Cyrano, s’exaltant.

J’eus comme Buckingham des souffrances muettes,
J’adore comme lui la reine que vous êtes,
Comme lui je suis triste et fidèle…


Roxane.

Comme lui je suis triste et fidèle…Et tu es
Beau comme lui !


Cyrano, à part, dégrisé.

Beau comme lui !C’est vrai, je suis beau, j’oubliais !


Roxane.

Eh bien ! montez cueillir cette fleur sans pareille…


Cyrano, poussant Christian vers le balcon.

Monte !


Roxane.

Monte !Ce goût de cœur…


Cyrano.

Monte !Ce goût de cœur…Monte !


Roxane.

Monte !Ce goût de cœur…Monte !Ce bruit d’abeille…


Cyrano.

Monte !


Christian, hésitant.

Monte !Mais il me semble à présent que c’est mal !


Roxane.

Cet instant d’infini !…


Cyrano, le poussant.

Cet instant d’infini !…Monte donc, animal !

(Christian s’élance, et par le banc, le feuillage, les piliers, atteint les balustres qu’il enjambe.)


Christian.

Ah ! Roxane !

(Il l’enlace et se penche sur ses lèvres.)


Cyrano.

Ah ! Roxane !Aïe ! au cœur, quel pincement bizarre !
— Baiser, festin d’amour dont je suis le Lazare !
Il me vient de cette ombre une miette de toi,-
Mais oui, je sens un peu mon cœur qui te reçoit,
Puisque sur cette lèvre où Roxane se leurre
Elle baise les mots que j’ai dits tout à l’heure !

(On entend les théorbes.)

Un air triste, un air gai : le capucin !

(Il feint de courir comme s’il arrivait de loin, et d’une voix claire.)

Un air triste, un air gai : le capucin !Holà !


Roxane.

Qu’est-ce ?


Cyrano.

Qu’est-ce ?Moi. Je passai… Christian est encor là ?


Christian, très étonné.

Tiens, Cyrano !


Roxane.

Tiens, Cyrano !Bonjour, cousin !


Cyrano.

Tiens, Cyrano !Bonjour, cousin !Bonjour, cousine !


Roxane.

Je descends !

(Elle disparaît dans la maison. Au fond rentre le capucin.)


Christian, l’apercevant.

Je descends !Oh ! encor !

(Il suit Roxane.)

Scène XI

CYRANO, CHRISTIAN, LE CAPUCIN, RAGUENEAU.


Le capucin.

Je descends !Oh ! encor !C’est ici, — je m’obstine —
Magdeleine Robin !


Cyrano.

Magdeleine Robin !Vous aviez dit : Ro-lin.


Le capucin.

Non : bin. B, i, n, bin !


Roxane, paraissant sur le seuil de la maison, suivie de Ragueneau, qui porte une lanterne, et de Christian.

Non : bin. B, i, n, bin !Qu’est-ce ?


Le capucin.

Non : bin. B, i, n, bin !Qu’est-ce ?Une lettre.


Christian.

Non : bin. B, i, n, bin !Qu’est-ce ?Une lettre.Hein ?


Le capucin, à Roxane.

Oh ! il ne peut s’agir que d’une sainte chose !
C’est un digne seigneur qui…


Roxane, à Christian.

C’est un digne seigneur qui…C’est De Guiche !


Christian.

C’est un digne seigneur qui…C’est De Guiche !Il ose ?…


Roxane.

Oh ! mais il ne va pas m’importuner toujours !

(Décachetant la lettre.)

Je t’aime, et si…

(À la lueur de la lanterne de Ragueneau, elle lit, à l’écart, à voix basse.)

Je t’aime, et si…« Mademoiselle, les tambours
Battent ; mon régiment boucle sa soubreveste ;
Il part ; moi, l’on me croit déjà parti : je reste.
Je vous désobéis. Je suis dans ce couvent.
Je vais venir, et vous le mande auparavant
Par un religieux simple comme une chèvre
Qui ne peut rien comprendre à ceci. Votre lèvre
M’a trop souri tantôt : j’ai voulu la revoir.
L’audacieux déjà pardonné, je l’espère,
Qui signe votre très… et caetera…»

(Au capucin.)

Qui signe votre très… et caetera…"Mon père,
Voici ce que me dit cette lettre. Écoutez.

(Tous se rapprochent, elle lit à haute voix.)

« Mademoiselle,
Mademoiselle,Il faut souscrire aux volontés
Du cardinal, si dur que cela vous puisse être.
C’est la raison pourquoi j’ai fait choix, pour remettre
Ces lignes en vos mains charmantes, d’un très saint,
D’un très intelligent et discret capucin ;
Nous voulons qu’il vous donne, et dans votre demeure,
La bénédiction

(Elle tourne la page.)

