Description de la Chine (La Haye)/Le Li ki, cinquième livre canonique du premier ordre

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Scheuerleer (2p. 381-382).


Le LI KI.


Cinquième livre canonique du premier ordre.


Ce cinquième livre intitulé, Li ki, comme qui dirait Mémorial des lois, des cérémonies, et des devoirs de la vie civile, contient dix livres que Confucius avait compilés de différents ouvrages des anciens. On croit que le principal auteur est le frère de l’empereur Vou vang, appelle Tcheou kong, prince, que ses vertus, sa prudence et sa capacité rendaient également recommandable.

Ce livre comprend encore les ouvrages de divers autres auteurs, des disciples de Confucius, et d’autres interprètes plus modernes et suspects. On y parle des coutumes et des cérémonies tant sacrées que profanes, des usages de toute espèce, que l’on pratiquait, surtout au temps des trois principales dynasties de Hia, de Chang, et de Tcheou ; des devoirs des enfants à l’égard de leurs pères, et des femmes à l’égard de leurs maris ; des règles de la véritable amitié, des civilités dans les festins, de l’hospitalité, des honneurs funèbres, de la guerre, de la musique, et de plusieurs autres choses propres à lier et à entretenir la société.

Mais comme trois cents ans après que cette compilation fut faite par Confucius, tous les exemplaires en furent brûlés par l’ordre barbare de l’empereur Tsin tchi hoang, et qu’on ne put rétablir ce livre, que sur un petit nombre de feuilles qui avaient été sauvées de l’incendie général, et sur ce que les vieillards en avaient pu conserver dans leur mémoire ; il n’y a pas de doute, et c’est le sentiment des commentateurs et des interprètes, que cet ouvrage ne soit imparfait, et que par l’infidélité de la mémoire peu sûre de personnes avancées en âge, et par la mauvaise intention de quelques-uns, il ne s’y soit glissé beaucoup de choses étrangères et apocryphes : aussi y trouve-t-on beaucoup d’usages, qu’on ne pratique point aujourd’hui et c’est un livre, qui selon les Chinois mêmes, doit être lu avec beaucoup de circonspection.