Du provost à l’aumuche

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Auteurs du Moyen Âge
Recueil général et complet des fabliaux des XIIIe et XIVe siècles, Texte établi par Anatole de MontaiglonLibrairie des Bibliophiles (p. 112-116).



VII


DU PROVOST A L’AUMUCHE.


Manuscrit F. Fr., 837, f. 176 v° à 177 r°.



D’un chevalier cis fabliaus conte
Qui par samblant valoit un conte ;
Riches hom estoit et mananz ;
Fame ot, dont il avoit enfans
Si come il est coustume et us.
.XX. ans cil chevaliers et plus
Vesqui sans guerre et sans meslée.
Moult fu amez en sa contrée
De ses homes et d’autre gent,
Tant que .I. jor li prist talent
Du baron saint Jaque requerre.
A garder comanda sa terre
Un sien provost que il avoit.
Vilains et pautonniers estoit,
Mès richèce l’avoit seurpris ;
Si en ert amendez ses pris.
Si come il fait à mains mauvais.
Li Provos ot à nom Grevais,
Le fil Erambaut Brache-huche ;
De burel avoit une aumuche,
Por la froidure, bien forrée.

Grosse avoit la teste et quarrée ;
Moult ert cuivert et de put aire.
Et li chevaliers son afaire
Fist atorner tel comme il dut.
A .I. jor de son ostel mut
Por fère son pelerinage.
Tant va par plain et par boschage,
Que au baron saint Jaque vint ;
Deniers i offri plus de .XX.
Après se r’est mis el retor ;
Onques n’i vout metre trestor,
Tout si come il vint ne ala,
Tant que son ostel aproisma
Si près come à une jornée.
Le matinet, ainz la vesprée,
A .I. sien escuier tramis
A sa fame et à ses amis,
Qu’il venissent encontre lui,
Quar haitiez est et sanz anui,
Et si féist appareillier
A l’ostel assez à mengier,
De char, de poisson sanz devin,
Qu’à plenté i éussent vin,
Si qu’à plenté aient trestout.
Li escuiers se hasta moult
Tant qu’il est au chastel venuz ;
A grant joie fu recéuz
De cels, de celes qui l’amèrent.
Lendemain li ami montèrent ;
Encontre le chevalier vont.

A moult grant joie amené l’ont,
Et le mengier fu atornez.
Grevais ne s’est pas oubliez,
Li provos, ainz estoit venuz
Ainçois que nus fust descenduz ;
Moult fet sanblant d’estre joious.
Li chevaliers fu vizious ;
Par tout prent garde de sa gent,
Et séoir fet moult richement
Grevais son provost au mengier,
Avoec .I. riche chevalier,
Par devant le filz Micleart.
Au premier més ont pois et lart.
Dont la pièce moult granz estoit
Qui ès escuèles gisoit.
   Liéz fu li provos de cest mès,
Quar le lart vit gros et espès
Qui en s’escuèle s’aïme,
Puis s’apenssa en soi-méisme,
S’en pooit embler une pièce,
Qu’ele duerroit moult grant pièce,
Qui en voudroit fère mesure.
Mès li chevaliers n’en ot cure
Qui avoec lui mengier devoit ;
A .I. sien compaignon parloit
Qui delèz lui avoit mengié.
Et le provost s’est abessié,
Ausi com por son nez mouchier,
Par derrière le chevalier ;
La teste baisse, puis si muce

La pièce de lart soz s’aumuche,
Qui moult estoit parfonde et lée,
Puis l’a sor son chief r’afublée,
Tout ausi come devant fu.
Uns vallés porte busche au fu ;
Si commença à embraser ;
Grevais prist moult à treculer,
Qu’il n’en avoit gueres loisir,
Quar assis fu, n’en quier mentir,
En .I. angle d’une maisière,
Si qu’il ne pot n’avant n’arrière ;
Ainz commença à eschauffer,
Et le lart prist à degouster,
Qui desouz le chapel estoit,
Si que par les iex li couloit
Le saïn, et aval la face,
Com se fust crasse char de vache.
Uns vallés devant lui servoit :
Anuiéz fu, trop li grevoit
S’aumuche qui estoit forrée ;
D’une verge, qui ert pelée,
Li a jus bouté le chapel,
Et li lars chiet sor le mantel
Au chevalier qui lèz lui sist.
Or oiez que li provos fist :
.I. saut done par mi le fu,
Vers l’uis se tret à grant vertu ;
Mès li escuier qui servoient,
Qui l’afère véu avoient,
Li donèrent grant hatiplat,

Si qu’il le firent chéoir plat ;
Fièrent en teste et en l’eschine ;
Li keu saillent de la cuisine,
Ne demandèrent que ce fu,
Ainz traient les tisons du fu,
Si fièrent sor lui à .I. tas ;
Tant le fièrent et haut et bas,
Que brisiés li ont les rains.
Aus bastons, aus piez et aus mains,
Li ont fet plus de .XXX. plaies,
Et l’ont fait chier en ses braies.
A la parfin tant le menèrent,
Que par les bras le traïnèrent
Fors de la porte en .I. fossé,
Où l’en avoit .I. chien tué ;
Moult li fist grant honte la chars.
   Cist fabliaus retret de cest cas,
Que par emblers ont les avoirs.
Mais Diex qui fu mis en la Crois
Lor envoit tele povreté,
Que povre gent tiengnent verté.

Explicit du Provost à l’aumuche.