La bénédictionnuptiale sur l’heure.
Christian doit en secret devenir votre époux ;
Je vous l’envoie. Il vous déplaît. Résignez-vous.
Songez bien que le ciel bénira votre zèle,
Et tenez pour tout assuré, Mademoiselle,
Le respect de celui qui fut et qui sera
Toujours votre très humble et très… et caetera. »


Le capucin, rayonnant.

Digne seigneur !… Je l’avais dit. J’étais sans crainte !
Il ne pouvait s’agir que d’une chose sainte !


Roxane, bas à Christian.

N’est-ce pas que je lis très bien les lettres ?


Christian.

N’est-ce pas que je lis très bien les lettres ?Hum !


Roxane, haut, avec désespoir.

Ah !… c’est affreux !


Le capucin, qui a dirigé sur Cyrano la clarté de sa lumière.

Ah !… c’est affreux !C’est vous ?


Christian.

Ah !… c’est affreux !C’est vous ?C’est moi !


Le capucin, tournant la lumière vers lui, et, comme si un doute lui venait, en voyant sa beauté.

Ah !… c’est affreux !C’est vous ?C’est moi !Mais…


Roxane, vivement.

Ah !… c’est affreux !C’est vous ?C’est moi !Mais…Post-scriptum
« Donnez pour le couvent cent vingt pistoles. »


Le capucin.

"Donnez pour le couvent cent vingt pistoles."Digne,
Digne seigneur !

(À Roxane.)

Digne seigneur !Résignez-vous !


Roxane, en martyre.

Digne seigneur !Résignez-vous !Je me résigne !

(Pendant que Ragueneau ouvre la porte au capucin que Christian invite à entrer, elle dit bas à Cyrano.)

Vous retenez ici De Guiche ! Il va venir !
Qu’il n’entre pas tant que…


Cyrano.

Qu’il n’entre pas tant que…Compris !

(Au capucin.)

Qu’il n’entre pas tant que…Compris !Pour les bénir
Il vous faut ?…


Le capucin.

Il vous faut ?…Un quart d’heure.


Cyrano, les poussant tous vers la maison.

Il vous faut ?…Un quart d’heure.Allez ! moi, je demeure !


Roxane, à Christian.

Viens !…

(Ils entrent.)

Scène XII

CYRANO, seul.


Cyrano.

Viens !…Comment faire perdre à De Guiche un quart d’heure ?

(Il se précipite sur le banc, grimpe au mur, vers le balcon.)

Là !… grimpons !… J’ai mon plan !…

(Les théorbes se mettent à jouer une phrase lugubre.)

Là !… grimpons !… J’ai mon plan !…Ho ! c’est un homme !

(Le trémolo devient sinistre.)

Là !… grimpons !… J’ai mon plan !…Ho ! c’est un homme !Ho ! ho !
Cette fois, c’en est un !…

(Il est sur le balcon, il rabaisse son feutre sur ses yeux, ôte son épée, se drape dans sa cape, puis se penche et regarde au-dehors.)

Cette fois, c’en est un !…Non, ce n’est pas trop haut…

(Il enjambe les balustres et attirant à lui la longue branche d’un des arbres qui débordent le mur du jardin, il s’y accroche des deux mains, prêt à se laisser tomber.)

Je vais légèrement troubler cette atmosphère !…


Scène XIII

CYRANO, DE GUICHE.


De guiche, qui entre, masqué, tâtonnant dans la nuit.

Qu’est-ce que ce maudit capucin peut bien faire ?


Cyrano.

Diable ! et ma voix ?… S’il la reconnaissait ?

(Lâchant d’une main, il a l’air de tourner une invisible clef.)

Diable ! et ma voix ?… S’il la reconnaissait ?Cric ! Crac !

(Solennellement.)

Cyrano, reprenez l’accent de Bergerac !…


De guiche, regardant la maison.

Oui, c’est là. J’y vois mal. Ce masque m’importune !

(Il va pour entrer. Cyrano saute du balcon en se tenant à la branche, qui plie, et le dépose entre la porte et De Guiche ; il feint de tomber lourdement, comme si c’était de très haut, et s’aplatit par terre, où il reste immobile, comme étourdi. De Guiche fait un bon en arrière.)

Hein ? quoi ?

(Quand il lève les yeux, la branche s’est redressée ; il ne voit que le ciel ; il ne comprend pas.)

Hein ? quoi ?D’où tombe cet homme ?


Cyrano, se mettant sur son séant, et avec l’accent de Gascogne.

