Des Trois Boçus

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Des Trois Boçus, Texte établi par Anatole de MontaiglonLibrairie des Bibliophiles (p. 13-23).
II


DES TROIS BOÇUS.
(par DURAND.)


Manuscrit F. Fr, n° 837, fol. 234 v° à 240 r°.



Seignor se vous volez atendre
Et.I. seul petitet entendre,
Jà de mot ne vous mentirai,
Mes tout en rime vous dirai
D’une aventure le fablel.
Jadis avint à.I. chastel,
Mes le non oublié en ai,
Or soit aussi comme à Douay,
.I. borgois i avoit manant,
Qui du sien vivoit belemant.
Biaus hom ert, et de bons amis,
Des borgois toz li plus eslis,
Mes n’avoit mie grant avoir ;
Si s’en savoit si bien avoir
Que moult ert créuz par la vile.
Il avoit une bele fille.
Si bele que c’ert uns delis,
Et, se le voir vous en devis.
Je ne cuit qu’ainz féist Nature
Nule plus bele créature.

FABLIAU II

De sa biauté n’ai or que fère A raconter ne à retrère, Quar, se je mesler m’en voloie, Assez tost mesprendre i porroie ; Si m’en vient miex tère orendroit Que dire chose qui n’i soit. En la vile avoit .1. boçu, Onques ne vi si malostru ; De teste estoit moult bien garnis Je cuit bien que Nature ot mis Grant entencion à lui fère. A toute riens estoit contrère ; Trop estoit de laide faiture ; Grant teste avoit et laide hure, Cort col, et les espaules lées, Et les avoit haut encroées. De folie se peneroit Qui tout raconter vous voudroit Sa façon ; trop par estoit lais. Toute sa vie fu entais A grant avoir amonceler ; Por voir vous puis dire et conter, Trop estoit riches durement. Se li aventure ne ment. En la vile n’ot si riche homme ; Que vous diroie ? c’est la somme Du boçu, coment a ouvré. Por l’avoir qu’il ot amassé Li ont donée la pucele Si ami, qui tant estoit bele ; 5l DES TROIS BOÇUS fS Mes, ainz puis qu’il l’ot espousée Ne fu il .1. jor sanz penssée, Por la grant biauté qu’ele avoit ; Li boçus si jalous estoit Qu’il ne pooit avoir repos. Toute jor estoit ses huis clos ; Jà ne vousist que nus entrast En sa meson, s’il n’aportast, Ou s’il emprunter ne vousist : Toute jor à son sueil séist, Tant qu’il avint à un Noël Que .III. boçu menesterel Vindrent à lui où il estoit ; Se li dist chascuns qu’il voloit Fere celé feste avoec lui, Quar en la vile n’a nului Où le déussent fere miex, Por ce qu’il ert de lor pariex, Et boçus ausi corne il sont. Lors les maine li sire amont, Quar la meson est à degrez ; Li mengiers estoit aprestez ; Tuit se sont au disner assis, Et, se le voir vous en devis, Li disners est et biaus et riches : Li boçus n’ert avers ne chiches, Ainz assist bien ses compaignons ; Pois au lart orent et chapons. Et, quant ce vint après disner, Si lor fist li sires doner.

16 FABLIAU II

Aus .III. boçus, ce m’est avis,
Chascun .XX. sols de parisis.
Et après lor a deffendu
Qu’il ne soient jamès véu
En la meson, ne el porpris ;
Quar, s’il i estoient repris,
Il auroient .I. baing cruel
De la froide eve du chanel.
La meson ert sor la rivière,
Qui moult estoit granz et plenière ;
Et, quant li boçu l’ont oï,
Tantost sont de l’ostel parti
Volentiers, et à chière lie,
Quar bien avoient emploie
Lor journée, ce lor fu vis.
Et li sires s’en est partis.
Puis est deseur le pont venuz.
La dame, qui ot les boçuz
Oï chanter et solacier.
Les fîst toz .III. mander arrier,
Quar oïr les voloit chanter ;
Si a bien fet les huis fermer.
Ainsi com li boçu chantoient
Et o la dame s’envoisoient,
Ez-vos revenu le seignor,
Qui n’ot pas fet trop lonc demor ;
A l’uis apela fièrement.
La dame son seignor entent,
A la voiz le conut moult bien ;
Ne sot en cest mont terrien

Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/45 Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/46 Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/47 Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/48 Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/49 Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/50 Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/51