Deux testaments inédits : Alexandre Scot, Jean-Jacques Bouchard

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

DEUX TESTAMENTS INÉDITS

Alexandre Scot (1616). Jean-Jacques Bouchard (1661)





J’ai eu l’occasion de m’occuper déjà d’Alexandre Scot dans la Revue critique [1] et de Jean-Jacques Bouchard dans une publication spéciale [2]. Les deux documents que je publie compléteront ce que j’ai dit de ces humanistes. Le Bulletin critique n’étant destiné qu’à de savants lecteurs, je ne m’excuserai pas auprès d’eux de n’avoir pas traduit le texte des testaments de l’érudit transplanté d’Écosse en France et de l’érudit transplanté de Paris à Rome. Ils comprendront avec la même facilité le latin de l’un et l’autre, et s’associant a moi, ils remercieront également ceux qui m’ont communiqué deux pièces aussi curieuses, d’une part M. le marquis de Seguins-Vassieux, qui possède le testament original d’Alexandre Scot dans les archives de son château du Rocan, anciennement possédé par le docte professeur ; d’autre part, M. Ludovic Lalanne, sous-bibliothécaire de l’Institut, qui a trouvé une copie du testament de Bouchard dans un des volumes de la collection Godefroy. Des actions de grâces d’autant plus vives sont dues à mes deux excellents collaborateurs, qu’ils ont l’un et l’autre transcrit avec autant de soin que d’obligeance les très peu lisibles documents qui contiennent tant de renseignements nouveaux sur Scot et sa famille (!), sur Bouchard et ses amis.

Ph. Tamizey de Larroque.
TESTAMENT D’ALEXANDRE SCOT[3]

In nomine sanctae et individuae Trinitatis Patris et Filii et Spiritus sancti. Amen

