Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Gargouille

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Galetas <
Index alphabétique - G
> Gaufrure
Index par tome
GARGOUILLE, s. f. Gargolle, guivre, canon, lanceur. Ce n’est guère que vers le commencement du XIIIe siècle que l’on plaça des chéneaux et, par suite, des gargouilles à la chute des combles. Jusqu’alors, dans les premiers siècles du moyen âge, l’eau des toits ou des terrasses s’égouttait directement sur la voie publique au moyen de la saillie donnée aux corniches (voy. Chéneau). À la cathédrale de Paris, du temps de Maurice de Sully ; c’est-à-dire lors de l’achèvement du chœur en 1190, il n’y avait point de chéneaux et de gargouilles ; plus tard, dans le même édifice, vers 1210 encore, les eaux des chéneaux s’écoulaient sur la saillie des larmiers, au moyen de rigoles ménagées de distance en distance. Nous voyons apparaître les gargouilles, vers 1220, sur certaines parties de la cathédrale de Laon. Ces gargouilles sont larges, peu nombreuses, composées de deux assises, l’une formant rigole, l’autre recouvrement (1).
Illustration fig1 6 29.png
Déjà cependant ces gargouilles affectent la forme d’animaux fantastiques, lourdement taillés, comme pour laisser voir leur structure. Bientôt les architectes du XIIIe siècle reconnurent qu’il y avait un avantage considérable à diviser les chutes d’eau. Cela, en effet, évitait les longues pentes dans les chéneaux et réduisait chacune des chutes à un très-mince filet d’eau ne pouvant nuire aux constructions inférieures. On multiplia donc les gargouilles ; en les multipliant, on put les tailler plus fines, plus sveltes, et les sculpteurs s’emparèrent de ces pierres saillantes pour en faire un motif de décoration des édifices. La variété des formes donné aux gargouilles est prodigieuse ; nous n’en connaissons pas deux pareilles en France, et nos monuments du moyen âge en sont couverts. Beaucoup de ces gargouilles sont des chefs-d’œuvre de sculpture ; c’est tout un monde d’animaux et de personnages composés avec une grande énergie, vivants, taillés hardiment par des mains habiles et sûres. Ces êtres s’attachent adroitement aux larmiers, se soudent à l’architecture et donnent aux silhouettes des édifices un caractère particulier, marquant leurs points saillants, accusant les têtes des contre-forts, faisant valoir les lignes verticales. On peut juger de l’habileté des architectes et des sculpteurs dans la combinaison et l’exécution de ces lanceurs par la difficulté qu’on éprouve à les combiner et les faire exécuter. Dans les pastiches modernes que l’on a faits des édifices gothiques, il est fort rare de voir des gargouilles qui se lient heureusement à l’architecture : elles sont ou mal placées, ou lourdes, ou trop grêles, ou molles de forme, pauvres d’invention, sans caractère ; elles n’ont pas cet aspect réel si remarquable dans les exemples anciens ; ce sont des êtres impossibles, ridicules souvent, des caricatures grossières dépourvues de style.

Certains calcaires du bassin de la Seine, comme le liais-cliquard, se prêtaient merveilleusement à la sculpture de ces longs morceaux de pierre en saillie sur les constructions. Il fallait, en effet, une matière assez ferme, assez tenace pour résister, dans ces conditions, à toutes les causes de destruction qui hâtaient leur ruine. Aussi est-ce à Paris ou dans les contrées où l’on trouve des liais, comme à Tonnerre, par exemple, que l’on peut recueillir encore les plus beaux exemples de gargouilles. D’ailleurs l’école de sculpture de Paris, au moyen âge, a sur celles des provinces voisines une supériorité incontestable, surtout en ce qui touche à la statuaire.

Illustration fig2 6 30.png

Les gargouilles sont employées systématiquement à Paris vers 1240 ; c’est à Notre-Dame que nous voyons apparaître, sur les corniches supérieures refaites vers 1225, des gargouilles, courtes encore, robustes, mais taillées déjà par des mains habiles (2). Celles qui sont placées à l’extrémité des caniveaux des arcs-boutants de la nef, et qui sont à peu près de la même époque, sont déjà plus longues, plus sveltes, et soulagées par des corbeaux qui ont permis de leur donner une très-grande saillie en avant du nu des contre-forts (3).

Illustration fig3 6 31.png

À la Sainte-Chapelle du Palais à Paris, les gargouilles sont plus élancées, plus développées : ce ne sont plus seulement des bustes d’animaux, mais des animaux entiers attachés par leurs pattes aux larmiers supérieurs ; leurs têtes se détournent pour jeter les eaux le plus loin possible des angles des contre-forts (4).

Illustration fig4 6 31.png


Quelques-unes de ces gargouilles sont évidemment sculptées par des artistes consommés.

