Discours après l'annonce de son élection à la Présidence de la République - 7 mai 1995

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Discours après l'annonce de son élection à la Présidence de la République



7 mai 1995

Mes chers compatriotes,

À l'heure où je parle, les résultats connus montrent que vous avez décidé de me confier la plus haute charge de l'Etat. J'exprime ma profonde gratitude à toutes celles et à tous ceux qui m'ont accordé leur confiance et je salue tous les autres avec respect. Mes chers compatriotes, je serai le président de tous les Français. Je mesure la gravité des responsabilités qui vont être les miennes. Je mesure la difficulté de la tâche qui nous attend. Comme vous, je veux un Etat vigoureux, impartial, exigeant pour lui-même et soucieux de la bonne utilisation des deniers publics, un État qui n'isole pas ceux qui gouvernent du peuple qui les a choisis. Notre bataille principale a un nom : la lutte contre le chômage. Les remèdes classiques ont fait long feu. Il faut une nouvelle approche, de nouvelles méthodes. Il faut, avant de prendre quelque décision que ce soit, se poser la question : est-ce que c'est bon pour l'emploi ? Toutes les initiatives seront soutenues, toutes les énergies seront mobilisées, toutes les réussites seront encouragées. Il en sera de même pour la lutte contre l'exclusion. Lorsque nous aurons fait reculer ces fléaux, alors la France redeviendra elle-même : terre de liberté, de fraternité, d'égalité des chances, terre de solidarité. De nouveau naîtra dans notre pays l'espoir de l'ascension sociale ; de nouveau le progrès sera attendu et l'avenir désiré ; de nouveau la patrie des droits de l'homme rayonnera dans le monde et, de nouveau, la France sera le moteur de l'Union Européenne, gage de paix et de prospérité pour notre continent. Ce soir je pense à mes parents ; je pense aux patriotes simples et droits dont nous sommes tous issus. J'aurai accompli mon devoir si je suis digne de leur mémoire. Soyons unis, mes chers compatriotes ! Soyons tolérants et fraternels, mais soyons aussi inventifs, audacieux, conquérants. Alors la France redeviendra un phare pour tous les peuples du monde, et c'est sa vocation.

Vive la République et vive la France !