Discussion:Les Roués innocents (Gautier)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Éditions[modifier]

Gautier a écrit cette nouvelle pour faire patienter les lecteurs de la presse en attendant les Mémoires d'un médecin, d'Alexandre Dumas : [1][1] [2][2]

Orthographe de 1850[modifier]

À vérifier dans la fonction moderniser

  • complétement
  • poëme, poëte
  • dénoûment
  • utilisation du tiret après très


Statistiques[modifier]

  • 36 186 mots, moins de 3 heures de lecture, peut se classer dans les nouvelles
  • 209 009 caractères avec espaces
  • 173 682 caractères sans les espaces

Comparaison[modifier]

  • Le livre est disponible sur ebooks libre et gratuit, en provenance de la Bibliothèque numérique romande mais l'édition choisie par eux (il s'agit de Desessart, Paris, 1847. La ponctuation et quelques éléments du texte ont été revus, s’appuyant, pour une part, sur l’édition de la Pléiade des œuvres complètes de Théophile Gautier, dont le texte s'appuie également sur cette édition) a une ponctuation très différente de celle de wikisource (Librairie nouvelle 1855) exp.
    • exemples de différences :
      • ebooks gratuit -> wikisource
      • 6 ou 7 (conforme à l'édition de base 1847) -> six ou sept
      • le plus triomphant vacarme (idem) -> le plus charmant vacarme
      • remerciement (ainsi dans l'édition Pléiade) -> remercîment
      • par un gracieux mouvement d’épaules (conforme à l'édition de base 1847) -> un mouvement gracieux d’épaules
      • ganymèdes (idem) -> Ganymèdes
      • les attaches de son col (idem) -> les attaches de son cou (plusieurs occurrences ou cou est utilisé pour col)
      • baissé les yeux (idem) -> baissait les yeux
      • complètement (ainsi dans l'édition de la Pléiade) -> complétement !!!
      • la cour d’Henri III (idem) -> la cour de Henri III
      • Elle aurait fort affaire (idem) -> Elle aurait fort à faire
      • Tant mieux ! car l’on (idem) -> Tant mieux ! car on
      • Une demi-douzaine de ces confidents de tragédie qui savent si bien écouter n’eut pas été (idem) -> eût
      • très bas (idem) -> très-bas
      • entrouverte (idem) -> entr’ouverte
      • l’haleine de vingt personnes (idem) -> vingt-cinq personnes
      • par le reflet bleu de la lune (dans l'édition d'origine 1847)) -> par le reflet de la lune
      • très simple (ainsi dans l'édition de la Pléiade) -> très-simple
      • liqueurs bues l’on (idem) -> liqueurs bues on
      • fouiller le chœur assombri (idem... etc. pour l'instant) -> fouiller le cœur assombri - corrigé
      • un groupe de coquelicots et de bluets (conforme à l'édition de base 1847)) -> bleuets
      • la sonate 15ème de Beethoven -> la sonate 13e
      • qui devaient lui être fort utiles pour de certaines -> pour certaines
      • Le monde est plein de Grandisson qui se conduisent en Lovelace -> Grandissons qui se conduisent en Lovelaces (normalement pas de s après les noms propres)
      • La dynastie des Mondor -> Mondors
      • provocantes -> provoquantes
      • plus d’un an il avait habitude -> l’habitude
      • ce qui ne l’empêcha point -> ce qui ne l’empêchait point
      • aux yeux même -> aux yeux mêmes
      • Les œillades qu’Amine lui avait lancées au souper des Frères-Provençaux, la façon dont elle l’accueillait avait un sens trop clair pour qu’on pût s’y méprendre -> avaient
      • celer -> céler
      • J’essaie -> J’essaye
      • et si des mauvaises langues -> et si de mauvaises langues
      • poursuivant conversation -> poursuivant la conversation
      • Un véritable roué se fut décidé -> fût
      • pour la punir d’un tel choix -> le
      • en coquetant -> en coquettant
      • spéculer si l’on n’y entend rien -> spéculer quand on n’y entend rien
      • Que pouvaient donc contenir cette lettre et cette boite -> pouvait
      • Monsieur, il y a-t-il une réponse ? -> Monsieur, y a-t-il
      • Les deux domestiques de Florence ne se laissaient pas d’offrir -> lassaient
      • vos feuilles de papier à lettres -> lettre
      • entra dans la chambre de Calixte, qu’il trouve calme et pâle -> trouva
      • car les femmes de sa sorte -> la
      • à travers le grossissement de la lorgnette -> sa
      • différente <- Je ne suis pour elle qu’une levrette, un colibri, un poisson rouge, un être de race inférieure et indifférente.
      • toutes les couleurs <- des plumes de toutes couleurs
      • tels <- sous de telles apparences de sincérité
      • burnous-> bournous
      • d’assez de fausses notes -> d’assez fausses notes
      • Maintenant, se disait-il, elle aura raison d’écouter Rudolph ; ne l’ai-je pas justifié -> justifiée d’avance
      • lys <- lis
      • évanoui dans la voiture > sa
      • fut <- que Florence fût avare
      • paiement <- payement
      • Se yeux pétillaient -> Ses
      • ralliez -> Ne raillez pas, Amine
      • aux rebords de velours rouge -> rouges
      • peint -> et de pavots peints
      • éminemment -> évidemment désagréable.
      • un tour au bec de canne -> cane

Nous avons par chance conservé le scan de l'édition utilisée pour ce livre et nous allons vérifier (d'ici quelques temps, svp!) s'il s'agit de différences ou d'erreurs de transcription que nous corrigerons (erreurs possibles car il s'agit d'un livre de nos débuts). Merci d'avoir signalé ces divergences! Petite précision: L'édition que nous avons utilisée est celle qui a été également retenue par la Pléiade. La Bibliothèque numérique romande/21.2.14

Arrêté à mi-chemin dans la comparaison mais l'on voit que jusqu'ici il s'agit de différences dans les éditions de base choisies ou de modernisations qui sont pratiquées également par l'édition de la Pléiade. Bibliothèque numérique romande 22.2.14


  1. 811. Les Roués innocents. La Presse, 19, 20, 21, 22-23, 24, 26, 27, 28, 29 et 30 mai 1846. Ce roman, qui était déjà annoncé dans la Presse, en 1844, sous le titre de : Sénange et Lucinde, ou les Roués innocents, parut pour la première fois en librairie en 1847 ; en 1853, il reparut en un petit volume in-24, édition dite diamant, et enfin, en 1863, il fut publié pour la première fois en un volume format in-12, accompagné de Jean et Jeannette.
  2. 1066. Jean et Jeannette, histoire rococo. La Presse, 9, 11, 12, 16, 17, 20, 21, 22, 23, 24, 23 et 26 juillet 1850. Ce roman reparut la même année en deux volumes in-8°, terminés par une nouvelle non signée intitulée : Une Aventure de Bibliophile. Or, cette nouvelle est de Paul Lacroix (le Bibliophile Jacob), et elle avait paru, signée par lui, dans le Siècle des 17, 18, 22, 23 et 24 mai 1849. En 1852, Jean et Jeannette a fait partie du volume de Théophile Gautier : Un Trio de romans, et a formé en 1862 (daté 1863), accompagné des Roués innocents, un volume in-12 portant ces deux titres.