Mozilla.svg

Essais/édition Michaud, 1907/Texte modernisé/Texte modernisé/Livre I/Chapitre 1

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Traduction par Michaud.
Firmin Didot (Livre Ip. 17-23).

CHAPITRE PREMIER.


Divers moyens mènent à même fin.

La soumission vous concilie d’ordinaire ceux que vous avez offensés ; parfois une attitude résolue produit le même résultat. — La façon la plus ordinaire d’attendrir les cœurs de ceux que nous avons offensés, quand, leur vengeance en main, nous sommes à leur merci, c’est de les émouvoir par notre soumission, en leur inspirant commisération et pitié ; toutefois la bravoure, la constance et la résolution, qui sont des moyens tout contraires, ont quelquefois produit le même résultat.

Édouard, prince de Galles, celui-là même qui, si longtemps, fut régent de notre province de Guyenne, personnage dont les actes et la fortune ont maintes fois témoigné de beaucoup de grandeur d’âme, s’étant emparé de vive force de Limoges, avait ordonné le massacre de ses habitants qui l’avaient gravement offensé. Il cheminait à travers la ville, et les cris de ceux, hommes, femmes et enfants, ainsi voués à la mort, qui, prosternés à ses pieds, imploraient merci, n’avaient pu attendrir son âme ; quand s’offrirent à sa vue trois gentilshommes français, qui, avec une hardiesse incroyable, tenaient tête, à eux seuls, à son armée victorieuse. Un tel courage lui inspira une considération et un respect qui calmèrent subitement sa colère ; sur-le-champ il leur fit grâce, et cette grâce, il l’étendit à tous les autres habitants de la ville.

Scanderberg, prince d’Épire, poursuivait avec l’intention de le tuer, un de ses soldats ; celui-ci, après avoir essayé en vain de l’apaiser par des protestations de toutes sortes et les plus humbles supplications, se résolut, en désespoir de cause, à l’attendre l’épée à la main. Cet acte de résolution arrêta net l’exaspération de son maître qui, en le voyant prendre un si honorable parti, lui fit grâce. Ce fait est susceptible d’être interprété autrement que je ne le fais, mais par ceux-là seulement qui ignorent la force prodigieuse et le courage dont ce prince était doué.

L’empereur Conrad III, assiégeant Guelphe, duc de Bavière, n’avait consenti à ne laisser sortir de la ville que les femmes des gentilshommes qui s’y trouvaient enfermées avec son ennemi, s’engageant à respecter leur honneur, mais ne leur accordant de sortir qu’à pied, en n’emportant que ce qu’elles pourraient porter elles-mêmes ; et il s’était refusé à adoucir ces conditions, quelques autres satisfactions qu’on lui offrît, si humiliantes qu’elles fussent. N’écoutant que leur grand cœur, ces femmes s’avisèrent alors de charger sur leurs épaules leurs maris, leurs enfants et le duc lui-même. L’empereur fut tellement saisi de cette touchante marque de courage, qu’il en pleura d’attendrissement ; la haine mortelle qu’il avait vouée au duc, dont il voulait la perte, en devint moins ardente ; et, à partir de ce moment, il le traita lui et les siens avec humanité.

Comment s’explique que ces deux sentiments contraires produisent le même effet. — L’un et l’autre de ces deux moyens réussiraient aisément auprès de moi, car j’ai une grande propension à la miséricorde et à la bienveillance ; cependant j’estime que je céderais encore plus facilement à la compassion qu’à l’admiration, bien que la pitié soit considérée comme une passion condamnable par les stoïciens, qui concèdent bien qu’on secoure les affligés, mais non qu’on s’attendrisse et qu’on compatisse à leurs souffrances. Les exemples qui précèdent me semblent rentrer davantage dans la réalité des choses ; ils nous montrent l’âme aux prises avec ces deux sentiments contraires : résister à l’un sans fléchir, et céder à l’autre. Cela peut s’expliquer en admettant que se laisser gagner par la pitié, est plus facile et le propre des cœurs débonnaires et peu énergiques ; d’où il résulte que les êtres les plus faibles, comme les femmes, les enfants et les gens du commun y sont plus particulièrement portés ; tandis que ne pas se laisser attendrir par les larmes et les prières, et finir par se rendre seulement devant les signes manifestes d’un courage incontestable, est le fait d’une âme forte et bien trempée, aimant et honorant les caractères énergiques et tenaces.

Et cependant, l’étonnement et l’admiration peuvent produire ces mêmes effets sur des natures moins généreuses ; témoin le peuple thébain qui, appelé à prononcer dans une accusation capitale intentée contre les capitaines de son armée, pour s’être maintenus en charge au delà du temps durant lequel ils devaient l’exercer, acquitta à grand’peine Pélopidas qui, accablé de cette mise en jugement, ne sut, pour se défendre, que gémir et supplier ; tandis qu’au contraire, à l’égard d’Epaminondas qui, après avoir exposé en termes magnifiques les actes de son commandement, la tête haute, la parole sarcastique, se mit à reprocher au peuple son ingratitude, l’assemblée, pénétrée d’admiration vis-à-vis de cet homme d’un si grand courage, se dispersa sans même oser aller au scrutin.

