De Sire Hain et de Dame Anieuse

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

De Sire Hain et de Dame Anieuse, Texte établi par Anatole de MontaiglonLibrairie des Bibliophiles (p. 97-111).

VI


DE SIRE HAIN
ET DE DAME ANIEUSE.


(PAR HUGUES PIAUCELE.)


Manuscrit F. Fr., 837, f. 49 recto à 51 recto.



Hues PIAUCELE, qui trova
Cest fablel, par reson prova
Que cil qui a fame rubeste
Est garnis de mauvèse beste.
Si le prueve par cest reclaim
D’Anieuse et de sire Hain.
Sire Hains savoit bon mestier,
Quar il savoit bien rafetier
Les coteles et les mantiaus ;
Toz jors erent à chavestriaus
Entre lui et dame Anieuse,
Qui n’estoit pas trop volenteuse
De lui servir à son voloir ;
Quar quant li preudom veut avoir
Porée, se li fesoit pois,
Et si estoit tout seur son pois ;
Et quant il voloit pois mengier,
Se li fesoit por engaignier
Un poi de porée mal cuite.

Anieuse ert de mal porçuite
Vers son seignor quanqu’ele pot ;
Quar quant il voloit char en pot,
Dont li fesoit-ele rostir
Et toute en la cendre honir,
Por ce qu’il n’en péust gouster.
Se vous me volez escouter,
Je vous dirai bon helemot :
Riens ne vaut se chascuns ne m’ot,
Quar cil pert moult bien l’auleluye
Qui par .I. noiseus le desluie ;
C’est por noient, n’i faudrai mie.
   Sire Hains a dit : « Douce amie,
Alez me achater du poisson.
— Vous en aurez à grant foison,
Dist Anieuse, par saint Cire ;
Mès or me dites, biauz douz sire,
Se vous le volez d’éve douce. »
Et cil, qui volentiers l’adouce,
Li a dit : « Mès de mer, amie. »
Anieuse ne tarda mie,
Qui moult fu plaine de mal art.
Au Pont vient, si trueve Guillart,
Qui estoit ses cousins germains :
« Guillart, dist-ele, c’est du mains.
Je vueil avoir des epinoches ;
Mon mari, qui de males broches
Ait crevez les iex de la teste.
Demande poisson à areste. »
Et cil, qui fu de male part.

Li a tornées d’une part,
Se li a mis en son platel ;
Puis les cuevre de son mantel,
En sa meson en vint tout droit.
Sire Hains, quant venir la voit,
Li a dit : « Bien veigniez vous, dame ;
Foi que vous devez Notre-Dame,
Est-ce raie, ou chien de mer ?
— L’en faut moult bien à son esmer,
Fet Anieuse, sire Hain ;
Volez-vous lier vostre estrain,
Qui me demandez tel viande ?
Moult est ore fols qui demande
Chose que l’en ne puet avoir :
Vous savez bien trestout de voir
Qu’il a anuit toute nuit plut :
Toz li poissons de là hors put.
— Put ! fet sire Hains ; Dieu merci,
J’en vi ore porter par ci
De si bons dedenz .I. panier.
— Vous en porrez jà tant pledier,
Fet cèle, qui le het de cuer,
Que je geterai jà tout puer.
Dehait qui le dit s’il nel fet ! »
Les espinoches tout à fet
A semées aval la cort.
« Diex ! fet Hains, com tu me tiens cort !
A paines os-je dire mot ;
Grant honte ai quant mon voisin m’ot,
Que tu me maines si viument.

— Ba ! si en prenez vengement,
Fet-ele, se vous l’osez fère.
— Tais-toi, fame de put afère,
Fet sire Hains ; lai moi ester ;
Ne fust por ma chose haster
Por aler au marchié demain,
Tu le compraisses aparmain.
— Comperaisse ! fet Anieuse ;
Par mon chief, je vous en di beuse ;
Quant vos volez, si commenciez. »
Sire Hains fu moult corouciez :
.I. petitelet se porpensse ;
Après a dit ce que il pensse,
Quant fu apoiez sor son coute :
« Anieuse, fet-il, ç’acoute :
Il m’est avis, et si me samble,
Que jà ne serons bien ensamble
Se nous ne tornons à .I. chief.
— Or dites donques derechief,
Fet-ele, se vous l’osez fère,
A quel chief vous en volez trère.
— Oïl, fet-il, bien l’ose dire :
Le matinet, sanz contredire,
Voudrai mes braies deschaucier,
Et enmi nostre cort couchier ;
Et qui conquerre les porra,
Par bone reson mousterra
Qu’il ert sire et dame du nostre.
— Je l’otroi bien, par saint Apostre,
Fet Anieuse, de bon cuer.

