Discussion:Poésies (Mallarmé, 1914, 8e éd.)/Les Fenêtres

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Source : Stéphane Mallarmé : Selected Poetry and Prose, edited by Mary Ann Caws ; New Directions, 1982 ; p. 10.

Variantes[modifier]

  • Poésies (Stéphane Mallarmé) (1887) / Poésies (Deman)
  • 4 :
    • Le moribond, parfois, redresse son vieux dos,
    • Le moribond sournois y redresse un vieux dos,
  • 15 :
    • La toux. Et quand le soir saigne parmi les tuiles,
    • La toux ; et quand le soir saigne parmi les tuiles,
  • 22 :
    • Vautré dans le bonheur, où tous ses appétits
    • Vautré dans le bonheur, où ses seuls appétits
  • 26 :
    • D’où l’on tourne le dos à la vie et, béni,
    • D’où l’on tourne l’épaule à la vie, et, béni,
  • 29 :
    • Je me mire et me vois ange ! Et je meurs, et j’aime
    • Je me mire et me vois ange ! et je meurs, et j’aime
  • 38 :
    • D’enfoncer le cristal par le monstre insulté,
    • D’enfoncer le cristal par le monstre insulté
  • 39 :
    • Et de m’enfuir, avec mes deux ailes sans plume,
    • Et de m’enfuir, avec mes deux ailes sans plume