Nous avons indiqué, à l’article Gâble, comment les constructeurs gothiques, lorsqu’ils élevaient les grandes voûtes des nefs, ménageaient, provisoirement, des cuvettes dans les reins de ces voûtes, avec gargouilles extérieures pour rejeter les eaux pluviales dans les caniveaux des arcs-boutants jusqu’à l’achèvement des combles définitifs. Ces gargouilles provisoires devenaient définitives elles-mêmes, lorsque les chéneaux supérieurs étaient posés, au moyen d’une conduite presque verticale, descendant du chéneau jusqu’à ces gargouilles. Voici (5) une de ces gargouilles à double fin, provenant des parties supérieures de la nef de la cathédrale d’Amiens (1235 environ).

Illustration fig5 6 32.png

Les gargouilles sont doublées de chaque côté des contre-forts, comme à la Sainte-Chapelle de Paris, comme autour de la salle synodale de Sens, autour des chapelles du chœur de Notre-Dame de Paris ; ou elles traversent l’axe de ces contre-forts, comme à Saint-Nazaire de Carcassonne et dans tant d’autres édifices des XIIIe et XIVe siècles, et alors elles portent sur une console (6) ; ou elles sont appuyées sur la tête même de ces contre-forts,

Illustration fig6 6 33.png


comme autour des chapelles du chœur de la cathédrale de Clermont (7) (fin du XIIIe siècle).

Illustration fig7 6 33.png

C’est vers ce temps que la composition des gargouilles devient plus compliquée, que les figures humaines remplacent souvent celles d’animaux, ainsi qu’on le voit dans ce dernier exemple, qui nous montre un démon ailé paraissant entraîner une petite figure nue.

Il existe autour des monuments de cette époque bon nombre de gargouilles qui sont de véritables morceaux de statuaire. L’église Saint-Urbain de Troyes porte, au sommet des contre-forts de l’abside, des gargouilles fort remarquables ; nous donnons l’une d’elles (8).

Illustration fig8 6 34.png

Pendant le XIVe siècle, les gargouilles sont généralement longues, déjà grêles et souvent chargées de détails ; au XVe siècle, elles s’amaigrissent encore et prennent un caractère d’étrange férocité. Bien que les détails en soient fins et souvent trop nombreux, cependant leur masse conserve une allure franche, d’une silhouette énergique ; les pattes, les ailes des animaux sont bien attachées, les têtes étudiées avec soin (9 et 9 bis).

Illustration fig9 6 34.png


Illustration fig9b 6 35.png
Ces parties importantes de la sculpture du moyen âge ont toujours été traitées par des mains exercées ; elles conservent très-tard leur caractère original, et encore, aux premiers temps de la Renaissance, on voit, sur les édifices, des gargouilles qui conservent le style du XVe siècle. Ce n’est que pendant la seconde moitié du XVIe siècle que les sculpteurs repoussent absolument les anciennes formes données aux lanceurs, pour adopter des figures de chimères rappelant certaines figures antiques, ou des consoles, ou de simples tuyaux de pierre en forme de canons.

Pendant le moyen âge on n’a pas toujours sculpté les gargouilles ; quelquefois, dans les endroits qui n’étaient pas exposés à la vue, les gargouilles sont seulement épannelées. Il en est un grand nom cette sorte qui affectent une forme très-simple (10)[1].

Illustration fig10 6 35.png


Les gargouilles sont fréquentes dans l’Île-de-France, dans la Champagne et sur les bords basse Loire ; elles sont rares en Bourgogne, dans le centre et le midi de la France ; ou si l’on en trouve dans les monuments d’outre-Loire, c’est qu’elles tiennent à des édifices élevés aux XIIIe, XIVe et XVe siècles, par des architectes du Nord, comme la cathédrale de Clermont, celle de Limoges, celle de Carcassonne (Saint-Nazaire), celle de Narbonne. Là où les matériaux durs sont peu communs, comme en Normandie, par exemple, les gargouilles sont courtes, rarement sculptées, ou manquent absolument, les eaux s’égouttant des toits sans chéneaux.

Les chéneaux en plomb, posés sur les édifices civils ou religieux, portaient aussi leurs gargouilles de métal. Nous en possédons fort peu aujourd’hui de ce genre d’une époque antérieure au XVIe siècle. En voici une (11) qui se voit à l’angle d’une maison de Vitré ; elle date du XVe siècle et est faite en plomb repoussé (voy. Plomberie ).
Illustration fig11 6 36.png
Nous ne connaissons pas de gargouilles du moyen âge en terre cuite. Dans les édifices en brique, les gargouilles sont en pierre, ainsi qu’on peut le voir aux Jacobins de Toulouse, au collège Saint-Rémond, et dans beaucoup d’autres édifices anciens de la même ville.
  1. Notre-Dame de Paris.