Dédicaces/Fountain Court, à Arthur Symons

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes - Tome IIIVaniervolume III (p. 157-158).

LIX

FOUNTAIN COURT


À Arthur Symons.


La Cour de la fontaine est, dans le Temple,
Un coin exquis de ce coin délicat
Du Londres vieux où le jeune avocat
Apprend l’étroite Loi, puis le Droit ample :

Des arbres moins anciens (mais vieux, sans faute)
Que les maisons d’aspect ancien très bien
Et la noire chapelle au plus ancien
Encore galbe, aujourd’hui… table d’hôte…

Des moineaux francs picorent joliment
— Car c’est l’hiver — la baie un peu moisie
Sur la branche précaire, et — poésie !
La jeune Anglaise à l’Anglais âgé ment…


Qu’importe ! ils ont raison, et nous aussi,
Symons, d’aimer les vers et lu musique
Et tout l’art, et l’urgent mélancolique !
D’être si vite envolé, vil souci !

« Et le jet d’eau ride l’humble bassin »
Comme chantait, quand il avait votre âge.
L’auteur de ces vers-ci, débris d’orage,
Ruine, épave, au vague et lent dessin.


Londres, novembre 1894.