100%.png

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Beaubourg (rue)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Beaubourg (rue).

Commence aux rues Maubué, no 2, et Simon-le-Franc, no 22 ; finit aux rues Grenier-Saint-Lazare, no 1, et Michel-le-Comte, no 39. Le dernier impair est 65 ; le dernier pair, 64. Sa longueur est de 282 m. — 7e arrondissement, quartier Sainte-Avoie.

Au commencement du XIe siècle, quelques paysans vinrent bâtir en cet endroit plusieurs chaumières, dont le nombre augmenta rapidement. Ces habitations formèrent, vers le milieu du XIIe siècle, un village assez étendu auquel on donna bientôt le nom de Beau-Bourg. Ce bourg comprenait l’espace aujourd’hui limité par les rues Maubué, Grenier-Saint-Lazare, Saint-Martin et Sainte-Avoie. Ce territoire fut en partie renfermé dans Paris, sous Philippe-Auguste, par la nouvelle enceinte bâtie de 1190 à 1210. La moitié de cette rue, qui était dans la capitale, se nommait alors rue de la Poterne, en raison d’une des portes de la ville qu’on voyait dans cette voie publique, entre les rues Grenier-Saint-Lazare et Michel-le-Comte. L’autre moitié de cette voie publique, qui se trouvait hors Paris, avait la dénomination de rue outre la poterne Nicolas-Hydron. — Une décision ministérielle du 18 vendémiaire an VI, signée Letourneux, avait fixé la moindre largeur de la rue Beaubourg à 8 m. Cette largeur a été portée à 10 m., en vertu d’une ordonnance royale du 22 mai 1837. — Les maisons situées aux quatre encoignures de la rue de Rambuteau et la propriété no 45, sont à l’alignement. — Conduite d’eau depuis la rue Maubué jusqu’à celle du Maure. — Éclairage au gaz (compe Lacarrière).