Hein ? quoi ?D’où tombe cet homme ?De la lune !


De guiche.

De la ?…


Cyrano, d’une voix de rêve.

De la ?…Quelle heure est-il ?


De guiche.

De la ?…Quelle heure est-il ?N’a-t-il plus sa raison ?


Cyrano.

Quelle heure ? Quel pays ? Quel jour ? Quelle saison ?


De guiche.

Mais…


Cyrano.

Mais…Je suis étourdi !


De guiche.

Mais…Je suis étourdi !Monsieur…


Cyrano.

Mais…Je suis étourdi !Monsieur…Comme une bombe
Je tombe de la lune !


De guiche, impatienté.

Je tombe de la lune !Ah çà ! Monsieur !


Cyrano, se relevant, d’une voix terrible.

Je tombe de la lune !Ah çà ! Monsieur !J’en tombe !


De guiche, reculant.

Soit ! soit ! vous en tombez !… c’est peut-être un dément !


Cyrano, marchant sur lui.

Et je n’en tombe pas métaphoriquement !…


De guiche.

Mais…


Cyrano.

Mais…Il y a cent ans, ou bien une minute,
— J’ignore tout à fait ce que dura ma chute ! —
J’étais dans cette boule à couleur de safran !


De guiche, haussant les épaules.

Oui. Laissez–moi passer !


Cyrano, s’interposant.

Oui. Laissez–moi passer !Où suis-je ? Soyez franc !
Ne me déguisez rien ! En quel lieu, dans quel site,
Viens-je de choir, Monsieur, comme un aérolithe ?


De guiche.

Morbleu !…


Cyrano.

Morbleu !…Tout en cheyant je n’ai pu faire choix
De mon point d’arrivée, — et j’ignore où je chois !
Est-ce dans une lune ou bien dans une terre,
Que vient de m’entraîner le poids de mon postère ?


De guiche.

Mais je vous dis, Monsieur…


Cyrano, avec un cri de terreur qui fait reculer De Guiche.

Mais je vous dis, Monsieur…Ha ! grand Dieu !… je crois voir
Qu’on a dans ce pays le visage tout noir !


De guiche, portant la main à son visage.

Comment ?


Cyrano, avec une peur emphatique.

Comment ?Suis-je en Alger ? Êtes-vous indigène ?…


De guiche, qui a senti son masque.

Ce masque !…


Cyrano, feignant de se rassurer un peu.

Ce masque !…Je suis donc à Venise, ou dans Gêne ?


De guiche, voulant passer.

Une dame m’attend !…


Cyrano, complètement rassuré.

Une dame m’attend !…Je suis donc à Paris.


De guiche, souriant malgré lui.

Le drôle est assez drôle !


Cyrano.

Le drôle est assez drôle !Ah ! vous riez ?


De guiche.

Le drôle est assez drôle !Ah ! vous riez ?Je ris,
Mais veux passer !


Cyrano, rayonnant.

Mais veux passer !C’est à Paris que je retombe !

(Tout à fait à son aise, riant, s’époussetant, saluant.)

J’arrive — excusez-moi ! — Par la dernière trombe.
Je suis un peu couvert d’éther. J’ai voyagé !
J’ai les yeux tout remplis de poudre d’astres. J’ai
Aux éperons, encor, quelques poils de planète !

(Cueillant quelque chose sur sa manche.)

Tenez, sur mon pourpoint, un cheveu de comète !…

(Il souffle comme pour le faire envoler.)


De guiche, hors de lui.

Monsieur !…


Cyrano, au moment où il va passer, tend sa jambe comme pour y montrer quelque chose et l’arrête.

Monsieur !…Dans mon mollet je rapporte une dent
De la Grande Ourse, — et comme, en frôlant le Trident,
Je voulais éviter une de ses trois lances,
Je suis aller tomber assis dans les Balances, —
Dont l’aiguille, à présent, là-haut, marque mon poids !

(Empêchant vivement De Guiche de passer et le prenant à un bouton du pourpoint.)

Si vous serriez mon nez, Monsieur, entre vos doigts,
Il jaillirait du lait !


De guiche.

Il jaillirait du lait !Hein ? du lait ?…


Cyrano.

Il jaillirait du lait !Hein ? du lait ?…De la Voie
Lactée !…


De guiche.

Lactée !…Oh ! par l’enfer !


Cyrano.

Lactée !…Oh ! par l’enfer !C’est le ciel qui m’envoie !

(Se croisant les bras.)

Non ! croiriez-vous, je viens de le voir en tombant,
Que Sirius, la nuit, s’affuble d’un turban ?