Ego Alexander Scot, artium liberalium magister et juris utriusque doctor, natione Scotus, natus in provincia Abirdonensi[4] et in castro de Kinindmouth, antiquo domicilio maiorum meorum ; paterno genere, filius Georgii Scot, qui et filius Alexandri et is filius Andreae ex familia Baronis de Barwyrie ; materno genere filius Margaritae Fraser, quae filia erat Edoardi Fraser, ex illustri familia Baronum Philorte. — Haec quae sequuntur scripsi manu propria, Carpentoracti, dieultima junii 1616. Quibus ultimam meam voluntatem exprimo et quam omni juris meliori via volo esse firmam et validam : Animam, potiorem mei partem, Creatori Redemptorique suo commendo, cujus misericordia intercedente Beatissima Virgine et sanctorum ordinibus in aeternam beatitudinem recipiatur. Corpus vero mortuum efferri volo praecedente cruce redemptionis humanae insigni efferri volo sine pompa, et more sanctae romanae Ecclesiae, condi in ecclesia religiosorum Sti Francisci dictorum de Observantia[5], et in tumulo ante cornu Evangelii magni altaris, quem ego liberis meis jam defunctis elegi, in quo gratam cum anima unionem expectet. Bona vero mea quae moriens possideo sic distribuuntur : Dicta domus Sti Francisci, singulis annis, tempore messis, habeat in eleemosynam unam heminam tritici melioris quod excressit in fundo meo de Serres[6], quamdiu haeredes mei dictum fundum possidebunt, caetera pia opera eleemosynasque heredes mei arbitrio suo curanto. Lego Annae Scot filiae meae [7] in dotem mille et quingentas libras, et in ea summa volo esse haeredem, solvique jubeo, cum nupserit, trecentas libras, in pecunia numerata, residuum par solutiones annuas et fructibus, quantum deductis familiae alimentis supererit, et his sit contenta, sin minus nihil habeat praeter portionem legitimam. Itidem lego Ludovicae Scot, alteri meae filiae, parem summam mille quingentarum librarum, eodem quo supra modo solvendam et in ea particularem dico haeredem, sitque contenta, alias portione legitima fruatur tantum. Et si quae dictarum filiarum nupta vel innupta sine liberis ex legitimo matrimonio natis moriatur, portio morientis aut morientium liberis meis superstitibus aut ipsorum liberis in stirpes restituatur. Item lego Mariae Scot, ultra dotem quae jam soluta est, vestem unam lugubrem, ipsa dignam, solvendam tempore mortis meae et arbitrio uxoris meae. Et, in dicta dote et veste sit haeres. Item lego Spiritui Scot, filio meo, si vitam ecclesiasticam velit amplecti, prout se velle dixcit et ad quam ego paterno affectu adhortor, unam annuam pensionem viginti quatuor scutorum solvendam de trimestre in trimestrem, more alimencorum, donec nactus fuerit beneficium ecclesiasticum quo alatur, quo casu cesset pensio in favorem haeredum meorum ; volo tamen, sed cessente dicta pensione, ali in familia, quamdiu studere velit cum fratrihus suis. Quod si dictam vitam ecclesiasticam suscipere nolit, careat dicta pensione, et ejus loco habeat omnia paterna bona et materna quae ad me pertinent aut pertinere possunt super bonis parentum meorum in regno Scotiæ, et insuper etiam ea bona quae ad me pertinere possunt virtute testamenti quondam Edoardi Scot, doctoris medici, fratris mei, qui Dolae in Burgundia moriens me fecit haeredem [8], — et in his omnibus bonis dictum Scot filium meum heredem dico et nomino. Volo etiam quod cum iter arripuerit in Scotiam eidem per haeredes meos solvuntur semel et una vice centum quinquaginta librae turonenses pro sumptu itineris, modo iter suscipiat et omnia gerat ex consilio fratris mei Adami Scot, qui Lugduni jam est[9]. In omnibus vero caeteris meis bonis quocumque nomine vocentur, nominibus et, actionibus, sive praesentia ea fuerint sive futura, nomino et dico haeredem meam universalem bene dilectam uxorem meam Mariam Pillehotte [10], quae dicta legata adimpleat et liberos communes qui tempore motis meae in familia erunt, alat, vestiat, et erudiat tanquam juxta vires dictae haereditatis. Gravando etiam prout eamdem gravo et onero, ut casu quo relictis dictis communibus liberis, convolet at secundas nuptias aut tautum moriatur reddat et restituat totam meam haereditatem sine ulla detractione Johanni et Claudio Scot, filiis nostris communibus per duas partes. Et in quibus aequis partibus secundos eos haeredes nomino. Et si viva dicta matre dictorum filiorum alter in pupillari aetate vel alias etiam quandocumque moriatur sine liberis ex legitimo matrimonio natis, hoc casu volo dictam meam haereditatem restitui modo praedicto fratri superstiti. Quod si ambo moriantur fratres, viva vel defuncta sua matre, si nullos relinquunt liberos naturales et legitimos, hoc casu volo haereditatem meam pervenire scilicet medietatem ad dictum Spiritum Scot et aliam medietatem ad Annam et Ludovicam Scot, si nuptae non sim ; sin vero utraque vel altera nupta sit, tunc haereditatis illa pars ad dictas duas et Mariam ipsarum sororem jam nuptam, aut defectu ipsarum ad ipsarum liberos, in stirpes veniat. Tutelam et curam liberorum esse volo paenes matrem nulli redditioni comptorum aut praestationi reliquorum obnoxiam. Inventarium bonorum meorum nullum fieri volo, praeter descriptionem mobilium, scribente notario et duobus testibus. Libri mei omues vendantur prout melius et utillus judicabit Joannes Pillehotte, frater uxoris meae, bibliopola Lugdunensis, in quo ego plurimum confido, pretiumque convertatur in redemptionem cenium et viginti scutorum quae ego debeo anniversariis Ecclesiae Sti Siffredi[11]. Gravo quoque ut alii fructus, quae invenientur tempore mortis meae, vendantur, usque ad summam centum scutorum quae debeo Heleno de Tritis. Quae summa ei solvatur. Et si uxor mea haereditatem meam adire et suscipere nolit, haeredes sunto dict, Joannes et Claudius, modo praedicto, qui matri suae et super bonis meis alimenta suppeditent, pendente anno luclus, quo finito, itidem restituantur dotes, per me manu publica recognitae, juxta eas solutiones quae mihi factae fuerunt, scio esse penes socerum meum recognitionem mea manu scriptam pro centum scutis quae tamen summa non fuit numerata. Ideo si liberos reliquerit injuste petetur, si vero cum liberis permanserit eamdem summam eidem uxori do non lego. Ex legato per quondam Joannem Pillehotte dictae meae uxori sub conditione soluto, ego [12]…tum et sex libras quas impendi volo juxta voluntatem defuncti. Ad restitutionem dictae dotis si vehementius urgeat, impendatur pretium librorum quod alias alio destinavi. Et hoc casu tutela et cura meorum liberorum sit penes fratrem meum Adamum Scot, quo regendo dicta bona super haeraditate alatur. Et sit ab omni redditione comptorum et praestatione reliquorum liber, modo liberi alantur et erudiantur. Caeterum volo et prohibeo ne quis liberorum meorum ad divisionem dictae meae haereditatis provocare possit donec natorum minimus attigerit vigesi mum annum sive ex substitutione jus praetendatur. Imo vocatos ex substitutione fructibus carere volo usque ad diclam aetatem, et valere volo haec omnia prout mellus valere possunt.