Et se je les braies conquer,
Cui en trerai à tesmoignage ?
— Nous prendrons en nostre visnage
.I. home que nous miex amon.
— Je l’otroi bien ; prenons Symon,
Et ma comère dame Aupais ;
Que qu’il aviegne de la pais,
Cil dui garderont bien au droit.
Hucherai les je orendroit ?
— Diex ! fet Hains, com tu es hastiue !
Or cuides bien que jà soit tiue
La baillie de no meson ;
Ainz auras de moult fort poison
Béu, foi que doi saint Climent.
Moult va près que je ne coment.
— Comencier, fet dame Anieuse ;
Je sui assez plus covoiteuse
Que vous n’estes del comencier.
Or n’i a fors que del huchier
Noz voisins. — Certes ce n’a mon.
— Sire Symon, sire Symon I
Quar venez avant, biaus compère,
Et si amenez ma comère,
S’orrez ce que nous volons dire.
— Je l’otroi bien sanz contredire, »
Fet Symons debonerement.
Adonc s’en vindrent esraument,
Si s’assiéent l’un delez l’autre.
Sire Hains, l’un mot après l’autre,
Lor a contée la réson

Et descouverte l’achoison
Por qoi la bataille doit estre.
« Ha ! fet Symons, ce ne puet estre
Que vous ainsi vous combatez. »
Anieuse dist : « Escoutez :
Li plais est pris en tel manière
Que nus n’en puet aler arière,
Foi que doi au baron saint Leu ;
Je vueil que soiez en no leu ;
Si ferons que fère devons. »
Dont primes a parlé Symons :
« Je ne vos porroie achoisier,
Ne acorder, ne apesier,
Ainz aurez esprové voz forces.
Or garde bien que tu ne porces,
Anieuse, se ton poing non.
Sire Hain, je vous di par non,
Gardez bien que vous ne porciez
Nule chose dont vous faciez
Vo fame mal, fors de voz mains.
— Sire, si m’aït S. Germains,
Fet sire Hains, non ferai-gié ;
Mès or nous donez le congié
De no meslée comencier,
II n’i a fors del deschaucier
Les braies dont la noise monte. »
   Que vous feroie plus lonc conte ?
Les braies furent deschaucies,
Et enz enmi la cort lancies ;
Chascuns s’apresta de combatre ;

Jà lor verra lor os debatre,
Sire Symons, qui le parc garde.
Ainz que Hains s’en fust donez garde
Le fîert Anieuse à plains braz :
« Vilains, dist-ele, je te haz ;
Or me garde ceste alemite.
— Ha ! dist Hains, très orde traïtre.
M’es-tu jà venue ferir ?
Je ne porroie plus souffrir,
Puisque tu m’as avant requis ;
Mès, si m’aït Sainz Esperis,
Je te ferai male nuit trère.
— Par bieu, je ne vous doute guère,
Fet cele, por vostre manace ;
Puisque nous somes en la place,
Face chascuns du pis qu’il puet. »
A cest mot sire Hains s’esmuet,
D’ire et de mautalent espris ;
La cors fu granz et li porpris,
Bien s’i pooit-l’en retorner.
Et, quant cele vit atorner
Son baron por li domagier,
Onques ne se vout esmaier,
Ainz li cort sus à plain eslais.
Huimès devendra li jeus lais,
Quar sire Hains sa fame ataint
Si grant cop que trestout li taint
Le cuir, sor le sorcil, en pers.
« Anieuse, dist-il, tu pers ;
Or t’ai ta colée rendue. »