(Confidentiel.)

L’autre Ourse est trop petite encor pour qu’elle morde !

(Riant.)

J’ai traversé la Lyre en cassant une corde !

(Superbe.)

Mais je compte en un livre écrire tout ceci,
Et les étoiles d’or qu’en mon manteau roussi
Je viens de rapporter à mes périls et risques,
Quand on l’imprimera, serviront d’astérisques !


De guiche.

À la parfin, je veux…


Cyrano.

À la parfin, je veux…Vous, je vous vois venir !


De guiche.

Monsieur !


Cyrano.

Monsieur !Vous voudriez de ma bouche tenir
Comment la lune est faite, et si quelqu’un habite
Dans la rotondité de cette cucurbite ?


De guiche, criant.

Mais non ! Je veux…


Cyrano.

Mais non ! Je veux…Savoir comment j’y suis monté.
Ce fut par un moyen que j’avais inventé.


De guiche, découragé.

C’est un fou !


Cyrano, dédaigneux.

C’est un fou !Je n’ai pas refait l’aigle stupide
De Regiomontanus, ni le pigeon timide
D’Archytas !…


De guiche.

D’Archytas !…C’est un fou, — mais un fou savant.


Cyrano.

Non, je n’imitai rien de ce qu’on fit avant !

(De Guiche a réussi à passer et il marche vers la porte de Roxane. Cyrano le suit, prêt à l’empoigner.)

J’inventai six moyens de violer l’azur vierge !


De guiche, se retournant.

Six ?


Cyrano, avec volubilité.

Six ?Je pouvais, mettant mon corps nu comme un cierge,
Le caparaçonner de fioles de cristal
Toutes pleines des pleurs d’un ciel matutinal,
Et ma personne, alors, au soleil exposée,
L’astre l’aurait humée en humant la rosée !


De guiche, surpris et faisant un pas vers Cyrano.

Tiens ! Oui, cela fait un !


Cyrano, reculant pour l’entraîner de l’autre côté.

Tiens ! Oui, cela fait un !Et je pouvais encor
Faire engouffrer du vent, pour prendre mon essor,
En raréfiant l’air dans un coffre de cèdre
Par des miroirs ardents, mis en icosaèdre !


De guiche, fait encor un pas.

Deux !


Cyrano, reculant toujours.

Deux !Ou bien, machiniste autant qu’artificier,
Sur une sauterelle aux détentes d’acier,
Me faire, par des feux successifs de salpêtre,
Lancer dans les prés bleus où les astres vont paître !


De guiche, le suivant, sans s’en douter, et comptant sur ses doigts.

Trois !


Cyrano.

Trois !Puisque la fumée a tendance à monter,
En souffler dans un globe assez pour m’emporter !


De guiche, même jeu, de plus en plus étonné.

Quatre !


Cyrano.

Quatre !Puisque Phœbé, quand son acte est le moindre,
Aime sucer, ô bœufs, votre moelle… m’en oindre !


De guiche, stupéfait.

Cinq !


Cyrano, qui en parlant l’a amené jusqu’à l’autre côté de la place, près d’un banc.

Cinq !Enfin, me plaçant sur un plateau de fer,
Prendre un morceau d’aimant et le lancer en l’air !
Ça, c’est un bon moyen : le fer se précipite,
Aussitôt que l’aimant s’envole, à sa poursuite
On relance l’aimant bien vite, et cadédis !
On peut monter ainsi indéfiniment.


De guiche.

On peut monter ainsi indéfiniment.Six !
— Mais voilà six moyens excellents !… Quel système
Choisîtes-vous des six, Monsieur ?


Cyrano.

Choisîtes-vous des six, Monsieur ?Un septième !


De guiche.

Par exemple ! Et lequel ?


Cyrano.

Par exemple ! Et lequel ?Je vous le donne en cent !


De guiche.

C’est que ce mâtin-là devient intéressant !


Cyrano, faisant le bruit des vagues avec de grands gestes mystérieux.

Houüh ! houüh !


De guiche.

Houüh ! houüh !Eh bien !


Cyrano.

Houüh ! houüh !Eh bien !Vous devinez ?


De guiche.

Houüh ! houüh !Eh bien !Vous devinez ?Non !


Cyrano.

Houüh ! houüh !Eh bien !Vous devinez ?Non !La marée !…
À l’heure où l’onde par la lune est attirée,
Je me mis sur le sable — après un bain de mer —
Et la tête partant la première, mon cher,
— Car les cheveux, surtout, gardent l’eau dans leur franges ! —

Je m’enlevai dans l’air, droit, tout droit, comme un ange.
Je montais, je montais, doucement, sans efforts,
Quand je sentis un choc !… Alors…


De guiche, entraîné par la curiosité et s’asseyant sur le banc.

