100%.png

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Chauchat (rue)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Chauchat (rue).

Commence à la rue Pinon, nos 6 et 8 ; finit à la rue de la Victoire, nos 5 et 7. Le dernier impair est 7 ; le dernier pair, 10. Sa longueur est de 215 m. — 2e arrondissement, quartier de la Chaussée-d’Antin.

Des lettres-patentes, à la date du 7 mai 1779, registrées au parlement le 29 juillet suivant, autorisèrent Jean-Joseph de La Borde, seigneur de la Ferté, vidame, conseiller, secrétaire, maison, couronne de France et des finances, à ouvrir sur ses terrains une rue de 30 pieds de largeur, qui serait nommée rue Chauchat, et communiquerait de la rue Chantereine (aujourd’hui de la Victoire) à celle de Provence. Ce percement fut exécuté en octobre 1779. — Le 29 juillet 1793 (an II de la république), le corps municipal, sur la demande de la citoyenne Boulanger, veuve Pinon, et du citoyen Thévenin, copropriétaires d’un terrain situé entre les rues Pinon et de Provence, leur accorda l’autorisation d’ouvrir une nouvelle communication de 30 pieds de largeur, en prolongement de la rue Chauchat jusqu’à la rue Pinon. Cette autorisation, confirmée par un arrêté du département de Paris, en date du 8 octobre 1793, n’eut point alors de suite. Ce projet, repris en 1821, donna lieu à une décision ministérielle du 27 janvier de cette année, qui fixa la largeur de ce prolongement à 9 m. 75 c. Enfin, une ordonnance royale du 3 octobre suivant autorisa le préfet de la Seine, au nom de la ville de Paris, à acquérir les portions de terrains nécessaires à l’exécution de ce projet. Ces acquisitions furent faites aussitôt. La largeur assignée à cette partie de la rue Chauchat est de 12 m. Les constructions situées sur le côté droit, à l’encoignure de la rue de Provence, devront reculer de 2 m. 40 c. Les autres propriétés ne sont pas soumises à retranchement. — Égout entre les rues Pinon et de Provence. — Éclairage au gaz (compe Anglaise).

Chauchat (Jacques), écuyer, avocat au parlement, conseiller du roi, quartenier, fut élu échevin le 17 août 1778, sous la prévôté de M. de Caumartin. Il exerça cette importante fonction jusqu’en 1780.

Dans cette rue est située la nouvelle église évangélique de la Rédemption. Cette église, qui occupe les anciens bâtiments de la douane, a été inaugurée le 25 juin 1843, jour anniversaire de la présentation de la confession d’Augsbourg à l’empereur Charles-Quint.