Vitam innoxiam ducite omnes et cavete ne quis vos a Christi Redemptoris nostri vera fide et quam profitetur Romana Ecclesia seducat. Ita scripsi ordinavi et volui et propria manu subscripsi.

Alex. Scot.


Suivent (au verso du parchemin) les déclarations des sept témoins, signées de leur main, et accompagnées de leurs sceaux (dont deux subsistent encore) et datées du 29 juillet 1616, puis de l’acte ci-après :

Anno a Nativitate Dni millesimo sexcentesimo decimo sexto, indictione decima quarta, die vero vigesima nona mensis julii, Carpentoracti in aula domus habitanionis egregii viri Dni Alexandri Scot [13], juris utriusque doctoris, civis Carpentoractensis, coram spectabili domino Joanne de Mathieux, judice majore dictae civitatis et totius ejus ressortus pro S. D. N. Papa et sancta romana Ecclesia in praesentiaque dni notarii publici Apostolici et Dni Caroli Salvatoris, notarii dictae civitatis, Henrici de Fossa [14]…, testium ad hanc vocatorum et rogatorum personaliter constitutus dictus dnus Scot qui, habita praesentia dominorum P. Andreae, Barlholomaei Salvatoris, Hugueti Mayenqui, Natalis de Crozeto juris doctorum, dni Catalini Ghabotidni Jacoby Balby notarii, dni Thomae Ricardi etiam notarii, omnium habitatorum dictae Civitatis, declaravit dictam cartam pergameni fuisse per se ipsum propria manu scriptam, suscriptam et suo sigillo in quemque partibus posito sigillatam et clausam, et illam continere suam ultimam voluntatem et testamentum quod voluit valere de mellore modo quo valere possit sive ut testamentum, sive ut codicillum, sive ut donatio causa mortis, signatum jam dictis septem testibus et sigillis munitum, quas signaturas et quae septem sigilla petiit per dictos testes rocognoosci ad futuram rei memoriam, — prout ibidem idem omnes singuli testes subscriptiones suas et sigilla, medio juramento in manibus apostolici dni judicis recognoverunt, — de quibus omnibus et singulis dictus dnus Scot actum sibi super dicta carta fieri et decerni petiit, quec idem dnus judex decernit per me Dionys. Henricum Cartosi, notarium publicum apostolicum, habitatorem dictae civitatis Carpentoractensis. In quorum fidem jam dictus apostolicus judex et dni Carolus Salvatoris et de Fossa una cum notario nos subcripsimus. De Mathieux judex. Salvatoris, de Fossa, Cartosi[15].


II
Testament de Jean-Jacques Bouchard.


15 Augusti 1641. Romae in Palatio Cancellariae.

Ego Joannes Jacobus Buccardus G. P Joannis nob. Parisiensis[16]Catholicae Ecclesiae verus cultu, ultimum hoc meæ mentis Testimonium posteritati relinquendum censui. Eo ipso die quo animam efflavero, missarum centum sacra fieri volo[17], corpus meum ad carthusiam Romanam in aedem Sanctae Mariae Angelorum, sub ingressum arcus illius interioris qua ad aram maximam itur, condi volo cum marmoreo monumento in quo sit statua mea fabre facta a capite ad pectus, deinde subtus haec inscriptio[18].

