Dumas.- Grand dictionnaire de cuisine, 1873/Vanneau

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Alexandre Dumas
Grand dictionnaire de cuisine
Texte établi par Denis-Joseph Vuillemot, A. Lemerre (p. 1048).
◄  V.

VANNEAU. — Oiseau remarquable par la beauté de son plumage et la finesse de sa chair. Il y a un proverbe qui dit : « N’a pas mangé un bon morceau qui n’a mangé ni bécasse ni vanneau. » Ses œufs sont encore plus estimés que lui ; au mois d’avril et de mai on les mange ou plutôt on les gobe par milliers en Belgique ; en Pologne on en fait des omelettes d’un excellent goût ; en Hollande, où ces oiseaux sont fort communs, on les mange à toutes les sauces. On suppose que le vanneau, vanellus des gourmands de l’ancienne Rome, n’était pas celui-là ; et que le vanellus apicianus, c’est-à-dire le vanneau d’Apicius, était le pluvier doré. Dans l’antiquité comme de nos jours, lui et ses œufs, au reste, étaient fort appréciés.