Cruauté obstinée de Denys l’ancien, tyran de Syracuse. — Denys l’ancien, s’étant emparé, après un siège très long et très difficile, de la ville de Reggium, et avec elle de Phyton, homme de grande vertu, qui y commandait et avait dirigé cette défense opiniâtre, voulut en tirer une vengeance éclatante qui servît d’exemple. Tout d’abord, il lui apprit que la veille, il avait fait noyer son fils et tous ses autres parents ; à quoi Phyton se borna à répondre : « Qu’ils en étaient d’un jour plus heureux que lui. » Puis il le livra aux bourreaux qui le dépouillèrent de ses vêtements et le traînèrent à travers la ville, le fouettant ignominieusement à coups redoublés, l’accablant en outre des plus brutales et cruelles injures. Phyton, conservant toute sa présence d’esprit et son courage, ne faiblit pas ; ne cessant de se targuer à haute voix de l’honorable et glorieuse défense qu’il avait faite et qui était cause de sa mort, n’ayant pas voulu livrer sa patrie aux mains d’un tyran, le menaçant lui-même d’une prochaine punition des dieux. Lisant dans les yeux de la plupart de ses soldats qu’au lieu d’être excités par ses bravades contre cet ennemi vaincu, qui les provoquait au mépris de leur chef et dépréciait son triomphe, étonnés d’un tel courage, ils s’en laissaient attendrir et commençaient à murmurer, parlant même d’arracher Phyton des mains de ses bourreaux, Denys mit fin à ce martyr et, à la dérobée, l’envoya noyer à la mer.

L’homme est ondoyant et divers ; conduite opposée de Sylla et de Pompée dans des circonstances analogues. — En vérité, l’homme est de nature bien peu définie et étrangement ondoyant et divers ; il est malaisé de porter sur lui un jugement ferme et uniforme. Ainsi, voilà Pompée qui pardonne à toute la ville des Mamertins, contre laquelle il était fort animé, en considération de la vertu et de la grandeur d’âme de Zenon l’un de leurs concitoyens qui, se donnant comme l’unique coupable de leur conduite envers lui, demandait en grâce d’en porter seul la peine ; tandis qu’à Pérouse, en semblable circonstance, un citoyen de cette ville, également distingué par ses vertus, dont Sylla avait été l’hôte, par un dévouement pareil, n’en obtient rien ni pour lui-même, ni pour les autres.

Cruauté d’Alexandre le Grand envers des ennemis dont la valeur méritait mieux. — À l’encontre dos premiers exemples que j’ai cités, nous voyons Alexandre, l’homme le plus hardi qui fut jamais, d’ordinaire si généreux à l’égard des vaincus, devenu maître, après de nombreuses et grandes difficultés, de la ville de Gaza, en agir tout autrement à l’égard de Bétis qui commandait cette place et qui, pendant le siège, avait donné les preuves d’une éclatante valeur. Le rencontrant seul, abandonné des siens, ses armes brisées, couvert de sang et de plaies et combattant encore au milieu d’un groupe de Macédoniens qui le harcelaient de toutes parts, Alexandre, vivement affecté d’une victoire si chèrement achetée (entre autres dommages, lui-même venait d’y recevoir deux blessures), lui dit : « Tu ne mourras pas comme tu le souhaites, Bétis ; sois certain qu’avant, il te faudra souffrir les plus cruels tourments qui se puissent imaginer contre un captif. » À cette menace, Bétis ne répondant rien et, au plus grand calme, joignant une attitude hautaine et pleine de défi, Alexandre, devant ce silence fier et obstiné, s’écria : « A-t-il seulement fléchi le genou ! s’est-il laissé aller à quelques supplications ! ah vraiment, je vaincrai ce mutisme ; et si je ne puis lui arracher une parole, j’arriverai bien à lui arracher quelque gémissement. » Et, passant de la colère à la rage, il lui fit percer les talons et, encore plein de vie, attacher à l’arrière d’un char et traîner ainsi jusqu’à ce que, mis en pièces, les membres rompus, il rendit le dernier soupir. Quel peut avoir été le mobile de tant de cruauté chez Alexandre ? Serait-ce qu’à lui-même, courageux au delà de toute expression, cette vertu semblait tellement naturelle, que non seulement elle ne le transportait pas d’admiration, mais encore qu’il en faisait peu de cas ; ou bien que, la considérant comme son apanage exclusif, il ne pouvait la supporter à un aussi haut degré chez les autres, sans en être jaloux ; ou enfin, est-ce qu’il était hors d’état de se modérer dans ses transports de colère ? — Certainement, s’il eût été capable de se maîtriser, il est à croire que lors de la prise et du sac de Thèbes, il se fût contenu à la vue de tant de vaillants guerriers, dont la résistance était désorganisée et qui furent passés au fil de l’épée ; car il en périt bien ainsi six mille, dont pas un ne fut vu cherchant à prendre la fuite ou demandant merci ; bien au contraire, ils allaient de ci, de là, à travers les rues, affrontant les vainqueurs, les provoquant à leur donner la mort dans des conditions honorables. On n’en vit aucun, si criblé qu’il fût de blessures, qui, jusqu’à son dernier soupir, n’essayât encore de se venger ; dans leur désespoir, ils faisaient arme de tout, se consolant de leur propre mort par celle de quelqu’un de leurs ennemis. Ce courage malheureux n’éveilla cependant chez Alexandre aucune pitié ; tout un long jour de carnage ne suffit pas pour assouvir sa vengeance ; le massacre ne prit fin que lorsque les victimes firent défaut ; seules, les personnes hors d’état de porter les armes, vieillards, femmes et enfants, furent épargnés, et, au nombre de trente mille, réduits en esclavage.