En infra apponentur insigna mea, cum aliquibus ornamentis, et in eadem ecclesia singulo anno in perpetuum sacrum solenne anniversarium, cui thusiae ob singularem affectum, quo Christophorum Puteanum Parisiensem, virum nobilem et Doctum ejus Priorem, super omnes prosequor[19], lego universam pecuniam quam nunc Romae habeo, quae ascendit ad summam scuorum octo centum, quae pro parte sunt in Banco S. Spiritus, et pro parte paenes l’hilippum Casonum nempe penes ipsum Casonum nonaginta auri, et penes modernum depositarium sacri collegii nonaginta auri et reliqua pariter aurea in dicto Banco, quam pecuniam insumi volo in pumpam funebrem quam vel nudam, vel adeo vulgarem esse volo sic ut tectus areaque inclusus more gallico efferi velim, in extruendum, reliquum pecuniae in Bibliothecam monasterii libris antiquis Graecis Latinisque amplificandam, ubi apponetur memoria aliqua mei beneficii in monacos studiosos collati[20]

Excellentissimo domino meo cardinali Barberino[21] lego omnes libros menos manuscriptos, vel a me compositos[22]

Cassiano Puteali[23] viro nobillissimo eruditissimo et humanissimo, quae tria raro simul habitant[24] quem in rebus meis Romae juvandis fovendisque multo generosiorem ac fideliorem quam hujus regionis et saeculi generis fert ad hanc diem expertus sum, lego omnes meos libros impressos, omnia denique instrumenta, tabulae et fragmenta antiqua, lapidea aerea, nummos antiquos vel quibus non utimur Romae, sive aurei, argentei, aereique sint[25] et schediasmata mea quae mihi amplissimus Romae est thesaurus ; excipio libros musicos, quos una cum instrumentis musicis, quae mea sunt amiscismo politissimoque Alexandro Polinio[26] lego.

Ascanio Fiscomarino[27], nobillissimo generositate suos protegent ac Joanni Baptistae Dono[28] lego omnes effigies virorum Doctorum in tabuliis depictas aequa portione inter utrumque dividendas, quibus librorum suorum armaria decorare possint[29].

Alphonso Ibarrae, homini generositatis fideique vere hispanae lego effigiem Dantis Aligerii ab optimo Raphaelis Archetypo : item effigiem Laurae Sadae Petrarchae amarsiae ab ejus sepulchro diligenter expictas[30].

Leoni Allatio, Greacorum hujus saeculi eruditissimo et optimo[31] lego effigies Urbani VIII, et Barberinorum fratrum cardinalium singulus depictas.

Prospero Meotio[32], adolescenti humanissimo et studiosissimo lego cartas geographicas grandioris moduli coloribus depictas.

Angelo Parrachiano, homini non simulatae constantissimaeque fidei, lego Petrarchae et Laurae effigies, unica Tabula depictas, manu antiqua et bona[33].

Nicolao Larchae, Chirurgo Romanorum diligentissimo Doctissimo, probissimoque lego annulum meum in quo est vincta gemma perbellae antiquitatis ; Item crucem auream et catenulam operis perfecti ; Item cultellum Damasci aqua temperatum cum cochleari argenteo plectili.

Petro Servio, medico politissimo eruditissimoque, lego lectum inauratum cum culcitra viridi et stagula veste cerulea luteaque et sex sedibus inauratis, ut meridiatus meditetur, cum abaco super quo inde scribat et armario in quo lectissima scripta digerere pulchro ordine possit ; materies ex nuce non vulgari.

Reliqua omnia quae domo mea Quirinati continentur tam vasa quam alia utensilia lecti, arce, omneque genus vestium allarumque rerum, quae in illis continentur[34] Jo. Angeli Gallo Papiensi, amico meo non vulgari.

Quae omnia ultima mea ista mandata ut exequi procuret fidei et intelligentiae Cassiani Putealis committo, meamque illi omnem tribuo auctoritatem in ea atque potestatem.

Quod ad bona attinet universa quae in Gallia ab omnibus meis parentibus habere omni jure debeo, heredem universalem instituo Carthusiam Parisiensem[35] in cujus disciplinam nomen dare mihi a puero votum fuit. Hanc tamer domum sanctam damno ut si quae a me debent, quae non memini quae sunt certa vel nulla vel adeo pauca, ea solvat meque monumentum cum statua et elogio sacrisque anniversariis pro sua magnificentia hereditatisque amplitudine faciat.

Dominicae mulieri infirmariae familliae eminentissimi Barberini lego omnia mea vestimenta quae habeo in praesentibus cubiculis cancellariae, ac caetera utensilia mea que reperiuntur in dictis aedibus, una cum cochleari ac forcipe argentea quibus in infirmitate utor.

