Dictionnaire de Trévoux/6e édition, 1771/AFFÛT

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Jésuites et imprimeurs de Trévoux
(Tome 1p. 147).
◄  AFFUSION
AFFÛTAGE  ►

AFFÛT. s. m. Machine de bois servant à soutenir le canon, ou à le transporter ailleurs. Tormenti bellici lignea compages, pes, fulcimentum, sessibulum, vehiculum. L'affût d’un canon de navire, ou de casemate, consiste en deux roues sans rais, d’une seule pièce de bois. L’affût d’un canon qui va en campagne consiste en deux fortes roues, qui portent deux longues & fortes pièces de charpente, qu’on nomme flasques, dans lesquelles est comme enchâssé le canon, qui se meut sur ses tourillons comme sur un centre en équilibre. On y ajoute un avant-train composé de deux moindres roues, quand on le fait marcher. Les mortiers ont aussi leurs affûts, dont les roues sont comme celles des canons des vaisseaux ou des casemates.

Affût de bord, est le nom qu’on donne aux affûts des canons qui servent sur les vaisseaux.

Affût Turc. Les affûts des canons Turcs sont différens des nôtres, en ce que les roues des premiers sont pleines, & que celles des nôtres sont à jour, & liées par des rayons qui vont du centre à la circonférence. Le Dictionnaire militaire explique mal cette différence.

Affût, en termes de Chasse, est un lieu caché, où l’on se met avec un fusil pour attendre le gibier au passage, Venatoris, insidiæ, specula. On va le soir à l’affût, & le matin a la rentrée.

☞ On dit figurément & proverbialement, qu’un homme est à l’affût ; pour dire, qu’il est au guet, qu’il épie l’occasion de faire quelque chose, de parler à quelqu’un. Esse in speculis.