De l'Estat du Monde

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher


De l'Estat du Monde


Por ce que li mondes se change

Plus sovent que denier a Change,

Rimer vueil du monde divers.

Toz fu estez, or est yvers;

Bon fu, or est d'autre maniere,

Quar nule gent n'est més maniere

De l'autrui porfit porchacier,

Se son preu n'i cuide chacier.

Chascuns devient oisel de proie:

Nul ne vit més se il ne proie.

Por ce dirai l'estat du monde,

Qui de toz biens se vuide et monde.

Relegieus premierement

Deussent vivre saintement,

Ce croi, selonc m'entencion.

Si a double religion:

Li un sont moine blanc et noir

Qui maint biau lieu et maint manoir

Ont et mainte richece assise,

Qui toz sont sers a Covoitise.

Toz jors vuelent sanz doner prendre,

Toz jors achatent sanz riens vendre.

Il tolent, l'en ne lot tolt rien.

Il sont fondé sus fort mesrien:

Bien pueent lor richece acroistre.

L'en ne preesche més en cloistre

De Jesucrist ne de sa Mere

Ne de saint Pol ne de saint Pere;

Cil qui plus set de l'art du siecle,

C'est le meillor selonc lot riegle.

Après si sont li Mendiant

Qui par la vile vont criant:

"Donez, por Dieu, du pain ans Freres!"

Plus en i a de vint manieres.

Ci a dure fraternité

Quar, par la sainte Trinité,

Li uns covenz voudroit de l'autre

Qu'il fust en un chapiau de fautre

El plus pereilleus de la mer:

Ainsi s'entraiment li aver.

Convoitex sont, si com moi samble;

Fors lerres est qu'a larron emble,

Et cil lobent les lobeors

Et desrobent les robeors

Et servent lobeors de lobes,

Ostent aus robeors lor robes.

Aprés ce que je vous devise

M'estuet parler de sainte Yglise,

Que je voi que plusor chanoine,

Qui vivent du Dieu patremoine,

Il n'en doivent, selonc le Livre,

Prendre que le soufissant vivre,

Et le remanant humblement

Deüssent il communement

A la povre gent departir;

Més il verront le cuer partir

Au povre, de male aventure,

De grant fain et de grant froidure:

Quant chascuns a chape forree

Et de deniers la grant borsee,

Les plains coffres, la plaine huche,

Ne li chaut qui por Dieu le huche

Ne qui riens por Dieu li demande,

Quar Avarisce li commande,

Cui il est sers, a metre ensamble,

Et si fet il, si com moi samble.

Més ne me chaut, se Diex me voie!

En la fin vient a male voie

Tels avoirs et devient noianz;

Et droiz est, quar, ses iex voianz,

Il est riches du Dieu avoir

Et Diex n'en puet aumosne avoir;

Et se il vait la messe oïr,

Ce n'est pas por Dieu conjoïr,

Ainz est por des deniers avoir,

Quar, tant vous faz je a savoir,

S'il n'en cuidoit riens raporter,

Ja n'i querroit les piez porter.

Encor i a clers d'autre guise,

Que, quant il ont la loi aprise,

Si vuelent estre pledeeur

Et de lor langues vendeeur,

Et penssent baras et cauteles

Dont il bestornent les quereles

Et metent ce devant derriere.

Ce qui ert avant va arriere,

Quar, quant dan Deniers vient en place,

Droiture faut, droiture esface.

Briefment, tuit clerc, fors escoler,

Vuelent Avarisce acoler.

Or m'estuet parler des genz laies,

Qui resont plaié d'autres plaies.

Provost et bailli et maieur

Sont communement li pieur,

Si com Covoitise le vost;

Quar je regart que li provost,

Qui acenssent les provostez,

Que il plument toz les costez

A cels qui sont en lor justise,

Et se deffendent en tel guise:

"Nous les acenssons chierement,

Si nous convient communement,

Font il, partout tolir et prendre

Sanz droit ne sanz reson atendre;

Trop avrions mauvés marchié

Se perdons en nostre marchié."

Encor i a une autre gent:

Cil qui ne donent nul argent,

Comme li bailli qui sont garde;

Sachiez que au jor d'ui lor tarde

Que la lor garde en lor baillie

Soit a lot tens bien esploitie

Que au tens a lor devancier.

N'i gardent voie ne sentier

Par ou onques passast droiture;

De cele voie n'ont il cure,

Ainçois penssent a porchacier

L'esploit au seignor et traitier

Le lor profit de l'autre part:

Ainsi droiture se depart.

Or i a gent d'autres manieres

Qui de vendre sont coustumieres

De choses plus de cinq cens paires

Qui sont au monde necessaires.

Je vous di bien veraiement,

Il font maint mauvais serement

Et si jurent que lor denrees

Sont et bones et esmerees

Tel foiz que c'est mençonge pure;

Si vendent a terme, et usure

Vient tantost et termoierie

Qui sont de privee mesnie;

Lors est li termes achatez

Et plus cher venduz chatez.

Encor i sont ces genz menues

Qui besoingnent parmi ces rues

Et chascuns fet divers mestier,

Si comme est au monde mestier,

Qui d'autres plaies sont plaié.

Il vuelent estre bien paié

Et petit de besoingne fere;

Ainz lor torneroit a contrere

S'il passoient lor droit de deus lingnes.

Neïs ces païsanz des vingnes

Vuelent avoir bon paiement

Por peu fere, se Diex m'ament.

Or m'en vieng par chevalerie

Qui au jor d'ui est esbahie:

Je n'i voi Rollant n'Olivier,

Tuit sont noié en un vivier

Et bien puet veoir et entandre

Qu'il n'i a més nul Alixandre.

Lor mestiers defaut et decline;

Li plusor vivent de rapine.

Chevalerie a passé gales:

Je ne la voi es chans n'es sales.

Menesterez sont esperdu,

Chascuns a son Donet perdu.

Je n'i voi ne prince ne roi

Qui de prendre face desroi,

Ne nul prelat de sainte Yglise

Qui ne soit compains Covoitise

Ou au mains dame Symonie,

Qui les doneors ne het mie.

Noblement est venuz a cort

Cil qui done, au tens qui ja cort;

Et cil qui ne peut riens doner

Si voist aus oisiaus sermoner,

Quar Charitez est pieça morte!

Je n'i voi més nul qui la porte,

Se n'est aucuns par aventure

Qui retret a bone nature;

Quar trop est li mondes changiez;

Qui de toz biens est estrangiez.

Vous poez bien apercevoir

Se je vous conte de ce voir.

Explicit l'estat du monde.