Jo. Prebyter Gio Angelo Gatti di Pavia fo fede d’havere estratto di mano propria il presente Testamento del quale signor Abbate Gio-Giacomo Bucciardi. Gentilhuomo dell’Eminentissimo cardinali Barberino, canonico di Verdun dal pe sbollo originale che di mia propria mano scrissi, dettatomi dall’istesso signore Abbate mentre stava in letto aggravato, alcuni giorni prima morisse[36].


2343 — Tours, impr. Rouillé-Ladevèze

  1. N° du 23 mars 1885. Compte-rendu de la publication de M. Aimé Vingtrinier, bibliothécaire de la ville de Lyon, intitulée Imprimeurs lyonnais, Jean Pillehotte et sa famille (Lyon. 1885). pp. 233-234.
  2. Les Correspondants de Peiresc. fascicule III, Jean-Jacques Bouchard, Lettres inédites écrites de Rome à Peiresc, 1633-1637. Paris, Picard, 1831.
  3. M. l’abbé Lasmoles, précepteur des petits-fils de mon vénérable ami M. le marquis de Seguins, a bien voulu l’aider dans le déchiffrement du testament de l’ancien châtelain du ROcan. Je tiens à remercier de son aimable concours ce jeune prêtre si distingué. Je dois encore témoigner ma reconnaissance à M. Barres, conservateur de la bibliothèque et du musée d’Inguimbert, qui m’a gracieusement envoyé les notes suivantes sur le séjour à Carpentras de l’éditeur de Cicéron : « Scot vint à Carpentras pour prendre la direction des écoles au commencement de 1594. Il obtint un congé en 1600. Nous le trouvons procureur fiscal de la mense épiscopale en 1604. En 1608 il est juge ordinaire de la ville de Carpentras, et, comme tel, il préside le conseil de la ville. Nous le retrouvons procureur de la mense épiscopale en 1610. Cinq ans plus tard, il est avocat et procureur général des œuvres pies de tout le diocèse. En 1616, il est confirmé par Cosme Bardi, évêque nommé de Carpentras, dans les fonctions d’avocat et de procureur général tant dans les causes civiles que criminelles et mixtes pour la ville et pour tout le diocèse. » Tous ces renseignements manquent à l’article Scot du Dictionnaire historique de Vaucluse, par le DrBarjavel.
  4. Province d’Aberdeen.
  5. On doit à M. Jules de Terris, l’historien des évêques d’Apt, une intéressante notice sur cette église, notice qui a paru, il y a quelques années, dans le Bulletin archéologique et historique du département de Vaucluse. (Avignon, Seguin.)
  6. Serres est un hameau dans le territoire et au nord de Carpentras.
  7. L’énumération qui çommencs ici des enfants d’Alexandre Scot n’avait, jusqu’à ce jour, jamais été donnée.
  8. Le présent testament nous révèle le séjour et la mort à Dôle (Jura) du docteur en médecine Édouard Scot.
  9. Cet autre frère du testateur ne nous était pas moins inconnu que le précédent. On voit qu’il y eut, en quelque sorte, une invasion de frères Scot en notre pays. Rappelons qu’aucun de ces personnages ne figura dans l’ouvrage de M. Francisque Michel sur les Écossais en France.
  10. Une sœur du célébré Jean Pillehotte, imprimeur et libraire des Ligueurs, et lui-même un des meneurs les plus influents de la Ligue lyonnaise, lequel exerça dans la rue Mercière, de 1574 à 1612, époque de sa mort. À Lyon même on avait toujours ignoré l’existence de la sueur de Pillehotte.
  11. Saint-Siffrein, église cathédrale de Carpentras.
  12. Ici le parchemin est rongé.
  13. On montra encore à Carpentras la maison qu’habitait Alexandre Scot, et j’ai eu le plaisir de la visiter, en compagnie d’un bien aimable guide M. le marquis de Seguins, dans l’été de l’année 1882.
  14. Ici un mot qui a disparu, le parchemin étant rongé en cet endroit.
  15. On ne peut préciser la date de la mort d’Alexandre Scot, ni l’âge qu’il avait lors de son décès. Dans les archives de Carpentras il manque un registre des décès de 1615 à 1619 inclusivement, et les registres des années suivantes ne contiennent aucune mention relative à Scot. Beaucoup de documents des archives municipales de la capitale du comtat venaissin périrent, le 22 novembre 1713, dans l’incendie de l’ancien hôtel de ville, lequel avait été le château des comtes de Toulouse.
