Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Chanverrie (rue de la)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chanverrie (rue de la).

Commence à la rue Saint-Denis, nos 145 et 147 ; finit à la rue Mondétour, nos 6 et 8. Le dernier pair est 28. Sa longueur est de 108 m. — Le côté gauche est du 4e arrondissement, quartier des Marchés ; les numéros pairs dépendent du 5e arrondissement, quartier Montorgueil.

Tant d’opinions diverses ont été avancées sur l’étymologie du nom de cette rue, qu’il serait trop long de faire ici l’analyse de chacune d’elles. La plus rationnelle, selon nous, est celle de Jaillot, qui prétend trouver la racine de ce nom dans le mot Chanvre. En effet, dans des lettres de Pierre de Nemours, évêque de Paris, du mois de juin 1218, il est fait mention d’une maison in vico de Canaberia, prope Sanctum Meglorium. Dans un amortissement du mois d’octobre 1295, elle est nommée rue Canaberie ; et afin qu’on ne la confonde pas avec une autre, elle y est indiquée in Censiva Morinensi (dans la Censive de Thérouenne). De plus le poète Guillot écrit vers 1300 :

« Puis alai en la Chanverie
» Assez près trouvai Mondestour. »

Un acte d’amortissement du 12 juin 1252 indique que la rue de la Chanverrie était complètement bordée de constructions à cette époque. Par décision ministérielle du 26 frimaire an IX, signée Chaptal, la largeur de cette rue avait été fixée à 10 m. Cette voie publique sera très prochainement confondue dans la rue de Rambuteau, dont la formation a été autorisée et déclarée d’utilité publique par l’ordonnance royale du 5 mars 1838. Déjà presque toutes les maisons du côté gauche sont démolies. Suivant les alignements arrêtés, les propriétés de 2 à 20 devront avancer sur leurs vestiges actuels. — Conduite d’eau depuis la rue Mondétour jusqu’à la borne-fontaine.