Quand je sentis un choc !… Alors…Alors ?


Cyrano.

Quand je sentis un choc !… Alors…Alors ?Alors…

(Reprenant sa voix naturelle.)

Le quart d’heure est passé, Monsieur, je vous délivre
Le mariage est fait.


De guiche, se relevant d’un bond.

Le mariage est fait.Çà, voyons, je suis ivre !…
Cette voix ?

(La porte de la maison s’ouvre, des laquais paraissent portant des candélabres allumés. Lumière. Cyrano ôte son chapeau au bord abaissé.)

Cette voix ?Et ce nez !… Cyrano ?


Cyrano, saluant.

Cette voix ?Et ce nez !… Cyrano ?Cyrano.
— Ils viennent à l’instant d’échanger leur anneau.


De guiche.

Qui cela ?

(Il se retourne. — Tableau. Derrière les laquais, Roxane et Christian se tiennent par la main. Le capucin les suit en souriant. Ragueneau élève aussi un flambeau. La duègne ferme la marche, ahurie, en petit saut de lit.)

Qui cela ?Ciel !


Scène XIV

LES MEMES, ROXANE, CHRISTIAN, Le Capucin, RAGUENEAU, Laquais, La Duègne.


De guiche, à Roxane.

Qui cela ?Ciel !Vous !

(Reconnaissant Christian avec stupeur.)

Qui cela ?Ciel !Vous !Lui ?

(Saluant Roxane avec admiration.)

Qui cela ?Ciel !Vous !Lui ?Vous êtes des plus fines !

(À Cyrano.)

Mes compliments, Monsieur l’inventeur des machines :
Votre récit eût fait s’arrêter au portail
Du paradis, un saint ! Notez-en le détail,
Car vraiment cela peut resservir dans un livre !


Cyrano, s’inclinant.

Monsieur, c’est un conseil que je m’engage à suivre.


Le capucin, montrant les amants à De Guiche et hochant avec satisfaction sa grande barbe blanche.

Un beau couple, mon fils, réuni là par vous !


De guiche, le regardant d’un œil glacé.

Oui.

(À Roxane.)

Oui.Veuillez dire adieu, Madame, à votre époux.


Roxane.

Comment ?


De guiche, à Christian.

Comment ?Le régiment déja se met en route.
Joignez-le !


Roxane.

Joignez-le !Pour aller à la guerre ?


De guiche.

Joignez-le !Pour aller à la guerre ?Sans doute !


Roxane.

Mais, Monsieur, les cadets n’y vont pas !


De guiche.

Mais, Monsieur, les cadets n’y vont pas !Ils iront.

(Tirant le papier qu’il avait mis dans sa poche.)

Voici l’ordre.

(À Christian.)

Voici l’ordre.Courez le portez, vous, baron.


Roxane, se jetant dans les bras de Christian.

Christian !


De guiche, ricanant, à Cyrano.

Christian !La nuit de noce est encore lointaine !


Cyrano, à part.

Dire qu’il croit me faire énormément de peine !


Christian, à Roxane.

Oh ! tes lèvres encor !


Cyrano.

Oh ! tes lèvres encor !Allons, voyons, assez !


Christian, continuant à embrasser Roxane.

C’est dur de la quitter… Tu ne sais pas…


Cyrano, cherchant à l’entraîner.

C’est dur de la quitter… Tu ne sais pas…Je sais.

(On entend au loin des tambours qui battent une marche.)


De guiche, qui est remonté au fond.

Le régiment qui part !


Roxane, à Cyrano, en retenant Christian qu’il essaye toujours d’entraîner.

Le régiment qui part !Oh !… je vous le confie !
Promettez-moi que rien ne va mettre sa vie
En danger !


Cyrano.

En danger !J’essaierai… mais ne peux cependant
Promettre…


Roxane, même jeu.

Promettre…Promettez qu’il sera très prudent !


Cyrano.

Oui, je tâcherai, mais…


Roxane, même jeu.

Oui, je tâcherai, mais…Qu’à ce siège terrible
Il n’aura jamais froid !


Cyrano.

Il n’aura jamais froid !Je ferai mon possible.
Mais…


Roxane, même jeu.

Mais…Qu’il sera fidèle !


Cyrano.

Mais…Qu’il sera fidèle !Eh oui ! sans doute, mais…


Roxane, même jeu.

Qu’il m’écrira souvent !


Cyrano, s’arrêtant.

Qu’il m’écrira souvent !Ça, — je vous le promets !


RIDEAU.