  16. J.-J., Bouchard, en citant son noble père Jean, se souvient beaucoup plus du secrétaire du roi que de l’apothicaire. Voir Avertissement des Lettres inédites à Peiresc, p. III.
  17. Ces cent messes demandées par Bouchard pour le jour même de son décès prouvent que l’ancien libertin (on sait que c’était le nom des libres-penseurs du XVIIe siècle) ne mourut pas dans l’impénitence finale.
  18. L’inscription manque dans la copie, et c’est vraiment grand dommage, car on aimerait à savoir quels éloges se décernait le vaniteux Bouchard sur la table de marbre de son tombeau. Ce tombeau ne se retrouverait-il pas dans l’église de Sainte-Marie des Anges ? J’avais soumis cette question à un savant de Rome, dont la courtoisie et l’obligeance méritent de devenir célèbres, M. le marquis Gaetano Ferrajoli. Voici ce qu’il m’a fait l’honneur de me répondre : « Je suis bien sûr que le tombeau de ce fieffé coquin de Bouchard n’existe pas dans l’admirable église de Sainte-Marie-des-Anges et je doute fort, très fort, qu’il y ait jamais existé, car je n’en vois aucune mention dans des Itinéraires de Rome assez anciens que je viens de consulter. M. Vincenzo Forcella qui, dans son grand recueil des Inscriptions modernes de Rome, a donné bien des inscriptions qui ne se trouvent plus et qui sont tirées de vieux recueils manuscris ou imprimés, ne mentionne pas l’épitaphe de Bouchard. »
  19. Il s’agit là de Christophe Dupuy, fils aîné du conseiller au parlement Claude Dupuy, mort an 1651, prieur de la Chartreuse de Rome, monastère qui fut fort embelli par ses soins. Sur les relattion de Bouchard avec les frères Dupuy, voir les Lettres inédites à Peiresc déjà citées, pp. 21, 34, 38, surtout p 59.
  20. C’est là le legs d’un homme qui toujours aima beaucoup les livres et auquel, à cause de cela, il faut beaucoup pardonner.
  21. Bouchard avait été attaché à la maison du cardinal François Barberini en qualité de secrétaire des lettres latines.
  22. Nous recevons, en réponse à une question posée dans le Bulletin critique du 15 mai, la lettre suivante, que nous empressons de communiquer à nos lecteurs : Monsieur, je lis dans le Bulletin critique du 15 mai : « Il serait curieux de savoir si l’on conserve encore dans la magnifique bibliothèque Barberini les manuscrits de Bouchard. » Je suis heureux de pouvoir répondre à votre désir. Le Catalogue de la Bibliothèque Barberini — peu commode du reste à manier, ce qui m’excusera en cas d’omission — indique sous le nom de Bouchard les numéros suivants : N° xxx, 122 In musa Romanas Adrianam Eleonoram et Catharinam epigramma J. J. Bouchardi. In-folio papier 52 pp. — Dans le n° xxxi. 58, Variorum epistolae, une lettre. — Dans le n° xxx, 182, des Inscriptions (page 35 à 118). — Enfin, n° xliii, 120. J.-J. Bouchard, Poésies françaises. — Voilà, Monsieur, ce qu’un examen très rapide, mais que je n’ai eu, malgré mon désir, le loisir de faire plus complet, m’a permis de constater à votre intention dans le Catalogue de la Bibliothèque Barberini. — Veulllez agréer, etc. — Léon-G. Pelissier.
  23. On a reconnu là le célèbre archéologue Cassiano del Pozzo. Voir sur ce personnage qui joue un si grand rôle dans la correspondance de Peiresc, une note des Lettres inédites de Bouchard, p. 13.
  24. Cette malicieuse remarque est singulièrement placée dans un testament.
  25. Ne trouve-t-on pas bien curieux ces détails donnés pour le première fois sur les collections fournies par Bouchard ?
  26. Sur le poète Alexendre Pollini, Voir les lettres de Jean. Chapelain, de l’Académie française (tome I, 1880, pp. 295. 359, etc.)
  27. Mon aimable correspondant de Rome déjà nommé, M. le marquis Ferrajoli, daigne m’apprendre que ce prétendu Fiscomarino doit être un Filomarino, de l’illustre famille de Naples qui possède le duché della Torre, dans laquelle le prénom d’Ascanio est fort commun.
