100%.png

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Cuvier (rue)

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


Cuvier (rue).

Commence au quai Saint-Bernard ; finit aux rues du Jardin-du-Roi et Saint-Victor. Le dernier impair est 41 ; le dernier pair, 10. Sa longueur est de 531 m. — 12e arrondissement, quartier du Jardin-du-Roi.

On ne l’appelait anciennement que rue ou chemin devers Seine. En 1552, on disait simplement rue derrière les murs de Saint-Victor. Ensuite on la nomma rue du Ponceau, en raison d’un petit pont qu’on avait jeté vers le milieu de cette rue, sur la petite rivière de Bièvre, lorsqu’elle traversait l’enclos Saint-Victor. — Une décision ministérielle à la date du 2 septembre 1818, a fixé la largeur de cette voie publique à 10 m. En vertu d’une ordonnance royale du 22 juin 1837, la partie comprise entre les rues Jussieu et Saint-Victor, doit avoir 12 m. de largeur. La rue qui nous occupe a reçu en vertu d’une décision du roi, du 8 novembre 1838, le nom de rue Cuvier. Georges-Léopold-Frédéric-Chrétien-Dagobert Cuvier naquit à Montbéliard le 23 août 1769, la même année que Canning, Humboldt, Walter Scott et Napoléon, et mourut à 63 ans comme Aristote. — Les constructions riveraines sont presque toutes à l’alignement. — Égout du côté du quai.

La fontaine Cuvier, située à l’angle de la rue Saint-Victor, a été construite en 1840, par M. Lemaire. La statue qui décore ce petit monument a coûté 2 500 fr.

Dans cette rue était le couvent des Nouveaux-Convertis. — Le père Hyacinthe de Paris, capucin très zélé pour la conversion des protestants, forma en 1632 une société qu’il enflamma de son zèle. L’archevêque de Paris, Jean-François de Gondy, autorisa le 6 mai 1634 cette association, à laquelle il donna le titre de Congrégation de la propagation de la foi et le vocable de l’exaltation de la croix. Le pape, par une bulle du 3 juin de la même année et le roi par lettres-patentes de 1635 autorisèrent cet établissement. Les protestants, disposés à se convertir, furent d’abord réunis dans une maison située dans la cité, puis transférés dans la rue de Seine-Saint-Victor. Ce couvent, devenu propriété nationale, fut vendu le 30 mars 1793. Une partie de son emplacement a servi à l’agrandissement du Jardin-des-Plantes.