100%.png

Dans la rue (Bruant)/Belleville-Ménilmontant

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Aristide Bruant (Volume Ip. np-90).


BELLEVILLE-MÉNILMONTANT



\relative c'' {
  \clef treble
  \key bes \major
  \time 2/4
\partial 4 bes8 c
  \bar "||" \mark \markup { \musicglyph #"scripts.segno" }
  d d d d | d4 f8 ees
d4 c | bes\fermata \bar "||"
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
  \autoBeamOff
  bes8^\markup { Chant. } c | d d d d
d4 d8 d | f ees d ees | c4 a8 bes
c c c c | c c bes c | d4~ d
bes bes8 c | d d d d | d d d d
f ees d ees | c4 a8 bes | c c c c 
c c f ees | d4 c | d d8 ees | f4 f | bes,
\bar "||"
  \set Staff.midiInstrument = #"piano"
  bes8^\markup { Ritournelle } c
    \bar "|." \mark \markup { \musicglyph #"scripts.segno" }
}

\addlyrics {
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _
_ _  
Pa -- pa c’é -- tait un la -- pin
Qui s’ap -- p’lait J.- B. Cho -- pin
Et qu’a -- vait son do -- mi -- ci -- le,
À Bell’ -- vil -- "le ;"
L’soir, a -- vec sa p’tit’ fa -- mil -- le,
I s’bal -- la -- dait, en chan -- tant,
Des hau -- teurs de la Cour -- til -- le,
À Mé -- nil -- mon -- tant.
À Mé -- nil -- mon -- tant.
}

\layout {
  \context {
    \Score
    \remove "Bar_number_engraver"
  }
}


Papa c’était un lapin
Qui s’app’lait J.-B. Chopin
Et qu’avait son domicile,
        À Bell’ville ;
L’soir, avec sa p’tit’ famille,
I s’balladait, en chantant,
Des hauteurs de la Courtille,
        À Ménilmontant.

I’ buvait si peu qu’un soir
On l’a r’trouvé su’ l’trottoir,
Il’tait crevé ben tranquille,
        À Bell’ville,
On l’a mis dans d’la terr’ glaise,
Pour un prix exorbitant,
Tout en haut du Pèr’-Lachaise,
        À Ménilmontant.

Depis, c’est moi qu’est l’sout’neur
Naturel à ma p’tit’ sœur,
Qu’est l’ami’ d’la p’tit’ Cécile,
        À Bell’ville,
Qu’est sout’nu’ par son grand frère,
Qui s’appelle Éloi Constant,
Qu’a jamais connu son père,
        À Ménilmontant.


Ma sœur est avec Éloi,
Dont la sœur est avec moi,
L’soir, su’ l’boul’vard, ej’la r’file,
        À Bell’ville ;
Comm’ ça j’gagn’ pas mal de braise,
Mon beau-frère en gagne autant,
Pisqu’i’ r’fil’ ma sœur Thérèse,
        À Ménilmontant.

L’Dimanche, au lieu d’travailler,
J’mont’ les môm’au poulailler,
Voir jouer l’drame ou l’vaud’ville,
        À Bellville ;
Le soir, on fait ses épates.
On étal’ son culbutant
Minc’ des g’noux et larg’ des pattes,
        À Ménilmontant.


C’est comm’ ça qu’c’est l’vrai moyen
D’dev’nir un bon citoyen :
On grandit, sans s’fair’ de bile,
        À Bell’ville,
On cri’ : Viv’ l’Indépendance !
On a l’cœur bath et content,
Et l’on nag’, dans l’abondance,
        À Ménilmontant.