Des Deux Bordéors ribauz

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Des Deux Bordéors ribaux, Texte établi par Anatole de MontaiglonLibrairie des Bibliophiles (p. 1-12).
FABLIAUX


___


I


DES DEUX BORDEORS RIBAUZ.


F. Fr., 19152, f. 69 verso.



Diva ! quar lai ester ta jangle :
Si te va séoir en cel angle,
Nos n’avons de ta jangle cure,
Quar il est raison et droiture
Par tot le mont, que cil se taise
Qui ne sait dire riens qui plaise.
Tu ne sez vaillant .II. festuz.
Com tu es ore bien vestuz
De ton gaaignaige d’oan !
Vois quiex sollers de cordoan,
Et com bones chauces de Bruges !
Certes, ce n’est mie de druges
Que tu es si chaitis et las.
Ge cuit bien, par S. Nicolas,

2 FABLIAU I l5

Que tu aies faim de forment. Conment es tu si povrement ? Que ne gaaignes tu deniers ? Tu es ci un granz pautoniers : Tu n’es pas mendre d’un frison. Or déusses en garnison Avoir .II. porpoinz endossez, Ou à un cureur de fossez Déusses porter une hôte, Tant que d’amone povre cote Péusses iluec amender. Mais tu aimes mielz truander, Lechieres, que estre à hennor. Or esgardez, por Dieu, seignor, Cils homs, com richement se prueve ! Jamais, à nul jor, robe nueve N’a u, pour chose que il die. Or esgardez quel hiraudie Il s’est iluec entorteilliez. Moult est or bien apareilliez De quant tel chaitis doit avoir. Si t’aïst Diex, or me di voir : Quiex homs es tu, or me di quiex. Tu n’es mie menesterex Ne de nule bone œuvre ovrieis ; Tu sanbles un vilains bouvieis, Ausi contrefez corne un bugles; Tu sanbles un meneur d’avugles Miels que tu ne faces autre home. Ge ne pris pas I. trox de pome 45 DES DEUX BORDÉORS Ne toi ne tôt quanques tu as. Se Diex t’aïst, s’onques tu as Onques nul home si te tue, Que tu ne valz une letue, Ne chose que tu saiches faire. Pour Dé, si te devroies taire; Ne dois pas parler contre moi. Que t’ai-ge dit ? or me di quoi ? Tu ne sez à nul bien repondre ; Pour ce si te devroit on tondre Tantôt autresi come un sot. Tu ne sez dire nul bon mot Dont tu puisses en pris monter ; Mais ge sai aussi bien conter. Et en roumanz et en latin. Aussi au soir come au matin, Devant contes et devant dus, Et si resai bien faire plus Quant ge sui à cort et à feste. Car ge sai de chançon de geste. Cautères sui qu’el mont n’a tel Ge sai de Guillaume au tinel, Si com il arriva as nés. Et de Renoart au cort nés Sai-ge bien chanter com ge vueil, Et si sai d’Aïe de Nantueil Si com ele fu en prison ; Si sai de Garins d’Avignon, Qui moult estore bon romans; Si sai de Guion d’Aleschans Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/32 Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/33 Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/34 Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/35 Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/36 Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/37 Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/38 Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/39 Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/40