  28. On trouve dans tous les recueils une notice sur Jean-Baptiste Doni. Voir de plus sur Doni une note des Lettres inédites de Bouchard (p. 39) et divers passages des Lettres de Jean Chapelain (tome I, p. 295, tome II, pp. 674, 682, 683.)
  29. Que de richesses diverses possédait Bouchard en son musée ! Ginguené, dans la Biographie universelle, a fort vanté l’immense collection d’objets antiques formée par Doni.
  30. Que sait-on de ces portraits de Dante Alighieri et de Laure de Sade ?.
  31. Leo Allatius est trop connu pour que j’en dise ici le plus petit mot, mais je puis bien demander s’il a été jamais mieux loué que dans cette simple phrase ?
  32. Nom qu’il faut traduire par Miozzi ou Meozzi.
  33. A-t-on conservé ces vieux portraits, sur une seule toile, de Pétrarque et de Laure ? Je ne puis rien dire de ce Parraciani qui fut l’heureux possesseur du double portrait.
  34. Texte évidemment fautif et que je laisse au sagace lecteur le soin de corriger, comme, dans les causes difficiles, un avocat peu sûr de lui aime à s’en rapporter à la sagesse du tribunal. (sans doute : lecti, arcae, omneque, genus, etc.)
  35. Le couvent des Chartreux qui occupait une partie de l’emplacement actuel du jardin du Lnxembourg, vers la rue d’Enfer.
  36. Bibliothèque de l’institut, collection Godefroy, n° 368, f° 101. Bouchard mourut dans l’année qui suivit celle où il fit son testament. (Voir l’Avertissement mis en tête des Lettres inédites à Peiresc, p. V). Pour compléter ce que j’ai dit là de la vie et des écrits de Bouchard, je reproduirai une très intéressante note que veut bien me communiquer M. Lucien Marcheix, sous-bibliothécaire de l’École nationale des Beaux-Arts, lequel doit publier prochainement une relation d’un voyage de Rome à Naples en 1632 du correspondant de Balzac, de Chapelain et de Peiresc : « Ce manuscrit, plus considérable que celui du voyage de Paris à Rome en 1630, contient une foule de piquants détails concernant l’état du royaume de Naples sous la domination espagnole. Le voyageur, instruit, sagace, libre de préjugés, observe le pays et les hommes, et s’intéresse au passé comme au présent : Art et science, politique et économie, histoire et légendes, langue et mœurs, coutumes et costumes, il voit tout, note tout, se rend compte de tout. Il décrit les campagnes ravagées par la fièvre et la mauvaise administration, les villages habités par les serpents, les routes mal entretenues où l’on ne voyage qu’en troupes de crainte des voleurs ; les villes où l’on n’entre qu’avec des billets de santé de peur de la peste ; les auberges où l’on mange sans assiette ni cuiller avec un verre pour quatre ou cinq convives, et où l’on dort de compagnie sur des lits invraisemblables dans des chambres trop peu meublées. Humaniste, archéologue, naturaliste et avant tout curieux, Bouchard contrôle tout en cheminant, Strabon et Pline ; il copie les inscriptions et mesure les monuments ; il décrit le Vésuve et les archives de la Chambre royale ; il visite les ruines, les églises et les palais, et énumère les espèces de poissons du golfe de Naples ; il disserte, en homme de goût et d’érudition, sur les différents dialectes et les diverses écoles musicales de l’Italie. Il assiste à Naples à la procession des mystères de la Passion, et à Rome à une représentation du saint Alexis, dont il nous a laissé le programme imprimé. Il nous renseigne sur les mœurs et sur les sentiments des Italiens et des Espagnols, notamment sur le courage des hommes et sur la vertu des femmes, et tout cela dans une langue aisée et sensée, souvent pittoresque, qui nous apporte comme un parfum du bon temps ». De ce charmant résumé des récits du voyage, il faut rapprocher une Notice sur un manuscrit inédit de J.-J. Bouchard insérée par M. Eug. Muntz dans la Revue critique du 2 janvier 1882 (pp. 14-16).