Cele ne fu mie esperdue,
Ainz li cort sus isnelement ;
Se li done hastivement
.I. cop par deseur le sorcil
Qu’a poi que delèz .I. bercil
Ne l’abati trestout envers.
« Trop vous estiiez descouvers,
Fet Anieuse, ceste part ; »
Puis a esgardé d’autre part,
S’a véu les braies gésir ;
Hastivement les cort sesir,
Si les liève par le braioel.
Et li vilains par le tuiel
Les empoigne par moult grand ire :
Li uns sache, li autres tire ;
La toile desront et despièce ;
Par la cort en gist maint pièce ;
Par vive force jus les mètent,
A la meslée se remètent.
Hains fiert sa famé enmi les denz
Tel cop, que la bouche dedenz
Li a toute emplie de sanc ;
« Tien ore, dist sire Hains, anc !
Je cuit que je t’ai bien atainte ;
Or t’ai-je de deux colors tainte ;
J’aurai les braies toutes voies. »
Dist Anieuse : « Ainz que tu voies
Le jor de demain au matin,
Chanteras-tu d’autre Martin,
Que je ne te pris deux mellenz ;

Filz à putain, vilainz pullenz,
Me cuides-tu avoir sorprise ? »
A cest mot, de grant ire esprise,
Le fiert Anieuse esraument ;
Li cops vint par grant mautalent
Que dame Anieuse geta ;
Delèz l’oreille l’acosta,
Que toute sa force i emploie.
A sire Hains l’eschine ploie,
Quar del grant cop moult se detort :
« Vilains, dist-ele, tu as tort,
Qui ne me lais les braies prendre. »
Fet sire Hains : « Or puis aprendre
Que tu ne m’espargnes noient ;
Mès se par tens ne le te rent
Sire Hains, dont li faille Diex ;
Or croist à double tes granz diex,
Quar je te tuerai ancui. »
Anieuse respondi : « Qui
Tuerez vous, sire vilains ?
Se je vous puis tenir aus mains,
Je vous ferai en mon Dieu croire ;
Vous ne me verrez jà recroire,
Ainz morras ainçois que m’eschapes.
— Tien or ainçois ces .II. soupapes,
Fet sire Hains, ainz que je muire ;
Je le te metrai moult bien cuire,
Se j’en puis venir au desus. »
A cest mot se recorent sus.
Si s’entredonent moult granz caus.

Sire Hains fu hastis et chaus,
Qui del ferir moult se coitoit ;
N’en pot mès, quar moult le hastoit
Anieuse, qui pas nel doute ;
De deux poins si forment le boute
Que sire Hains va chancelant.
Que vous iroie-je contant ?
Tout furent sanglent lor drapel,
Quar maint cop et maint hatiplel
Se sont doné por grant aïr.
Anieuse le cort sesir,
Qui n’ert pas petite ne manche ;
Sire Hains au tor de la hanche
L’abat si durement sus coste,
Qu’à poi ne li brise une coste.
Cele chose forment li griève ;
Mès Anieuse se reliève,
.I. petit s’est arrière traite.
Aupais le voit, si se deshaite,
Qui le parc garde o son baron :
« Ha ! por Dieu, fet-elle, Symon,
[Quar] parlons ore de la pès. »
[Ce] dist Symon, « Lai-moi en pès,
…..tait or, S. Bertremiex
…..s’Anieuse en fust au miex,
Que tu m’en priaisses aussi ;
Non féisses, par saint Forsi,
Tu ne m’en priaisses à pièce ;
Or atent encore une pièce.
Tant que li uns le pis en ait,

Autrement n’auront-il jà fait ;
Souffrir te convient se tu veus. »
Cil refurent jà par cheveus,
Qui erent en moult grant destresce ;
Hains tient sa fame par la trèce,
Et cele, qui de duel esprent,
Son baron par les chevex prent ;
Si le sache que tout l’embronche.
Aupais le voit, en haut s’esfronche
Por enhardir dame Anieuse.
Quant Symons a choisi s’espeuse
Et l’esme qu’ele li a fète :
« Aupais, dist-il, tu es meffète ;
A poi que ferir ne te vois,
Se tu fez plus oïr ta vois
Dès que li uns en soit au miex,
Tu le comperras, par mes iex ; »
Cele se tut, qui le cremi.
   Tant ont feru et escremi
Cil qui se combatent ensamble,
Que li contes dit, ce me samble,
Qu’Anieuse le pis en ot ;
Quar sire Hains à force l’ot
Reculée encontre une treille.
En coste avoit une corbeille ;
Anieuse i chéi arrière,
Quar à ses talons par derrière
Estoit, si ne s’en donoit garde ;
Et quant sire Hains la regarde,
S’en a .I. poi ris de mal cuer ;

