De celle qui se fist foutre sur la fosse de son mari

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Auteurs du Moyen Âge
Recueil général et complet des fabliaux des XIIIe et XIVe siècles, Texte établi par Anatole de Montaiglon et Gaston RaynaudLibrairie des Bibliophiles (p. 118-122).



LXX


DE CELLE QUI SE FIST


FOUTRE SUR LA FOSSE DE SON MARI


Paris, Bibl. nat., Mss. fr., 837, fol. 166 r° à 166 v°, et 1593, fol. 183 v° à 184 v° ;
Bibl. de Berne, Mss. 354, fol. 59 v° à 60 r°.



Du tens que volentez me vient,
De fable dire me covient ;
Dirai en leu de fable voir :
Un hon qui de petit d’avoir
Ert en grant richece embatuz,
Si con ses termes ert venuz,
Le prist Mors en Flandres jadis.
Mout fu et par fais et par dis
Sa famé de sa mort irie ;
Quar fame est moût tost aïrie
A plorer et a grant duel faire,
Quant ele a .i. poi de contraire,
Et tost ra grant duel oublié.
   Quant la dame vit devié
Son seignor qui tant l’ot amée,
Sovent s’est chaitive clamée,
De grant dolor mener se paine ;
Mout i emploie bien sa paine
Qu’ele en a le molle trové.

Si a mout bien son preu prové,
Ce semble, a toz vers son seignor,
Ainz fame ne feist tel dolor,
Et quant ce vint à l’enterrer,
Dont oïssiez fame crier
Et veïssiez mout grant duel faire,
Et poins de tordre et cheveus trere,
Et si s’escrie de seur touz :
« Prodon, bon hon, où irez vos ?
Or vos met l’en en cele fosse ;
Sire, je remaing de vos grosse ;
Qui garira l’enfant et moi ?
Mieus voil que morissons andoi. »
Quant li cors fu en terre mis,
Dont s’escria à mout hauz cris,
Si se decire et pleure et brait,
A la terre cheïr se lait.
Si parent la reconfortoient,
A l’ostel mener l’en voloient,
Mès ele dit qu’ele n’iroit
Ne jamès ne s’en partiroit
De la fosse, morte ne vive.
Tant s’en escombat et estrive
Qu’il l’ont leissie par anui ;
Avec li ne remaint nului ;
Seule remest et sanz compaigne.
   Esvos .I. chevalier estraigne ;
Lui et son escuier venoit.
Son chemin à l’autre tenoit ;
La dame vit illuec seoir

Qui à trestot le sien pooir
Destruit et essille son cors
Por son seignor qui estoit mors
« Voiz tu, » dit il à l’escuier,
« Cele dame là essillier
Son cors ? N’a mie son cuer lié.
Certes mout en ai grant pitié.
— Pitié au deable vos tient,
Quant il li de pitié vos vient :
Je gagerai, se vos volez,
Par si que de ci vos tornez,
Que ja à mout petit de plet,
Si dolente comme el se fait,
La foutrai, mès que vos traiez
En tel lieu que ne nos voiez.
— Qu’as tu dit, escommeniez ?
Je croi que pas crestiens n’ies,
Ainz as ou cors le vif deable
Quant contrové as or tel fable.
— Est ce fable ? Je gageroie
Vers vos, se gagier m’i osoie.
— Or i parra que tu feras ;
Ja par moi veüs n’i seras.
Repondre m’irai soubz cel pin. »
   Cil descent jus de son roncin
A la terre et fet chiere morne ;
Vers la dame sa voie atorne ;
Si dit en bas, non pas en haut :
« Chère suer, » dit il, « Deus vos saut !
— Saut ? » fet ele, « mès doinst la mort,

Que je sui vive à mout grant tort,
Que mes sire est mors, mes mariz,
Par cui mes cuers est si marris,
Qui me gita de povreté
Et me tenoit en grant chierté,
Et m’amoit plus que lui meïsme.
— Suer, je sui plus dolenz la disme.
— Coment plus ? — Jel te dirai, suer.
Je avoie mis tout mon cuer
En une dame que j’avoie.
Et assez plus de moi l’amoie,
Qui ert bele, cortoise et sage ;
Ocise l’ai par mon outrage.
— Ocise l’as ? Coment, pechierre ?
— En foutant, voir, ma dame chiere,
Ne je ne voudroie plus vivre.
— Gentilz bon, vien ça, si délivre
Cest siècle de moi, si me tue ;
Or t’en esforce et esvertue,
Et si me fai, se tu pues, pis
Que tu ta fame ne feïs ;
Tu dis qu’ele fu morte à foutre. »
   Lors s’est lessie cheoir outre,
Aussi com s’ele fust pasmée.
Cil a la robe sus levée,
Si li embat el con le vit,
Si que ses sires bien le vit
Qui se pasmoit de gieus en aize :
« Me cuides tu dont tuer d’aize, »
Fet la dame, « qui si me fous ?

Ainz t’i desromperoies touz
Que tu m’eüsses ainsi morte. »
Ainsi la dame se conforte,
Qui ore demenoit tel dol.
   Por ce tieng je celui à fol
Qui trop met en fame sa cure ;
Fame est de trop foible nature,
De noient rit, de noient pleure,
Fame aime et het en trop poi d’eure ;
Tost est ses talenz remuez :
Qui fame croit, si est desvés.


Explicit.