100%.png

Dans les brandons du Ciel qui brûle, je crois voir

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Perles rouges : 93 sonnets historiquesBibliothèque-Charpentier (p. 44-45).


XXII


Dans les brandons du Ciel qui brûle, je crois voir
De rouges lis broyés, des lambeaux de chair tiède ;
Moreau l’aurait bien peint, ce couchant sanguinède
Où la pourpre des Rois s’effrange dans le soir.

Sur les miroirs d’onyx des bassins d’un vert noir,
Des lèvres d’une plaie un sourire m’obsède ;
Au-dessus, des agneaux écorchés, que précède
Un berger empourpré, vont au rouge abreuvoir.


Tout le débarquement de Cléopâtre à Tarse,
Dans cette incandescente agonie est éparse :
Lorrain brandit sa torche, et Turner est en feu !

Le peintre Orizonnté, que son nom symbolise,
À Versailles ayant fait défaut, qu’on élise
Le pinceau de Besnard et le pastel d’Helleu.