« Anieuse, fet-il, ma suer,
Tu es el paradis Bertran ;
Or pués-tu chanter de Tristran,
Ou de plus longue, se tu sez ;
Se je fusse autressi versez,
Tu me tenisses jà moult cort. »
Atant vers les braies s’en cort,
Si les prist, et si les chauça ;
Vers sa fame se radreça,
Qui en la corbeille ert versée.
Malement l’éust confessée,
Ne fust Symons qui li escrie :
« Fui toi, musart, n’en tue mie ;
Bien voi que tu es au desus.
Anieuse, veus-en tu plus ?
Fet Symons, qui la va gabant ;
Bien a abatu ton beubant
Sire Hains par ceste meslée.
Seras-tu mès si emparlée
Com tu as esté jusqu’à ore ?
— Sire, foi que doi S. Grigoire,
Fet cele, ne fusse hui lassée,
Se je ne fusse ci versée ;
Mès or vous proi par amistez,
Biaus sire, que vous m’en getez. »
Fet Symons : « Ainz qu’isses issi,
Fianceras orendroit ci
Que tu jamès ne méfieras,
Et que en la merci seras
Sire Hains, à toz les jors mès,

Et que tu ne feras jamès
Chose nule qu’il te deffenge.
— Ba ! Deable, et s’il me ledange,
Fet Anieuse, ne cort seure,
Et j’en puis venir au deseure,
Ne me deffenderai-je mie ?
— Escoute de ceste anemie,
Fet Symons, qu’ele a respondu,
Aupais ; en as-tu entendu ?
— Oïl voir, sire, bien l’entent.
Anieuse, je te blastent
Que tu respons si fetement,
Quar tu vois bien apertement
Que tu ne pués plus maintenant ;
Si te covient d’ore en avant
Fere del tout à son plesir,
Quar de ci ne pués-tu issir
Se par son comandement non. »
Anieuse respondi : « Non ;
Conseilliez-moi que je ferai.
— Par foi, dit Aupais, non ferai,
Que tu ne m’en croiroies mie.
— Si ferai, bele douce amie ;
Je m’en tendrai à vostre esgart.
— Or t’estuet-il, se Diex me gart,
Orendroit fiancier ta foi ;
Je ne sai se ce ert en foi,
Mès toutes voies le feras,
Que tu ton baron serviras
Si com preude fame doit fère,

Ne jamès por nul mal afère
Ne te dreceras contre lui. »
   Anieuse dist sanz delui :
« Par foi, bien le vueil créanter,
Por que je m’en puisse garder,
Ainsi en vueil fère l’otroi. »
A cest mot en risent tuit troi,
Sire Hains, Symons et Aupais.
Toutes voies firent la pais ;
De la corbeille la getèrent,
Et en meson la ramenèrent ;
Moult sovent s’est clamée lasse.
Mais Diex i mist tant de sa grace,
Que puis cele nuit en avant
Onques ne s’ala percevant
Sire Hains qu’el ne li féist
Trestout ce qu’il li requéist :
De lui servir s’avolentoit.
Et, por ce que les cops doutoit,
Nel desdisoit de nule chose.
Si vous di bien à la parclose,
En fu à sire Hain moult bel.
   Ainz que je aie cest fablel
Finé, vous di-je bien en foi,
Se voz fames mainent bufoi
Deseur vous nul jor par male art,
Que ne soiez pas si musart
Que vous le souffrez longuement,
Mès fètes aussi fetement
Come Hains fist de sa moillier

Qui ainc ne le vout adaingnier,
Fors tout le mains que ele pot,
Dusques à tant que il li ot
Batu et les os et l’eschine.
Tout issi cis fabliaus define.

Explicit de Sire Hain et de Dame Anieuse.